phishing

  • Imprimer

    BON A SAVOIR > LA MISE EN GARDE DE PROXIMUS > ATTENTION AU PHISHING!

    La société de télécommunication Proximus met en garde contre une nouvelle arnaque fréquemment utilisée en ligne > Le phishing !

    Le phishing, cette pratique de plus en plus utilisée par les arnaqueurs… Mais le phishing, qu’est-ce que c’est au juste ?

    Il s’agit de l’ensemble des techniques qu’utilisent les personnes mal intentionnées sur internet pour obtenir vos coordonnées bancaires, mots de passe et autres informations personnelles. Le phishing est un crime commis en ligne, dont les victimes sont approchées par e-mail, téléphone ou messages privés, par une personne qui se prétend être une vraie entreprise, afin de créer une relation de confiance dans le but d’escroquer plus facilement la victime.

    Proximus donne un exemple de phishing très fréquent. « Vous avez, par exemple, gagné un smartphone ou un beau voyage, et vous n’avez que quelques minutes pour « réclamer votre prix ». Vous devez alors cliquer sur un lien, et payer une somme (souvent minime) en ligne. Pour couvrir les frais d’envoi par exemple. Vous devez alors entrer vos données bancaires, ou remplir une petite enquête. » expliquent-ils. La compagnie de télécommunication prévient ses clients de ne « surtout pas cliquer sur le lien que comporte le message ».

    Que faire en cas de phishing ?

    Selon Proximus, il est facile de reconnaître le phishing si l’on est attentif. Pour cela il faudra bien analyser le message.

    Celui-ci : « comporte généralement une pression au niveau du temps, et vous n’avez que quelques minutes pour réagir.

    Il est totalement inattendu. Vous n’avez par exemple jamais participé à un concours pour tenter de remporter ce smartphone. Ou vous n’êtes même pas client(e) au sein de l’entreprise en question.

    Des informations confidentielles vous sont demandées, comme le numéro et le code CVC de votre carte de crédit. Voire même votre code pin.

    L’adresse du site web qui vous envoie le message n’a rien à voir avec l’entreprise. Faites également bien attention car cela peut parfois prendre une forme semblable : « Proximus » ou encore « proximus.winthis.com ».

    Le message vous est adressé de manière vague. Il commence généralement par « Monsieur/Madame », ou par votre adresse mail » explique opérateur téléphonique.

    Si malgré tout, vous êtes victime de phishing, Proximus vous conseille de « ne jamais cliquer sur le lien dans le message même de f ermer votre navigateur, d’effectuer une mise à jour de sécurité et un scan éventuel de virus sur votre appareil, ainsi que de bloquer tous les pop-ups dans votre navigateur. »

    Dans le cas extrême où vous avez déjà payé le montant demandé mais que vous pensez avoir été victime de phishing, pensez à bloquer le plus vite possible vos cartes bancaires via Cardstop : 070344344.

    Source libre > https://www.sudinfo.be/id138954

    Illustration 123RF

  • Imprimer

    PHISHING SUR LE WEB > PLUS DE 85.000 COURRIELS SUSPECTS SIGNALÉS

    Le Centre pour la cyber sécurité Belgique a lancé une campagne de sensibilisation dans le cadre du mois européen de la cyber sécurité.

    Pour cette édition, c’est le phénomène du phishing qui est « mis à l’honneur ».

    En gros, en surfant sur suspect@safeonweb.be , vous pourrez voir très concrètement, à qui vous êtes confrontés au quotidien. À savoir, de faux mails. Et souvent ils sont bien faits. Ainsi, si vous voyez que Bpost vous propose un concours pour gagner 10.000 euros ou que Delhaize vous offre une réduction de 500 euros sur vos courses, ce n’est pas forcément vrai. Mais c’est tellement bien fait (avec les logos des enseignes) que l’on peut douter. Et tomber dans le piège. Parce que le but de ces faux sites est évidemment d’avoir vos données personnelles, votre numéro de compte… pour vous voler des sous.

    trois sites bloqués par jour

    Et c’est ce que le Centre veut dénoncer. La campagne a été lancée il y a un mois et les résultats sont étonnants, c’est le moins que l’on puisse écrire : « Rien qu’avec les annonces sur Facebook et Instagram, nous avons pu toucher … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 25/11/2017

    En ajoutant : il va sans dire que suspect@safeonweb.be  continue d’exister. Alors n’hésitez pas et faite donc le test, c’est vraiment instructif. Vous verrez comment on peut vous piéger… ou pas.

    Source > M.SP. Sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 25/11/2017

    Illustration > sites.psu.edu