meutre

  • Imprimer

    LENS SAINT-REMY (HANNUT) > LE MEURTRIER DE CHANTAL HUMBLET DÉBOUTÉ EN CASSATION

    Le 8 février dernier, la cour d’assises de Liège condamnait le Hutois Stéphane Médot (40) et la Hannutoise Sabrina Joannes (43) pour un vol avec violence commis sur la personne de Chantal Humblet, avec la circonstance qu’un homicide a été perpétré pour en assurer l’impunité.

    Récidiviste, Stéphane Médot avait écopé de la perpétuité ; sa compagne, mère de trois enfants et sans casier judiciaire, avait été condamnée à 25 ans de prison. Via son avocat, Médot a déposé un pourvoi en cassation. Il a été débouté.

    Me Simonis, qui défend Stéphane Médot aux côtés de Me Berbuto, avait annoncé rapidement avoir déposé un pourvoi en cassation, estimant qu’il y avait des problèmes de procédure.

    Me Töller et Me Molders-Pierre, pour Sabrina Joannes, avaient fait de même, mais leur cliente s’est finalement désistée de son pourvoi … / …

    … / … Vers la cour européenne des droits de l’homme

    La cour de cassation, qui juge la forme et non le fond, vient donc de statuer sur le seul pourvoi restant dans ce dossier, et elle a débouté Stéphane Médot.

    Pourtant, rappelle Me Simonis qui ne décolère pas, La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 07/06/2019

    Source > LWS sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 07/06/2019

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale > https://huy-waremme.lameuse.be/398112

  • Imprimer

    LENS SAINT REMY (HANNUT) – (SUITE x) MEURTRE DE LA PÉDICURE > STÉPHANE MÉDOT ET SABRINA JOANNES VONT EN CASSATION

    Il pourrait y avoir un nouveau procès pour le meurtre de Chantal Humblet

    Aura-t-on un nouveau procès dans le dossier de la pédicure de Lens Saint Remy ?

    Un recours en cassation a été introduit tant par les avocats de Stéphane Médot, qui ont fait cela, il y a quelques jours, que par les conseils de Sabrina Joannes, qui ont confirmé l’avoir introduit ce vendredi.  

    Le 8 février, la cour d’assises de Liège a condamné le Hutois Stéphane Médot (40) et la Hannutoise Sabrina Joannes (43) pour un vol avec violence commis sur la personne de Chantal Humblet, avec la circonstance qu’un … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 23/02/2019

    Récidiviste, le Hutois a écopé de la perpétuité ; sa compagne, mère de trois enfants et sans casier judiciaire, a été condamnée à 25 ans de prison.

    Vu la peine prononcée contre lui, en cas de nouveau procès Stéphane Médot ne risque pas grand-chose de plus, si ce n’est une mise à disposition du tribunal d’application des peines : « Il y a des problèmes de La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 23/02/2019

    Il faut quelques mois à la cour de cassation pour statuer, non sur le fond du dossier, mais bien sur la forme. Si elle casse l’arrêt, l’affaire doit être rejugée dans une autre juridiction.

    Source > LWS sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 23/02/2019

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale >https://huy-waremme.lameuse.be/351069

  • Imprimer

    MEURTRE DE LENS SAINT REMY (HANNUT) > MÉDOT ET JOANNES RISQUENT LA PERPÉTUITÉ

    Les jurés ont mis sept heures, ce jeudi, pour trancher sur la culpabilité de Stéphane Médot et Sabrina Joannes.

    Ils sont tous les deux déclarés coupables de vol avec circonstance aggravante de meurtre sur Chantal Humblet.

    Les jurés ont souhaité rentrer chez eux à l’issue de cette longue délibération, et ce afin de statuer sur la peine ce vendredi.

    A 9 heures, l’avocat général Pascale Schils débutera avec le réquisitoire sur les peines, puis on entendra Me Töller et Me Molders-Pierre pour Joannes, et Me Simonis et Me Berbuto pour Médot. Tous deux risquent la perpétuité.

    Le compte rendu complet en ligne pour les abonnés à la version digitale > https://huy-waremme.lameuse.be/343847

    La suite demain vendredi !

