scouts - Page 2

  • Imprimer

    LES SCOUTS SOUFFLENT LEUR CENTIÈME BOUGIE AVEC UN GRAND RASSEMBLEMENT À NAMUR

    1815122057_ID7607834_hollenfeltz_134629_H3TA13_0.JPGCette année, la fédération des scouts souffle ses 100 bougies. Depuis un siècle, des milliers de petits Belges ont usé leurs premiers fonds de culotte chez les scouts. Olivier Hollenfeltz, 28 ans de Liège, est dans le mouvement depuis 20 ans: “Un peu forcé par mes parents au début, je n’ai plus jamais eu envie de quitter mon unité. ”

    Début 2012, la fédération francophone des scouts a passé le cap des 55.000 membres. Un chiffre que les responsables du mouvement analysent comme un succès. “Nous n’avons jamais été aussi nombreux ”, indique Annick Hoornaert, animatrice fédérale chargée des relations extérieures. “ Un chiffre qui ne cesse de croître: depuis 2002, nous avons compté une augmentation de nos membres de 15 %. En Wallonie et à Bruxelles, il y a 413 unités scoutes. C’est en région liégeoise qu’elles sont les plus nombreuses, si on compare avec le nombre d’habitants. ”

    Olivier Hollenfeltz, 28 ans, est justement scout depuis 20 ans à l’unité de la 13e Légia de Loncin, dans la périphérie de Liège. “Un de mes amis se trouvait dans cette unité ”, explique-t-il. “ J’avais envie de l’y rejoindre mais j’étais un peu timide. Au final, un peu poussé par mes parents, je me suis inscrit. Et depuis, je ne l’ai plus quittée. J’ai rapidement accroché au mouvement: je faisais des jeux de piste, des activités, des camps, etc. Des trucs de mon âge quoi. ”

    Loin des clichés, le scoutisme n’apprend pas “que” la méthode pour faire des nœuds de chaise ou construire des cabanes dans les bois. Selon Olivier, dont le totem est “Bison”, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une école de la vie. Le tout, dans une atmosphère pluraliste. “ Dans mon unité, les locaux nous sont prêtés par la paroisse. Mais on a laissé tomber le caractère 100 % catholique. D’ailleurs, nous avons un jeune musulman parmi nos membres. On n’oblige personne à aller aux messes. Le scoutisme est un mouvement ouvert, large d’esprit. Il m’a appris l’entraide, le respect des autres, de la nature. Ça m’a aussi permis de mieux me découvrir. Au-delà des valeurs transmises par les scouts, je pense que le plus important est que ça m’a apporté des amis pour la vie. Des personnes sur qui je peux compter en toutes circonstances. Nous avons vécu énormément de choses ensemble, passé des moments inoubliables que personne ne peut nous enlever. ” Il n’y a pas d’âge de retraite

    Source > Sudpresse > Publié le Lundi 16 Avril 2012 à 14h44 allison mazzoccato