public - Page 2

  • Imprimer

    HANNUT > CE DIMANCHE > SPECTACLE JEUNE PUBLIC, DÈS 6 ANS

    Et ta soeur 2.jpg

    « Et ta Sœur ? », une création des Royales Marionnettes

    « Côté Jardin, Petit Louis, neuf ans pour trois kilos et quarante-deux centimètres, champion du monde de décapitation de poupées, vice-champion du monde de lancement de crottes de nez. Côté Cour, sa sœur Marguerite : sept ans pour deux kilos et demi et trente-sept centimètres, championne toutes catégories de pleurnicherie, et de perçage de tympans. Et c'est parti chers auditeurs ! Crochet du gauche, crochet du droit, tentative de communication,...

     

    Il faudrait un arbitre, mais où sont les parents ? Que fait la police ? Le combat tourne mal, cela va trop loin... Attention chers auditeurs, fait incroyable : les spectateurs de 7 à 77 ans s'y mettent, cela tourne à l'émeute ! ». Voilà le programme que nous proposent avec humour les Royales Marionnettes. Les Royales Marionnettes, c'est une vieille dame née en 1941, mais pas de panique!

    Disons qu'elle est plus comparable à Anny Cordy qu'à la reine Fabiola. Dans ces spectacles vous retrouverez des marionnettes traditionnelles, mais pas de panique ! On l'aime bien notre héros traditionnel, il gueule contre les injustices, il cogne sur le méchant, il s'inquiète pour ses gosses, il a envie que le monde change, que le public se bouge un peu l'arrière train, .CCH.jpg

     

    Hannut, Salle Rosoux, (Académie) dimanche 20 janvier à 15h30

    Infos sur place > Droit d’entrée : 6€ par personne.

  • Imprimer

    HANNUT > SPECTACLE JEUNE PUBLIC, DÈS 3 ANS « LE PHARE DU BOUT DU MONDE »,

    Le phare du bout du monde.jpg

    Spectacle Jeune Public, dès 3 ans Hannut, Salle Rosoux, dimanche 4 novembre à 15h30

    Maya, la gardienne de phare et Monsieur Slimane, un vieux marin, se voient souvent pour échanger de vieux souvenirs.

     Tant d’animaux perdus sont passés par le Phare du bout du monde! Un jour, Maya lui raconte l’histoire de Sadko, un chien qui était arrivé au phare un jour de grande tempête. Il ne parlait pas et ne savait où aller… ».  Dans ce spectacle, les deux personnages font revivre « Le Phare du bout du monde » avec comme toile de fond les images du livre qui défilent en transparence dans un petit castelet. Tantôt, ils content les aventures du chien et de ses compagnons, tantôt, ils les jouent, tantôt ils les chantent en s’accompagnant de divers instruments comme l’accordéon, la clarinette…

     Les thèmes abordés ? « Il y a d’abord le déracinement et l’exil puisque c’est l’histoire d’animaux qui ont été séparés de leur famille et de leur pays. Ils se réfugient au phare pour renouer avec leur histoire et retrouver leurs racines. Il y a la solidarité aussi puisqu’autour de Maya, la gardienne de phare qui recueille tous ces animaux perdus et qui les aide à retrouver leur pays, il y a tout un réseau d’entraide: Sir John Quickly, le goéland, transmet le courrier entre les animaux et leur famille, Stanislas, la baleine, ramène les animaux chez eux...

    C’est une histoire qui parle aussi d’identité car le héros est un chien qui ne sait plus d’où il vient et les animaux présents au phare vont l’aider à retrouver qui il est. Comme il ressemble à un chien eskimo, ils vont chercher dans le grand coffre du phare des souvenirs du Grand Nord et vont réaliser avec lui un livre de la mémoire. C’est ainsi que le chien va se souvenir de ses racines et retrouver son identité. » Quelles sont les réactions des enfants ? « Malgré la complexité de l’histoire, les réactions des jeunes enfants au spectacle montrent qu’ils perçoivent bien les thèmes de l’histoire. Nous jouons le plus souvent devant des enfants venant d’un peu partout, d’Afrique, d’Europe de l’Est, de Scandinavie… et lors des échanges après le spectacle ils citent fièrement leur pays d’origine et les langues qu’ils parlent: « Moi, je parle arabe, moi je viens du Danemark, je parle anglais... »

    Il y en a même un qui a dit: « Moi je parle bruxellois! »… Très souvent, ils posent plein CCH.jpgde questions sur ce qui arrive au chien quand il retourne au Pôle Nord et ils aiment imaginer ce qui se passe dans la suite de l’histoire pour le chien et aussi pour les autres animaux…

    Infos et réservations au Centre Culturel de Hannut (019/51.90.63) ou sur mailto:info@cchannut.be. Droit d’entrée : 6€ par personne.

