coté

  • Imprimer

    LE PORT DU MASQUE NE SERA PLUS OBLIGATOIRE SUR LES DIGUES À PARTIR DU 1er SEPTEMBRE

    Carl Decaluwé, le Gouverneur de la Province de Flandre occidentale, a décidé, après concertation avec les bourgmestres de la Côte de ne plus rendre obligatoire le port du masque sur les digues

    Cette mesure entrera en vigueur le 1er septembre. Il faudra toutefois avoir un masque sur soi.

    Source de Belga via Sudinfo > https://www.sudinfo.be/id242015

  • Imprimer

    LA TRAQUE AUX TOURISTES D’UN JOUR CONTINUE À LA MER DU NORD: «FAITES PASSER LE MESSAGE, NE VENEZ PAS À LA CÔTE!»

    Ce dimanche, les touristes d’un jour ont été refoulés dans plusieurs villes côtières. Une situation qui se poursuivra à Knokke et pourrait être répétée ailleurs.

    Une réunion est prévue ce lundi 10/08 au niveau de la province.

    Ce week-end, les bourgmestres de Knokke et Blankenberge ont refusé l’accès aux touristes d’un jour. L’affluence du samedi mais aussi, et surtout, la bagarre générale qui a éclaté à Blankenberge ont poussé les maïeurs à prendre, par arrêtés communaux, des mesures strictes.

    « La commune est complète. Les touristes d’un jour qui n’avaient rien à faire à Knokke ont été amenés à faire demi-tour. On avait, ce dimanche, une commune qui ressemblait à nouveau à une commune », résume le bourgmestre Léopold Lippens. En début d’après-midi, les communes de Bredene et du Coq ont également décidé de fermer leurs voies d’accès aux touristes d’un jour.

    Cette restriction ne s’éteindra cependant pas forcément avec la fin du week-end. « Ce lundi, dès 10 heures, les contrôles reprendront », annonce le bourgmestre knokkois. « Et pour les prochains jours, nous aviserons au fur et à mesure. S’il y a beaucoup de voitures, on continuera. Si pas, on changera peut-être notre fusil d’épaule. On ne peut pas mobiliser des policiers pendant 8 heures pour rien. »

    Léopold Lippens demande à nouveau aux touristes de ne pas se rendre à la côte. « Tout est saturé, ça ne sert à rien de venir ajouter 20 ou 30.000 visiteurs ! Faites passer le message : ne venez pas à la côte ! »

    D’autres bourgmestres pourraient emboîter le pas à Léopold Lippens si l’afflux de touristes devenait trop conséquent.

    La décision ne poserait aucun problème sur le plan juridique : voici pourquoi.

    Source libre d’accès de Sabrina Berhin/Sudinfo sur > https://www.sudinfo.be/id233649

    Nous vous rappelons que les liens en bleu développe les mots & le phrases > Ceux-ci sont réservés aux abonnés de la version digitale !

  • Imprimer

    COMBIEN DEVEZ-VOUS METTRE DE CÔTÉ POUR VOS VIEUX JOURS?

    pensioensparen_292x237.jpgUn nouveau rapport européen indique que les Belges ont des pensions relativement basses. Combien devez-vous gagner pour épargner suffisamment en vue de compléter votre pension officielle ? Voir > http://www.lesoir.be/actualite/belgique/2012-08-01/le-belge-a-la-carriere-la-plus-courte-d-europe-929819.php

    Votre capacité d'épargne ne dépend pas exclusivement de votre salaire, mais également du schéma de vos dépenses. Si vous songez à épargner pour votre pension, mieux vaut prendre en considération un certain nombre d'éléments.

    A partir de 60 ans, les dépenses diminuent

    Un pensionné âgé de plus de 60 ans effectue environ 20 % de dépenses en moins par rapport à la moyenne des Belges. Passé 60 ans, les dépenses tendent à diminuer avec l'âge. Mais quand on vit plus longtemps, mieux vaut prévoir un bas de laine plus conséquent pour assurer ses vieux jours, car notre longévité va de pair avec des frais plus importants en termes de soins médicaux, d'aide à domicile ou de séjour éventuel en maison de retraite.

    Les plus de 65 ans sont aussi plus exposés au risque de pauvreté. En Belgique, le seuil de pauvreté correspond à 878 € par mois, soit 10 540 € sur base annuelle. Un quart (23 %) des personnes âgées de plus de 65 ans vivent en dessous de ce seuil.

    " Parmi les seniors, les plus vulnérables sont les femmes, les personnes les plus âgées ainsi que les isolés. Près d'un pensionné sur cinq risque de tomber en dessous du seuil de pauvreté, alors que seul un salarié sur vingt-cinq est pareillement menacé ", prévient le Comité d'études sur le vieillissement dans son dernier rapport.

    Prévoir un plan de retraiteceinture_01.jpg

    Dans cette optique, se constituer son propre plan de retraite n'est certes pas un luxe, surtout en ce qui concerne les employés du secteur privé. Comme nous l'explique Julien Manceaux du service d'études d'ING Belgique : " Les personnes qui perçoivent un salaire moyen, soit aux alentours de 2 930 € brut par mois, peuvent compter sur des mensualités équivalant à quelque 70 à 73 % de leur dernier salaire net en combinant la pension officielle à l'assurance groupe contractée par l'employeur, et ce, à condition d'avoir travaillé suffisamment longtemps - quarante ans pour une carrière qui s'achèvera en 2046. Mais pour les travailleurs ayant gagné le double du salaire moyen, cette proportion sera ramenée à 47 %. Il serait donc judicieux de prévoir un complément à cette base. "

    Lire la suite

  • Imprimer

    20% DE TOURISTES BELGES FRANCOPHONE À LA CÔTE

    Les Belges francophones représentent plus de 20% des touristes à la côte belge

    257197537_ID7466296_web-mer_153829_H3Q19X_0.JPGLes 4,8 millions de Belges francophones qui ont effectué, en 2011, un séjour de minimum une journée à la côte belge, représentent 20,9% du nombre total de vacanciers sur le littoral..

    C’est ce qu’a annoncé la Fédération provinciale du tourisme en Flandre-Occidentale.

    “ Le marché belge francophone reste d’une importance stratégique ”, a insisté Westtoer.

    Les Belges francophones (20,9 %) et néerlandophones (environ 60 %) représentent ainsi près de 80 % du nombre total de touristes à la côte. “ Le marché intérieur reste donc prioritaire pour le secteur touristique de la Côte belge, d’autant plus qu’une légère baisse du nombre de vacanciers étrangers, notamment les Allemands et les Anglais, a été enregistrée ”, a indiqué Westoer.

    Résidence secondaire

    Les vacanciers francophones représentent également 21,3 % du chiffre d’affaire touristique global de 2,5 milliards, soit une somme de 543 millions d’euros. Ce chiffre englobe autant les bénéfices qui proviennent des nuitées dans le secteur horeca que les dépenses des propriétaires d’une première ou d’une deuxième résidence.

    Une grande partie des 80.000 secondes résidences situées le long de la côte belge, dont une importante partie se trouve à Knokke-Heist et Coxyde, appartiendrait à des propriétaires belges francophones, selon Westoer.

    Source > Sudpresse > Publié le Vendredi 9 Mars 2012 à 15h40 > Photo Belga