recensement

  • Imprimer

    ENTITE HANNUTOISE > ETABLISSEMENT D’UN RECENSEMENT DU PETIT PATRIMOINE POPULAIRE WALLON

    Début 2019, l’Agence Wallonne du Patrimoine (AWaP) a lancé un appel à projet relatif à l’établissement d’un recensement du Petit Patrimoine Populaire Wallon.

    Un dossier de candidature a été rédigé et envoyé à l’AWaP et la Ville de Hannut a été sélectionnée.

    Nous disposons d’un délai d’un an afin de recenser tous les éléments qui constituent le petit patrimoine populaire sur l’entièreté du territoire communal.

    Chaque élément du petit patrimoine fera l’objet d’une notice descriptive et historique sur base du modèle de fiche établi par l’AWaP, ainsi que d’un reportage photographique détaillé.

    Que faut-il entendre par “Petit Patrimoine Populaire”?

    Voici la liste des éléments à prendre en compte :

    1. Les points d’eau : les fontaines, les perrons-fontaines, les pompes, les puits, les lavoirs, les abreuvoirs, les sources, les roues à aubes, les gargouilles et les cracheurs.
    2. Le petit patrimoine sacré : les croix, les calvaires, les potales, les bornes-potales, les reposoirs fixes, les clochetons d’appel, les cloches, les carillons et les orgues.
    3. Les ouvertures : les portes, les portails, les portiques, les préaux, les balcons, les loggias et les oriels.
    4. La signalisation : les enseignes suspendues, les enseignes en pierre, les colonnes Morris, les panneaux de signalisation, les balises, les anciennes devantures de magasin et les anciennes publicités de marques disparues.
    5. La délimitation : les bornes-frontières, les bornes de limites, les bornes topographiques, les bornes géodésiques, les bornes postales et les chasse-roues.
    6. L’éclairage : les réverbères, les candélabres et les consoles appliquées.
    7. La mesure du temps et de l’espace : Les horloges, les cadrans solaires, les tables d’orientation, les appareils extérieurs et fixes de mesure météorologique et les girouettes
    8. La justice et les libertés : les perrons, les croix de justice, les piloris et les arbres gibets.
    9. Le repos : les bans publics, les anciens petits abris de bus, de tram et de train, les fabriques de jardin, les gloriettes, les kiosques, les vespasiennes et empêche-pipis installés sur la voie publique.
    10. L’ornementation en fer : les pièces ouvragées de consolidation, de soutien et de rotation et les pièces ouvragées de protection.
    11. Le patrimoine militaire et la commémoration : les postes et tours de guet, les monuments aux morts, les témoins d’évènements du passé et les sculptures d’importance historique locale.
    12. Les arbres remarquables : les arbres liés à des croyances populaires ou à des pratiques religieuses, les arbres liés au folklore, à des légendes ou à des traditions, les arbres limites et les repères, les arbres de justice, les arbres commémoratifs et les arbres présentant un intérêt dendrologique particulier.
    13. Les outils anciens : les alambics, les meules, les pressoirs, les machines à tordre, les moulins à vent, les fours (à pain, à boulets, à chaux, à chanvre, ...), les travails à ferrer, les gabarits.
    14. L’art décoratif : les mosaïques, les peintures murales, les vitraux, les rosaces, les trompe-l’oeil et les panneaux décoratifs.
    15. Les biens relatifs à la faune, la flore et aux minéraux : les nichoirs, les pigeonniers, les colombiers, les poulaillers, les volières publiques, les canardières, les pédiluves, les serres, les pergolas, les murs de jardins clos et les murs en pierres sèches.
    16. Le transport : les petits éléments du patrimoine ferroviaire et vicinal, les ponts -bascules. (Dispositifs de pesage, du type bascule), les petits embarcadères, les tourniquets et les barrières.
    17. Les ateliers : les bergeries, les petites briqueteries, les ardoisières, les cabanes de cantonniers, les cabanes en pierres sèches, les petites forges, les glacières, les faïenceries, les saboteries, les ateliers de vanneries et les ateliers de tonneliers.