    Source en ligne de LWS à 21h52 > https://huy-waremme.lameuse.be/343847

  • Imprimer

    MEURTRE À LENS SAINT REMY (HANNUT) > LA DÉFENSE DE JOANNES CONTESTE SA CULPABILITÉ

    Les avocats de Sabrina Joannes ont soutenu mercredi matin devant la cour d’assises de Liège que Sabrina Joannes doit être condamnée pour avoir commis un vol avec violences.

    Me Töller et Me Molders-Pierre ont par contre contesté sa présence sur les lieux des faits et sa responsabilité dans l’homicide qui a été commis car elle n’avait pas envisagé l’usage de la violence lors du vol.

    Stéphane Médot (40 ans) et Sabrina Joannes (42 ans) sont accusés d’avoir commis un vol avec circonstance aggravante de meurtre sur Chantal Humblet (53 ans) à Lens-Saint-Rémy le 31 mai 2016. Chantal Humblet, une pédicure, avait été étouffée et étranglée. Mardi, l’avocat général avait réclamé la culpabilité des deux accusés sur des faits de vol avec la circonstance aggravante de meurtre.

    Les avocats de Sabrina Joannes ont dressé le portrait d’une femme isolée et surmontée par le poids de ses mensonges répétés. « Il faut … … / … La suite en ligne pour les abonnés à la version digitale > https://huy-waremme.lameuse.be/342967

    Sabrina Joannes a retrouvé la prison

    Source en ligne non libre > https://huy-waremme.lameuse.be

    Le dossier complet également sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 06/02/2019

  • Imprimer

    ASSISES DE LIÈGE > « SI VOUS AVIEZ TENU COMPTE DE MA PLAINTE, CETTE DAME NE SERAIT PEUT-ÊTRE PAS MORTE »

    Le témoignage accablant d’un Hannutois menacé par Stéphane Médot : « J’étais pétrifié » 

    Un témoignage a particulièrement retenu l’attention, aux assises de Liège ce lundi : celui d’un Hannutois, agent pénitentiaire, qui avait été menacé par l´accusé quelques mois avant l’agression mortelle de Chantal Humblet. 

    Stéphane Médot a, durant son incarcération à Huy, été suivi par une psychologue de Wasseiges. Celle-ci est devenue une des directrices de Lantin en septembre 2013, et c’est par hasard que l’accusé et elle se sont croisés, en mai 2014 : elle faisait son shopping dans un centre commercial hutois, il était en libération conditionnelle. Ils avaient discuté, puis pris un verre, et … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 05/02/2019

    … / … La présidente Urbain a toutefois lu sa déclaration, dans laquelle elle explique avoir été mal à l’aise lors de leur relation sentimentale, car elle savait qu’en tant que directrice d’un établissement pénitentiaire, il était malvenu d´avoir pour compagnon un libéré conditionnel condamné pour prise d’otage et braquages… Elle a d’ailleurs … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 05/02/2019

    … / … Si vous aviez considéré ma plainte comme il avait fallu, cette pauvre dame ne serait peut-être pas morte aujourd’hui ! », a affirmé le témoin en regardant la cour. « Cette histoire m’a profondément marqué, et me laisse perplexe quant au système judiciaire » … / …

    Source > LWS sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 05/02/2019

    Photo par > Thomas Van Ass

    AUTRE ARTICLE sur votre journal > Derniers témoins de moralité > Beaucoup lui ont tendu la main

    Le dossier au grand complet pour les abonnés à la version digitale > https://huy-waremme.lameuse.be/342581

  • Imprimer

    LENS SAINT REMY (HANNUT) – COUR D’ASSISES (SUITE Y) « IL DEVAIT PRENDRE LES CLÉS DE L’AUDI ET PARTIR »

    Meurtre de la pédicure: Stéphane Médot et Sabrina Joannes plaident le vol qui a mal tourné

    Stéphane Médot (40 ans) de Huy et Sabrina Joannes (42) de Hannut ont comparu ce lundi devant la cour d’assises de Liège. Ils sont accusés du vol aggravé du meurtre de la pédicure hannutoise Chantal Humblet, le 31 mai 2016 à Lens-Saint-Remy (Hannut). 

