paypal

  • Imprimer

    ATTENTION SI VOUS UTILISEZ PAYPAL POUR RÉGLER VOS ACHATS EN LIGNE > UNE FAILLE DE SÉCURITÉ PERMET DES TRANSACTIONS NON AUTORISÉES

    Plusieurs utilisateurs ont vu des paiements autorisés à leur insu après que leur compte Paypal a été piraté

    Plusieurs transactions inexpliquées, pouvant atteindre parfois des centaines d’euros. Voilà de quoi se plaignent aujourd’hui de nombreux utilisateurs de PayPal, un service de paiement en ligne qui fait office d’alternative à la carte de crédit pour offrir une plus grande sécurité.

    Du moins en théorie. Car plusieurs personnes, qui ont lié leur compte au service Google Pay, sont aujourd’hui victimes d’un piratage.

    Ceux-ci ont en effet remarqué des achats depuis leur compte Google Pay qu’ils n’avaient pas autorisé. Leur point commun ? Toutes ces transactions ont été effectuées avec leur fond PayPal et sur des magasins américains, alors que les propriétaires sont, pour la plupart allemands et ne vivent donc pas sur le sol américain. « Les destinataires des transactions sont souvent des magasins Target, référencés dans les relevés sous la forme « Target T- » », explique 01net.

    Il s’agirait d’une faille de sécurité dans le service de paiement sans contact de Google Pay dans PayPal, selon un chercheur en sécurité allemand. Ce dernier l’avait déjà repérée il y a plus d’an et averti les services, sans réponses de leur part.

    Si votre compte PayPal est lié à votre compte Google Pay, vérifiez donc toutes vos transactions.

    Si vous remarquez un achat frauduleux, contactez PayPayl qui vous remboursera.

    Pour éviter tout problème, en attendant que la faille soit résolue, il est conseillé de suspendre la connexion de son compte avec Google Pay.

    Source en ligne libre > https://www.sudinfo.be/id169723

    Illustration123RF

  • Imprimer

    FRAUDE INFORMATIQUE > PAYPAL > MÉFIEZ-VOUS DES ARNAQUES !

    Un conseil : suivez les procédures habituelles 

    Face à l’augmentation des escroqueries liées aux comptes Paypal ces derniers mois, la police fédérale met en garde. 

     « Si vous l’utilisez, vous le savez, son principe de fonctionnement est très simple », explique Olivier Bogaert, commissaire de la Computer Crime Unit, l’unité de lutte contre la criminalité informatique de la police fédérale.

    « Lors de la création de votre compte, vous fournissez vos coordonnées et vous choisissez une adresse mail qui deviendra votre identifiant unique. Le service est gratuit si vous l’utilisez pour payer un achat. Il est payant, via le prélèvement d’un petit pourcentage, si vous êtes le vendeur. Dans ce dernier cas, soit Paypal vous fait parvenir une facture que vous payez via votre compte bancaire soit, la société prélève cette commission sur la carte de crédit dont vous avez communiqué les coordonnées. »

    Lorsque vous vendez, l’acheteur demande à régler via Paypal et c’est là que, visiblement, survient de plus en plus un cas d’arnaque bien particulier. Une victime en a fait les frais récemment : « Françoise, alors qu’elle a vendu son objet 100 euros, a vu son compte crédité de 1.000 euros. Son acheteur la contacte, s’excusant, il a fait une erreur de manipulation et demande qu’elle lui retourne les 900 euros qu’il a versés par erreur. Et de demander que ce montant lui soit envoyé en utilisant les coordonnées d’un compte qu’il lui fournit. Confiante et pensant lui rendre service, Françoise s’exécute et verse les 900 euros. »

    Erreur fatale. Elle aurait dû se renseigner et vérifier qu’il s’agissait bien d’une procédure habituelle de Paypal. Ce n’était pas le cas. « Dans le cas d’une vente via ce service, le remboursement pouvait intervenir par un simple renvoi de la somme vers le compte Paypal de l’acheteur. Mais, dans notre histoire, l’acheteur n’était pas le titulaire du compte Paypal, mais bien un escroc qui en utilisait les coordonnées, vraisemblablement obtenues par phishing. Françoise est doublement victime : de la somme qu’elle a envoyée mais aussi de ce même montant que lui réclame désormais le légitime titulaire du compte qui a été utilisé. »

    Tout aussi interpellant, le cas de ce jeune … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 07/04/2018

    Source > J.M. sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 07/04/2018

    Autre article connexe sur la page de votre journal > « Les escrocs tentent de profiter des plus fragiles »