chantal humblet

  • Imprimer

    LENS SAINT REMY (HANNUT) – ASSISES DE LIÈGE > COINCÉS GRÂCE AUX CAMÉRAS DE RAVIGNAT

    Les accusés ignoraient leur existence quand ils ont planifié le vol chez la pédicure hannutoise

    Ce mardi, juges et enquêteurs sont venus expliquer aux assises de Liège comment, depuis la découverte du corps de Chantal Humblet le 31 mai 2016, dans sa maison de Lens-Saint-Remy, ils ont réussi à remonter la piste jusqu’aux auteurs.

    Une traque rapide et efficace grâce aux caméras du fournisseur de mazout Ravignat. 

    À Lens-Saint-Remy, au domicile de la pédicure, les enquêteurs ont retrouvé l’ADN de Stéphane Médot. Mais aussi et surtout un film vidéo tiré des caméras de surveillance, celles qu’un proche voisin de la pédicure, le fournisseur de mazout Ravignat, avait fait placer pour protéger ses installations. « Ces bandes-vidéo ont été l’élément-clé de l’enquête » , a admis ce mardi le juge d’instruction Thomas Dessoy.

    Le film-vidéo a été projeté à l’audience. On y voit avec beaucoup de netteté un homme vêtu d’un costume sortir d’une Hyundai Tucson et poursuivre sa route à pied. « Cet individu a … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 30/01/2019

    … / … Les pièces du puzzle se mettent en place. En analysant le carnet téléphonique de la victime, le nom et le numéro de GSM de Sabrina Joannes, 40 ans, de Hannut, apparaît. Les enquêteurs de … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 30/01/2019

    … / … À Landen, la pêche est meilleure. Il ferre en une fois Médot et Joannes. « Sur place, nous avons retrouvé un sac renfermant le … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 30/01/2019

    Source > Marie-Claire Gillet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 30/01/2019

    Illustration > Th. Van Ass

    Autres titres annexes développés sur votre journal :

    Témoins de moralité > Le père « mort » entendu 

    « Je ne comprends pas ce qu’elle fait à côté de moi » 

    Il a été diffusé à l’audience  > L’appel poignant au 101 de la fille de la victime

    La victime  > Une femme coquette et prudente

    L’article au grand complet > https://huy-waremme.lameuse.be/339634

  • Imprimer

    MEURTRE À LENS SAINT REMY (HANNUT)-SUITE 6 > LE TERRIBLE PIÈGE TENDU À CHANTAL HUMBLET

    Premier acte, ce mercredi avec l’audience préliminaire, dans le procès de Stéphane Médot (40) et Sabrina Joannes (42) qui débutera au fond, aux assises de Liège, le 28 janvier prochain.

    On en sait plus sur le piège machiavélique qui avait été tendu à la victime, Chantal Humblet…

    Chantal Humblet, 52 ans, souffrait de la solitude. Sabrina Joannes, qui était une cliente régulière de la pédicure, le savait et c’est par ce biais qu’elle et son amant auraient planifié un vol chez elle, notamment pour dérober son Audi Q5. Car la quinquagénaire était une femme prudente, et elle ne laissait pas rentrer n’importe qui à son domicile de Lens-Saint-Remy. Pour que Stéphane Médot puisse pénétrer chez elle le 31 mai 2016 sans susciter sa méfiance, le couple avait imaginé un scénario…

    Stéphane Médot a reconnu avoir téléphoné à la pédicure pour solliciter un rendez-vous urgent en raison d’un ongle incarné, insistant pour que ce soit en fin de journée, car il savait grâce à Sabrina que cela pourrait dès lors se faire chez elle. Il s’était présenté comme un négociant en vins et champagne, prenant un accent italien et jouant les charmeurs. Chantal Humblet n’avait pas baissé la garde, car elle ne recevait chez elle que des personnes de confiance, des clients habituels. Elle avait demandé à « l’Italien » comment il avait eu ses coordonnées, et il s’était recommandé de Sabrina. La pédicure avait téléphoné à cette cliente, qui l’avait rassurée en lui disant qu’il s’agissait d’« un mec bien », un homme gentil, qui avait les moyens… Qui sait, aurait ajouté cette cliente, peut-être serait-ce le début d’une belle histoire d’amour ? Le piège était en train de se refermer sur la quinquagénaire.

