monde - Page 3

  • Imprimer

    AGENDA > CONFÉRENCE > SAINT-PÉTERSBOURG » PAR DOMINIQUE SENAY

    PLM Saint-Petersbourg.jpg

    Parcourez le monde « Saint-Pétersbourg » par Dominique Senay le 6 novembre à 20h

    Un reportage issu du catalogue « Cap sur le Monde ». Féerie de neige et de glace, de débâcle et de remous, de nuits blanches et jours pastel… D’un solstice à l’autre, la scène est picturale.

    Dans les eaux de ses canaux rôdent les fantômes de ses milliers de bagnards, bâtisseurs anonymes, qui ont maudit chaque pierre dès l’origine. Puis ce matin de frisante lumière, un malin génie la suspend en apesanteur de peur qu’elle ne s’enfonce et se noie. Amirauté, Forteresse, Ermitage et mille autres joyaux du patrimoine surgissent des marécages, prêts à se hisser, les bras tendus vers le ciel.

    Une cure d’irréel pour conjurer le sort. « Nous n’avons rien, pas d’argent, que des chefs-d’œuvre, des palais fantastiques et un amour fou du patrimoine ». De Pierre le Grand à nos jours, ce nouveau reportage retrace le destin épique de cette capitale des arts et ville martyre, splendide ou désolante suivant les quartiers, suivant la lumière.CCH.jpg

    Lieu : Salle Rosoux (Académie), rue des Combattants 1 à 4280 Hannut. Droit d’entrée : 8€/1.25€ Organisation : Centre Culturel de Hannut. Entrée : 8€ (6€ - 26 ans). Contact : Centre Culturel au 019/51.90.63, mailto:info@cchannut.be ou www.CCHANNUT.be

  • Imprimer

    HANNUT > SPECTACLE JEUNE PUBLIC, DÈS 3 ANS « LE PHARE DU BOUT DU MONDE »,

    Le phare du bout du monde.jpg

    Spectacle Jeune Public, dès 3 ans Hannut, Salle Rosoux, dimanche 4 novembre à 15h30

    Maya, la gardienne de phare et Monsieur Slimane, un vieux marin, se voient souvent pour échanger de vieux souvenirs.

     Tant d’animaux perdus sont passés par le Phare du bout du monde! Un jour, Maya lui raconte l’histoire de Sadko, un chien qui était arrivé au phare un jour de grande tempête. Il ne parlait pas et ne savait où aller… ».  Dans ce spectacle, les deux personnages font revivre « Le Phare du bout du monde » avec comme toile de fond les images du livre qui défilent en transparence dans un petit castelet. Tantôt, ils content les aventures du chien et de ses compagnons, tantôt, ils les jouent, tantôt ils les chantent en s’accompagnant de divers instruments comme l’accordéon, la clarinette…

     Les thèmes abordés ? « Il y a d’abord le déracinement et l’exil puisque c’est l’histoire d’animaux qui ont été séparés de leur famille et de leur pays. Ils se réfugient au phare pour renouer avec leur histoire et retrouver leurs racines. Il y a la solidarité aussi puisqu’autour de Maya, la gardienne de phare qui recueille tous ces animaux perdus et qui les aide à retrouver leur pays, il y a tout un réseau d’entraide: Sir John Quickly, le goéland, transmet le courrier entre les animaux et leur famille, Stanislas, la baleine, ramène les animaux chez eux...

    C’est une histoire qui parle aussi d’identité car le héros est un chien qui ne sait plus d’où il vient et les animaux présents au phare vont l’aider à retrouver qui il est. Comme il ressemble à un chien eskimo, ils vont chercher dans le grand coffre du phare des souvenirs du Grand Nord et vont réaliser avec lui un livre de la mémoire. C’est ainsi que le chien va se souvenir de ses racines et retrouver son identité. » Quelles sont les réactions des enfants ? « Malgré la complexité de l’histoire, les réactions des jeunes enfants au spectacle montrent qu’ils perçoivent bien les thèmes de l’histoire. Nous jouons le plus souvent devant des enfants venant d’un peu partout, d’Afrique, d’Europe de l’Est, de Scandinavie… et lors des échanges après le spectacle ils citent fièrement leur pays d’origine et les langues qu’ils parlent: « Moi, je parle arabe, moi je viens du Danemark, je parle anglais... »

    Il y en a même un qui a dit: « Moi je parle bruxellois! »… Très souvent, ils posent plein CCH.jpgde questions sur ce qui arrive au chien quand il retourne au Pôle Nord et ils aiment imaginer ce qui se passe dans la suite de l’histoire pour le chien et aussi pour les autres animaux…

    Infos et réservations au Centre Culturel de Hannut (019/51.90.63) ou sur mailto:info@cchannut.be. Droit d’entrée : 6€ par personne.

