prix - Page 2

  • Imprimer

    LES FRITES LES MOINS CHÈRES EN WALLONIE ET À BRUXELLES > VOICI LES SECRETS DES PRIX DE VOS FRITERIES!

    Chaque jour, des milliers de Belges se rendent dans une friterie pour s’acheter un paquet de frites.

    Mais si votre frituriste affirme qu’il doit augmenter ses tarifs à cause du prix de la pomme de terre, il ne vous dit pas forcément la vérité.

    « La mayonnaise, sur les frites ou à part ? » À l’heure où de nombreux Belges seraient prêts à se diviser sur cette question, gros plan sur le prix du paquet de frites  ! Et pour cause : suite à la sécheresse de 2018, la production de pommes de terre a connu un net recul et les prix se sont envolés.

    Mais cette hausse va-t-elle se répercuter sur le prix du cornet au fritkot du coin ?

    La réponse est, bizarrement, non ! Pour faire simple, si un frituriste décidait d’offrir gratuitement la pomme de terre à ses clients, le prix de ses cornets ne baisserait que de 10 %. Du coup, les frituristes se rattrapent sur les produits annexes comme les sauces. Comme notre enquête le montre, il faut prévoir en moyenne 60 cents pour un petit ravier de mayonnaise. Or, un seau de 10 litres de mayonnaise de luxe est vendu 24 € chez un célèbre grossiste. Autrement dit, en 48 petits pots, ce gros pot sera… rentabilisé.

    ►► Les frites les moins chères en province de Liège.

    Source > Guillaume Barkhuysen, Camille Michalski et les rédactions locales sur > https://www.sudinfo.be/id96328

  • Imprimer

    AB InBEV > LA BIÈRE PLUS CHÈRE À PARTIR DU 1er JANVIER

    Le géant brassicole AB InBev va légèrement augmenter le prix de la plupart de ses bières à partir du 1 er janvier.

    La grande distribution et le secteur Horeca pourraient répercuter cette hausse auprès des consommateurs.

    « Nous conseillons souvent de le faire, bien que cela ne doit pas nécessairement être immédiat », commente Raf Peeters, de l’association Horeca Vlaanderen. Selon lui, le groupe Alken-Maes pourrait également revoir ses prix à la hausse.

    AB InBev – qui détient entre autres Stella Artois, Jupiler, Leffe, Hoegaarden, Belle-Vue et Corona – évoque une « légère hausse de prix » . Le fût de Jupiler destiné aux exploitants Horeca reviendra à 153,84 euros, accises et TVA incluses.

    Pour le consommateur, « cela équivaut à une augmentation moyenne de 0,016 euro par verre de bière », affirme Laure Stuyck, d’AB InBev. Le brasseur vendra aussi ses bouteilles de bière en moyenne 0,015 € plus chères à la grande distribution.

    Cette hausse de prix était prévisible en raison de la sécheresse et par conséquent des prix plus élevés des céréales.

    Source > Sudinfo

  • Imprimer

    BON PLAN ÉCO POUR VOS VACANCES > JUSQU’À MOINS 60 % SUR VOTRE PARKING À L’AÉROPORT

    Ce site internet n’est pas encore très bien connu des Belges.

    Et pourtant, il peut vous faire gagner pas mal d’argent sur votre budget vacances. «Looking 4» est une plateforme de comparaison et de réservation de parking en ligne.

    Elle propose aux voyageurs une offre très attractive permettant d’économiser jusqu’à 60 % sur ce poste de dépenses. Selon nos calculs, les tarifs annoncés y sont en moyenne 20 % moins chers que les autres offres en ligne. Sachant que durant les vacances d’été, votre voiture peut rester entre 1 à 2 semaines au parking de l’aéroport, l’économie réalisée n’est pas négligeable.

    On y retrouve des parkings à proximité des aéroports avec navette comprise … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 19/06/2018

    17 et 20 € par jour

    Looking 4 a fait quelques moyennes de son offre. À Charleroi, le prix moyen de la place est … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 19/06/2018

    … / … Cette plateforme comparative n’en est qu’à ses premiers pas en Belgique par rapport à d’autres pays. Bien que l’offre chez nous soit encore réduite et que ses concepteurs se cherchent encore des associés belges… La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 19/06/2018

    Plus d’infos sur : https://www.looking4.com/be

    Source > Alison Vlt. Sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 19/06/2018

    Illustration > Site Looking 4

  • Imprimer

    TRÈS MAUVAISE SURPRISE POUR DES CENTAINES DE CLIENTS COLRUYT

    Très mauvaise surprise pour des centaines de clients Colruyt: le produit ne valait pas 1,10 euro mais… 7,99 euros

    Certains clients de chez Colruyt ont eu une très mauvaise surprise lors de leurs achats sur la plateforme de commande en ligne « Collect&Go » la semaine dernière. En effet, la bouteille de produit à lessiver Dash n’était pas si bon marché que ça…

    Une bouteille de deux litres de produit Dash pour 1,10 euro, l’occasion était trop belle. Pourtant, elle était (presque) vraie en fin de semaine dernière via la plateforme « Collect&Go », qui permet aux consommateurs de faire leurs achats en ligne.

