réponses

  • Imprimer

    LE COUVRE-FEU A COMMENCÉ EN WALLONIE > VOICI TOUTES LES RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE VOUS VOUS POSEZ!

    Le couvre-feu est entré en vigueur ce samedi soir en Wallonie, depuis 22 heures. Théoriquement, vous n’avez plus rien à faire loin de chez vous jusqu’à demain 6 heures.

    Voici toutes les réponses aux questions que vous vous posez.

    1. Par qui le respect du couvre-feu est-il contrôlé ?

    Par les zones de police, éventuellement renforcées par la police fédérale. Cela fait partie des missions.

    1. J’ai l’habitude de faire mon jogging à 4 h du matin avant d’aller travailler. Puis-je encore le faire ?

    Théoriquement non, mais ce n’est pas ce type de comportement visé par la mesure.

    1. Je dois partir tôt pour aller travailler. En ai-je le droit ? Dois-je avoir une preuve de mon employeur ?

    Oui, se rendre au travail ou en revenir est bien entendu autorisé. Pas besoin d’une attestation. Votre déclaration suffit mais elle peut être vérifiée.

    1. Je pars en avion et je dois me rendre tôt à l’aéroport. Ai-je le droit de rouler avant 5 h ?

    Oui, les déplacements pour voyages sont autorisés.

    1. L’offre de train ou de bus va-t-elle être aussi réduite ?

    Non, elle reste inchangée.

    1. Puis-je aller conduire mon épouse infirmière au boulot à 4 heures 30 sans risquer de me faire arrêter ? Comment justifier mon déplacement ?

    C’est un déplacement essentiel motivé par une raison professionnelle. Aucun souci.

    1. Puis-je sortir devant chez moi à 1h du matin, par exemple, pour promener mon chien ?

    Théoriquement non, mais ce n’est pas ce type de comportement visé par la mesure.

    1. Est-ce que cela vaut pour tous les usagers sur la voie publique ? Les promeneurs ? Les cyclistes ?

    Oui pour tous. Les exceptions sont les déplacements professionnels (aller au travail, en revenir), ou d’urgence (médical, vétérinaire…), ou indispensable (conduire quelqu’un au travail ou en stage…), ou de force majeure.

    1. Si je dois travailler la nuit, de quel genre de document dois-je me munir ?

    Aucun document n’est nécessaire a priori. Votre déclaration suffit mais elle peut être vérifiée.

    1. Quid des SDF qui sont dehors la nuit ?

    C’est un cas de force majeure prévu parmi les exceptions.

    1. Je suis agriculteur. Puis-je labourer mon champ la nuit ?

    Bien entendu, c’est un déplacement professionnel et c’est toujours autorisé.

    1. Que risque celui qui ne le respecte pas ?

    En cas de non-respect des mesures prévues par l’Arrêté ministériel du 23 octobre 2020 – portant sur les mesures d’urgence pour limiter la propagation du coronavirus Covid-19 –, des sanctions sont prévues : un emprisonnement de 8 jours à 3 mois et/ou une amende de 26 à 500 euros. Généralement, un citoyen qui ne respecte pas les mesures « corona » se voit infliger une amende de 250 euros dans un premier temps.

    1. En résumé, quels sont les déplacements essentiels ?

    Les exceptions sont les déplacements professionnels (aller au travail, en revenir), ou d’urgence (médical, vétérinaire…), ou indispensable (conduire quelqu’un au travail ou en stage p.ex.), ou de force majeure.

    14 Quid si je fais la fête chez un(e) ami(e) et que l’on dépasse 22 heures ? La police a-t-elle le droit de venir interrompre la soirée ? Dans quelles conditions ?

    Pas de souci, mais attention à la règle visant à limiter à 1 le nombre de personnes en visite dans un ménage. Sauf tapage nocturne ou flagrant crime, la police ne viendra pas. Mais vous devrez rester dormir chez cet(te) ami(e).

