prix - Page 4

  • Imprimer

    LE SAVIEZ-VOUS ? PRIX DE LA BIÈRE: +20% ENTRE 2008 ET 2012

    35731823.jpg

    Pour le Syndicat Neutre des Indépendants, le prix de la bière (qui a augmenté de 20 % entre 2008 et 2012), n’est pas étranger à la baisse de fréquentation des cafés.

    Le Syndicat Neutre des Indépendants (SNI) estime que le prix de la bière en hausse participe à la baisse de fréquentation des cafés. «Entre 2008 et 2012, le prix de la bière a augmenté de 20%, ce qui oblige les cafetiers à augmenter leurs prix. Par conséquent, de plus en plus de gens préfèrent boire leur bière à la maison», souligne le SNI dans un communiqué.

     «Il va de soi que la crise, l’interdiction de fumer, l’augmentation des contrôles d’alcoolémie et le style de vie différent jouent un rôle important dans le fait que les cafés attirent de moins en moins de clients», réagit Christine Mattheeuws, présidente du SNI face aux chiffres de la fédération des brasseurs indiquant que la part de marché des cafés, en ce qui concerne la consommation de bière, est passée de 50% en 2008 à 45,6% en 2012.

     «Néanmoins, les brasseurs sont également responsables de ce déclin. Le prix de la bière a augmenté de 20% entre 2008 et 2012. Les cafés qui veulent survivre ne peuvent faire autrement que de répercuter cette hausse auprès des clients.»

    Durant les quatre premiers mois de 2013, le nombre de faillites dans le secteur horeca a augmenté de 9%. De plus, depuis juillet 2011, 32% de cafés en moins ont été créés.

    Source > http://www.sudinfo.be/733135 Photo > Vincent Rocher

  • Imprimer

    FRANCOFOLIES 2013 > DERNIER JOUR A PRIX REDUIT CE 31 !

    588241782.jpg

    Francofolies 2013: Puggy, Lou Doillon, Superbus, Geronimo... au programme du village Francofou

    Le programme de l’abonnement du Village Francofou ne cesse de s’étoffer. Il ne reste plus que deux jours pour profiter du prix préférentiel à 40,50 €

    De nouveaux noms s’ajoutent au programme du village Francofou, en juillet prochain. Puggy, Lou Doillon, Superbus, Geronimo, BRNS, Felix Da Housecat sont repris dans l’abonnement et les billets journaliers ‘Francofou’.

    L’abonnement Francofou est encore vendu au prix préférentiel de 40,50 € (+ frais) (soit le prix moyen habituel d’un ou deux concerts) jusqu’au 30 mars ! A partir du 31 mars, le prix prévente passera à 50,50 € (+ frais).

    Davantage d’infos dans notre édition papier de ce vendredi.

  • Imprimer

    OÙ TROUVE-T-ON LES ASSURANCES LES MOINS CHÈRES?

    F7F4C.jpg

    Mieux vaut habiter Mouscron et Tournai que Liège, Verviers ou Charleroi quand on veut assurer sa voiture. Nous avons fait le test auprès de trois compagnies.

    Les différences de prix peuvent être énormes !

    Admettons que vous avez 40 ans. Vous avez acheté une Ford Fiesta 1600cc neuve, 5 portes, 77 kw. Et vous n’avez jamais eu d’accident. Vous voulez l’assurer en omnium. Eh bien, figurez-vous que vous ne paierez pas le même montant si vous habitez Tournai ou Liège. Et ce, y compris si vous vous adressez à la même compagnie !

    La plus grande différence entre deux villes était de 1.078,08 euros. Pour assurer la même auto !

    Et chez nous ?????

    Découvrez notre dossier dans les éditions en papier du groupe Sudpresse. Et attachez votre ceinture, car il y a beaucoup de surprises !

    Source > http://www.sudinfo.be

  • Imprimer

    LA JUPILER, STELLA, LEFFE, HOEGAARDEN OU BELLE-VUE PLUS CHÈRES DÈS LE 1ER FÉVRIER

    1241189960_B9731952Z_1_20121106163523_000_G82BHA3D_1-0.jpg

    Le groupe brassicole InBev Belgium a annoncé mardi qu’il adaptera le prix de la bière de 2 centimes d’euro par verre en moyenne, à partir du 1er février 2013. Alken-Maes qui commercialise entre autres les bières Maes, Grimbergen, Cristal et Mort Subite, n'exclut pas non plus une hausse de ses prix l'an prochain.