    D’autant plus que, grâce à une autre action spéciale, le prix du produit pouvait descendre jusqu’à… 90 centimes ! Une aubaine ! Certaines personnes en ont alors, logiquement, profité pour faire une commande massive de ce produit généralement onéreux. « Au total, environ 10.000 exemplaires ont été commandés », explique Guy Elewaut, directeur marketing chez Colruyt, à nos confrères du Nieuwsblad.

    Mais seuls quelques chanceux ont pu réellement bénéficier de ce prix attractif. En effet, dès le lendemain, le prix de la bouteille de deux litres de Dash remontait à son prix normal... 7,99 euros. De nombreuses commandes ont donc été annulées par Colruyt, avant qu’il ne soit trop tard.

    Reste la question de la légalité : « Si Colruyt peut prouver qu’il s’agit d’une erreur humaine, alors ils pouvaient annuler ces commandes ». Ce qu’a confirmé le responsable de la grande surface.

    Source > Rédaction en ligne sur > http://www.sudinfo.be/1861489

  • Imprimer

    HANNUT CE MERCREDI 31 MAI > REMISE DES PRIX DU CONCOURS « COMMISSION ASSUÉTUDES » ORGANISÉ PAR L’asbl « LA PARTICULE »

    Ce concours fait partie d'un projet émanant de la commission assuétudes reprenant les différents services jeunesses travaillant sur le territoire hannutois.

    A savoir le Centre Infor Jeunes Cool Zone, La Particule asbl, le Planning Familial l'Oasis, le Centre de Santé Mentale, le service d'Accrochage Scolaire hannut,blog,jcd,remise,prix,la particuleAux Sources de Hannut, le Centre Local de Promotion de la Santé de Huy-Waremme et les différents PMS des écoles secondaires. Ce projet est en partie financer par le Conseil d'Arrondissement de l'Aide à la Jeunesse de Huy.

    Depuis de nombreuses années la commission propose aux écoles secondaires de Hannut différents projets sur les assuétudes en fonction des problématiques que les écoles rencontrent.

     Suite au dernier projet ayant porté sur les problématiques de dépendance aux réseaux sociaux, jeux vidéo et sur la problématique de cyber harcèlement, nous avons décidé pour l'année  2016-2017 de prendre le contre-pied et de travailler plutôt cette fois-ci sur le développement des compétences psycho-sociales, c'est-à-dire outiller le jeune en développant ses compétences, ses ressources et plus précisément à travers l'influence de la publicité.

    En accord avec les écoles, nous nous sommes centrés sur les premières années afin de pouvoir les outiller dès le plus jeune âge.

    Il y a tout d'abord eu des animations au sein des classes en tout début d'année afin de favoriser une cohésion de groupe et la mise en place de règles de vie en collectif, en second nous avons proposé des cinés-débats portant sur l'influence de la publicité pour ensuite mettre en place des animations au sein des classes et terminer enfin par un concours jeune talent afin de faire de la prévention par les paires.

    Nous avons reçu au total 70 œuvres, qui ont fait l'objet d'un vote en commission mais qui ont aussi été exposé au sein de chaque école et de la bibliothèque de Hannut pour à la fois mettre en avant le travail réalisé et permettre au public de voté.

    Nous avions proposé plusieurs catégories les 12-14 ans, les 15-17 ans, les 18-20 ans et donc un prix public. Les gagnants remportant un bon Fnac d'une valeur de 200€ pour les premiers prix et de 100€ pour les seconds prix.

    C'est donc à notre échevin de la jeunesse Mrs Pascal Deprez qu’est revenu le privilège de décerner les prix aux gagnants.

    Source > Ligot Maud > Coordinatrice >La Particule Asbl

    hannut,blog,jcd,remise,prix,la particule

  • Imprimer

    LA CARTE D’IDENTITÉ LA PLUS CHÈRE EST À MODAVE > 4 COMMUNES SONT LES MOINS CHÈRES DONT HANNUT !