    La cour d’assises devrait permettre de mieux établir ce qui s’est passé une fois que Chantal Humblet a ouvert la porte à Stéphane Médot. Il soutient, répète son conseil Me Simonis, qu’il voulait seulement commettre un vol par ruse, en dérobant les clés de la voiture de sa victime. Elle l’aurait surpris, il aurait voulu « l’empêcher de crier »… Sabrina Joannes affirme quant à elle, expliquent ses conseils Me Töller et Me Molders-Pierre, n’avoir jamais imaginé qu’il pourrait commettre le pire.

    Médot: Un lourd casier judiciaire

    Stéphane Médot avait entamé son parcours de délinquant dès qu’il était entré dans l’adolescence, ce qui avait entraîné son placement à 14 ans.

    Déjà condamné à 5 ans de prison dans un dossier de vol à main armée, à l’âge de 26 ans il s’était rendu coupable d’une attaque de banque, à Neupré, à l’occasion de laquelle il avait pris 3 otages avec lui. On ne l’avait pas arrêté directement, mais bien un mois plus tard, alors que selon les observations policières il s’apprêtait à commettre un nouveau coup… Condamné en 2008 à 10 ans de prison pour ces faits, il avait bénéficié d’une libération conditionnelle en 2013. Il avait enchaîné des petits boulots avant de créer une ASBL, « Prevent Teens », pour aider les jeunes à ne jamais sombrer dans la délinquance. Tout semblait repartir sur de bonnes bases, jusqu’aux sombres faits de mai 2016.

    Source en ligne libre de LWS > https://huy-waremme.lameuse.be

    Les 5 derniers articles de 2018 sur cette affaire >>>

    08 janvier > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/01/08/les-grands-proces-de-2018-pour-huy-waremme-hannut-244917.html

    22 janvier > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/01/22/meurtre-de-la-pedicure-a-hannut-sabrina-joannes-sort-de-pris-246092.html

    22 février > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/02/02/lens-saint-remy-hannut-meurtre-de-chantal-humblet-une-expert-247027.html

    27 mai > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/05/27/lens-saint-remy-hannut-meurtre-de-chantal-humblet-sabrina-jo-255854.html

    03 juillet > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/07/03/lens-saint-remy-hannut-meurtre-de-chantal-humblet-suite-258601.html

  • Imprimer

    LENS SAINT REMY (HANNUT) > MEURTRE DE CHANTAL HUMBLET > SUITE ...

    Stéphane Médot et Sabrina Joannes aux Assises

    C’est maintenant officiel, même s’il ne devait en être vraisemblablement autrement : Stéphane Médot (37) et Sabrina Joannes (40) sont renvoyés devant la Cour d’Assises de Liège, par un arrêt rendu par la Chambre des mises en accusation, fin de semaine dernière.

    Ils devront répondre du chef d’accusation de vol avec circonstance aggravante de meurtre, passible de la peine de réclusion à perpétuité.

    Le 31 mai 2016, le corps sans vie de Chantal Humblet, … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 03/07/2018

    … / … Pour l’heure, Stéphane Médot, un ancien braqueur hutois, se trouve toujours en détention préventive. Lui qui avait été libéré de prison deux ans à peine avant ce drame. Sabrina Joannes, elle, … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 03/07/2018

    … / … Du côté des parties civiles, M e Wilmotte a commenté cette nouvelle étape : « Mes clients se réjouissent de la clôture de l’instruction et espèrent que ce dossier pourra être fixé au plus vite afin d’avancer. » Ces Assises devraient, faute de grosse surprise, se dérouler à la fin 2018.