  • Imprimer

    AGENDA > « LE PHARE DU BOUT DU MONDE », UNE CREATION DU THEATRE DE L’ORANGER

    Le phare du bout du monde.jpg

    Spectacle Jeune Public, dès 3 ans Hannut, Salle Rosoux, dimanche 4 novembre à 15h30

    Maya, la gardienne de phare et Monsieur Slimane, un vieux marin, se voient souvent pour échanger de vieux souvenirs.

     Tant d’animaux perdus sont passés par le Phare du bout du monde! Un jour, Maya lui raconte l’histoire de Sadko, un chien qui était arrivé au phare un jour de grande tempête. Il ne parlait pas et ne savait où aller… ».  Dans ce spectacle, les deux personnages font revivre « Le Phare du bout du monde » avec comme toile de fond les images du livre qui défilent en transparence dans un petit castelet. Tantôt, ils content les aventures du chien et de ses compagnons, tantôt, ils les jouent, tantôt ils les chantent en s’accompagnant de divers instruments comme l’accordéon, la clarinette…

     Les thèmes abordés ? « Il y a d’abord le déracinement et l’exil puisque c’est l’histoire d’animaux qui ont été séparés de leur famille et de leur pays. Ils se réfugient au phare pour renouer avec leur histoire et retrouver leurs racines. Il y a la solidarité aussi puisqu’autour de Maya, la gardienne de phare qui recueille tous ces animaux perdus et qui les aide à retrouver leur pays, il y a tout un réseau d’entraide: Sir John Quickly, le goéland, transmet le courrier entre les animaux et leur famille, Stanislas, la baleine, ramène les animaux chez eux...

    C’est une histoire qui parle aussi d’identité car le héros est un chien qui ne sait plus d’où il vient et les animaux présents au phare vont l’aider à retrouver qui il est. Comme il ressemble à un chien eskimo, ils vont chercher dans le grand coffre du phare des souvenirs du Grand Nord et vont réaliser avec lui un livre de la mémoire. C’est ainsi que le chien va se souvenir de ses racines et retrouver son identité. » Quelles sont les réactions des enfants ? « Malgré la complexité de l’histoire, les réactions des jeunes enfants au spectacle montrent qu’ils perçoivent bien les thèmes de l’histoire. Nous jouons le plus souvent devant des enfants venant d’un peu partout, d’Afrique, d’Europe de l’Est, de Scandinavie… et lors des échanges après le spectacle ils citent fièrement leur pays d’origine et les langues qu’ils parlent: « Moi, je parle arabe, moi je viens du Danemark, je parle anglais... »

    Il y en a même un qui a dit: « Moi je parle bruxellois! »… Très souvent, ils posent plein de CCH.jpgquestions sur ce qui arrive au chien quand il retourne au Pôle Nord et ils aiment imaginer ce qui se passe dans la suite de l’histoire pour le chien et aussi pour les autres animaux…

    Infos et réservations au Centre Culturel de Hannut (019/51.90.63) ou sur info@cchannut.be. Droit d’entrée : 6€ par personne.

  • Imprimer

    AGENDA > SPECTACLE JEUNE PUBLIC > « PETIT INUIT » PAR SABINE VANDERSMISSEN

    Petit Inuit.jpgUn spectacle pour tout-petits de 3 mois à 3 ans

    Dimanche 16 septembre 2012 à 15h30

    Salle Rosoux, rue des Combattants 1 à Hannut (académie)

      « Dans le ciel, un nuage sème des flocons. Un doux flocon se pose sur la neige endormie… Une fillette sort de son igloo tout rond. Ses bottes tracent des petits pas dans la neige endormie… Elle part à la pêche au poisson. Qu’y a-t-il là-dessous, sous la neige endormie ? ». Le spectacle présente la journée extraordinaire d’un petite Inuit qui part à la rencontre d’un monde étrange sous la neige… Petits moments poétiques, tendres ou intrigants, rythmés par des musiques  venues du pays des flocons, l’Islande. Le spectacle dure 20 minutes et est suivi d’une animation adaptée de 40 minutes environ.

