écoles

  • Imprimer

    587 ÉLÈVES HANNUTOIS SUR 799 VONT EN VOITURE À L’ÉCOLE

    Dans le cadre de la semaine européenne de la mobilité qui aura lieu du 16 au 22 septembre, quatre écoles hannutoises vont tenter de relever un beau défi > Augmenter de 20 % le nombre d’élèves utilisant des modes de déplacement alternatifs à la voiture individuelle.

    À l’invitation de l’échevinat de la mobilité, les écoles communales Hannut I (Avernas, Lens-Saint-Remy), Hannut II (Grand-Hallet et Moxhe) et Hannut III (Thisnes et Merdorp) ainsi que l’école fondamentale Sainte Cœur de Marie, ont marqué leur accord à la participation du défi « Emile le serpent mobile ».

    Concrètement, pendant deux semaines, les élèves de ces 4 écoles primaires vont jouer la carte de l’environnement en privilégiant la marche, le vélo, le covoiturage ou les transports en commun. « Notre objectif », explique Henri Catteau, conseiller en mobilité à la Ville de Hannut, est d’augmenter de 20 % le nombre d’élèves utilisant des modes de déplacements alternatifs à la voiture individuelle ».

    Pour mesurer l’impact de cette campagne, un état des lieux a été réalisé cette … La suite en ligne pour les abonnés à la version digitale > https://huy-waremme.lameuse.be/436436

    Source > Marie-Claire GILLET sur > https://huy-waremme.lameuse.be

    Le dossier également au grand complet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 12/08/2019

  • Imprimer

    ÉCOLES HANNUTOISES CE 16 MAI > PORTES OUVERTES DANS 2 ÉCOLES VILLAGEOISES

  • Imprimer

    ÉCOLES HANNUTOISES les 14 & 16 mai > PORTES OUVERTES DANS NOS ÉCOLES VILLAGEOISES

  • Imprimer

    ÉCOLE HANNUTOISES > LES PROCHAINES PORTES OUVERTES DANS NOS ÉCOLES VILLAGEOISES

  • Imprimer

    MERDORP (HANNUT)> JOURNÉE INTERGÉNÉRATIONNELLE À L’ÉCOLE DE MERDORP EN IMMERSION.

    Ce vendredi 5 avril, l’école de Merdorp a ouvert ses portes aux grands-parents pour un concept  particulier.

    Chaque grands-parents s’est inscrit dans un atelier dans lequel il a pu, en compagnie de son petit-enfant, vivre un moment en toute créativité et complicité.

    Des ateliers qui avaient pour objectif d’aménager notre cour de récréation afin d’en faire un endroit source de plaisir, de détente et d’échanges.

    Atelier 1 : Réalisation de bottes et de bacs fleuris : planter les fleurs, les arroser, les accrocher dans l’école

    Atelier 2 : Peindre des malles à jeux à la manière d’un artiste qui a été travaillé en classe préalablement.

    Atelier 3 : Préparation d’un succulent buffet pour le repas du midi.

    Atelier 4 : Aménagement d’une cuisine extérieure (jeu pour les maternelles) : poncer les planches, peindre certains accessoires, accrocher les jouets de cuisine.

    Atelier 5 : Création d’une mascotte de l’école en papier mâché, la peindre.

    La journée s’est terminée par une chasse aux œufs dans le village en compagnie de tous.

    Une journée riche en échanges et en émotions.

    Source > J. Metzmacher (Directrice) via A.OT

    5.jpg

    4.jpg

    3.jpg

  • Imprimer

    DE PLUS EN PLUS DE DROGUE DANS LES ÉCOLES …

    La police et les établissements scolaires ont décidé de s’unir pour lutter contre ce fléau!

    La drogue dans les établissements scolaires est un véritable fléau. Elle touche principalement les jeunes. Chaque année, de nombreuses opérations policières sont menées dans différentes écoles

    4 bus contrôlés, 872 navetteurs soumis au contrôle des chiens, des prises diverses (13,15 g de marijuana, 1,48 g de résine, 0,4 g d’ecstasy, deux armes prohibées) : l’action coup de poing de la police locale dans les bus TEC à Frameries et Hornu, en milieu de semaine dernière, a marqué les esprits. Une opération menée en collaboration avec les TEC ainsi que la police fédérale.