    1. Je suis Hollandais, je ne suis pas au courant du couvre-feu. Cela va-t-il pour moi aussi ?

    Comme pour tous les règlements et lois, c’est le droit local qui s’applique et qui est censé être connu. Le code de la route connaît des différences aussi entre pays, par exemple, et un Hollandais doit respecter le droit belge quand il roule chez nous.

    Lire aussi pour les abonnés à la version digitale > Coronavirus: télétravail, courses, sport, enseignement… voici toutes les nouvelles mesures adoptées en Wallonie!

    Source libre de Sudinfo sur > https://www.sudinfo.be/id270007

  • Imprimer

    NOUVELLES MESURES > VOICI LES RÉPONSES AUX 20 QUESTIONS QUE TOUT LE MONDE SE POSE

    Quels sont vos droits et vos obligations en matière de télétravail ?

    Ou pourrez-vous encore restaurer et comment ? Peut-on encore manger à 4 à domicile, oui mais comment ? Quid des parcs d’attractions, pourront-ils eux, vous servir à manger ?

    Que risque-t-on si on ne respecte pas le couvre-feu ? Peut-on prendre le train avant 5 heures pour partir au boulot alors que le couvre-feu n’est pas levé ? Nous avons fait le point avec des spécialistes des différents secteurs. Petit éclairage pratique.

    Que risque-t-on si l’on ne respecte pas le couvre-feu, ou une autre des règles imposées ce vendredi soir à la population ?

    Les amendes pour infraction aux règles anti-corona sont élevées : 250 euros pour les citoyens, 750 pour les établissements horeca.

    Comment le respect du couvre-feu est-il contrôlé ?

    Par les zones de police, éventuellement renforcées par la police fédérale, cela fait partie de leurs missions.

    Quelles sont les dérogations possibles ? Faudra-t-il remplir un document ?

    Contrairement à la France, il ne faudrait pas avoir de document. Il sera interdit de circuler entre minuit et cinq heures. Sont exceptés les déplacements essentiels, professionnels (y compris les trajets domicile-travail) ou encore les raisons médicales urgentes.

    Je travaille le soir et je rentre chez moi en train. Est-ce encore possible avec le couvre-feu ?

    « Peu de trains circulent entre minuit et cinq heures », nous rappelle le porte-parole de la SNCB. Et comme les trajets domicile-travail restent autorisés, le voyage en train devrait encore être possible.

    J’ai l’habitude de faire mon jogging à 5h du matin avant d’aller travailler. Puis-je encore le faire ?

    Oui. Mais pas avant, car il ne s’agit pas d’un déplacement essentiel.

    Peut-on organiser un repas chez soi le soir ?

    Oui, à condition de respecter les règles de distanciation sociale et les gestes barrières avec les personnes qui ne font pas partie de sa bulle.

    Combien de personnes puis-je voir de manière rapprochée ?

    Une seule personne, à l’exception de la famille proche, du foyer. Avec cette personne, vous ne devez pas porter de masque et vous pouvez lui faire des bisous.

    Puis-je inviter chaque soir des personnes différentes à la maison ?

    Non. Vous pouvez inviter quatre personnes maximum, et cela doit être les mêmes durant 15 jours.

    J’aime aller au théâtre et au cinéma. Est-ce encore possible ?

    Oui ! Les protocoles en vigueur, qui reprennent les mesures propres pour chaque secteur comme la culture, sont toujours d’application. Ils seront revus la semaine prochaine.

    Dans mon village, le marché de Noël doit débuter le 13 novembre. Sera-t-il organisé ?

    Non. Les marchés de Noël sont actuellement interdits. « C’est un endroit où le virus serait trop présent », a précisé le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke.

    Puis-je refuser de faire du télétravail ?

    En principe, il s’agit d’un commun accord entre l’employeur et l’employé. Et là où c’est possible. Actuellement, la situation exceptionnelle (obligation pour tous) n’est pas encore prévue dans la législation. Si télétravail, il y a ou s’il est recommandé, l’employeur doit assurer à son personnel d’avoir le matériel adéquat.

    Je suis en télétravail, puis-je déduire des frais : électricité, chauffage… ?

