wallonie

  • Imprimer

    LE CHÔMAGE A ENCORE BAISSÉ EN FÉVRIER EN WALLONIE > PLUS DE 4.000 PERSONNES EN MOINS PAR RAPPORT À L’ANNÉE DERNIÈRE

    Le nombre de demandeurs d’emploi a encore diminué en février au sud du pays, tant sur base annuelle que mensuelle, a annoncé lundi le Forem.

    Fin février 2020, la Wallonie comptait 128.528 demandeurs d’emploi demandeurs d’allocations et 27.949 jeunes en stage d’insertion professionnelle.

    Le nombre de demandeurs d’emploi inoccupés en Wallonie comprend également 30.495 demandeurs d’emploi inscrits obligatoirement et 13.765 demandeurs d’emploi inscrits librement, soit un total de 200.737 demandeurs d’emploi inoccupés. Ceux-ci représentaient 12,6% de la population active wallonne, contre 12,9% en février 2019.

    Par rapport à février 2019, le nombre total de demandeurs d’emploi inoccupés a baissé de 2,0% ou 4.108 personnes, précise le Forem. La demande d’emploi est en baisse dans l’ensemble des classes d’âge mais c’est parmi les demandeurs d’emploi âgés de 25 à moins de 30 ans que la diminution est la plus marquée (-4,5%).

    Par rapport à janvier 2020, le nombre de demandeurs d’emploi inoccupés est en recul de 1,0% ou 2.064 personnes.

    Source libre de Belga sur > https://www.sudinfo.be/id170676

  • Imprimer

    DEUX BOULANGERIES FERMENT CHAQUE MOIS LEURS PORTES EN WALLONIE: COMMENT L'EXPLIQUER?

    Deux boulangeries ferment chaque mois leurs portes en Wallonie.

    Selon les chiffres du Service Public fédéral de l’économie, la situation est même encore plus alarmante en Flandre avec 5 fermetures par mois.

    Et cela fait 10 ans que ça dure.

    Comment expliquer que le nombre de boulangeries est en recul constant ?  La concurrence avec les grandes surfaces est rude, mais il y a aussi d'autres explications.

    Il devient par exemple de plus en plus difficile pour les artisans de trouver de bons apprentis, prêts à se lever tôt.

    "On ne trouve plus de personnes qui veulent travailler la nuit. Tous les jours à 22-23h, on est dans l’atelier pour travailler", explique Benoît, un boulanger interrogé par notre journaliste Gauthier Falque.

    Deuxième explication: la concurrence avec les boulangeries industrielles ou de grande surface, même si pour Benoît, cela ne pose pas de problème. "On ne propose pas la même marchandise", souligne-t-il.

    Pour d’autres … La suite de l’article en lecture libre sur > https://www.rtl.be/info/belgique/societe/deux-boulangeries-ferment-chaque-mois-leurs-portes-en-wallonie

    Source Rtl sur > https://www.rtl.be/info

  • Imprimer

    CE DIMANCHE 18 NOVEMBRE > JOURNÉE DE L’ARTISAN EN WALLONIE !

    Un événement national ouvert à tous les artisans de Belgique, la Journée de l’Artisan est un événement gratuit pour le public.

    C’est une occasion unique pour les artisans de mettre en avant leurs réalisations et créations auprès du public afin de mieux lui faire connaître l’artisanat belge.

    La Journée de l’Artisan est une initiative du SPF Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie organisée avec le soutien du ministre fédéral des PME et des Indépendants. La première édition de cette journée a été organisée en 2006. Depuis, cette journée attire de plus en plus d’artisans et de visiteurs.

    Rechercher un artisan sur la carte > https://www.journeedelartisan.be/fr/search

    Tout savoir sur le site source > https://www.journeedelartisan.be/fr/

  • Imprimer

    EN WALLONIE, LE VIN S’ANNONCE PLUS ALCOOLISÉ > « NOS » VENDANGES SERONT EXCEPTIONNELLES

    Pourquoi courir dans le Sud de la France pour goûter à l’ambiance des vendanges alors que les vignerons wallons (ils sont une centaine) n’attendent que vous pour les aider à cueillir les fruits et faire la fête !