    Vous l’aurez compris, ce travail est conséquent. C’est pourquoi nous faisons appel à toute personne désireuse de nous aider à réaliser ce recensement.

    Les éléments du petit patrimoine wallon si modestes parfois sont chacun un témoignage du passé, des usages et coutumes de ceux qui nous ont précédés. Repères discrets d’expressions populaires, ils sont les reflets d’usages perdus ou de pratiques encore vivaces.

    Alors si vous désirez nous aider ou obtenir plus de renseignements sur ce projet, n’hésitez pas à contacter Daniel Vanderslycken, Service du patrimoine au 019 51 91 91 ou au 0478 233 424 ou encore > daniel.vanderslycken@hannut.be

  • Imprimer

    ENTITE HANNUTOISE > ETABLISSEMENT D’UN RECENSEMENT DU PETIT PATRIMOINE POPULAIRE WALLON

    Début 2019, l’Agence Wallonne du Patrimoine (AWaP) a lancé un appel à projet relatif à l’établissement d’un recensement du Petit Patrimoine Populaire Wallon.

    Un dossier de candidature a été rédigé et envoyé à l’AWaP et la Ville de Hannut a été sélectionnée.

    Nous disposons d’un délai d’un an afin de recenser tous les éléments qui constituent le petit patrimoine populaire sur l’entièreté du territoire communal.

    Chaque élément du petit patrimoine fera l’objet d’une notice descriptive et historique sur base du modèle de fiche établi par l’AWaP, ainsi que d’un reportage photographique détaillé.

    Que faut-il entendre par “Petit Patrimoine Populaire”?

    Voici la liste des éléments à prendre en compte :

    1. Les points d’eau : les fontaines, les perrons-fontaines, les pompes, les puits, les lavoirs, les abreuvoirs, les sources, les roues à aubes, les gargouilles et les cracheurs.
    2. Le petit patrimoine sacré : les croix, les calvaires, les potales, les bornes-potales, les reposoirs fixes, les clochetons d’appel, les cloches, les carillons et les orgues.
    3. Les ouvertures : les portes, les portails, les portiques, les préaux, les balcons, les loggias et les oriels.
    4. La signalisation : les enseignes suspendues, les enseignes en pierre, les colonnes Morris, les panneaux de signalisation, les balises, les anciennes devantures de magasin et les anciennes publicités de marques disparues.
    5. La délimitation : les bornes-frontières, les bornes de limites, les bornes topographiques, les bornes géodésiques, les bornes postales et les chasse-roues.
    6. L’éclairage : les réverbères, les candélabres et les consoles appliquées.
    7. La mesure du temps et de l’espace : Les horloges, les cadrans solaires, les tables d’orientation, les appareils extérieurs et fixes de mesure météorologique et les girouettes
    8. La justice et les libertés : les perrons, les croix de justice, les piloris et les arbres gibets.
    9. Le repos : les bans publics, les anciens petits abris de bus, de tram et de train, les fabriques de jardin, les gloriettes, les kiosques, les vespasiennes et empêche-pipis installés sur la voie publique.
    10. L’ornementation en fer : les pièces ouvragées de consolidation, de soutien et de rotation et les pièces ouvragées de protection.
    11. Le patrimoine militaire et la commémoration : les postes et tours de guet, les monuments aux morts, les témoins d’évènements du passé et les sculptures d’importance historique locale.
    12. Les arbres remarquables : les arbres liés à des croyances populaires ou à des pratiques religieuses, les arbres liés au folklore, à des légendes ou à des traditions, les arbres limites et les repères, les arbres de justice, les arbres commémoratifs et les arbres présentant un intérêt dendrologique particulier.
    13. Les outils anciens : les alambics, les meules, les pressoirs, les machines à tordre, les moulins à vent, les fours (à pain, à boulets, à chaux, à chanvre, ...), les travails à ferrer, les gabarits.
    14. L’art décoratif : les mosaïques, les peintures murales, les vitraux, les rosaces, les trompe-l’oeil et les panneaux décoratifs.
    15. Les biens relatifs à la faune, la flore et aux minéraux : les nichoirs, les pigeonniers, les colombiers, les poulaillers, les volières publiques, les canardières, les pédiluves, les serres, les pergolas, les murs de jardins clos et les murs en pierres sèches.
    16. Le transport : les petits éléments du patrimoine ferroviaire et vicinal, les ponts -bascules. (Dispositifs de pesage, du type bascule), les petits embarcadères, les tourniquets et les barrières.
    17. Les ateliers : les bergeries, les petites briqueteries, les ardoisières, les cabanes de cantonniers, les cabanes en pierres sèches, les petites forges, les glacières, les faïenceries, les saboteries, les ateliers de vanneries et les ateliers de tonneliers.