    Oui, il existe une « rémunération »… si l’employeur est d’accord. Ce n’est pas obligatoire. Il s’agit d’un forfait net de 129,48 euros par mois (défiscalisé) auquel vous pouvez ajouter 20 euros si vous bossez sur votre ordinateur privé et 20 euros si vous utilisez votre connexion internet privée.

    Jusqu’où mon patron peut-il aller pour contrôler que je bosse bien de chez moi ?

    Il ne peut pas introduire des mécanismes de surveillance… sauf si c’est déjà inscrit dans le règlement du travail. Certaines entreprises, qui pratiquaient déjà le télétravail avant le confinement (certaines banques par exemple), ont inscrit cette possibilité dans le règlement… et peuvent donc vérifier que vous êtes bien sur votre PC en train de travailler.

    Un travailleur peut-il télétravailler durant une quarantaine ?

    Oui, il doit ! À partir du moment où il peut faire du télétravail évidemment ! Ce ne sera pas possible pour une caissière d’une grande surface qui touchera du chômage mais bien par exemple pour un employé qui sait faire le job à domicile.

    Les télétravailleurs peuvent-ils choisir les moments pendant lesquels ils travaillent ?

    Oui, à partir du moment où il remplit le nombre d’heures prévues dans son contrat. Cela, c’est sur papier mais encore une fois, il peut être stipulé dans le règlement de travail qu’on impose aux travailleurs, une certaine disponibilité. Cela peut aussi stipuler dans le contrat du travailleur.

    Dans les parcs d’attractions, les restos peuvent-ils rester ouverts ?

    Non, même système pour tout le monde, ce sera fermé mais il y a de grandes chances qu’ils assurent un service taxe-away comme précédemment. Même règlement pour les fast-foods, s’ils ouvrent encore.

    Y aura-t-il de nouvelles mesures pour les grandes surfaces ?

    Non, du moins, elles n’ont pas été annoncées. Mais on respecte toujours les règles de distanciation et les règles imposées dans les magasins et le masque évidemment. Certains imposent encore le caddie, d’autres pas, par exemple.

    Des changements pour les voyages et les vacances ?

    Non, pas de nouvelle règle en la matière. Il faut suivre l’actualité pour savoir où partir. Ainsi, c’est très souvent le mercredi que les décisions tombent. Que les zones passent de l’orange au rouge ou inversement… Depuis ce vendredi, de nouvelles destinations sont devenues orange en Espagne (lire page 6).

    Mes courses au marché, rien ne change ?

    Non, mais une fois encore dans des règles strictes, les mêmes qu’actuellement. Ce sont les marchés alimentaires qui peuvent encore être organisés. Chiner le dimanche, vous oubliez pour un mois.

    Je vis en appartement, puis-je faire sortir mon chien entre minuit et 5 heures ?

    Pas de réponse précise mais si l’on suit la logique, s’il en va de la santé du chien, cela devient un besoin essentiel. Notons qu’en France, on peut sortir son chien durant la période de couvre-feu…

    Source de Muriel Sparmont sur site non libre d’accès > https://huy-waremme.lameuse.be/669206

    D’autres articles détaillés pour les abonnés à la version digitale sur > https://huy-waremme.lameuse.be

    • C’est bien le coup de massue attendu!
    • Voici toutes les nouvelles mesures pour lutter contre le coronavirus
    • Télétravail obligatoire à l’approche de l’hiver: «Un surcoût de 12 à 18 € par mois»
    • Un baromètre en 4 niveaux pour rythmer la vie des Belges
    • Un baromètre en 4 niveaux pour rythmer la vie des Belges
  • Imprimer

    LES ENFANTS RETROUVENT LE CHEMIN DE L’ÉCOLE CE MARDI: VOICI LES RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE, VOUS PARENTS, VOUS VOUS POSEZ

    En dehors des mesures de sécurité prises par chaque école afin de limiter la propagation du Covid-19, voici un résumé de ce que vous, parents et enfants, devez savoir avant de reprendre le chemin de l’école.

