réseaux sociaux - Page 2

  • Imprimer

    5 ASTUCES POUR LAVER VOTRE PASSE SUR LES RESEAUX SOCIAUX

    shutterstock_122805094b.jpg

    Vous avez des photos de vous en état d’ébriété sur votre profil Facebook ? Vous avez été tagué(e) sur une photo où, habillé(e) en léopard, vous mettez le feu sur le dancefloor ?

    Vous avez un jour évacué la pression sur Twitter, en crachant votre venin sur votre patron ? Votre compte LinkedIn est tellement vide qu’il donne l’impression que vous êtes le protagoniste de « Seul au monde » ?

    Sachez que ces choses peuvent vous être fatales dans le cadre de votre recherche d’emploi… et peuvent même vous coûter votre emploi, si vous en avez un. Les employeurs sont en effet de plus en plus attentifs à l’« e-réputation » de leurs employés, celle-ci pouvant contribuer à faire ou à défaire la réputation de l’entreprise même. Voici donc 5 astuces pour laver votre passé sur les réseaux sociaux.

    1. Faites une recherche personnelle sur vous

    Googelez votre nom. Si, dans les premières pages, vous retrouvez des mentions de vous qui pourraient nuire à votre recherche d’emploi, il est temps de supprimer tout contenu inapproprié de vos profils sociaux. La personne qui a été engagée par Cisco et a tweeté « Maintenant je vais devoir gérer le dilemme entre gagner un bon gros salaire et faire la navette tous les jours vers San Jose et détester le boulot » avait probablement zappé le fait que Cisco est relativement engagé sur internet…

    2. Dans le doute, effacez

    Passez en revue l’historique de vos publications, vos commentaires et vos anciennes photos sur Facebook, Twitter et autres blogs sociaux pour voir si certaines choses publiquement visibles sont susceptibles de vous porter ombrage. Vous pourriez envisager d’effacer toutes les publications de nature sexuelle, les références à la drogue, l’alcool ou le tabac, les blagues racistes ou sexistes et tout engagement politique trop ancré. Certaines applications, comme SimpleWash, permettent aussi de faire des recherches par mots-clés sur vos comptes Facebook et Twitter et d’effacer ainsi d’un seul coup les contenus problématiques. Cette automatisation pourrait toutefois négliger des publications sensibles qui sortent du cadre limité des mots-clés retenus.

    Enfin, faites aussi attention aux fautes d’orthographe et de grammaire, qui pourront entacher vos talents de communication.

    3. Mettez votre profil LinkedIn à jour

    Aujourd'hui, plus de 1.500.000 Belges possèdent un compte LinkedIn. Le site de networking est aussi le premier réseau social professionnel. Le site peut vous aider directement dans votre recherche d’emploi. Bien sûr, vous devez avoir un profil rempli à 100% et constamment à jour. Pour augmenter votre visibilité, vous pouvez aussi vous inscrire à certains groupes de réflexion importants dans votre domaine et participer aux débats. En réalité, vous devez soigner votre profil LinkedIn en tout temps. Pour plus d’astuces, voyez notre article qui vous éclairera sur les 5 choses à faire sur LinkedIn, même si vous n’êtes pas à la recherche d’un emploi.

    4. Commencez à cultiver votre image professionnelle sur les réseaux sociaux

    Nouez des liens avec vos anciens camarades de classe et vos collègues en les suivant sur Twitter, en les retweetant et en aimant leurs publications (pertinentes) sur Facebook. Abonnez-vous aussi aux comptes de votre (ancienne) entreprise ou de votre université/haute école. Soignez votre image en publiant vous-mêmes des réflexions intelligentes, argumentées et qui ouvrent le débat.

    5. Changez vos paramètres de confidentialité

    En cas de doute, vous pourriez envisage de changer les paramètres de confidentialité de vos profils sociaux afin que seul un groupe trié sur le volet puisse voir vos publications anciennes et futures. Les publications sur les réseaux sociaux sont souvent le fruit de votre humeur du moment et font office de soupape pour évacuer les frustrations en tout genre. Mais n’oubliez pas que ces publications restent inscrites sur votre ligne du temps et qu’elles participent à la formation de votre image. Si vous avez donc l’habitude de publier ce genre de « billets d’humeur » spontanés, vous devriez peut-être restreindre le nombre de gens qui pourront voir cet aspect de votre vie privée.

    Source: Forbes via > http://www.references.be

  • Imprimer

    5 ASTUCES POUR LAVER VOTRE PASSE SUR LES RESEAUX SOCIAUX

    shutterstock_122805094b.jpg

    Vous avez des photos de vous en état d’ébriété sur votre profil Facebook ?

    Vous avez été tagué(e) sur une photo où, habillé(e) en léopard, vous mettez le feu sur le dancefloor ? Vous avez un jour évacué la pression sur Twitter, en crachant votre venin sur votre patron ? Votre compte LinkedIn est tellement vide qu’il donne l’impression que vous êtes le protagoniste de « Seul au monde » ?