    Les 4 derniers articles de 2018 sur cette affaire >>>

    08 janvier > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/01/08/les-grands-proces-de-2018-pour-huy-waremme-hannut-244917.html

    22 janvier > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/01/22/meurtre-de-la-pedicure-a-hannut-sabrina-joannes-sort-de-pris-246092.html

    22 février > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/02/02/lens-saint-remy-hannut-meurtre-de-chantal-humblet-une-expert-247027.html

    27 mai > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/05/27/lens-saint-remy-hannut-meurtre-de-chantal-humblet-sabrina-jo-255854.html

    Source > E.D. sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 03/07/2018

    Illustration > SP

    L’article complet en ligne pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/250835

  • Imprimer

    (SUITE +)LENS-SAINT-REMY – MEURTRE DE CHANTAL HUMBLET DU 31 MAI 2016

    « Maman, c’était le pilier de notre famille »  

    Les enfants de la pédicure de Hannut se confient : « Attendre le procès, c’est insoutenable »  

    De nature discrète, Jean-Yves et Élodie ont préféré se tenir à l’écart des médias jusqu’à présent. Mais les deux enfants de Chantal Humblet (52), tuée dans sa maison de Lens-Saint-Remy en mai 2016, suivent de très près les procédures qui mèneront à un procès en assises -on l’espère- courant 2018 dans cette affaire. Une souffrance qu’ils vivent au quotidien, de par la perte de leur « pilier », mais aussi par le long cheminement judiciaire qu’ils doivent traverser. Rencontre. 

     « Ce soir-là, je sentais qu’il s’était passé quelque chose d’inhabituel… Maman ne répondait pas à mes appels. Or, même occupée, elle prenait toujours le temps de décrocher. » C’est donc, très inquiète, que le 31 mai 2016, vers 22h30, Elodie (31) se rend chez sa maman, Chantal Humblet, à son domicile de Lens-Saint-Remy. « La voiture n’était pas … La suite sur votre journal LA MEUSE de ce 26/02/2018

                    Ses jours étaient comptés »

    « Pour nous, elle était aussi la femme la plus courageuse du monde. En tant que pédicure indépendante, elle a toujours travaillé beaucoup, tout en gérant sa maison, ses parents, ses enfants… On ne comprend toujours pas pourquoi … La suite sur votre journal LA MEUSE de ce 26/02/2018

    Source > Emilie Depoorter sur votre journal LA MEUSE de ce 26/02/2018

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale > http://www.sudinfo.be/id41026/article/2018-02-26

    Les trois derniers articles de 2018 sur cette affaire >>>

    08 janvier > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/01/08/les-grands-proces-de-2018-pour-huy-waremme-hannut-244917.html

    22 janvier > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/01/22/meurtre-de-la-pedicure-a-hannut-sabrina-joannes-sort-de-pris-246092.html

    22 février > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/02/02/lens-saint-remy-hannut-meurtre-de-chantal-humblet-une-expert-247027.html

  • Imprimer

    LENS SAINT REMY (HANNUT) MEURTRE DE CHANTAL HUMBLET > UNE EXPERTISE SUR LE PASSÉ EN PRISON DE MÉDOT

    D’ordre criminologique, elle doit aussi analyser sa réinsertion

    En toute logique, c’est ce vendredi que l’on devrait vraisemblablement savoir si le dossier du meurtre de Chantal Humblet (53), à Hannut en mai 2017, allait être renvoyé devant les assises.

    Mais des devoirs complémentaires ont été requis par les avocats de la défense, début de semaine. L’un d’eux consiste, pour Stéphane Médot, le meurtrier présumé, en l’analyse de son passé carcéral et de sa politique de réinsertion à sa sortie de prison. 

    C’est ce vendredi que le juge la chambre du conseil devait, en principe, statuer sur le renvoi du dossier du meurtre de Chantal Humblet devant, plus que vraisemblablement, les assises.

    En principe, car la séance ne durera finalement que … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 02/02/2018

    C’est le 24 mai 2016 que le corps sans vie de la pédicure hannutoise de 53 ans avait été retrouvé sans vie dans son domicile de Lens-Saint-Remy. Cette mère de famille sans histoire avait été ligotée et étouffée à l’aide d’un chiffon. L’enquête avait permis, … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 02/02/2018

    … / … Enfin, le troisième devoir consiste en une expertise d’ordre criminologique cette fois. « En bref, les faits qui ont été commis et la personnalité de M. Médot sont à mettre en rapport avec la politique de réinsertion dont il a fait l’objet. Il a passé près de dix ans en détention … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 02/02/2018

    … / … Si ces devoirs sont acceptés, quelques semaines, voire mois, pourraient potentiellement s’ajouter à l’agenda jusqu’ici imaginé dans cette affaire. On annonçait ce procès en assises comme l’un des premiers de 2018, fin avril-début mai. À voir si un tel délai pourra encore être maintenu.

