wasseige

  • Imprimer

    LE RECYPARC DE WASSEIGES NE FERMERA PAS SES PORTES

    Un accord entre le Collège communal et Intradel a été entériné à l'unanimité ce matin par le Conseil d'administration.

    Cet accord tient en 3 points. Tout d’abord, la commune prend en charge les travaux de remise en état des sanitaires.

    Ensuite, le local "DSM" (déchets spéciaux des ménages - 7% des apports à Wasseiges) est supprimé ce qui permettra de ne pas faire de travaux importants (pour cette fraction, ce sont donc vers les recyparcs de Burdinne et de Hannut que pourront se diriger les habitants de Wasseiges).

    Ensuite, ce qui précède permettra à Intradel d'introduire, auprès de la commune, une "simple" déclaration de permis de classe 3 (exploitation) et non une demande de permis de classe 2 (construction et exploitation) au processus plus complexe.

    Intradel tient également à … La suite pour les abonnés à la version digitale sur > https://huy-waremme.lameuse.be/516623

    Source non libre sur > https://huy-waremme.lameuse.be

    Illustration > RO.MA.

    COURRIER Ci-dessous

    86479331_10222130575192055_5223067204194402304_n.jpg

  • Imprimer

    THEATRE ENFANTS DE 3 A 6 ANS A WASSEIGES > 12-14 & 15/08 >, « C'EST DANS LONGTEMPS »? > A LA DIME

    DIME Longtemps.jpg

    Eh bien non, l'été on ne fait pas que du cinéma à la Dîme.

    On y mitonne aussi la prochaine création de la compagnie Transhumance, Bientôt, c'est dans longtemps?

    Avant la première grande sortie aux Rencontres de théâtre jeune public à Huy, quelques présentations publiques à la Ferme, ouvertes à tous à partir de 3 ans. Merci de nous annoncer votre venue (081/85.63.74 ou ferme@deladime.net ) car les places sont comptées.

    Aujourd’hui, pour la première fois, il va tout seul chez elle. Entre petites peurs et grands appétits, la relation se tisse, ils marchent sur des œufs.

    Et si elle ne venait pas ? > Mais si ! > Oui mais, si ? > Bientôt ...

    Du théâtre pour les enfants de 3 à 6 ans

    Les séances de présentation:

    • Mardi 12 août à 10h30 (Ferme de la Dîme)
    • Mercredi 13 août à 14h (Centre culturel ECRIN d'Eghezée, à l'étage)
    • Jeudi 14 août à 10h30 (Ferme de la Dîme)
    • Vendredi 15 août à 15h30 (Ferme de la Dîme)

    Une création collective avec Catherine Blanjean et Luc Longton

    • Mise en scène: Muriel Clairembourg
    • Coup de plume: Jean-Luc Piraux
    • Scénographie: Catherine Pineur
    • Construction des décors: Michel Suppes
    • Costumes: Nadia vermeulen
    • Musique: Cécile Broché
    • Création éclairage et régie: Simon Renquin

    Et bien sûr en attendant, le cinéma continue! Le prochain lundi 25 août: >« Les garçons et Guillaume à table ! »

    ASBL DE LA DIME C'EST 3 PROJETS

    FERME DE LA DIME CONNIVENCES DE LA DIME COMPAGNIE TRANSHUMANCE

  • Imprimer

    LE BAL D'ARIA SOIRÉE À HAUT RISQUE FESTIF ET DANSANT ! A LA DIME !

    Dime.jpg

    SAM 14 DEC . 20H30   > Derniers feux des cultures populaires du sud de l’Italie, les danses traditionnelles sont aujourd’hui pratiquées comme des manifestations collectives, joyeuses et festives, par un public jeune qui se réunit dans les bals.

    La musique est vive et donne lieu à de véritables moments d’allégresse populaire. Une occasion pour vivre un moment fort de rencontres sociales au contact de ces formes d’expressions populaires.

    Ce samedi 14 décembre à 20h30, la Ferme de la Dime accueillera « Paranza del Geco » et « Le Tre Sorelle ». Une compagnie musicale venant d’Italie composée de trois chanteuses et de musiciens de la Paranza. Avec un répertoire de chants traditionnels, la compagnie fera danser l’assemblée qui le désire aux rythmes des musiques du sud de l’Italie: tarentelles de Calabre et des Pouilles , tammurriata napolitaines  et autres pizzica du Salento. Mais aussi des valses et des “scottish” made in Italy. Le bal sera précédé d’une courte initiation de quelques-unes de ces danses pour ceux qui veulent danser à la manière des paysans et apprécier les sensations de la danse codifiée.

