job

  • Imprimer

    VILLE DE HANNUT > JOB ÉTUDIANT > ÉTÉ SOLIDAIRE, JE SUIS PARTENAIRE 2020

    Programme « Été Solidaire », dans lequel la ville engagera une douzaine d'étudiants entre 15 et 21 ans (dans des projets à missions plus sociales et solidaires

    • Tu as entre 15 et 21 ans ?
    • Tu veux te rendre utile ?
    • Tu veux développer ton sens de la citoyenneté et de la solidarité ?
    • Tu es libre par tranche de dix jours ouvrables du 1er juillet au 31 août 2020 ?

    Alors, pose ta candidature !

     « Été solidaire, je suis partenaire » est un programme de job étudiant, durant les mois de juillet et août, qui s’adresse aux jeunes, domiciliés dans la commune de Hannut.

    Ce job constitue pour beaucoup de jeunes engagés, un premier contact avec la vie professionnelle et ses exigences.

    La démarche, soutenue par la Région Wallonne, vise à impliquer les jeunes dans la valorisation, l’amélioration et l’embellissement de leur environnement ainsi qu’à développer le sens de la citoyenneté et de la solidarité vis-à-vis des personnes défavorisées ou en difficulté (personnes âgées, handicapées, démunies, etc.). Au total, ce sont 12 postes qui sont disponibles et répartis sur plusieurs périodes en juillet et août afin d’effectuer des tâches à la Résidence Loriers (maison de repos) ou dans des ASBL à caractère social.

    Pour plus d’informations sur l’opération « Été solidaire, je suis partenaire » : http://cohesionsociale.wallonie.be/actions/ESOL

    Candidatures 2020 : Les dossiers de candidature sont à envoyer uniquement par mail à l’adresse recrutement@hannut.be  avec pour objet « Candidature été solidaire 2020 » pour le 7 juin 2020 à minuit au plus tard, comprenant :

  • Imprimer

    LA VILLE DE HANNUT CHERCHE DES ÉTUDIANTS POUR L’ÉTÉ

    Durant la période l’été (juillet et août), la Ville de Hannut va engager des étudiants.

    Elle propose trois fonctions différentes. Les candidatures doivent être envoyées pour le 1er mai.

    Voici les trois jobs proposés :

    >Été solidaire, je suis partenaire 2019pour les jeunes de 15 à 21 ans (https://www.hannut.be/ete-solidaire-je-suis-partenaire-2019/) – 3 périodes de 15 jours.

    >Service parcs et plantations – emploi ouvrier - Aide pour l’entretien de nos espaces verts et le nettoyage de nos rues - pour les jeunes de plus de 16 ans – juillet et août.

    >Service de l’accueil et office du tourisme – emploi administratif – accueil et orientation du citoyen, rédaction de différents documents administratifs - pour les jeunes de plus de 18 ans - juillet et août.

    Les jeunes qui souhaitent postuler à l’un de ces emplois, doivent envoyer leur candidature au service personnel et organisation (recrutement@hannut.be) ou Ville de Hannut, Service P&O, Rue de Landen, 23 à 4280 Hannut. Il convient de préciser pour quel emploi vous postulez.

    Il est également opportun de vérifier que le jeune pourra assumer l’emploi en fonction du quota d’heures autorisé pour les prestations étudiantes.

    >Attention, les candidatures doivent être envoyées pour le 1er mai et elles doivent comprendre

    -un CV

    -une lettre de motivation

    -une copie R/V de la carte d’identité. Les candidatures incomplètes à la date du 1er mai ne seront pas prises en considération.

    >Plus d’informations : recrutement@hannut.be ou 019/63.03.86.

    Source > https://huy-waremme.lameuse.be  via site de la Ville > https://www.hannut.be/ete-solidaire-je-suis-partenaire-2019

  • Imprimer

    HANNUT: LE MAGASIN BRANTANO RECRUTE

    Situé le long de la route de Landen à Hannut, le magasin de chaussures Brantano est à la recherche d’une vendeuse ou d’un vendeur pour un contrat CDD en vue d’un engagement à long terme.