    Pour l’heure, Stéphane Médot soutient toujours la thèse d’un vol qui a mal tourné. « Il est mal et très déprimé. Il voudrait revenir en arrière et exprime des regrets. Il n’est pas … / …

    Source > E.D. Sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 02/02/2018

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale ! > http://huy-waremme.lameuse.be/185797

    Les deux derniers articles de 2018 sur cette affaire >>>

    08 janvier > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/01/08/les-grands-proces-de-2018-pour-huy-waremme-hannut-244917.html

    22 janvier > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/01/22/meurtre-de-la-pedicure-a-hannut-sabrina-joannes-sort-de-pris-246092.html

  • Imprimer

    LES GRANDS PROCÈS DE 2018 POUR HUY-WAREMME-HANNUT

    Meurtre de Chantal Humblet (Lens Saint Remy): l’affaire Médot (Huy) devrait être la première cour d’assises de cette année

    Stéphane Médot (37) et Sabrina Joannes (40) ont vu leur détention confirmée, ce vendredi à la chambre du conseil de Huy. Leur procès devrait être le premier de 2018, à la cour d’assises de Liège. 

    Stéphane Médot avait écopé d’un total de 15 années de prison avant de créer à Huy, fin 2012, une ASBL pour aider les jeunes à ne pas tomber dans la délinquance. Sabrina Joannes, installée à Hannut avec ses trois enfants, avait quant à elle réussi en 2005 ses tests au Selor pour devenir agent pénitentiaire. L’histoire d’amour entre le « repenti » et la gardienne de prison (alors en congé maladie) a fait des dégâts : elle lui avait expliqué que sa pédicure, Chantal Humblet, semblait avoir de l’argent. Le vol (commis le 31 mai 2016 à Lens-Saint-Remy) aurait mal tourné, a-t-il indiqué, et c’est pour faire cesser les cris de la quinquagénaire qu’il l’aurait étouffée, sans avoir planifié quoi que ce soit.

    La Hannutoise soutient, quant à elle, qu’elle ignorait même, quand Stéphane Médot était revenu de chez sa pédicure, que celle-ci était morte.

    Sabrina Joannes a été remise en liberté à quatre reprises par la chambre du conseil, mais la chambre des mises en accusation a, chaque fois, réformé cette décision. Il ne manquerait plus qu’une brève expertise, sollicitée par la défense de la quadragénaire, avant de clore ce dossier. Il devrait être renvoyé aux assises dans les tous prochains mois : il se dit même … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 08/01/2018

    Le dossier Valentin également au programme … / … > … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 08/01/2018

    Source > LWS sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 08/01/2018

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/174220

  • Imprimer

    LENS SAINT REMY (HANNUT) « UNE ÉMOTION FORTE AU MOMENT DU GESTE FATAL »

    La reconstitution du meurtre de Chantal Humblet, la pédicure, a eu lieu hier à Lens-Saint-Remy

    Stéphane Médot, inculpé du meurtre de Chantal Humblet, a été amené ce jeudi matin à reproduire les gestes qui ont conduit à la mort de sa victime, au domicile de cette dernière, à Lens-Saint-Remy. La reconstitution a duré toute la matinée.

    La Voie de Liège, un faux cul-de-sac à Lens-Saint-Remy, est un quartier si tranquille qu’on a du mal à imaginer qu’un drame puisse s’y produire. Pourtant, le 31 mai 2016, Chantal Humblet, une pédicure sans histoire, a été retrouvée morte à son domicile, étouffée. L’Audi Q5 de la Hannutoise avait été repérée quelques jours plus tard à Vieux-Waleffe. Rapidement, un couple avait été placé sous mandat d’arrêt et inculpés : Stéphane Médot, un braqueur prétendument repenti, et sa compagne à l’époque, Sabrina Joannes, une ancienne gardienne de prison. Celle-ci était une cliente de Chantal Humblet. Elle aurait confié à Stéphane Médot que sa pédicure semblait avoir de l’argent et que son Audi Q5 pouvait être facilement vendue. L’idée d’un vol aurait ainsi émergé. Stéphane Médot soutiendrait la thèse d’un vol ayant mal tourné, et Sabrina Joannes affirmerait pour sa part que son ex-compagnon ne lui aurait même pas dit qu’il venait de tuer la Hannutoise.