    Que ce soit à Bassenge (Vin de Liège) ou dans le namurois (Domaine du Chenoy) ou ailleurs, les vignerons auront besoin de vos doigts pour cueillir les précieux grains. Plusieurs choses à savoir si l’aventure vous tente.

    1. C’est un travail bénévole. Il faut y aller pour l’ambiance et la convivialité, pas pour l’argent car vous ne serez pas rétribués. La plupart du temps, vous serez quand même nourri à midi ou le soir (un bon barbecue arrosé) et vous recevrez une bouteille du cru après chaque journée de cueillette.

    Inscrivez-vous !

    1. Vous ne serez pas seuls ! Les vignerons fonctionnent souvent avec des listes de vendangeurs candidats. « Notre fichier comprend 2.000 noms », … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 18/08/2018
    2. Prévenu en dernière minute. Les dates ne sont communiquées que 3 ou 4 jours avant le début des hostilités. Il faut donc se tenir prêt à tout moment. « Avec le … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 18/08/2018
    3. Récolte d’exception ! La récolte 2018 s’annonce exceptionnelle à tous les niveaux : quantité et qualité. « On espère atteindre les 50 hectolitres de vin à l’hectare contre 30 l’an passé », dit-on au Vin de Liège. Le Domaine du … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 18/08/2018
    4. Pour plus d’infos, consultez la liste des vignerons sur http://www.vigneronsdewallonie.be/fr et contactez-les.

    Attention : certains (une minorité) vendangent à la machine et n’ont pas besoin de vous.

    Source > F. DE H. sur votre journal LA MEUSE de ce samedi 18/08/2018

  • Imprimer

    LA FIN DU GAVAGE DES OIES EN WALLONIE > PROCHAIN COMBAT DE CARLO DI ANTONIO

    La fin du gavage des oies sera le prochain combat d’ici à la fin de la législature en 2019 de ministre wallon du Bien-être animal, Carlo Di Antonio (CDH).

    C’est ce que l’on peut lire dans La Dernière Heure.

    La Flandre va interdire le gavage des oies sur son territoire mais ce n’est pas encore le cas en Wallonie, or 9 des 10 producteurs de foie gras belges y sont actifs.

     «Le ministre est favorable à l’interdiction du gavage des oies et des canards», tranche la porte-parole de Carlo Di Antonio. «Ce sera le prochain combat d’ici à la fin de la législature. L’un des problèmes vient de la nomenclature européenne, que le ministre n’a malheureusement pas réussi à faire évoluer». Le règlement européen donne l’appellation foie gras à un foie d’au moins 300 grammes. Un poids qu’on ne pourrait obtenir que par un gavage forcé. «Aujourd’hui, le code précise qu’il est interdit de nourrir de force un animal», explique-t-on du côté du cabinet Di Antonio. «Mais les exploitations wallonnes de foie gras bénéficient d’une exception pour exercer».

    Producteurs wallons exemplaires

    Le ministre-Président wallon, Willy Borsus, et René Collin (CDH), ministre de l’Agriculture, voient d’un mauvais œil cette interdiction du gavage qui signerait de facto la mort d’une série d’entreprises wallonnes.

     «Le gouvernement wallon n’est pas favorable à ce stade à un changement de législation sur le gavage», confirme le cabinet Borsus. «L’engraissement par gavage ne génère pas de souffrance, comme l’ont démontré des études scientifiques», ajoute le cabinet de René Collin. «Les producteurs wallons sont exemplaires».

    Source libre > Belga sur > http://www.sudinfo.be

  • Imprimer

    INFRACTIONS ROUTIÈRES > LES WALLONS ONT PAYÉ 41,4 MILLIONS d’€ D’AMENDES

    Au premier semestre 2017, les conducteurs wallons qui ont pris quelques libertés avec le code de la route ont sorti de leur poche un total de 41.441.061 euros, soit 41 millions., selon les chiffres communiqués à la Chambre par le ministre de l’Intérieur Jan Jambon.

