catherine kestens

  • Imprimer

    UNE PSYCHIATRE HANNUTOISE AU CHR DE HUY, TÉMOIGNE …

    « Les soignants n’ont pas encore eu l’occasion de se remettre de la 1er vague, ils puisent dans leurs limites »

    Catherine Kestens est psychiatre au CHR de Huy et gère la cellule de soutien au personnel. Une cellule qui a été remise en place lors de cette 2e vague où médecins, infirmiers, techniciennes de surface et tout le personnel hospitalier travaillent de manière acharnée pour vaincre ce virus. « Le personnel est toujours aussi investi malgré la difficulté ».

    Docteur Catherine Kestens, vous êtes présente pour le personnel depuis l’apparition du virus via une cellule de soutien. Quel est l’objectif visé ?

    Lors de la première vague, nous avons mis en place cette cellule de soutien. Il s’agit d’une écoute pour le personnel de l’hôpital. On l’a remise en place également pour cette deuxième vague. Concrètement, nous parcourons les différents services et nous proposons notre aide dans le cas où le personnel souhaiterait partager son ressenti ou ses émotions dans ce contexte difficile.

    « Le personnel soignant n’a pas encore eu l’occasion de se remettre de la première vague… ils puisent dans leurs limites »

    Burn-out, dépression, élan solidaire… découvrez l’intégralité de cette interview exclusive !

    Source libre de L’Actu Sudinfo sur > https://www.sudinfo.be/id281512

    Nous vous repellons que les texte en bleu sont des liens vers un développement d’article, il sont réservés aux abonnés de la version digitale

    L’article complet sur > https://lameuse-huy-waremme.sudinfo.be/689564

  • Imprimer

    HANNUT > CATHERINE, PSYCHIATRE AU CHRH : «LES SOIGNANTS TIENNENT BON!»

    Catherine Kestens est psychiatre au centre hospitalier régional de Huy.

    Ce médecin gère la cellule de soutien au personnel, en première ligne dans la lutte contre le coronavirus. Médecins, infirmiers, techniciennes de surface… tous sont exposés à ce virus si contagieux. Chaque jour, ils bénéficient d’une écoute et d’une aide psychologique… pour pallier leurs inquiétudes, leurs angoisses, s’ils le souhaitent.

    Catherine Kestens, vous avez mis en place, avec vos collègues, une cellule d’aide psychologique au personnel soignant au CHRH. Comment s’organise désormais votre service?

    Lorsqu’on a vu que l’épidémie progressait, on s’est réorganisé en respectant les mesures souhaitées par le gouvernement. Nous n’avons plus de consultations en présence et les patients ont préféré se confiner chez eux plutôt que dans un service psychiatrique. On s’est alors demandé comment être utile dans cette situation où l’on ne pouvait pas être au front directement. On a alors mis nos compétences à disposition du personnel de première ligne avec une cellule de soutien. … / …

    • Comment ça se passe concrètement sur le terrain?
    • Après plusieurs semaines de lutte contre la propagation, comment se sent le personnel soignant?
    • Comment vivent-ils le fait d’être vus comme des héros durant cette épidémie?
    • Dans la vie privée de ces soignants, des choses ont-elles changé?
    • Est-ce que l’on craint un burn-out après cette crise sanitaire au sein du personnel médical?
    • Après cette épidémie, on pourra aussi évoquer des situations post-traumatiques…
    • Les patients atteints du covid-19, isolés, sont eux aussi angoissés. Quelle aide psychologique peut leur apporter le personnel soignant?
    • Malheureusement, des décès surviennent…

    Le développement des points ci-dessus pour les abonnés à la version digitale sur > https://huy-waremme.lameuse.be/544062

    Source d’Amélie Dubois sur site non libre d’accès > https://huy-waremme.lameuse.be

    Catherine Kestens gère la cellule de soutien au personnel médical. – Illustration D.R.

    L’article au grand complet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 09/04/2020