    Ce jeudi, la police avait installé un périmètre de sécurité autour du nº4 de la Voie de Liège, de 9 à 12h environ, afin de procéder à la reconstitution du crime. Il était … La suite de l’article & les autres comptes rendus sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi28/10/2016

    Source > A.G. & CY.C. Sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi28/10/2016

  • Imprimer

    HANNUT (L-St REMY)- MEURTRE DE CHANTAL HUMBLET > SUITE > SA COMPLICE L’ACCUSE DE VIOL

    Stéphane Médot aurait forcé Sabrina J. à avoir des rapports sexuels

    En marge de celui du meurtre de la pédicure de Hannut Chantal Humblet, un dossier de viol a été ouvert. La complice du meurtrier Stéphane Médot affirme avoir été contrainte à entretenir des rapports sexuels. En attendant, Sabrina J. reste en prison.  

    Le soir du 24 mai dernier, la fille de Chantal Humblet, pédicure de 53 ans domiciliée à Hannut, se rendait chez sa maman, qu’elle ne parvenait pas à joindre. Elle avait découvert son corps sans vie, dans la chambre ; un chiffon lui obstruait la bouche et elle avait été ligotée.

    Les enquêteurs ont notamment visionné les images de surveillance d’une station-service proche de la maison de la victime, à Lens-Saint-Remy. Ils ont ainsi reconnu Stéphane Médot, 36 ans, qui a passé une douzaine d’années derrière les barreaux avant de fonder une asbl destinée à éviter la prison aux jeunes. Sur la vidéo, il discutait avec une dame qui semblait lui indiquer la maison de la victime. Cette dame, c’est Sabrina J., une mère de 3 enfants, gardienne de prison, avec laquelle il sortait. Son nom a été retrouvé parmi les clientes de la pédicure. Elle a comparu devant la chambre des mises en accusation de Liège, ce mardi.

    L’Audi Q5 de la victime avait été retrouvée à 8 km du lieu du crime. A la revente, elle valait 3.000 euros ; d’après la version du couple, c’est en vue de la dérober que l’opération avait été montée. Stéphane Médot se serait présenté, d’après lui, comme étant négociant en vins. Elle lui aurait ouvert la porte, et c’est parce qu’elle criait qu’il l’aurait étouffée. Dans cette maison sans voisin direct, n’y avait-il pas d’autre moyen d’éviter qu’elle ne crie ? Et pourquoi prendre de tels risques pour 3.000 euros ? Telles sont les questions, primordiales pour l’enquête, qui restent sans réponse. Stéphane Médot se tient à cette version, et Sabrina J. affirme que c’est effectivement un projet de vol qui lui avait été présenté par son compagnon. Elle ignorait, dit-elle, que la … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 07/09/2016

    Source > LWS sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 07/09/2016

    L’article en ligne sur > http://www.lameuse.be/1663615/article/2016-09-07/meurtre-de-chantal-humblet-a-hannut-stephane-medot-accuse-de-viol-par-sa-complic

    Nos articles précédents avec l’historique sur ce blog :

    02 juin > LENS SAINT REMY (HANNUT) CHANTAL HUMBLET (53) RETROUVÉE ÉTOUFFÉE

    05 juin > LENS SAINT REMY (HANNUT) L’AUTO DE CHANTAL HUMBLET RETROUVÉE > APPEL A TEMOIN !

    19 juin > MEURTRE DE CHANTAL HUMBLET À HANNUT > UN COUPLE SOUS MANDAT D’ARRÊT

    23 juin > HANNUT: CHANTAL HUMBLET, LA PEDICURE DE 53 ANS, TUEE PAR UN BRAQUEUR REPENTI ET UNE ANCIENNE GARDIENNE DE PRISON

    26 juin > LENS SAINT REMY > HANNUT: ON SAIT QUI A TUÉ CHANTAL HUMBLET GRÂCE À SON AGENDA DE PÉDICURE