    • Formule dîner-spectacle (facultatif)
    • Entrée : 12€ (10€ en prévente)
    • Etudiant -25 ans : 4€ > Art.27 : 1,25€
    • Repas : 12€  (facultatif et sur réservation uniquement, servi dès 19h)

    Ferme de la Dîme 194 rue du Baron d'Obin 4219 Wasseiges 081/85.63.74 ferme@deladime.net

  • Imprimer

    WASSEIGES > DES TENSIONS ENTRE LES PARENTS ET LA DIRECTRICE DE L'ÉCOLE COMMUNALE?

    1477975794.jpg

    Fin septembre, on fait les comptes de la rentrée scolaire.

    Pour l’école communale de Wasseiges, ce n’est pas très bon. En effet, une vingtaine d’élèves est partie de l’établissement pour migrer vers Hannut. En cause ? Selon certains parents, la directrice ne ferait pas correctement son travail. « Nous ne voulons pas de ça pour nos enfants », a confié l’un d’eux.

    La rentrée scolaire est déjà presque passée d’un mois. L’occasion de chiffrer le va-et-vient des élèves dans les établissements de Wasseiges. Une rentrée 2013 qui fait déjà débat et qui a été soulevée lors du dernier conseil communal de ce mardi. Selon l’opposition, emmenée par Francis Cloux et son groupe Alliance, un nombre important d’élèves a quitté l’école communale de Wasseiges, pour aller à Hannut. Et on ne sait même pas, précisément, combien d’enfants ont migré. 27 lors du conseil, puis 22 un peu plus tard. 12 selon les chiffres de l’échevin de l’enseignement, Arnaud Cornet, et enfin 17 via une autre source.

    Quoi qu’il en soit, un nombre important de départs qui inquiète. Parce que ces changements amènent l’école à la limite de perdre un emploi d’enseignant. La principale raison ? Selon l’opposition, «  il faut absolument se poser des questions quant à la qualité et à l’organisation de l’enseignement si on veut que l’école fonctionne correctement  ». Nous avons contacté certains parents qui ont changé leur enfant d’établissement. Leur discours n’est pas piqué des hannetons.

    La suite de cet article dans notre édition régionale d’hier jeudi 26 septembre

    Source > Rédaction en ligne de DR via > http://www.sudinfo.be/819858 Photo > DR

  • Imprimer

    WASSEIGES > L'ARRET DE BUS CONTROVERSE FAIT ENCORE PARLER DE LUI

    190341853.jpg

    L’arrêt de bus rue de Meeffe à Wasseiges fait encore parler de lui.

    Il y a quelques jours, en partant travailler, Christophe Hinnekens de la localité a photographié cette scène qui fait froid dans le dos : on y voit un groupe d’usagers sur la route, face à une voiture obligée de faire un écart pour les éviter.

    « A quand un aménagement de cet arrêt ? », s’interroge ce citoyen qui a déjà interpellé plusieurs fois les autorités.

     «  L’hiver, c’est encore plus dangereux, parce qu’on ne les voit pas  », soupire Christophe en évoquant l’arrêt de bus de la rue de Meeffe, à Wasseiges. Cet arrêt qui dessert la ligne Hannut-Forville est situé en bord de chaussée sans aménagement pour les usagers du TEC qui ne disposent que de l’accotement herbeux pour se mettre à l’abri du trafic.

    Plus d’une fois, Christophe a surpris des navetteurs sur la chaussée elle-même. Même si aucun accident n’a encore été constaté, c’est un endroit potentiellement dangereux, estime-t-il. Le conseiller du CPAS Edouard de Wasseige abonde: «  Cet arrêt est effectivement mal situé, dans un tournant assez fort qui amène parfois les voitures à se déporter ».

    Il y a deux mois, le conseiller a interpellé l’échevin des travaux, Dany Paris (Union communale). Il se dit conscient du danger. «  Nous avons écrit au TEC pour demander que l’arrêt soit déplacé de 50 mètres, à hauteur d’un carrefour avec un chemin de campagne très peu emprunté. Cela nous a été refusé  », peste le bourgmestre Joseph Haquin.

    Selon le TEC, un arrêt à un carrefour est contraire au code de la route. «  Même si, ce chemin de campagne est peu emprunté, nous ne pouvons prendre le risque d’y faire monter ou descendre nos clients», justifie Isabelle Lhoas, gestionnaire du secteur d’Ohey.

    Edouard de Wasseige préconise de le supprimer. «  300 mètres plus loin, il y a de toute façon l’arrêt de la place communale  ». Réponse du TEC : «  on ne peut pas demander à nos usagers de faire 800 mètres de plus  ». Bref, on tourne en rond. La seule solution pour Isabelle Lhoast   : en accord avec la Région, propriétaire, réaliser un aménagement plus sécurisé. Même si selon, elle, l’endroit ne lui paraît pas dangereux. «  Le virage amène justement les automobilistes à ralentir ».

    Source > http://www.sudinfo.be/746703 Photo > DR