    Les personnes intéressées doivent déposer leur candidature au magasin (route de Landen 56 à Hannut) ou poster leur CV sur le site internet Brantano.

    Votre candidature spontanée via jobs@fng.eu  ou vous rendre directement au magasin de Hannut

    BRANTANO Hannut > https://www.brantano.be

    Source > D.R. Sur > http://huy-waremme.lameuse.be/234218

  • Imprimer

    LES VACANCES APPROCHENT POUR LES ÉTUDIANTS > JOBISTES, … MAIS ENCORE > LES CONSEILS DE L’UCM

    Comme chaque année, les vacances de Printemps lancent la période de recrutement de travailleurs étudiants.

    Une expérience Win-Win pour l’étudiant et l’employeur.

    Le contrat d’étudiant permet à des centaines de milliers de jeunes (et moins jeunes) de se lancer sur le marché de l’emploi.

    Il faut le souligner d’emblée, le régime particulier qui s’attache au travail des étudiants est avantageux pour les deux parties. L’étudiant qui preste jusqu’à 475 heures ne paie pas d’impôts sur sa rémunération. Le taux de cotisations sociales (volet employeur et travailleur) est quant à lui réduit (2,71 % à charge du travailleur et 5, 43 % à charge de l’employeur).

     Depuis 2017, la réforme du travail étudiant a grandement amélioré la flexibilité du régime. Exit, le comptage en jours au profit d’un comptage en heures. Et plus de différence selon que l’étudiant preste durant le trimestre d’été ou durant un autre trimestre. Autre élément important, la sanction en cas de dépassement du contingent. Il ne s’agit plus de régulariser l’ensemble de la période travaillée dans le régime ordinaire des salariés. La régularisation se limitera au nombre d’heures « en trop ».

     Il revient toujours à l’étudiant de montrer qu’il n’a pas épuisé son quota d’heures au moyen d’une attestation fournie via le site student@work.

    Cette flexibilité est une bonne chose pour les PME (le commerce et l’Horeca sont de loin les secteurs les plus prisés par les étudiants). Elle permet de multiplier les possibilités de travail pour les étudiants. 50 jours de 4 heures épuisaient le contingent compté en jours. Il n’est même pas  à moitié entamé si on compte en heures.

     L’ensemble des partenaires sociaux n’est toutefois pas de cet avis. Le banc syndical est récemment sorti du bois pour demander qu’une définition restrictive du concept d’étudiant soit prise.  Il s’agit de limiter l’accès au statut d’étudiant, voire de l’abroger de facto. Cette position va à l’encontre de l’évolution positive à la fois du nombre de travailleurs étudiants (qui augmente constamment et vient en 2016 de dépasser les 500.000), mais aussi de leur rémunération : en 2016, chaque étudiant a gagné 1.762 € brut (soit 1.714 € net) pour 23,4  jours de travail, en moyenne.

     Pour l’UCM, le travail des étudiants ne remplace pas le travail des autres salariés. Au contraire, il le complète tout en offrant un premier contact avec le monde du travail. L’accès au statut particulier des étudiants doit rester ouvert, même si tous les abus ne sauraient être permis.

    En savoir plus :

    Source d’info > https://www.ucmvoice.be/2018/04/06

  • Imprimer

    JAMAIS TROP TARD POUR SE FORMER! > LE DOSSIER DE JOBSRÉGIONS - FORMATION

    31 000 postes vacants mais un chômage toujours élevé en Wallonie! Le problème: une pénurie de main-d’œuvre adéquate 

    Tant l’UWE (Union Wallonne des Entreprises) que la FEB (Fédération des Entreprises de Belgique) l’a réaffirmé haut et fort en ce début d’année en guise de mise en garde, la pénurie de main-d’œuvre, qui bride la croissance, sera l'un des grands défis de 2018. Un constat qui replace inévitablement la question de l’(in)adéquation entre la formation et les besoins du marché de l’emploi au centre des débats. 