    L’augmentation est censée compenser la hausse des prix des matières premières, notamment.

    Pour l’horeca, l’augmentation de prix sera de 7 centimes par litre en moyenne (taxes et accises comprises) tandis que l’adaptation moyenne du prix dans la grande distribution s’élèvera à 8 centimes par litre en moyenne (taxes et accises comprises).

     «L’adaptation doit compenser la hausse continue des prix des matières premières, des emballages, de l’énergie et l’augmentation des coûts salariaux. Les prix du marché pour les matières premières de bases comme les céréales, le maïs et le blé ont augmenté de moyennes allant de 4 à 29%, alors que les prix de l’énergie, des carburants et des emballages continuaient également à augmenter», justifie InBev Belgium dans un communiqué.

    InBev Belgium possède dans son portefeuille des marques comme Jupiler, Stella Artois, Leffe, Hoegaarden ou Belle-Vue.

    Après cette annonce de son concurrent, le brasseur Alken-Maes n’exclut pas non plus d’augmenter le prix de ses bières. «Nous travaillons actuellement aux tarifs pour 2013, mais ces travaux ne sont pas encore terminés», a réagi un porte-parole d’Alken-Maes. Tout comme InBev, Alken-Maes souligne être confronté à une flambée de ses coûts, notamment énergétiques, salariaux ou des matières premières. «Une hausse de tarifs n’est donc pas exclue», selon le porte-parole. Alken-Maes commercialise entre autres les bières Maes, Grimbergen, Cristal et Mort Subite.

    Source > Sudpresse > Mis à jour le Mardi 6 Novembre 2012 à 16h35 > Photo News

  • Imprimer

    LES PRIX DE L’ESSENCE ET DU DIESEL REPARTENT À LA HAUSSE

    phpThumb_generated_thumbnailjpg.jpgCa mardi, le litre du diesel s’élèvera à 1,5510. L’essence atteindra 1,7420 euro le litre. Les prix du mazout de chauffage augmenteront aussi.

    Les prix de l’essence, du diesel et du mazout de chauffage repartiront à la hausse dès demain/mardi, sans pour autant atteindre de nouveaux records, selon le SPF Economie.

    Le prix maximum du diesel s’élèvera ainsi à 1,5510 euro le litre, ce qui constitue une hausse de 2 centimes par rapport au prix actuel.

    Le prix maximum de l’essence atteindra quant à lui 1,7420 pour un litre de Super95, en hausse de 3 centimes par rapport à ce lundi.

    Enfin, le litre de mazout de chauffage se chiffrera à 0,9065 euro, loin du record de 2008, quand il coûtait 0,9540 euro.

    Source > http://www.lesoir.be > lundi 01 octobre 2012, 14:33 avec Belga >Photo AFP

  • Imprimer

    LE PRIX DE L'ESSENCE EN BAISSE MERCREDI ALORS QUE LE DIESEL A AUGMENTÉ CE MARDI

    1539450966_ID8141811_webessence_103151_H43H6D_0.jpgLe prix maximum pour un litre d’essence baissera mercredi, indique mardi le SPF Economie. Le diesel a par contre augmenté ce mardi.

    Un litre d’essence super 95 sera 2,2 centimes moins cher, à maximum 1,739 euro, tandis que le prix maximum de l’essence super 98 baissera de 1,1 centime, à 1,777 euro.

    Cette baisse du prix de l’essence est une conséquence du cours des produits pétroliers sur les marchés internationaux, souligne le SPF.

    A lire aussi >  Les prix les plus bas dans votre région

    Source > Sudpresse > Mis à jour le Mardi 25 Septembre 2012 à 10h35 Illustration Pauline Cantal

  • Imprimer

    LES FACTURES DE GAZ ET D’ÉLECTRICITÉ BIENTÔT RÉDUITES ?

    3759128-d-39-affaires-baisse-diagramme-fleche-rouge.jpgLa CREG a proposé ce mardi de nouveaux critères pour établir l’indexation des prix du gaz et de l’électricité. Cela pourrait permettre au consommateur d’économiser jusqu’à 450 euros.