    Vous l’aurez compris, ce travail est conséquent. C’est pourquoi nous faisons appel à toute personne désireuse de nous aider à réaliser ce recensement.

    Les éléments du petit patrimoine wallon si modestes parfois sont chacun un témoignage du passé, des usages et coutumes de ceux qui nous ont précédés. Repères discrets d’expressions populaires, ils sont les reflets d’usages perdus ou de pratiques encore vivaces.

    Alors si vous désirez nous aider ou obtenir plus de renseignements sur ce projet, n’hésitez pas à contacter Daniel Vanderslycken, Service du patrimoine au 019/51 91 91 ou au 0478/23 34 24 ou encore > daniel.vanderslycken@hannut.be

    Source > Hannut-Actu N° 126 décembre 2019

  • Imprimer

    ENTITE HANNUTOISE > ETABLISSEMENT D’UN RECENSEMENT DU PETIT PATRIMOINE POPULAIRE WALLON

    Début 2019, l’Agence Wallonne du Patrimoine (AWaP) a lancé un appel à projet relatif à l’établissement d’un recensement du Petit Patrimoine Populaire Wallon.

    Un dossier de candidature a été rédigé et envoyé à l’AWaP et la Ville de Hannut a été sélectionnée.

    Nous disposons d’un délai d’un an afin de recenser tous les éléments qui constituent le petit patrimoine populaire sur l’entièreté du territoire communal.

    Chaque élément du petit patrimoine fera l’objet d’une notice descriptive et historique sur base du modèle de fiche établi par l’AWaP, ainsi que d’un reportage photographique détaillé.

    Que faut-il entendre par “Petit Patrimoine Populaire”?

    Voici la liste des éléments à prendre en compte :