    Une reprise économique

    Selon l’UWE, la Wallonie comptait 31.329 postes vacants à la fin du troisième trimestre 2017. « La reprise économique est là mais la croissance est freinée en Wallonie par une pénurie de main-d’œuvre alors que … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 22/01/2018

    Freinée par la pénurie de main-d’œuvre wallonne

    Les économistes de l’UWE l’assurent : « le taux de croissance de la Wallonie serait d’office supérieur [à 1,8% en 2018] si ce problème d’emplois vacants était résolu. Les entreprises se plaignent de voir leur croissance freinée. Elles ont aujourd’hui la possibilité de … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 22/01/2018

    Une offre de formation conséquente en Wallonie

    La Wallonie ne manque pourtant pas de possibilités et d’offres de formation. En effet, en plus des filières d’enseignement dites classiques (Universités, Hautes-Écoles,etc..), il en existe d’autres, souvent très pragmatiques et très porteuses, car en connexion directe avec le marché du travail : Centre de Compétences (25), Centres d’Insertion Socio-Professionnelle (CISP), formations en alternance, formations professionnelles et qualifiantes, des Centres de validation des compétences, etc... Au moment où le chômage des jeunes restes structurels et importants, il convient de se poser la question de l’orientation à donner à ceux-ci. Celle-ci doit évidemment rencontrer l’intérêt du … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 22/01/2018

    … / … Un pas de plus pour la formation en alternance

    En dotant, lundi 15 janvier dernier, l’Office Francophone de la Formation en Alternance (l’OFFA) de son premier contrat de gestion, le monde politique a défini des priorités claires : optimiser l’offre de places de stage en entreprises, poursuivre les synergies entre le monde de l’enseignement et celui de la formation, assurer la promotion de l’alternance, et mettre en place un monitoring de l’alternance. Une nouvelle très positive pour ce type d’enseignement parfois dit dual , qui a déjà largement fait ses preuves notamment chez nos voisins allemands et suisses, deux pays à la vitalité économique incontestable.

    Pas d’âge pour se former !

    La formation concerne bien évidemment la jeunesse, mais pas seulement. Il n’y a pas d’âge pour continuer à apprendre, s’instruire, évoluer et développer de nouvelles compétences. Si vous souhaitez rester compétitifs et attractifs sur le marché du travail, rien de tel que de compléter et d’aiguiser votre panel de compétences, tout au long de votre carrière. Vous verrez que l’offre de formation continue est suffisamment variée pour rencontrer toutes les aspirations. Il n’y a pas … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 22/01/2018

    Source > Youri Demianoff sur votre journal 7 dimanche de ce 22/01/2018

    LE SITE > https://jobsregions.sudinfo.be/

  • Imprimer

    ETUDE JOB CRAFTING. UN BELGE SUR DEUX PERSONNALISE SON JOB.

    Le job crafting, soit la « personnalisation de son job » est en vogue.

    D’après une étude, 47% des travailleurs belges y ont recours. Une des principales raisons est la combinaison de ses vies privée et professionnelle. 

    Qu’est-ce que le job crafting ? D’après Securex, le spécialiste des services RH, «le job crafting consiste à ce que le travailleur personnalise son travail, que ce soit en apportant des modifications ou des glissements dans ses tâches, en étendant celles-ci (comme les contacts avec la clientèle), mais aussi en faisant l’acquisition de certaines aptitudes. Le job crafting est donc une initiative individuelle du travailleur, prise en concertation avec le supérieur et les collègues». 