    La Commission de régulation de l’électricité et du gaz (CREG) a proposé ce mardi une série de critères pour l’élaboration par les fournisseurs d’énergie des paramètres d’indexation des prix du gaz et de l’électricité. Les prix seraient désormais calculés uniquement sur la base de cotations boursières et non plus des prix du pétrole, ce qui pourrait permettre aux consommateurs d’économiser jusqu’à plusieurs centaines d’euros.

    Actuellement, nombre de fournisseurs d’énergie utilisent des paramètres d’indexation des prix qui n’ont rien à voir avec les coûts réels d’approvisionnement, ce qui peut entraîner une hausse artificielle de la facture du consommateur, surtout pour le gaz. Pour 60 % des consommateurs wallons et flamands et pour 85 % des consommateurs bruxellois, la facture de gaz se base sur les prix pétroliers et la facture d’électricité se base sur les prix du pétrole, du charbon et du gaz.

    Selon la CREG, cela conduit à une différence pouvant aller de 50 euros (pour l’électricité) à 400 euros (pour le gaz) par an et par ménage entre ces clients et ceux dont la facture est basée sur les prix de l’électricité ou du gaz.

    Le régulateur du secteur énergétique avance dès lors une « liste exhaustive de critères auxquels tout paramètre d’indexation » autorisé pour l’électricité et le gaz doit répondre. Le régulateur propose ainsi que les paramètres d’indexation définis par les fournisseurs actifs sur les marchés belges de l’électricité et du gaz « évoluent uniquement en fonction de l’évolution des coûts réels d’approvisionnement ». Serait dès lors interdit « tout paramètre évoluant en fonction d’autres coûts tels que, notamment, les charges de personnel, les charges d’amortissement ou les charges d’exploitation, ou encore les coûts liés aux certificats verts ou aux certificats de chaleur-force ».

    La CREG propose également que les paramètres d’indexation définis par les fournisseurs soient « calculés uniquement sur la base de cotations boursières relatives au marché européen » de l’électricité ou du gaz.

    La proposition de la CREG a été soumise au gouvernement fédéral, auquel il revient le cas échéant d’adopter un arrêté royal. « La proposition est en faveur du consommateur », conclut le régulateur.

    G.My avec Belga

    Source > Sudpresse > mardi 11 septembre 2012, 18:20 Belga

  • Imprimer

    PAS DE HAUSSE DU PRIX DE LA FRITE MALGRÉ LE MILDIOU

    764836921_ID7927062_0-frites_175706_H3Z9R0_0.JPGL’apparition du mildiou, une maladie de la pomme de terre, n’impliquera pas une hausse du prix de la frite, selon Bernard Lefèvre, président de l’Union nationale des frituristes (Unafri).

    Une bonne ou une mauvaise récolte n’a d’ailleurs qu’un impact limité sur le coût du cornet de frites, ajoute-t-il.

    La pluie et les températures en dessous des normales saisonnières ont favorisé l’apparition du mildiou, une maladie causée par l’humidité et qui s’attaque entre autres aux cultures de pommes de terre.

    Pourtant, cette maladie n’influencera pas le prix de la frite, assure Bernard Lefèvre, président national de l’Unafri. “Il n’augmente pas automatiquement si la récolte est mauvaise et ne diminue pas en période d’abondance. L’impact du prix de la pomme de terre sur celui de la frite reste relativement marginal.” D’après Bernard Lefèvre, la pomme de terre récoltée par l’agriculteur ne représente qu’1/9 du prix du cornet de frites. “Si la pomme de terre était gratuite, il coûterait donc toujours 8/9 du prix”, illustre-t-il.

    Plusieurs négociants fixent d’ailleurs le prix de la pomme de terre avant la récolte, ajoute le président de l’Unafri. “Par contre, certaines personnes spéculent sur son cours et répandent des rumeurs avant une récolte pour satisfaire leurs intérêts. Le prix du jour peut alors fluctuer.” Le mildiou pourrait néanmoins altérer la qualité des futures récoltes de pommes de terre mais il est trop tôt pour en juger, d’après Bernard Lefèvre. Verdict après l’été, en septembre et en octobre.

    Plus de détails dans votre journal de ce jeudi !

    Source > Sudpresse > Publié le Mercredi 18 Juillet 2012 à 18h03 > Photo News