toux

  • Imprimer

    EN BELGIQUE, DES ADOLESCENTS UTILISENT DU SIROP POUR LA TOUX COMME DROGUE !

    L’Agence fédérale des médicaments met en garde contre ses dangers

    L’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé a mis en garde contre l’utilisation par les adolescents de sirop pour la toux, à des fins psychotropes.

    Mardi, l’AFMPS (Agence fédérale des médicaments et des produits de santé) a prévenu les pharmaciens d’un phénomène prenant de l’ampleur, notamment chez les adolescents. À des fins récréatives et psychotropes, de plus en plus de personnes utilisent le dextrométhorphane présent dans les sirops pour la toux.

    Évidemment, en petite quantité, ces sirops sont de simples médicaments, délivrés sur ordonnance, ou même en vente libre. Mais s’ils sont consommés abusivement, cela devient une drogue, la « DXM », pouvant faire naître des effets allant de l’euphorie, à une sensation de distorsion visuelle et temporelle (impression que le temps ralentit), jusqu’à une sensation de mort imminente, pour les prises les plus importantes.

     « En cas de surdosage, le dextrométhorphane peut provoquer, entre autres, confusion, somnolence, vertige, stupeur, agitation, convulsions, dépression respiratoire, mydriase, troubles du système nerveux central, syndrome sérotoninergique voire coma, détaille l’AFMPS. La consommation simultanée d’alcool peut amplifier ces effets. »

    En conséquence, l’agence fédérale des médicaments met en garde les pharmaciens : « Comme pour tous les médicaments, les pharmaciens doivent s’assurer de leur bon usage et ne devraient pas les délivrer en cas de suspicion d’usage abusif.

    La prudence est particulièrement recommandée chez les adolescents et les jeunes adultes, ainsi que chez les patients ayant des antécédents d’abus de médicaments ou de substances psychoactives. »

    Source libre > https://www.sudinfo.be/id103343

    Illustration > Capture d’écran YouTube

  • Imprimer

    POUR CALMER LA TOUX, RIEN DE TEL QU'UNE CUILLERÉE DE MIEL

    sans-titre.jpg

    Une cuillerée de miel, une demi-heure avant d’aller au lit, soulage efficacement la toux. Chez l’enfant en tout cas, mais il n’y a pas de raison qu’il en soit autrement chez l’adulte.

    De fait, cette étude conduite en Israël confirme l’intérêt – mis en évidence par de précédentes recherches et… l’expérience parentale - de ce remède traditionnel. Elle a porté sur un panel de quelque trois cents enfants, âgés de 1 à 5 ans, affectés par des quintes de toux sèche, la nuit, en raison d’une infection respiratoire.

    Le groupe a été scindé, selon que les enfants recevaient une dose de miel avant de se coucher (10 grammes : à base d’eucalyptus, d’agrumes ou de plantes aromatiques) ou un placebo (substance inactive). Il a été demandé aux parents d’évaluer l’intensité de la toux, cette nuit-là et durant la journée du lendemain. Le miel supplante clairement le placebo, ce qui démontre son activité. Liée à… ? Des propriétés anti-inflammatoires, ainsi que sa teneur en sucre, avec sécrétion accrue de salive et de mucus, à l’effet adoucissant en cas de toux sèche.

    Ces observations ont été publiées dans la revue « Pediatrics ».

    Source > http://www.passionsante.be

  • Imprimer

    LES SIROPS POUR LA TOUX INTERDITS AUX - DE 6 ANS

    1593093410_ID7505450_websirop_200450_H3QDQG_0.JPGLe sirop pour la toux contre-indiqués pour les moins de 6 ans

    On avait évoqué l’âge de 12 ans. Après avoir entendu tous les acteurs concernés, l’agence fédérale des médicaments et des produits de santé a tranché: les sirops pour la toux sont désormais contre-indiqués en dessous de l’âge de six ans.

    Pour l’AFMPS, rien ne permet de démontrer l’efficacité des antitussifs alors qu’un usage abusif peut engendrer des effets secondaires comme la somnolence. De plus en apaisant la toux, le sirop peut masquer une maladie plus grave, comme l’asthme par exemple.

    Cela dit pour les pharmaciens, il y a un risque de voir des parents désormais donner de leur sirop pour adulte aux plus jeunes. Et ce sans plus disposer des indications de dosage adapté.

    Source > Sudpresse > Publié le Mardi 20 Mars 2012 à 05h15 PN