    Depuis mars, ils n’ont plus mis les pieds à l’école. Forcément, la rentrée scolaire qui se profile six mois plus tard a une saveur particulière pour les élèves et étudiant(e)s en Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Des maternelles aux secondaires, les questions restent encore nombreuses pour les parents. Au-delà des mesures d’hygiène prises par les écoles, l’angoisse est toujours de mise pour beaucoup de parents à quelques heures de la rentrée.

    Que peuvent-ils faire ou pas ? Faut-il porter le masque toute la journée ? Que se passe-t-il en cas de cas positifs au sein de l’école ? Pourront-ils manger à la cantine ? Des garderies sont-elles prévues ?

    Pour vous résumer les choses clairement, nous prendrons l’exemple d’une famille de trois enfants : Marilou, 13 ans fréquente l’école secondaire, tandis que Mathis (10 ans) et Maëllan (3 ans), eux, vont respectivement retrouver les copains de leurs écoles en primaire et en maternelle.

    Qui porte le masque ?

    Le masque doit obligatoirement être porté dès que l’enfant a 12 ans. Ce sera donc le cas pour Marilou. Le masque est considéré comme une nécessité par les experts lors de tous les contacts ne permettant pas le respect de la distanciation physique. Des moments de pause dans le port du masque doivent néanmoins être prévus en respectant les distances physiques et de préférence en plein air, par exemple pendant les récréations. C’est valable pour tous les élèves de secondaire.

    Mathis et Maëllan, eux, ne seront pas soumis à cette obligation.

    Les parents pourront-ils inscrire leurs enfants à la cantine ?

    Oui, les cantines pourront fonctionner. Mais chaque école est libre d’organiser ce service ou pas.

    Pourront-ils jouer avec leurs camarades lors des récréations ?

    Les trois enfants pourront jouer dans la cour de récréation avec leurs camarades.

    Les parents de Maëllan et Mathis pourront-ils les laisser à la garderie de l’école s’ils ne savent pas être présents à la sortie des cours ?

    Oui, mais tout comme à la sortie des classes, le parent qui vient rechercher ses enfants doit porter le masque et respecter une distance de sécurité (1,5m.)

    Que se passe-t-il si un enfant répond à la définition d’un cas possible de Covid-19 ?

    Si Maëllan est malade, les parents doivent contacter le médecin traitant qui évalue la nécessité ou non d’effectuer un test. Si aucun test n’est effectué, l’enfant peut revenir à l’école sur base de l’évolution de son état de santé, déterminé par son médecin. Il n’y a pas de quarantaine. Si un test est effectué et qu’il est négatif, il peut revenir à l’école sur base de l’évolution de son état de santé, déterminé par son médecin. Si un test est effectué et qu’il est positif, il est isolé à la maison et peut revenir à l’école 7 jours après l’apparition des symptômes… S’il n’a pas de fièvre les 3 derniers jours et qu’il y a amélioration significative des symptômes.

    Pour Mathis, en primaire, un test est effectué. En attendant le résultat du test, il reste. Test négatif ? Test positif ? Même déroulement que pour les maternelles.

    Dans le cas de Marilou, un test est effectué et en attendant le résultat, elle reste à la maison. Test négatif ? Test positif ? Idem que pour les maternelles et primaires… Sauf si Marilou est en contact étroit d’un cas confirmé. Dans ce cas, elle est mise en quarantaine et ne peut revenir à l’école que 14 jours après le contact à haut risque avec le cas confirmé ou 14 jours après que le membre de la famille infecté a été autorisé à mettre fin à l’isolement à domicile. Un deuxième test est possible, permettant peut-être une quarantaine plus courte. Ceci est du ressort du médecin traitant.

    Quelles sont les conséquences pour la classe d’un élève contaminé?

    Pour Mathis et Maëllan, si un enfant de leur classe est positif au Covid-19, les autres enfants et l’enseignant sont considérés comme contacts à bas risque. Il n’y a pas de test ni de quarantaine pour eux, mais il faudra être attentifs aux symptômes dans les deux semaines qui suivent. Les parents devront cependant être informés de la situation.