    Sachez que ces choses peuvent vous être fatales dans le cadre de votre recherche d’emploi… et peuvent même vous coûter votre emploi, si vous en avez un. Les employeurs sont en effet de plus en plus attentifs à l’« e-réputation » de leurs employés, celle-ci pouvant contribuer à faire ou à défaire la réputation de l’entreprise même. Voici donc 5 astuces pour laver votre passé sur les réseaux sociaux.

    1. Faites une recherche personnelle sur vous

    Googelez votre nom. Si, dans les premières pages, vous retrouvez des mentions de vous qui pourraient nuire à votre recherche d’emploi, il est temps de supprimer tout contenu inapproprié de vos profils sociaux. La personne qui a été engagée par Cisco et a tweeté « Maintenant je vais devoir gérer le dilemme entre gagner un bon gros salaire et faire la navette tous les jours vers San Jose et détester le boulot » avait probablement zappé le fait que Cisco est relativement engagé sur internet…

    2. Dans le doute, effacez

    Passez en revue l’historique de vos publications, vos commentaires et vos anciennes photos sur Facebook, Twitter et autres blogs sociaux pour voir si certaines choses publiquement visibles sont susceptibles de vous porter ombrage. Vous pourriez envisager d’effacer toutes les publications de nature sexuelle, les références à la drogue, l’alcool ou le tabac, les blagues racistes ou sexistes et tout engagement politique trop ancré. Certaines applications, comme SimpleWash, permettent aussi de faire des recherches par mots-clés sur vos comptes Facebook et Twitter et d’effacer ainsi d’un seul coup les contenus problématiques. Cette automatisation pourrait toutefois négliger des publications sensibles qui sortent du cadre limité des mots-clés retenus.

    Enfin, faites aussi attention aux fautes d’orthographe et de grammaire, qui pourront entacher vos talents de communication.

    3. Mettez votre profil LinkedIn à jour

    Aujourd'hui, plus de 1.500.000 Belges possèdent un compte LinkedIn. Le site de networking est aussi le premier réseau social professionnel. Le site peut vous aider directement dans votre recherche d’emploi. Bien sûr, vous devez avoir un profil rempli à 100% et constamment à jour. Pour augmenter votre visibilité, vous pouvez aussi vous inscrire à certains groupes de réflexion importants dans votre domaine et participer aux débats. En réalité, vous devez soigner votre profil LinkedIn en tout temps. Pour plus d’astuces, voyez notre article qui vous éclairera sur les 5 choses à faire sur LinkedIn, même si vous n’êtes pas à la recherche d’un emploi.

    4. Commencez à cultiver votre image professionnelle sur les réseaux sociaux

    Nouez des liens avec vos anciens camarades de classe et vos collègues en les suivant sur Twitter, en les retweetant et en aimant leurs publications (pertinentes) sur Facebook. Abonnez-vous aussi aux comptes de votre (ancienne) entreprise ou de votre université/haute école. Soignez votre image en publiant vous-mêmes des réflexions intelligentes, argumentées et qui ouvrent le débat.

    5. Changez vos paramètres de confidentialité

    En cas de doute, vous pourriez envisage de changer les paramètres de confidentialité de vos profils sociaux afin que seul un groupe trié sur le volet puisse voir vos publications anciennes et futures. Les publications sur les réseaux sociaux sont souvent le fruit de votre humeur du moment et font office de soupape pour évacuer les frustrations en tout genre. Mais n’oubliez pas que ces publications restent inscrites sur votre ligne du temps et qu’elles participent à la formation de votre image. Si vous avez donc l’habitude de publier ce genre de « billets d’humeur » spontanés, vous devriez peut-être restreindre le nombre de gens qui pourront voir cet aspect de votre vie privée.

    Source: Forbes via > http://www.references.be

  • Imprimer

    TWITTER, FACEBOOK, LINKEDIN... LES NOUVEAUX MODES DE RECRUTEMENT

     

    07_1017.jpg

    Ce n'était pas le cas il y a quelques années, mais dorénavant, pour se faire engager, il faut compter avec les réseaux sociaux.

    Facebook, Twitter et Linkedin peuvent en effet être vos alliés autant que vos ennemis au cours de votre recherche d'emploi.

    Que ce soit pour être débusqué par votre futur employeur ou un chasseur de tête, pour étendre votre réseau professionnel ou parce que les recruteurs tapent de plus en plussystématiquement le nom des candidats dans Facebook et Google, cela vaut la peine de soigner ce que l'on appelle son "e-reputation".

    Comment évitez les pièges et utiliser au mieux les ressources des réseaux sociaux? Petit guide de l'online networking réussi...

    Réputation en ligne: vous devez agir!

    Comment vous vendre sur les réseaux sociaux?

    Linkedin

    Comment être trouvé par les recruteurs sur Linkedin?

    Linkedin: 4 idées reçues passées à la loupe

    Comment Booster sa carrière? Etre ami avec Bill Gates sur Linkedin!