    Si le rythme se maintient, les Wallons auront déboursé en 2017 plus qu’en 2016. Ce montant ne concerne que les perceptions immédiates correctement ou incorrectement (trop peu ou trop) payées pour toutes les infractions routières. Les procès-verbaux ne sont donc pas concernés.

    À titre de comparaison, le montant acquitté en Flandre pour les six premiers mois de 2017 est de 94,9 millions d’euros. Il y a de fortes chances de faire nettement mieux qu’en 2016 où l’on était à 178,7 millions pour l’ensemble de l’année. Quant à la Région bruxelloise, elle est à 16,5 millions d’euros de perceptions immédiates réglées, 29,8 millions en 2016.

    Surtout des excès de vitesse

    Les excès de vitesse représentent dans … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 12/07/2018

    Source > T.H. Sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 12/07/2018

    Illustration > Montage JCD

  • Imprimer

    LES CHIENS EN WALLONIE > 1 CHANCE SUR 4 DE FINIR AU REFUGE

    « Chaque chien acheté en Wallonie a environ une chance sur quatre de finir en refuge ».

    C’est le constat fait au parlement wallon par le ministre en charge du Bien-être animal, Carlo Di Antonio. Un pourcentage qui interpelle. « Il importe de responsabiliser l’acquéreur », souligne le ministre dans sa réponse au député Philippe Dodrimont. Les éleveurs sont également mis à contribution.

    Depuis le 1 er juin 2017, les éleveurs occasionnels (deux portées maximum commercialisées par an) sont soumis à un agrément. Le but est de s’assurer du bien-être des animaux de compagnie dans ces élevages, mais aussi de ne pas pénaliser les petits éleveurs au regard des mesures prises en matière d’interdiction de publicité à la vente ou d’obligation de stérilisation.

    1.200 demandes d’agrément

    « En plus ou moins six mois, 1.200 demandes d’agrément ont été traitées par l’administration », a précisé le ministre qui prévoit une suite à cette réforme. Il estime que la limitation à une seule … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 12/02/2018

    Source > Y.H. Sur > votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 12/02/2018

  • Imprimer

    SÉCURITÉ ROUTIÈRE EN WALLONIE > 6 TUÉS ET 328 BLESSÉS …

    C’est le bilan de 10 ans d’accidents liés aux nids-de-poule et aux casse-vitesse 

    Avec sa succession de périodes de gel et de dégel, l’hiver est propice à la dégradation de la chaussée.

    Même s’ils ne sont nullement comparables aux ravages de la vitesse et de l’alcool, les nids-de-poule causent néanmoins des accidents. L’Agence wallonne pour la sécurité routière (AWSR) a fait le compte.  

     « Les deux-roues – surtout motorisés – et les voitures sont principalement concernés par ce type d’accident », analyse Belinda Demattia de l’AWSR, se basant sur dix années de statistiques (2007-2016) pour la Wallonie. Les banques de données regroupent … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 07/02/2018

    Toujours est-il que l’Agence a comptabilisé 22 accidents corporels en 2016 (derniers chiffres disponibles). C’est nettement moins qu’en 2007 où il y en avait eu 38. Entre-temps, les plans Routes et Infrastructures sont passés par là, et une bonne partie du réseau principal wallon a été refaite ou est en train de l’être.

    En dix ans, il y a eu au total 6 tués et 328 blessés dans un accident lié à un nid-de-poule ou un ralentisseur de trafic. « La proportion de victimes blessées ou tuées est assez faible par rapport à l’ensemble des accidents corporels », note la porte-parole de… La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 07/02/2018 … /…. et ce n’est en rien comparable avec les drames provoqués par la conduite sous l’influence de l’alcool ou de la drogue, la vitesse excessive ou la distraction. La majorité de ces accidents survient sur les routes limitées à 50 km/h.

    Que faire ?

    L’idéal pour limiter les dégâts est d’éviter le nid-de-poule. « Mais il ne faut pas tenter une manœuvre d’évitement si elle risque de cause un accident. … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 07/02/2018

    Le mieux est de prendre une photo des dégâts et si possible de faire constater l’accident par la police. Il reste alors à contacter le gestionnaire de la voirie et de lui présenter la facture.

    Source > Yannick Hallet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 07/02/2018