    Fixée à 25,70 €, c’est 8 € de plus qu’à Villers, Huy, Hannut et Anthisnes où elle coûte 17,70 €

    Depuis le 1 er janvier 2017, le tarif réclamé par la commune pour obtenir ou renouveler sa carte d’identité électronique a légèrement augmenté.

    Une hausse qui vient du Ministère Intérieur. Au montant de base s’ajoute la taxe communale, laissée à l’appréciation de chaque administration. C’est à Modave que la marge communale pour les adultes est la plus élevée, 10€, ce qui porte le coût global de la carte à 25,70€.

    Une première salve de citoyens belges vient de recevoir une convocation pour renouveler sa carte d’identité électronique. Cette dernière a augmenté par rapport à l’année dernière.

    La hausse, de 30 centimes pour les plus de 12 ans et 10 cents pour les enfants, n’est pas le fait des communes mais du Service Public Fédéral Intérieur qui a communiqué, par circulaire, les tarifs de confection de la carte d’identité pour 2017 : 15,70€ pour la carte adulte et 6,30€ pour la Kids-ID. Ce montant est revu chaque année en fonction des fluctuations de l’indice santé.

    À cela s’ajoute la taxe communale que chaque administration fixe librement. Ainsi, à Huy-Waremme, on constate, d’une commune à l’autre, des écarts allant de 8 euros pour la carte adulte à 10 euros pour la carte enfant. Retrouvez l’ensemble des tarifs appliqués pour la délivrance des documents d’identité, commune par commune, dans le tableau ci-contre.

    Modave demande ainsi 10 euros de plus que le prix de base du Ministère pour les cartes adultes, à savoir 25,70 euros.

    À l’inverse, Villers-le-Bt, Huy, Hannut et Anthisnes ne prélèvent que deux euros supplémentaires (17,70 euros). La plupart des 31 communes de Huy-Waremme n’ont fait que répercuter la hausse fédérale sur le montant réclamé au demandant (30 cents pour les adultes, 10 cents pour les enfants), d’autres avaient anticipé, l’année passée, en arrondissant à l’unité supérieure (Crisnée par exemple) et le reste a aligné ses tarifs après plusieurs années de non-augmentation (Donceel, Faimes…).

    La validité de la carte d’identité adulte est de 10 ans (30 ans pour les +75 ans). Celle des ados (12-18 ans) est raccourcie à 6 ans.

    Et la carte des enfants ?

    Quant aux enfants de moins de 12 ans, 17 communes de l’arrondissement ont décidé de ne pas taxer la Kids-ID et s’en tiennent donc à 6,30 euros. … La suite sur votre Journal LA MEUSE H/W de ce jeudi19/01/2017

    Source > ANNICK GOVAERS sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi19/01/2017

    Voir le comparatif complet & deux autres articles pour les abonnés à l’édition digitale sur > http://huy-waremme.lameuse.be

  • Imprimer

    LE PRIX DE LA PATATE VA DEVENIR TRÈS SALÉ ! > HAUSSE À PRÉVOIR SUR LE PAQUET DE FRITES

    Année noire pour les pommes de terre belges que ce cru 2016 !

    On estime à 16 % la perte de rendement par rapport à l’année passée. Et malheureusement, cela risque de provoquer une hausse importante des prix de la patate et du paquet de frites.  

    Mauvaise nouvelle pour les grands consommateurs de pommes de terre et de frites. La récolte 2016 est d’ores et déjà très mauvaise pour les producteurs belges et cela aura par la force des choses un impact sur le nombre de pommes de terre et donc sur les prix. C’est la loi du marché : si la demande est supérieure à l’offre, les prix partent à la hausse.

    Et c’est clairement le cas cette année. « 2016 a été caractérisée par un printemps humide qui a perturbé la préparation des sols et puis par la sécheresse de la mi-août à la mi-octobre qui a rendu la récolte pratiquement impossible sans irrigation ou sans arrosage jusqu’à la mi-octobre » , souligne le ministre wallon de l’Agriculture, René Collin (cdH), en réponse à une question parlementaire.

    PRIX À LA HAUSSE

    À ce jour, les arrachages ne sont pas encore terminés dans certaines zones de Hesbaye et du Condroz. Mais c’est désormais une certitude, il y aura beaucoup moins de pommes de terre belges et wallonnes sur le marché cette année. « Pour la Belgique, on estime la perte de rendement à 16 % par rapport à l’année passée et par rapport à la moyenne des cinq dernières années et la production belge est attendue en baisse de 6 % compte tenu de la hausse des surfaces cultivées » , précise le ministre Collin.