    Et la zone de police Boraine, active sur les communes de Boussu, Colfontaine, Frameries, Quaregnon et Saint-Ghislain projette aussi d’autres actions prochainement dans les écoles.

    La police a conclu un partenariat avec les établissements scolaires.

    Découvrez les actions prévues dans les écoles par les policiers.

    La drogue ne sera pas la seule cible des forces de l’ordre

    Source libre de Johnny Maghe > https://www.sudinfo.be/id109359

    Illustration 123rf

  • Imprimer

    MOXHE (HANNUT) CE VENDREDI 15 MARS > SPECTACLE DES ENFANTS DE L’ÉCOLE COMMUNALE

  • Imprimer

    INSCRIPTIONS DANS LE SECONDAIRE > LES PARENTS SONT INVITÉS À FAIRE CONNAÎTRE LEUR CHOIX D’ÉCOLE DÈS CE LUNDI 11

    C’est ce lundi que débute en Fédération Wallonie-Bruxelles la traditionnelle procédure d’inscription en première année d’enseignement secondaire, que plus de 50.000 élèves rejoindront en septembre prochain

    Les parents concernés ont reçu ces dernières semaines le formulaire unique d’inscription (FUI) à cet effet.

    Ils ont jusqu’au 1er mars pour le déposer dans l’école de leur premier choix. Durant ces trois semaines, la chronologie des dépôts n’a aucune importance. Un formulaire déposé dès ce 11 février ne sera donc pas avantagé par rapport à un autre remis le 1er mars.

    Sur ce formulaire, les parents sont invités à indiquer leur première préférence d’école pour la rentrée 2019, ainsi que leurs choix suivants si l’école convoitée devait être complète. Ils peuvent y indiquer jusqu’à dix écoles de leur choix.

    Nouveauté cette année : seul le 1er choix doit obligatoirement figurer sur le FUI déposé. Les choix subsidiaires peuvent, eux, être encodés (et ainsi modifiés plus facilement jusqu’au 1er mars) via une application spécialement développée par l’administration de l’enseignement.

    Cette application leur permettra aussi de suivre l’évolution en ligne de leur position en liste d’attente. Ils devraient aussi obtenir par ce biais une réponse plus rapide de la Commission interréseaux des inscriptions (CIRI).

    Au terme de cette période de trois semaines, un classement des demandes sera réalisé pour les écoles où les demandes d’inscription sont supérieures à 102 % du nombre de places disponibles.

    L’attribution des places dans les écoles les plus convoitées est réalisée sur base d’une série de critères, géographiques notamment, tels que la distance domicile-école, la distance entre l’école convoitée et l’école primaire fréquentée, etc.

    Les écoles sont de leur côté tenues de réserver un quota de places au profit d’élèves moins favorisés, dits à « indice socio-économique faible » (ISEF).

    Introduite en 2010, cette procédure d’inscription a permis d’objectiver pour tous la procédure, mais non sans écueil. L’an dernier, le nombre d’enfants n’ayant pas trouvé de place dans l’établissement de leur choix -les « sans école », comme ils ont été rebaptisés- n’avait jamais été aussi important.

    Pour la rentrée prochaine, la situation devrait être toutefois moins tendue. Quatre nouvelles écoles secondaires ouvriront en effet leurs portes à Bruxelles (Evere, Anderlecht, Forest et Haren), ce qui devrait permettre de faire diminuer la tension liée à la démographie, particulièrement forte dans la capitale.

    Les modalités actuelles pour la procédure d’inscription sont depuis des années au centre des critiques des associations de parents, mais aucun consensus politique ne s’est jamais dégagé au cours de la législature qui s’achève pour la modifier.

    Il y a un an, devant les divergences persistantes entre PS et cdH sur la question, le gouvernement avait finalement décidé de renvoyer la patate chaude au Parlement. Mais à quelques mois des élections, et faute de consensus entre partis, personne ne s’est hasardé à rouvrir un dossier aussi sensible.

    Infos : www.inscription.cfwb.be

    Source libre en ligne par Belga > https://www.sudinfo.be/id101281