sncb - Page 2

  • Imprimer

    1 600 OFFRES D’EMPLOI DANS LES CHEMINS DE FER

    SNCB_2015.jpg

    Les chemins de fer belges comptent trois entreprises : la SNCB (l’entreprise de transport), Infrabel (le gestionnaire d’infrastructure) et HR Rail (l’employeur légal de l’ensemble du personnel des deux sociétés précitées).

    Elles emploient 35 000 travailleurs au total. Et cette année, l’organisation va recruter 1 600 nouveaux collaborateurs.

    Cela fait de nous le principal employeur du pays, précise Christian Smets, Expert Corporate Recruitment chez HR Rail. Et les chemins de fer belges n’abritent pas uniquement des accompagnateurs et conducteurs de train, mais aussi des profils très divers. > Rencontre.

    Quels profils recherchez-vous ?

     Nous recherchons toujours des accompagnateurs et conducteurs de train, des profils techniques variés, des collaborateurs-sécurité et des ingénieurs. Nous nous concentrons cette année sur la première catégorie, et souhaitons en engager au moins 300. Il ne s’agit pas d’un profil facile à trouver, car nous plaçons la barre très haute. Ces personnes doivent être extrêmement sociables. Aucune entreprise ne fait ce que nous faisons, et c’est la raison pour laquelle nous avons encore beaucoup à apprendre. Nous évoluons sur le plan technologique depuis quarante ans et nous possédons à la fois les dernières innovations et des technologies vieilles de plusieurs décennies. Il s’agit donc d’un environnement complexe pour les techniciens et ingénieurs, mais c’est précisément ce qui rend le travail encore plus passionnant. 

    Quelle culture règne au sein de l’organisation ?

    L’ambiance est généralement bonne entre les collègues. Rares sont les endroits où les collaborateurs s’identifient autant à l’entreprise que dans les chemins de fer. Nombreux sont ceux qui y travaillent toute leur carrière. Le mot « cheminot » n’a plus la même signification qu’avant, mais peut encore être utilisé pour bon nombre des collaborateurs. L’organisation est bien sûr en évolution permanente. Nous sommes par ailleurs une entreprise de 35 000 collaborateurs, ce qui implique un exode massif de personnes partant à la pension et une grande vague de nouveaux arrivants. La culture change donc continuellement, mais cela signifie aussi que les travailleurs ont énormément de possibilités d’évoluer. 

    Un travail varié

    La SNCB et Infrabel offrent non seulement des salaires intéressants, mais aussi une sécurité d’emploi. Il s’agit d’un aspect primordial pour de nombreuses personnes, ajoute Christian Smets. Et c’est la raison pour laquelle ils optent pour les chemins de fer belges. Pour Len Steyaert, ingénieur, c’est un peu comme une tradition de père en fils. Il travaille aux chemins de fer depuis 1998. Je fais partie des anciens. Mon père travaillait ici aussi comme ingénieur, et je savais donc à quoi m’en tenir. Quand j’étais petit, je me faisais une image très précise de ce que travailler pour cette entreprise signifiait. Avant de commencer chez Infrabel, j’avais travaillé dans plusieurs sociétés privées. Et lorsque les chemins de fer ont annoncé un examen pour les ingénieurs, j’ai tenté ma chance. J’ai commencé comme ingénieur pour l’entretien des voies, j’ai occupé plusieurs postes et j’ai finalement évolué jusqu’à une fonction de management. Je suis aujourd’hui chargé de l’entretien de l’infrastructure comme les aiguillages, l’aménagement des signaux, les passages à niveau, etc. C’est un travail passionnant et très varié. On bénéficie d’un package salarial attrayant, mais c’est surtout le contenu diversifié de la fonction qui fait que j’aime travailler ici. 

    Envie de travailler pour les chemins de fer ? Cliquez icpour trouver les offres d’emploi :

    www.references.be/sncb

    Source & Texte: Rédaction sur > http://www.references.be

  • Imprimer

    MANIFESTATION CE DIMANCHE DEVANT LA GARE DE WAREMME

    1235381077_B974847059Z_1_20150222130450_000_GMM41FN75_1-0.jpg

    170 navetteurs ont manifesté ce dimanche devant la gare de Waremme: «Pas un jour sans que la SNCB nous vole notre vie»

    170 navetteurs de la gare de Waremme se sont rassemblés ce dimanche matin pour manifester leur mécontentement par rapport au nouveau plan de transport de la SNCB.