    Depuis leur arrestation en juin 2016, les deux accusés, … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 29/01/2019

    … / … « Le plan était clair, simple et rapide. Il devait rentrer chez Chantal Humblet, prendre les clefs de l’Audi Q5 et partir » explique Joannes. « Mais rien ne s’est passé comme prévu », souffle Médot.

    Dans la maison, affirme-t-il, la pédicure l’a surpris alors qu’il fouillait dans son sac à la recherche des clefs. « J’ai voulu aller vers elle, mais elle m’a gazé, j’ai mis alors la main sur sa bouche. Elle m’a mordu. Je l’ai repoussé violemment puis je l’ai ramené dans son bureau où je l’ai gazé à mon tour ». De là, il l’a transporté dans la chambre à coucher, où il lui a entravé les bras et les pieds avec du colson. « Elle n’arrêtait pas de crier foutez le camp, prenez ce que vous voulez, j’ai pris peur, elle allait alerter les voisins. J’ai mis un mouchoir dans sa bouche, puis comme elle essayait de se relever, je me suis mis à califourchon sur elle et j’ai mis mes mains sur son nez et sa bouche en lui demandant d’arrêter de crier. »

    Après un temps qu’il ne peut définir, il a senti qu’elle ne respirait plus. « J’ai compris qu’elle était décédée ». La présidente lui fait observer que des traces de strangulation ont aussi été retrouvées sur le cou. Il ne se les explique pas.

    Source > Marie-Claire Gillet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 29/01/2019

    Le dossier complet avec les photos sur > https://huy-waremme.lameuse.be/339190

    Autres titres développés sur votre journal de ce mardi 29/01

    • Des regrets tardifs en fin d’audience
    • Sabrina Joannes > « Oui, j’ai menti   mais j’étais perdue »
    • Stéphane Médot « J’allais être papa, j’étais sous pression »
    • Trop de travail dans son entreprise : un juré remplacé

    Les derniers articles de ces 12 derniers mois sur cette affaire >>>

    22 janvier > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/01/22/meurtre-de-la-pedicure-a-hannut-sabrina-joannes-sort-de-pris-246092.html

    22 février > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/02/02/lens-saint-remy-hannut-meurtre-de-chantal-humblet-une-expert-247027.html

    27 mai > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/05/27/lens-saint-remy-hannut-meurtre-de-chantal-humblet-sabrina-jo-255854.html

    03 juillet > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/07/03/lens-saint-remy-hannut-meurtre-de-chantal-humblet-suite-258601.html

    20 décembre > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/12/20/meurtre-a-lens-saint-remy-hannut-suite-6-le-terrible-piege-t-269946.html

    22 janvier 2019 > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2019/01/22/lens-saint-remy-hannut-judiciaire-meurtre-de-la-pedicure-sui-271810.html

  • Imprimer

    HANNUT (L-St REMY)- MEURTRE DE CHANTAL HUMBLET > SUITE > SA COMPLICE L’ACCUSE DE VIOL

    Stéphane Médot aurait forcé Sabrina J. à avoir des rapports sexuels

    En marge de celui du meurtre de la pédicure de Hannut Chantal Humblet, un dossier de viol a été ouvert. La complice du meurtrier Stéphane Médot affirme avoir été contrainte à entretenir des rapports sexuels. En attendant, Sabrina J. reste en prison.  

    Le soir du 24 mai dernier, la fille de Chantal Humblet, pédicure de 53 ans domiciliée à Hannut, se rendait chez sa maman, qu’elle ne parvenait pas à joindre. Elle avait découvert son corps sans vie, dans la chambre ; un chiffon lui obstruait la bouche et elle avait été ligotée.

    Les enquêteurs ont notamment visionné les images de surveillance d’une station-service proche de la maison de la victime, à Lens-Saint-Remy. Ils ont ainsi reconnu Stéphane Médot, 36 ans, qui a passé une douzaine d’années derrière les barreaux avant de fonder une asbl destinée à éviter la prison aux jeunes. Sur la vidéo, il discutait avec une dame qui semblait lui indiquer la maison de la victime. Cette dame, c’est Sabrina J., une mère de 3 enfants, gardienne de prison, avec laquelle il sortait. Son nom a été retrouvé parmi les clientes de la pédicure. Elle a comparu devant la chambre des mises en accusation de Liège, ce mardi.

