policier

  • Imprimer

    LES BOURGMESTRES DE HUY-WAREMME-HANNUT REFUSENT D’AFFECTER DES POLICIERS DANS LES RECYPARCS

    Les bourgmestres de Huy-Waremme, en province de Liège, refusent d’affecter des policiers dans les recyparcs, a annoncé dimanche la Conférence des élus de Meuse-Condroz-Hesbaye, la structure supracommunale qui fédère les 31 communes de ce territoire.

    La société gestionnaire des déchets avait annoncé la réouverture prochaine des parcs, moyennant une présence policière.

    Dans un courrier adressé à Intradel, l’association intercommunale qui assure la gestion des déchets dans 72 communes de la province de Liège, les bourgmestres de Huy-Waremme estiment que «les conditions imposées pour la réouverture des recyparcs vont au-delà des exigences posées par la directive ministérielle, surtout quant à la présence permanente de forces policières pour la sécurité à l’extérieur et à l’intérieur de la zone de tri des déchets».

    Trente entités sur les 31 que compte l’arrondissement de Huy-Waremme sont concernées, seule Héron étant affiliée, en cette matière, au Bureau économique de la province de Namur (BEP).

    Dans leur missive, les bourgmestres huy-waremmiens expliquent se réjouir de la réouverture progressive et maîtrisée des recyparcs, soulignant que la situation devenait compliquée dans certaines zones du territoire, au vu notamment des difficultés du stockage en espace urbain ou encore de la prolifération de dépôts clandestins.

    «Tant pour les agents de l’Intercommunale que pour les citoyens, les conditions d’accès aux parcs et d’utilisation de ceux-ci doivent être précises, rigoureuses et scrupuleusement respectées. Mais la réouverture des recyparcs ne peut se faire sur le dos des communes et des zones de police», exposent-ils. Estimant que prévoir des agents en faction dans les recyparcs est excessif et trop contraignant pour des zones de police fortement sollicitées depuis le début de la crise et qui, surtout, doivent assumer des missions bien plus larges, les élus locaux demandent instamment à l’intercommunale Intradel de revoir sa position sur les conditions d’ouverture des recyparcs.

    Source en ligne libre d’accès par BELGA sur > https://www.sudinfo.be/id180506

    Lire notre post d’hier sur le sujet avec l’avis du Bourgmestre Manu Douette > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2020/04/18/hannut-les-directives-exigees-pour-la-reouverture-du-recypar-

    Un dossier hyper complet pour les abonnés à la version digitale > https://huy-waremme.lameuse.be/547369

  • Imprimer

    HANNUT> UN POLICIER INTERPELLÉ POUR CONSOMMATION DE STUPÉFIANTS

    Un policier de la zone Hesbaye-Ouest a été entendu par ses « collègues » de la zone de Hesbaye dans le cadre d’une affaire de stupéfiants.

    Selon « L’Avenir », ce policier aurait été vu à plusieurs reprises en train de consommer de la cocaïne dans un café de Hannut. Il s’en serait même vanté auprès d’autres policiers. L’enquête, initiée à la demande du Parquet, pour consommation et trafic de drogue, est toujours en cours. Actuellement, aucune sanction n’est tombée, mais le policier a été invité, par sa hiérarchie, à se mettre en congé de maladie pour éviter une suspension par mesure d’ordre.

    Une situation qui heurterait certains policiers de la zone Hesbaye-Ouest.

    Selon Fabrice Discry, délégué permanent du syndicat national de police et de sécurité (SNPS), elle pourtant assez courante. « Tant que rien n’est prouvé et que l’enquête est toujours en cours, c’est un procédé qui se pratique régulièrement. Le Conseil d’Etat admet qu’il n’est pas utile de suspendre un membre du personnel qui se trouve en incapacité de travail. »

    La suspension par mesure d’ordre peut-être décidée par le Collège de la zone de police. C’est également le Collège qui devra éventuellement se prononcer sur d’éventuelles sanctions disciplinaires au terme de la procédure pénale.

    Source AB.T sur site libre > https://huy-waremme.lameuse.be

  • Imprimer

    HANNUT: UNE PEINE DE 90H POUR L’AGRESSION D’UN POLICIER

    Le 5 août 2015, alors qu’Agnès accompagne une de ses amies au commissariat de la police Hesbaye-Ouest, à Hannut, celle-ci voit son véhicule contrôlé.

    Connaissant l’inspecteur désirant effectuer le contrôle, et avec qui elle n’entretient pas une relation cordiale, Agnès demande que le contrôle soit réalisé par un autre agent. L’agent de police concerné refuse et Agnès s’énerve. Se sentant provoquée, la mère de famille, accompagnée de sa fille de 12 ans, coince le bras du policier dans une porte-fenêtre de l’Hôtel de police.

    Pour le parquet, l’inspecteur a fait son travail. Il considère qu’il était normal pour le policier d’effectuer … La suite pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/163186

    Source > MA sur > http://huy-waremme.lameuse.be

    En archive sur ce blog les faits > JUDICIAIRE > CONTRÔLE DE VÉHICULE : ELLE AGRESSE L’AGENT DE POLICE sur > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/

  • Imprimer

    HANNUT: UN POLICIER FRAPPE LORS D'UNE BAGARRE APRES LE MATCH BELGIQUE-ALGERIE

    333038291_B972954790Z_1_20140618142448_000_GG42LRC6G_1-0.jpg

    Un policier de la zone Hesbaye-Ouest a été frappé avant-hier soir à Hannut, rue Zénobe Gramme.

    Après la diffusion du match du Mondial Belgique-Algérie. Il est en incapacité de travail durant deux jours. Ce dernier tentait de séparer deux personnes qui se bagarraient.

    Une personne est arrivée par derrière et lui a donné un coup de poing.

    Le Parquet de Huy a été avisé des faits. L’homme doit être entendu.

    Source > Rédaction en ligne de M.L sur > http://www.sudinfo.be/1034326