    Une étude menée dans le cadre de la Chaire Securex (Université de Gand) auprès de 1754 travailleurs révèle que près de la moitié (47 %) des travailleurs belges disent personnaliser leur job : 43 % des ouvriers, 47,9 % des employés et même 58 % des cadres. «Le job crafting n’est donc pas uniquement réservé aux cadres, même si la fréquence et la forme peuvent varier comparativement aux ouvriers et aux employés. En effet, les cadres bénéficient généralement de plus de possibilités et d’autonomie pour apporter des changements dans leur travail, contrairement aux ouvriers qui ont souvent moins l’impression de pouvoir influencer le contenu de leur fonction», explique Securex. 

    POUR LA VIE PRIVÉE 

    Toujours selon cette étude, plus de 75 % des travailleurs qui s’adonnent au job crafting cherchent ainsi à ce que leur job corresponde mieux à leurs attentes. Parmi les autres raisons, les travailleurs citent également la recherche d’un meilleur équilibre entre vie privée et  Lire la suite de l'article ici ...

    Source > http://www.jobsregions.be

  • Imprimer

    IL Y A TROP DE JOBS VACANTS EN BELGIQUE, SELON EUROSTAT

    Selon l’Union européenne, la Belgique est le pays comptant le plus d’emplois vacants des 28 avec un taux de 2,7 %.

    C’est ce que révèle un rapport publié par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne et ce, pour le troisième trimestre de 2015.

    Il y a de nombreux emplois en Belgique mais... inoccupés.

    Métiers en pénurie ?

    Sur base des derniers chiffres publiés par le Forem, 16 métiers sont considérés en pénurie. Selon cette liste, il manquerait en Belgique entre autres environ … Lire la suite ici ...

    Source > B.De sur > http://www.sudinfo.be/1448041 Photo > News/Philip Reynaers

  • Imprimer

    VOUS AIMEZ LES DEFIS ? TROUVEZ UN JOB D’ACHETEUR !

    Vous avez fait des études de commerce, mais vous ne vous sentez pas l’âme d’un vendeur ?

    Vous souhaitez néanmoins mettre vos talents commerciaux à profit ?

    Vous avez l’esprit d’équipe ? Vous savez négocier et les défis ne vous font pas peur ? Devenez acheteur

    Les achats constituent une activité aussi importante que les ventes pour l’entreprise. On trouve ainsi des acheteurs, ou purchasers, dans la plupart des branches et secteurs. Et la bonne nouvelle, c’est qu’il n’est pas si difficile de dénicher un emploi dans ce domaine. 

    Écumer le marché

    Le buyer, ou acheteur, est responsable de l’achat de marchandises ou services pour l’entreprise qui l’emploie. Il écume activement le marché en quête de nouveautés et de produits appropriés, établit un budget et négocie avec les acheteurs et fournisseurs.

    L’assistant achats est le bras droit de l’acheteur, auquel il apporte un soutien administratif. Pour cette mission, un diplôme de bachelier en marketing, office management ou gestion d’entreprise suffit. Une fonction d’acheteur nécessite en revanche un diplôme de master ou de bachelier dans une orientation ad hoc, à savoir une filière qui vous permet de bien connaître le produit ou service que vous allez acheter.

    Capacités de leadership

    Vous préférez diriger une équipe ? C’est également possible dans le secteur des achats, en qualité de procurement manager ou purchasing manager.

    Le procurement management est un terme général qui regroupe l’ensemble des missions liées aux achats. Le procurement manager gère les contacts avec tous les fournisseurs, suit les contrats et les évalue. Le purchasing manager dirige quant à lui une équipe d’acheteurs et développe une stratégie d’achats pour l’entreprise. Ce type de fonction requiert plusieurs années d’expériences dans le domaine des achats.

    Consultez ICI toutes les offres d’emploi dans le domaine des achats.

    Source > Texte: Rédaction sur > http://www.references.be

    Liens utiles > sales / Postuler / Logistique / Transport & Distribution