    Durant l’animation, le tout-petit devient un vrai petit Inuit ! Ses pieds découvrent différentes textures de neige et de glace. Certaines sont molles, d’autres douces, d’autres encore sont lisses ou brillantes comme autant de sortes de neige différentes… Les Inuits possèdent une grande quantité d’« adjectifs » pour qualifier la neige car il est important de pouvoir reconnaître le type de sol sur lequel on marche. Ici, le tout-petit se rendra compte de ces différences en touchant les matières proposées. Ensuite, le petit enfant peut se glisser dans l’igloo et dire bonjour à Inouk, un gros ours polaire qui y habite. L’enfant aime faire semblant d’habiter dans l’igloo : il y dort, y joue et surtout s’y cache ! Inouk est toujours très content d’y accueillir ses petits amis car il reçoit d’énormes câlins…

    L’igloo permet à l’enfant d’avoir un endroit à lui, de s’isoler s’il le souhaite. Les plus grands aiment imiter, reproduire ce qu’ils connaissent chez eux, à la maison. Ils jouent à faire semblant d’aller au dodo, d’être papa ou maman… Pour les plus petits, c’est un endroit où ils aiment se cacher, puis apparaître, se cacher encore… Petit moment où ils jubilent en nous faisant une surprise… Inouk est un gros ours polaire en peluche qui permet à l’enfant de le cajoler, de lui faire part de son humeur, bonne ou mauvaise.

    • Infos et réservations indispensables au  019/51.90.63 ou info@cchannut.be.
    • Droit d’entrée : Gratuit pour les moinsde 3 ans ; 6€ dès 3 ans.
    • Lieu du spectacle : Auditorium Jean Rosoux (académie) de Hannut, rue des Combattants 1. CCH.jpg

    Une organisation du Centre Culturel de Hannut, avec les soutiens de la Province de Liège et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

  • Imprimer

    « TONNERRE DE LA PLAINE » A GRONDÉ POUR LE JEUNE PUBLIC CE DIMANCHE

    CompaFouchtra 057.jpgAtmosphère de savane à l’académie de Hannut où la compagnie Fouchtra interprétait ce dimanche le spectacle « Tonnerre de la plaine » pour le plus grand plaisir des petits venus très nombreux au rendez-vous. Le spectacle était labellisé par les Jeunesses Musicales et on pouvait s’attendre à de la qualité. Ce fut le cas. L’interprétation tout en finesse de Jean Jadin au piano sur la création en direct d’une toile peinte par Alexis Dourdine en a laissé plus d’un ébahi. La régie son-lumière était tenue par Renaud Dechanet et Isabelle Vandermeersch (également à la mise en scène) et la programmation réalisée par Xavier Lambertz. Nouveau rendez-vous au Centre Culturel pour un prochain Jeune Public le 25 mars, toujours à 15h30, pour la pièce « L’Ogre des Toilettes ». Un spectacle monstrueusement chouette pour les plus jeunes ! L’histoire ? Arthur se sent bien seul, alors il se réfugie dans les toilettes et y mène des expériences en jetant toutes sortes d’objets qu’il estime inutiles dans les « chutes du Niagara ». Dayen, son ami, est un nounours curieux : que peut–il bien se passer de l’autre côté de la cuvette ? Intrigué, il se penche et... culbute ! Arthur essaie de le rattraper mais glisse à son tour.CCH.jpg

    Un spectacle drôle, une fable des temps modernes, une autre manière de parler des monstres aux enfants de 3 à 8 ans. Infos : www.CCHANNUT.be. Photographie(s) : Jean-Claude Dubois.

    Album photos à voir sur ce site > https://hannut.blogs.sudinfo.be/album/conpagnie-fouchtra/