électricien

  • Imprimer

    FORMATIONS IFAPME > LE SECTEUR DE L’ÉLECTRICITÉ RECRUTE > FORMEZ-VOUS À L’IFAPME !

    C’est un constat fait par Volta, l’organisation sectorielle de l’électrotechnique : nous manquons d’électrotechniciens en Belgique.

    Près de 2.000 postes seraient à pourvoir pour les deux prochaines années. Le secteur de l’électricité offre de nombreuses perspectives, notamment d’emploi. Des places sont donc disponibles et les opportunités n’ont jamais été aussi grandes !

    L’électricité ne se limite pas au métier d’électricien. Peter Claeys, directeur de Volta, l’affirme : « Les métiers de l’électricité offrent un nombre étonnant de belles perspectives professionnelles ». Et ces perspectives sont évidemment tournées vers l’avenir. L’IFAPME l’a bien compris et crée chaque année de nouvelles formations plus en phase avec le monde actuel. Dans le secteur de l’électrotechnique, une nouvelle formation a fait son apparition en 2019 : Conseiller en domotique et Smart Home. À travers cette formation, les apprenants se forment à un tout nouveau métier lié à la consommation d’énergie, notamment électrique.

    L’IFAPME propose une vingtaine de formations dans différents métiers de l’électricité : Installateur-Électricien, Installateur-Électricien résidentiel, Frigoriste, … Depuis quelques années, les inscriptions stagnent dans cette filière, qu’il s’agisse des formations pour jeunes ou pour adultes.

    Vous souhaitez vous épanouir professionnellement à travers l’un de ces métiers ? Découvrez le catalogue de formations de l’IFAPME : www.ifapme.be/catalogue.

    Des opportunités d’emploi

    Comme l’indiquent les chiffres de Volta, pas moins de 2.000 électrotechniciens sont recherchés pour les deux années à venir. Dans ce contexte, certains métiers de l’électricité, comme celui d’Installateur-Électricien, ont fait leur apparition cette année dans la liste des métiers en pénurie 2020-2021. En plus de trouver un travail passionnant, faire le choix d’une formation dans ce domaine, c’est donc aussi s’assurer d’une sécurité d’emploi ! A noter que 87% des diplômés IFAPME trouvent un emploi en moins de 6 mois.

    Une formation sur le terrain

    Pour rappel, l’IFAPME est présent partout en Wallonie et propose 200 formations dans des secteurs variés. Des formations qui s’adressent aux jeunes dès 15 ans et aux adultes. Des formations pour lesquelles il est possible de recevoir une rétribution. Chaque mois, l’apprenant en alternance ou le stagiaire perçoit une allocation de formation allant de 276€ à plus de 920€.

    La formation se fait en alternance : les apprenants se forment à un métier un maximum en entreprise (4 jours/semaine max.) tout en suivant des cours dans un Centre de formation IFAPME (1 jour/semaine min.). Ils développent ainsi leurs compétences auprès de professionnels en activité !

    Plus d’infos : T.0800 90 133 (appel gratuit) - info@ifapme.be - www.ifapme.be

    IFAPME : Institut wallon de Formation en Alternance et des indépendants et Petites et Moyennes Entreprises. Il a pour mission d’organiser la formation en Alternance sur le territoire de la Région wallonne. Le Réseau IFAPME est constitué d’une Unité d’Administration Publique (UAP) et de 16 Centres de formations situés à Arlon, Braine-Le-Comte, Charleroi, Dinant, Gembloux, La Louvière, Libramont, Liège, Marche-en-Famenne, Mons, Namur, Perwez, Tournai, Verviers, Villers-Le-Bouillet et Wavre.

  • Imprimer

    HANNUT > TOUT LE MATÉRIEL PROFESSIONNEL D'UN ÉLECTRICIEN VOLÉ À THISNES

    Un important cambriolage s’est déroulé dans la nuit du 31 mars au 1 er avril, rue du Mignawez à Hannut.

    Parmi le préjudice subi par les occupants, on compte notamment tout le matériel professionnel du propriétaire, électricien.

    D’après les premières constatations observées sur place, le ou les malfrats sont parvenus à entrer dans l’habitation en coupant un cadenas qui fermait le garage.

    Ils auraient utilisé un matériel, type disqueuse, pour en venir à bout, avant de visiter l’ensemble du rez-de-chaussée.

    Une fois à l’intérieur, les voleurs se sont emparés de plusieurs appareils multimédias, notamment une télévision, des ordinateurs et une tablette numérique. Enfin, ils ont surtout emporté la remorque du foyer et un coffre de toit, dans lequel se trouvait tout le matériel professionnel du propriétaire, électricien. Les clés de la camionnette ont également été dérobées.