    Les navetteurs souhaitaient se mobiliser, même si la ministre fédérale en charge de la Mobilité, Jacqueline Galant, se rendra à Waremme le 11 mars prochain. Lire la suite ici ...

    Source > Rédaction en ligne de A.M. Sur > http://www.sudinfo.be/1219511

    Lire aussi > Mobilisation contre le plan de la SNCB à Waremme:

    Pol Guillaume et Braives se désolidarisent, Jacques Chabot ne comprend pas. Sur > http://www.sudinfo.be/1220273

  • Imprimer

    WAREMME: LES NAVETTEURS SE MOBILISENT CONTRE LE PLAN DE LA SNCB ET LANCENT DES ACTIONS

    1950737058_B974367960Z_1_20141223101532_000_GPS3MC5P3_1-0.jpg

    Suppression de trains, changements des horaires et service insuffisant : les usagers qui empruntent la gare de Waremme se mobilisent contre le nouveau plan de la SNCB.

    Une réunion de navetteurs s’est tenue lundi et des actions sont lancées. Le problème a aussi été abordé au Conseil communal.

    Une pétition a été lancée et une réunion s’est tenue lundi après-midi : «  Nous développons la … Lire la suite ici ...

    Source > Rédaction en ligne de JM sur > http://www.sudinfo.be/1176205

  • Imprimer

    LE TEC ET LA SNCB GRATUITS POUR LES ÉLECTEURS LE DIMANCHE 14 OCTOBRE

    1630885496_B9723955Z_1_20121010143521_000_GT5A6URR_1-0.jpgL’entièreté du réseau bus et tram de Wallonie sera gratuit ce dimanche 14 octobre à l’occasion des élections communales et provinciales, a indiqué le groupe TEC mercredi dans un communiqué.

    Les électeurs convoqués dans une autre commune que celle où ils résident ont également droit au voyage aller-retour gratuit en train, indique la SNCB sur son site web. > http://www.belgianrail.be

    Concernant le TEC, les voyageurs qui ne possèdent pas d’abonnement devront se présenter au conducteur qui leur délivrera un ticket à zéro euro, nécessaire pour être couvert par les assurances, souligne la société wallonne de transports en commun. Les horaires habituels du dimanche seront d’application.

    La SNCB prévoit également que les électeurs puissent voyager gratuitement dans certains cas. Il en va des citoyens qui ne sont plus résidents dans la commune où ils doivent aller voter, des étudiants séjournant, en raison de leurs études, dans une autre commune, des personnes en traitement dans un établissement hospitalier situé dans une autre commune que celle où elles sont inscrites sur les listes électorales et enfin des salariés ou appointés (ainsi que les membres de leur famille) qui exercent leur profession à l’étranger ou dans une autre commune que celle où ils doivent voter.

    Le citoyen qui entre en ligne de compte pour le «Billet Electeur» peut se présenter dans n’importe quelle gare, muni de sa convocation, de sa carte d’identité et éventuellement d’une attestation de son employeur, selon la SNCB.

    A Bruxelles, la STIB n’a prévu aucune disposition particulière. «Les bus et trams seront payants et circuleront normalement, selon les horaires du dimanche», a précisé une porte-parole

    Source > Sudpresse > Mis à jour le Mercredi 10 Octobre 2012 à 13h55 M. Crahay

     

     

     

  • Imprimer

    SNCB : LE PRÉAVIS DE GRÈVE DU 3 OCTOBRE PROVISOIREMENT MAINTENU

    58946624_B9720349Z_1_20120927134035_000_GDG9FO7M_1-0.jpgLe préavis de grève sur le rail pour le 3 octobre est provisoirement maintenu, ont annoncé les délégués syndicaux des cheminots, jeudi, à l'issue d'une réunion avec le cabinet du ministre des Entreprises publiques Paul Magnette.

    Les délégués syndicaux vont consulter leur base jeudi après-midi et prendront ensuite une décision définitive.

     "Rien de concret ne nous a été proposé et la position du cabinet n'a pas évolué", a réagi Luc Piens du syndicat CSC-Transcom. "Le ministre est toujours favorable à une structure bicéphale et aucune garantie n'a été apportée en ce qui concerne la ponctualité et le personnel."

    Les syndicats semblaient d'ailleurs pessimistes quant à la possibilité d'éviter la grève de 24 heures, prévue le 3 octobre et qui doit débuter à 22h00 la veille. Les syndicats se réunissent jeudi après-midi avec leur base respective, avant de prendre une décision quant au mouvement de grève en front commun. Celle-ci devrait être connue en début de soirée.