    Facebook

    Comment faire de Facebook un atout professionnel?

    Candidats: vous être screenés sur Facebook

    11 façons de se faire virer à cause de Facebook

    Twitter

    La preuve par 6 de l'intérêt de Twitter

    Comment Twitter peut vous aider au travail?

    Google +

    Google + peut-il vous aider à trouver du travail?

    Source > http://www.references.be

  • Imprimer

    RÉSEAUX SOCIAUX : POURQUOI ON EN VEUT TOUJOURS PLUS

    les-rc3a9seaux-sociaux.jpg

    La fréquentation assidue des réseaux sociaux renforce l'estime de soi, mais peut agir de manière néfaste sur la capacité à se maîtriser, notamment en ce qui concerne le respect des horaires de la journée.

    Une perte de self contrôle, pour le dire autrement, indiquent ces chercheurs américains (universités Columbia et de Pittsburgh). Ils ont procédé à une série d’évaluations sur des groupes de volontaires et passé en revue des études antérieures réalisées sur le sujet.

    Qu’en retiennent-ils ?

    • Surfer sur les réseaux sociaux améliore l’estime de soi, singulièrement lorsque les échanges se produisent avec des contacts (des amis) proches et/ou appréciés- leur avis compte - et que les interactions portent sur des expériences et des appréciations positives.

    • Le revers de la médaille, c’est que plus l’estime de soi se consolide (et on en veut naturellement toujours davantage), plus cela induit une perte de contrôle, qui se traduit notamment par de mauvaises habitudes alimentaires (grignotage, snack peu sain et avalé à la va-vite devant son écran, saut d'un repas…), le non-respect des horaires-clés (liés au temps de sommeil, par exemple) ou le renoncement à effectuer certaines tâches (une course remise au lendemain, l'annulation d'un rendez-vous...).

    Et on rappellera, dans ce contexte, qu’Internet, et en particulier les réseaux sociaux, peuvent induire des troubles sérieux liés à un phénomène d’addiction. Il est donc important d'apprendre à se maîtriser.

    [Source: Journal of Consumer Research]Source > http://www.passionsante.be

  • Imprimer

    DÉTAILS GÊNANT SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX > 33% DES RECRUTEURS BELGES NE PARDONNENT PAS

    shutterstock.jpg

    On l’a assez répété: soignez votre réputation en ligne. Méfiez-vous des statuts ou des photos qui donnent une mauvaises image de vous : ils ont un réel impact sur le processus de recrutement, comme le prouve cette enquête de Robert Half.

    De nos jours, tous les recruteurs vont vérifier à l’une au l’autre étape du processus de sélection les profils Facebook, Twitter et Linkedin des candidats, ou simplement 'googler' leurs noms. C’est simple, rapide et cela permet de mieux cerner la personnalité du candidat.

    Mais si lors de leurs recherches, les recruteurs sont confrontés à un détail gênant sur les réseaux sociaux, ils sont 33% en Belgique à écarter le candidat sans autre forme de procès, même si son CV est particulièrement bon. Ces chiffres ressortent d’une enquête que le cabinet Robert Half a menée sur plus de 2.000 recruteurs, actifs dans neuf pays européens.

    Un recruteur belge sur trois ne pardonne pas

    A la question "Refuseriez-vous un très bon candidat si vous découvriez à son propos des informations négatives ou gênantes sur les réseaux sociaux?" les recruteurs Belges ont répondu comme suit:

    • 37 % > C’est à voir, le candidat sera interrogé lors d’un entretien et la décision sera prise ultérieurement
    • 29 % > Non
    • 24 % > Oui, et le candidat recevrait des explications sur son éviction
    • 9% > Oui, et sans explications

    En majorité (37%), les recruteurs ne se baseront donc pas sur ce genre de détail pour prendre leur décision. Mais tout de même 33% des Belges chargés du recrutement écarteront le candidat du processus de sélection, avec ou sans explications...

    Les Italiens sont les plus sévères

    Dans les 9 pays où a été menée l’enquête, les recruteurs privilégient en majorité la réflexion, c'est-à-dire que le candidat aura quand même la chance d'avoir un entretien d'embauche pour s'expliquer, et le recruteur décidera ensuite. C'est le cas pour les recruteurs tchèques (67%), suisses (58%) et autrichiens (50%).

    Au contraire, certains recruteurs déclarent n'accorder aucune importance à ce genre de détails négatifs sur les réseaux sociaux. Les recruteurs les plus tolérants se trouvent surtout au Luxembourg (41%) en France (30%) et en Belgique (29%).

    Enfin, si l'on combine les réponses négatives avec et sans explications, les recruteurs les plus à cheval sur l'e-réputation se trouvent en Italie, où ils sont 41% à refuser une candidature en cas d'informations négatives ou gênantes dénichées sur les réseaux sociaux. Suivent ensuite les Pays-Bas et le Luxembourg, avec 36% de refus.

    Lire aussi

     

    Source > http://www.references.be