    Pour Marilou, les élèves et enseignant sont également considérés à bas risques également, à partir du moment où la distance physique (1,5m.) a été respectée. Par contre, si la distance physique n’a pas été respectée pendant plus de 15 minutes, les élèves et l’enseignant dans le cas sont des contacts à haut risque: ils doivent être testés.

    Que se passe-t-il si un enfant revient de zone rouge ?

    Il ne pourra réintégrer l’école qu’après s’être soumis à un test ou avoir observé une quatorzaine. Cela vaut pour Marilou, Mathis et Maëllan. Même si les (jeunes) enfants sont considérés comme moins à risques et moins vecteurs de la maladie, ils devront suivre le traitement réservé aux adultes.

    Source de Sudinfo sur site libre > https://www.sudinfo.be/id243276

    Illustration > Belga

  • Imprimer

    HANNUT CORONAVIRUS > POPULATION, SÉCURITÉ – PRÉVENTION > DES RÉPONSES À VOS QUESTIONS …

    Le site web de votre commune vous informe en continu !

    Vous vous posez des questions ?

    Les réponses sont déjà peut-être en ligne !

    La page générale > https://www.hannut.be/-info-coronavirus-des-reponses-a-vous-questions

    « Les questions les plus posées » (version du lundi 16 mars 10h30)

    « Les questions les plus posées » (version du mardi 17 mars 9h30)

    Source > Ville de Hannut > https://www.hannut.be/

  • Imprimer

    « QUELS SONT VOS POINTS FAIBLES ? » LA BONNE REPONSE EN ENTRETIEN D'EMBAUCHE

    Entretien_points_faibles_shutterstock_193680194_0.jpg

    « Citez trois qualités et trois défauts » : une question classique en entretien d’embauche.

    Pas de problème pour vanter vos forces, mais comment gagner des points en décrivant vos faiblesses ?

    Vous pourriez répondre « désorganisé », « timide », « agressif », mais finissez par répondre « perfectionniste » ? Pas très original ni crédible ! Attention, « je suis incapable de respecter une deadline » est une réponse aussi mauvaise que « aucun, je suis parfait ». Nuancez votre réponse, mais soyez honnête : ce que le recruteur cherche à faire, c’est juger de votre capacité d’autocritique et de remise en question.

    La bonne réponse doit indiquer que vous êtes capable de relever des challenges et d’évoluer professionnellement. Il va falloir faire en sorte que vos faiblesses subliment vos forces. Voici quelques conseils pour passer haut la main le test de cette question piège.

    • Vous avez surmonté une faiblesse

    Ne cherchez pas à dissimuler vos lacunes, vous sembleriez malhonnête : tout le monde en a. Décrivez plutôt comment vous gérer les vôtres, vous donnerez l'image d'une personne consciente et concernée par son développement personnel. Réfléchissez à un aspect de votre personnalité qui pose problème, mais que vous tentez d’améliorer, et expliquez votre démarche et vos efforts pour y arriver.

    Vous pouvez par exemple avouer que vous avez du mal à prendre la parole en public, mais que vous avez trouvé des outils pour vous y aider et que vous avez fait des progrès.

    • Vous n'avez rien à cacher sur votre CV

    Si votre expérience professionnelle ne convient pas exactement au job pour lequel vous postulez et que vous sentez que le recruteur hésite à retenir votre candidature pour cette raison, saisissez cette occasion pour aborder les points faibles de votre CV. Dites par exemple que votre plus grande faiblesse est certainement votre manque d'expérience dans le secteur, mais que vous possédez d'autres capacités qui seront également précieuses pour la fonction.

    • Vos faiblesses peuvent être décrites comme des forces

    Pour nommer votre lacune, choisissez le terme qui semble le plus positif possible. Vous êtes instable, buté ou incapable de déléguer ? Dites plutôt que vous êtes passionné, obstiné ou minutieux. Par exemple : « J’ai du mal à laisser un projet quitter mes mains tant qu’il n’est pas tout à fait  finalisé ». Vous admettez que vous devez faire des progrès dans ce domaine, mais positivement. Expliquez directement ensuite comment vous comptez gérer ce problème.