    La zone de police Hesbaye Ouest a constaté le fait.

    Source > Ed sur page libre > http://www.lameuse.be/1818937 Illustration DR

  • Imprimer

    EMPLOIS > LE CHU SART TILMAN RECHERCHE DEUX ÉLECTRICIENS TEMPS PLEIN (H/F)

    Le CHU de Liège recherche actuellement deux électriciens (contrat à durée indéterminée – temps plein).

    Votre profil: vous êtes titulaire du certificat d'enseignement secondaire supérieur en électricité et vous avez une expérience probante en tant qu’électricien.

    Dépôt des candidatures pour le 31 janvier 2016.

    CONDITIONS D’ENGAGEMENT

    Date de prise en fonction : dès que possible

    Type de contrat : durée indéterminée

    Site de prestation : Sart Tilman ; selon les nécessités du service, ces prestations pourront s'effectuer sur un des autres sites d'activité du CHU.

    Horaire : Temps plein soit 38h/sem., à raison de 7h36’/jour. Prestations du lundi au vendredi 8h00-17h00 (30’ ou 1h de temps de repas)

    Grade : technicien

    Traitement mensuel brut : 2001,28 € à temps plein échelle 1.43, au départ du grade càd sans valorisation d’ancienneté à l’index 1,6084 (janvier 2013) à majorer éventuellement des allocations de foyer ou résidence.

    Possibilité de valorisation d’expérience professionnelle.

    APPEL EXTERNE AUX CANDIDATURES > N° 2015/103 Bis > Voir l’entièreté de l’offre sur le site source > http://www.chu.ulg.ac.be/upload/docs/application/pdf/2015-11/2015-103_bis_appel_-_2_electriciens_-_ateliers_batiments.pdf

    Source générale > http://www.chu.ulg.ac.be

  • Imprimer

    INFO BOULOT > LE MÉTIER DE LA SEMAINE: UN ÉLECTRICIEN, VRAIMENT AU COURANT

    lemetiersemaine.jpgSon boulot, c'est de soigner et de guérir les machines.  L’électricien de maintenance est un profil complexe, très recherché sur le marché de l’emploi.

    Entretenir des machines est l’occupation principale de l’électricien de maintenance. Trouver l’origine d’une panne peut parfois relever du défi, c’est un métier qui demande d’être polyvalent, intuitif et de bonnes connaissances techniques.

    Certains secteurs, comme la production ou la métallurgie, ne sauraient se passer des machines. L’électricien de maintenance est donc le gardien de leur bon fonctionnement. Concrètement, il est chargé d’installer, régler, mettre en service, entretenir et réparer des équipements industriels automatisés, avec leurs systèmes électrotechniques, électropneumatique, hydraulique, électronique. “ Il sera donc amené à démonter les machines, à rédiger et transmettre un rapport d’intervention, à proposer des améliorations ”, explique Véronique Heemers du Forem.

    La plupart des contrats proposés passent par l’intérim. Seul un contrat sur cinq est un contrat à durée indéterminée. C’est peu. Les entreprises recherchent essentiellement des candidats issus de l’enseignement secondaire supérieur. Certaines sociétés demandent même un diplôme de l’enseignement supérieur, mais l’expérience peut aussi être un critère prépondérant.

    C’est une des causes de la pénurie de main d’œuvre dans le secteur, d’autant qu’il n’est pas évident, en sortant de l’école, d’avoir développé toutes les compétences attendues. De plus, comme on s’en doute, les horaires à pauses et les contrats intérim n’aident pas à valoriser ce métier qui souffre d’une mauvaise image, comme la plupart des fonctions techniques.

    Parmi les compétences nécessaires, le Forem cite le fait de pouvoir réagir rapidement, avec calme et maîtrise de soi, même en cas d’imprévu. “ Il faut aussi appliquer rigoureusement les règles de sécurité, d’hygiène, environnementale et se tenir informé de l’évolution du métier. ” Yves De Coorebyter, administrateur délégué de la Fédération de l’Electricité et l’Electronique (FEE), confirme qu’il n’est pas simple de trouver des électriciens ou techniciens de maintenance: “ Le métier exige aussi des compétences de déduction et de lecture de plans, parfois très compliqués. Réparer la panne est finalement le plus simple: c’est en détecter la cause qui est ardu! ”

    Yves De Coorebyter a été chef d’un service d’entretien sur un chantier naval. Il considère ce métier comme passionnant: “ Il faut se gratter la tête pour trouver la faille et y apporter la solution adéquate. C’est un job plein de surprises et varié! ” Le Forem le confirme: “ Les diplômés du supérieur ne doivent pas hésiter à se lancer. Ils découvriront un job passionnant! ”

    Plus d’infos: www.restezbranches.be

    Source > http://www.jobsregions.be