    1. Les points d’eau : les fontaines, les perrons-fontaines, les pompes, les puits, les lavoirs, les abreuvoirs, les sources, les roues à aubes, les gargouilles et les cracheurs.
    2. Le petit patrimoine sacré : les croix, les calvaires, les potales, les bornes-potales, les reposoirs fixes, les clochetons d’appel, les cloches, les carillons et les orgues.
    3. Les ouvertures : les portes, les portails, les portiques, les préaux, les balcons, les loggias et les oriels.
    4. La signalisation : les enseignes suspendues, les enseignes en pierre, les colonnes Morris, les panneaux de signalisation, les balises, les anciennes devantures de magasin et les anciennes publicités de marques disparues.
    5. La délimitation : les bornes-frontières, les bornes de limites, les bornes topographiques, les bornes géodésiques, les bornes postales et les chasse-roues.
    6. L’éclairage : les réverbères, les candélabres et les consoles appliquées.
    7. La mesure du temps et de l’espace : Les horloges, les cadrans solaires, les tables d’orientation, les appareils extérieurs et fixes de mesure météorologique et les girouettes
    8. La justice et les libertés : les perrons, les croix de justice, les piloris et les arbres gibets.
    9. Le repos : les bans publics, les anciens petits abris de bus, de tram et de train, les fabriques de jardin, les gloriettes, les kiosques, les vespasiennes et empêche-pipis installés sur la voie publique.
    10. L’ornementation en fer : les pièces ouvragées de consolidation, de soutien et de rotation et les pièces ouvragées de protection.
    11. Le patrimoine militaire et la commémoration : les postes et tours de guet, les monuments aux morts, les témoins d’évènements du passé et les sculptures d’importance historique locale.
    12. Les arbres remarquables : les arbres liés à des croyances populaires ou à des pratiques religieuses, les arbres liés au folklore, à des légendes ou à des traditions, les arbres limites et les repères, les arbres de justice, les arbres commémoratifs et les arbres présentant un intérêt dendrologique particulier.
    13. Les outils anciens : les alambics, les meules, les pressoirs, les machines à tordre, les moulins à vent, les fours (à pain, à boulets, à chaux, à chanvre, ...), les travails à ferrer, les gabarits.
    14. L’art décoratif : les mosaïques, les peintures murales, les vitraux, les rosaces, les trompe-l’oeil et les panneaux décoratifs.
    15. Les biens relatifs à la faune, la flore et aux minéraux : les nichoirs, les pigeonniers, les colombiers, les poulaillers, les volières publiques, les canardières, les pédiluves, les serres, les pergolas, les murs de jardins clos et les murs en pierres sèches.
    16. Le transport : les petits éléments du patrimoine ferroviaire et vicinal, les ponts -bascules. (Dispositifs de pesage, du type bascule), les petits embarcadères, les tourniquets et les barrières.
    17. Les ateliers : les bergeries, les petites briqueteries, les ardoisières, les cabanes de cantonniers, les cabanes en pierres sèches, les petites forges, les glacières, les faïenceries, les saboteries, les ateliers de vanneries et les ateliers de tonneliers.

    Vous l’aurez compris, ce travail est conséquent. C’est pourquoi nous faisons appel à toute personne désireuse de nous aider à réaliser ce recensement.

    Les éléments du petit patrimoine wallon si modestes parfois sont chacun un témoignage du passé, des usages et coutumes de ceux qui nous ont précédés. Repères discrets d’expressions populaires, ils sont les reflets d’usages perdus ou de pratiques encore vivaces.

    Alors si vous désirez nous aider ou obtenir plus de renseignements sur ce projet, n’hésitez pas à contacter Daniel Vanderslycken, Service du patrimoine au 019/51 91 91 ou au 0478/23 34 24 ou encore > daniel.vanderslycken@hannut.be

    Source > Hannut-Actu N° 126 décembre 2019

  • Imprimer

    CET ÉTÉ SUR LA CÔTE BELGE, ON RECENSE LES MÉDUSES

    h-20-1092433-1201865707.jpg

    Les personnes se promenant sur les plages belges cet été, ainsi que les pêcheurs et les autres habitués de la Mer du Nord sont encouragés à signaler sur le site Waarnemingen.be les méduses qu’ils rencontrent. L’appel a été lancé vendredi par un communiqué de l’association Strandwerkgroep België (http://www.strandwerkgroep.be/), qui regroupe des amoureux du bord de mer.

    Les signalements, qui doivent mentionner la date, le lieu exact, une estimation du nombre de méduses et contenir si possible une photo, aideront Dinh Thi Hai Yen, étudiante en biologie à la VUB. Sa recherche concerne principalement le lien entre les températures hivernales et l’apparition plus ou moins nombreuses de méduses communes en été. Selon l’étudiante, l’été 2013 pourrait être faste en termes de nombre de méduses à la côte belge, car l’hiver dernier a été très froid.

    L’étudiante s’intéresse également au mode de déplacement de ces animaux, qui serait similaire à celui d’une tâche d’huile sur l’eau. Les courants et le vent pourraient permettre de prédire où les méduses vont échouer en masse. Les méduses communes sont reconnaissables à leurs quatre petites «oreilles» centrales, roses ou blanches.

    Elles sont présentes quasi chaque année sur les plages belges, de mai à août.

    Source > Belga > http://www.sudinfo.be/761443