    • La bonne attitude

    Il est important d’avoir l’air spontané lorsque vous donnerez cette réponse, mais il faudra malgré tout la répéter avant pour rester précis et concis. Sinon, vous risquez de vous embourber dans le chapitre « faiblesses ». Tentez toujours de traduire les aspects positifs de votre situation et revenez ensuite à vos points forts.

    Source & Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • Imprimer

    COMMERÇANTS > 8 CHOSES A NE JAMAIS DIRE A UN CLIENT

    tumblr_mbtn5iF2lY1ru6mpm.jpg

    Le client est roi, bien sûr. Mais parfois, vous êtes à deux doigts de perdre votre sang-froid…

    Voici 8 phrases à ne jamais prononcer si vous voulez rester en bons termes avec votre client!

    1. "Non"

    Ne pouvez-vous vraiment pas accéder à la demande de votre client, ou n’en avez-vous simplement pas envie? Cette demande est réalisable, mais elle va vous demander beaucoup de temps et d’efforts? Plutôt que d’opposer un refus catégorique, répondez plutôt "c’est possible, voici ce que cela va vous coûter". Tout travail mérite salaire, et ce bonus vous motivera certainement à satisfaire votre client.

    2. "Vous êtes sûr ?"

    Les clients ont malheureusement souvent tort. Ce n’est pas une raison pour le leur faire remarquer : vous risquez de les fâcher. Plutôt que mettre directement en doute leurs requêtes, interrogez-les pour "mieux comprendre la situation". Demandez-leur par exemple de vous réexpliquer la situation point par point, pour que vous puissiez comprendre ce qui n’a pas marché.

    Cela respecte la position du client tout en vous permettant de le confronter à une certaine objectivité.

    3. "Ce que vous devriez faire, c’est…"

    Ne donnez pas d’ordre à votre client, et ne lui dites pas quoi faire. Cela va l’agacer plus qu’autre chose : il est venu vers vous pour que vous l’aidiez, pas pour que vous lui fassiez la leçon.

    4. "C’est contraire à notre règlement"

    Un client veut vous retourner un produit. C’est contraire à votre règlement, mais vous n'en avez pas informé le client au moment de passer la commande… Si le client n'était pas au courant de tous les termes et conditions du contrat, ne pas accéder à sa requête après coup serait quasiment malhonnête. Les conditions "cachées" sont votre problème, pas celui du client : trouvez une manière de régler le problème, sous peine de voir votre réputation entachée.

    5. "Pas de problème"

    Cette expression toute faite suggère de façon détournée que le client pose un problème. Dire "Pas de problème" sous-entend donc que vous faites une faveur à votre client : mais il vous paie pour effectuer votre travail, rien de plus. Remplacez cette expression par "oui".

    6. "Je vais essayer de faire ça"

    Le client veut des résultats, pas des efforts de votre part. Le verbe "essayer" implique une notion d’incertitude, nuisible à la relation client. Expliquez plutôt ce que vous comptez faire, et assurez que vous tenterez d'obtenir les meilleurs résultats possibles : si un client veut par exemple une livraison avancée, dites-lui que vous allez appeler le livreur et obtenir le meilleur service possible.

    7. "Faites-moi savoir si vous avez un autre problème"

    Si un problème est survenu, c'est à vous dans les jours suivants de joindre votre client pour vous assurer que tout se déroule à présent parfaitement. Cette démarche vous revient, et vous montrez ainsi à votre client que vous vous souciez de lui.

    8. "Je reviens vers vous dès que possible"

    Votre client peut légitimement se demander ce que cela veut dire: mentionnez toujours une date-limite. Si à cette date vous n'avez toujours pas l'information voulue, prévenez votre client par téléphone et refixez une date-butoir. De bonnes relations clients se construisent aussi grâce à la confiance et le respect des délais.

    Source : express.be et cbsnews.com > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be Photo > http://cm-avecvous