    Mais la différence entre la production brute et celle qui sera effectivement mise en vente sera plus importante, suite à une série de problèmes. « Cette récolte se caractérise par une sensibilité élevée aux coups et aux crevasses » , conclut le ministre.

    La situation est très tendue pour le secteur. Voici quelques jours, la Filière wallonne de la pomme de terre (Fiwap) a lancé un cri d’alarme sur la situation, très préoccupante. « Au 15 octobre, moins de 30 % des surfaces belges de pomme de terre de conservation avaient été récoltées. Tous ces problèmes mettent fortement en péril la rentabilité de tous les maillons de la filière » , précise la Fiwap. Pour le consommateur, la situation aura un impact sur le prix qu’il paie ses pommes de terre.

    D’ailleurs, les cours de la pomme de terre ont tout simplement doublé sur un an. Par exemple, la cotation de la bintje est passée de 11,66 euros/100 kg en octobre 2015 à 22,79 euros/100 kg le 10 novembre dernier. Et on retrouve des hausses de même niveau pour les autres types de pommes de terre. « Mais attention, cela ne veut pas dire que le prix de la pomme de terre va doubler dans les grandes surfaces ou sur les marchés » , souligne Daniel Ryckmans, de la Filière wallonne de la pomme de terre. « Il faut savoir que pour tout ce qui est pomme de terre de transformation, une large partie a été contractée en présaison, donc l’impact sera limité », poursuit Daniel Ryckmans. « Par contre, il y aura un impact sur le frais, au moins sur 20 % de la production » , poursuit-il.

    Et le frais, ce sont justement les pommes de terre que l’on trouve sur les marchés ou dans le commerce de détail. Plus grave, la tendance à la hausse pourrait se poursuivre pendant plusieurs mois. « C’est toujours difficile de faire des prévisions à long terme mais je crains qu’on ne soit dans une tendance à la hausse pour une période assez longue » , poursuit le responsable de la Fiwap.

    FRITES : PAQUET PLUS CHER

    Évidemment, qui dit pomme de terre dit … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi18/11/2016

    Source > DEMETRIO SCAGLIOLA Dans votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi18/11/2016

  • Imprimer

    HANNUT > LE VÉRITABLE PRIX DU RESTAURANT « LA FONTANINA »

    Suite à d’importants problèmes cardiaques, Frédéric Haling, le patron du restaurant hannutois

    Fontanina.jpgLa Fontanina, a décidé, à 42 ans, de remettre son commerce. C’est son père qui l’avait ouvert rue de Tirlemont, il y a 21 ans. Il l’avait repris à son nom et avec son épouse, Nathalie Martin, en janvier 2005.

    Depuis avril dernier, les conditions de reprise de la totalité de ses parts sont publiées sur le site Immoweb. Ce lundi, un changement, de taille, est intervenu. Le prix affiché de 2.501 euros (qui en avait étonné certains) est passé subitement à… 200.000 euros !

    Comment expliquer cette subite hausse de prix ? « Ce n’est pas une hausse », tient tout de suite à corriger Frédéric Haling. Au départ, explique-t-il, par souci de discrétion, « tant vis-à-vis de l’acheteur que du vendeur », il ne souhaitait pas divulguer le prix. Il renvoyait donc tout acheteur potentiel vers lui pour le connaître et en débattre « en toute confidentialité » .

    « Un prix aussi dérisoire que 2.501 euros, tout le monde évidemment avait bien compris qu’il s’agissait d’un prix fictif ». Effectivement, les candidats acheteurs, dans leur grande majorité, n’ont pas été dupes. « Il n’y a que deux personnes qui ont pensé qu’il s’agissait du prix locatif », assure le vendeur.

    Le souci, c’est, que selon ses conditions générales, Immoweb n’autorise pas l’indication de prix à titre fictif. Ce lundi, le service Customer Care a contacté le propriétaire afin qu’il modifie le prix de son annonce. « Ils m’ont dit que cela pouvait passer pour une annonce frauduleuse et que dès lors, ils risquaient d’avoir des plaintes », relate le propriétaire hannutois.

    Qui ne s’est pas fait prier pour effacer le 2.501 euros et le remplacer par le prix demandé, soit 200.000 euros. Dans l’heure, la modification était réalisée. Et si cela n’avait pas été le cas ? « Dans ce cas, son annonce était désactivée » , fait savoir Eric Toussaint, responsable marketing.

    Source > MARIE-CLAIRE GILLET sur votre journal LA MEUSE H/W d’hier mardi 15/11/2016