    Une nouvelle réunion de concertation a été proposée aux syndicats lundi, en présence du ministre Magnette,

    Source > Sudpresse > Mis à jour le Jeudi 27 Septembre 2012 à 13h40

  • Imprimer

    GRÈVE OU PAS LE 3 OCTOBRE À LA SNCB: DÉCISION JEUDI APRÈS-MIDI

    925505751_B9720089Z_1_20120926153453_000_GAO9ED6A_1-0.jpgLes syndicats au sein de la SNCB prendront une décision définitive jeudi après-midi quant à une possible grève de 24 heures le 3 octobre prochain sur le rail. Une nouvelle réunion de concertation sur la future structure du groupe ferroviaire est prévue jeudi matin entre le front commun syndical et le cabinet du ministre des Entreprises publiques, Paul Magnette.

    Les syndicats ont déjà eu une entrevue ce mercredi au cabinet du ministre. «Les propositions deviennent plus concrètes et donc aussi plus techniques», résume Luc Piens, de la CSC-Transcom, sans en dire davantage.

    Le front commun syndical effectuera jeudi après-midi, dans la foulée de la réunion avec le cabinet Magnette, une évaluation des discussions. Une décision définitive quant à la grève sera alors prise, indique de son côté Jos Digneffe, de la CGSP-Cheminots. Le responsable syndical se dit toutefois pessimiste quant à la possibilité d’encore éviter la grève.

    Un préavis de grève de 24 heures à partir du mardi 2 octobre à 22h a été déposé. Les syndicats demandent une structure intégrée pour les chemins de fer là où le ministre des Entreprises publiques se prononce en faveur d’une structure bicéphale.

    Source > Sudpresse > Mis à jour le Mercredi 26 Septembre 2012 à 15h35 Belga

  • Imprimer

    ATTENTION AUX VOLEURS DANS LES TRAINS! ILS SONT DE PLUS EN PLUS NOMBREUX

    1755873644_B9719094Z_1_20120923091903_000_GC7998KQ_1-0.jpgLa SNCB a enregistré, en 2011, près de 2.000 signalements de vols dans ses trains, soit 5 par jour. Cela représente une hausse de 20% par rapport à l'année précédente.

    Ces chiffres, rapportés par De Zondag, avaient été demandés par le sénateur Guido De Padt au ministre en charge des Entreprises publiques Paul Magnette.

    Laisser tomber un objet à proximité de la victime ou s’asseoir dos à dos avec elle font partie des techniques les plus fréquemment utilisées par les pickpockets. Ces derniers agissent principalement sur la liaison nord-sud à Bruxelles et dans les trains reliant la capitale à Ostende et Anvers.

    Source > Sudpresse > Mis à jour le Dimanche 23 Septembre 2012 à 09h19  > Photo AFP

  • Imprimer

    LES SYNDICATS DES CHEMINOTS ANNONCENT UNE GRÈVE LE 3 OCTOBRE

    1341216676_B9718884Z_1_20120921173301_000_GMM97GCU_1-0.jpgLes syndicats des cheminots viennent d’annoncer le dépôt d’un préavis de grève pour le 3octobre. Les nouvelles négociations entre les syndicats et le ministre des Entreprises publiques Paul Magnette (PS) au sujet de la future structure de la SNCB, n'ont en effet pas abouti à un accord.

    Les syndicats et le gouvernement négocient déjà depuis quelques semaines au sujet de la l'organisation future que doivent avoir les chemins de fer en Belgique. Les organisations syndicales plaident pour une structure intégrée qui est, selon elles, "le seul modèle à privilégier pour garantir les priorités des usagers et des cheminots". Paul Magnette, quant à lui, préfère une structure duale avec, d'une part, une société de transport, la SNCB, et, d'autre part, une entité gestionnaire du réseau et des infrastructures, Infrabel. Dans ce scénario, la SNCB-Holding disparaîtrait donc.

    Dans un communiqué, le front commun syndical fait savoir que cinq scénarios ont été proposés vendredi, mais "qu'aucun d'entre eux n'évoquait celui d'une structure intégrée".

    Les organisations représentatives vont à présent informer leur base à partir du 25 septembre "sous forme d'assemblées générales, sans porter atteinte à la circulation du trafic ferroviaire". Viendra ensuite la grève de 24 heures, qui débutera le mardi 2 octobre à 22 heures, pour prendre fin 24 heures plus tard, le mercredi 3 octobre.

    Source > Sudpresse > Mis à jour le Vendredi 21 Septembre 2012 à 16h27 D.G.