    L’Audi Q5 de la victime avait été retrouvée à 8 km du lieu du crime. A la revente, elle valait 3.000 euros ; d’après la version du couple, c’est en vue de la dérober que l’opération avait été montée. Stéphane Médot se serait présenté, d’après lui, comme étant négociant en vins. Elle lui aurait ouvert la porte, et c’est parce qu’elle criait qu’il l’aurait étouffée. Dans cette maison sans voisin direct, n’y avait-il pas d’autre moyen d’éviter qu’elle ne crie ? Et pourquoi prendre de tels risques pour 3.000 euros ? Telles sont les questions, primordiales pour l’enquête, qui restent sans réponse. Stéphane Médot se tient à cette version, et Sabrina J. affirme que c’est effectivement un projet de vol qui lui avait été présenté par son compagnon. Elle ignorait, dit-elle, que la … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 07/09/2016

    Source > LWS sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 07/09/2016

    L’article en ligne sur > http://www.lameuse.be/1663615/article/2016-09-07/meurtre-de-chantal-humblet-a-hannut-stephane-medot-accuse-de-viol-par-sa-complic

    Nos articles précédents avec l’historique sur ce blog :

    02 juin > LENS SAINT REMY (HANNUT) CHANTAL HUMBLET (53) RETROUVÉE ÉTOUFFÉE

    05 juin > LENS SAINT REMY (HANNUT) L’AUTO DE CHANTAL HUMBLET RETROUVÉE > APPEL A TEMOIN !

    19 juin > MEURTRE DE CHANTAL HUMBLET À HANNUT > UN COUPLE SOUS MANDAT D’ARRÊT

    23 juin > HANNUT: CHANTAL HUMBLET, LA PEDICURE DE 53 ANS, TUEE PAR UN BRAQUEUR REPENTI ET UNE ANCIENNE GARDIENNE DE PRISON

    26 juin > LENS SAINT REMY > HANNUT: ON SAIT QUI A TUÉ CHANTAL HUMBLET GRÂCE À SON AGENDA DE PÉDICURE

  • Imprimer

    LENS SAINT REMY > HANNUT: ON SAIT QUI A TUÉ CHANTAL HUMBLET GRÂCE À SON AGENDA DE PÉDICURE

    Le 24 mai dernier vers 22 h30, la fille de Chantal Humblet, inquiète du fait qu’elle ne parvenait pas à joindre sa maman …

    SUR LES CAMÉRAS D’UN MAGASIN

    Deux éléments leur auraient mis la puce à l’oreille : d’abord, l’agenda de la pédicure, avec laquelle Sabrina Johannes avait rendez-vous au moment de son agression.

    Ensuite, les images de vidéosurveillance d’une station-service proche du lieu des faits, où l’on voit Sabrina montrer à son compagnon, Stéphane Mélot, la maison de la victime. Les policiers connaissaient cet homme de 36 ans, « repenti », qui avait passé des années derrière les barreaux avant de créer une asbl pour aider les jeunes à ne jamais se retrouver en prison. Sur les images de vidéosurveillance, ils l’ont immédiatement reconnu. Les deux sont sous les verrous.

    La famille de Christiane Humblet vient de se constituer partie civile ; c'est M e Wilmotte qui les représenteront. « Mes clients forment une grande famille soudée et la situation face à laquelle ils se trouvent confrontés est abominable », explique l’avocat. « Le fait de se constituer parties civiles leur permettra d'être parties à la cause, de participer au déroulement de l'instruction, d'avoir un accès au dossier pour que la justice puisse s'exercer ». La découverte du corps de sa maman a causé, on peut l'imaginer, un choc terrible à sa fille : « personne ne peut imaginer que des choses comme celles-là peuvent se passer », poursuit M e Wilmotte. « Madame Humblet était une femme adorable, qui n'a jamais eu de problème avec quiconque. Sa famille a besoin de comprendre l'incompréhensible. »

    Lire également l’article en ligne sur > http://www.lameuse.be

    Source > Journal LA MEUSE H/W de ce samedi 25/06/2016