en vacance

  • Imprimer

    ATTENTION SI VOUS ATTRAPEZ LE CORONAVIRUS EN VACANCES > QUI PAYERA LES FRAIS D’HÉBERGEMENT OU HOSPITALIERS?

    Si vous attrapez le coronavirus en vacances, les divers frais sur place pourraient vite devenir importants.

    Ce dimanche, le ministre de l’Intérieur Pieter de Crem a annoncé que les Belges qui se feraient arrêter à l’étranger pour non-respect grave des mesures anti-coronavirus ne pourront pas compter sur l’aide de leur gouvernement.

    Mais quid si les Belges qui respectent les mesures attrapent tout de même le coronavirus ?

    Interrogé par nos confrères du Nieuwsblad, le SPF Affaires étrangères rappelle qu’il est indispensable de bien se rendre sur son site afin de préparer au mieux son voyage et d’être au courant des mesures imposées par les différentes destinations.

    Il en va de même si vous tombez malade sur place. Il est plus que probable que les hôtels aient imposés des protocoles stricts pour les personnes qui commencent à se sentir mal.

    Et s’il s’avère que vous êtes touchés et que vous devez rester en quarantaine, cela pourrait poser problème, tant au niveau organisationnel que financier. Qui prendra alors en charge les frais ? « Si vous devez rester en quarantaine dans un pays européen, c’est considéré comme un séjour hospitalier, et c’est donc en partie remboursé par la mutualité », explique un porte-parole de la Mutualité chrétienne à nos confrères. « Si ce n’est pas en Europe, c’est autre chose », précise-t-il, en expliquant qu’un plafond de maximum 1.100 euros est fixé par sa mutuelle. « Mais ces frais ne sont remboursables que pour les frais d’hébergement de la personne malade, éventuellement pour un proche, et pour un vol retour. Si les frais dépassent la somme maximale, le surplus est pour vous ».

    Du côté de la Mutualité libre, la donne est différente : « Si vous n’avez pas de Mediphone Assist (l’assistance voyage des quatre Mutualités libres), votre mutualité n’interviendra que pour les soins urgents et nécessaires. Si vous devez rester en quarantaine à l’hôtel, c’est pour votre pomme ».

    La situation dépend donc de chaque mutualité, et il est important, comme toujours, de bien se renseigner avant de vous envoler ou de prendre la route.

    Enfin, le SPF Affaires étrangères précise également qu’il ne faut plus compter sur un rapatriement.

    Les vacanciers devront trouver une solution eux-mêmes, via leur tour-opérateur ou leur compagnie aérienne.

    Source en ligne libre de Sudinfo sur > https://www.sudinfo.be/id214235