  • Imprimer

    AGENDA > « LE PHARE DU BOUT DU MONDE », UNE CREATION DU THEATRE DE L’ORANGER

    Le phare du bout du monde.jpg

    Spectacle Jeune Public, dès 3 ans Hannut, Salle Rosoux, dimanche 4 novembre à 15h30

    Maya, la gardienne de phare et Monsieur Slimane, un vieux marin, se voient souvent pour échanger de vieux souvenirs.

     Tant d’animaux perdus sont passés par le Phare du bout du monde! Un jour, Maya lui raconte l’histoire de Sadko, un chien qui était arrivé au phare un jour de grande tempête. Il ne parlait pas et ne savait où aller… ».  Dans ce spectacle, les deux personnages font revivre « Le Phare du bout du monde » avec comme toile de fond les images du livre qui défilent en transparence dans un petit castelet. Tantôt, ils content les aventures du chien et de ses compagnons, tantôt, ils les jouent, tantôt ils les chantent en s’accompagnant de divers instruments comme l’accordéon, la clarinette…

     Les thèmes abordés ? « Il y a d’abord le déracinement et l’exil puisque c’est l’histoire d’animaux qui ont été séparés de leur famille et de leur pays. Ils se réfugient au phare pour renouer avec leur histoire et retrouver leurs racines. Il y a la solidarité aussi puisqu’autour de Maya, la gardienne de phare qui recueille tous ces animaux perdus et qui les aide à retrouver leur pays, il y a tout un réseau d’entraide: Sir John Quickly, le goéland, transmet le courrier entre les animaux et leur famille, Stanislas, la baleine, ramène les animaux chez eux...

    C’est une histoire qui parle aussi d’identité car le héros est un chien qui ne sait plus d’où il vient et les animaux présents au phare vont l’aider à retrouver qui il est. Comme il ressemble à un chien eskimo, ils vont chercher dans le grand coffre du phare des souvenirs du Grand Nord et vont réaliser avec lui un livre de la mémoire. C’est ainsi que le chien va se souvenir de ses racines et retrouver son identité. » Quelles sont les réactions des enfants ? « Malgré la complexité de l’histoire, les réactions des jeunes enfants au spectacle montrent qu’ils perçoivent bien les thèmes de l’histoire. Nous jouons le plus souvent devant des enfants venant d’un peu partout, d’Afrique, d’Europe de l’Est, de Scandinavie… et lors des échanges après le spectacle ils citent fièrement leur pays d’origine et les langues qu’ils parlent: « Moi, je parle arabe, moi je viens du Danemark, je parle anglais... »

    Il y en a même un qui a dit: « Moi je parle bruxellois! »… Très souvent, ils posent plein de CCH.jpgquestions sur ce qui arrive au chien quand il retourne au Pôle Nord et ils aiment imaginer ce qui se passe dans la suite de l’histoire pour le chien et aussi pour les autres animaux…

    Infos et réservations au Centre Culturel de Hannut (019/51.90.63) ou sur info@cchannut.be. Droit d’entrée : 6€ par personne.

  • Imprimer

    DÉAMBULER DANS LE MONDE DE HARRY POTTER

    527802641_ID7554822_web-potter_171836_H3R98J_0.JPGSi vous voulez déambuler dans le monde de Harry Potter, c’est désormais possible

    Depuis ce week-end, les fans de Harry Potter peuvent découvrir les coulisses du tournage de la saga du jeune sorcier. Elles se trouvent dans un parc d’attractions qui a ouvert à Londres en présence de quelques stars, dont Rupert Grint, alias Ron Weasley.

    “ Chaque brique de ce bâtiment contient tellement de souvenirs. C’est vraiment spécial de pouvoir partager cela avec tout le monde ”, a déclaré le jeune acteur, âgé de 23 ans.

    Au total 14.000 m2 carré de hangars, jouxtant les anciens studios du tournage, abritent les décors, accessoires et costumes authentiques, selon le géant américain Warner Bros qui a produit les huit films de la série. Les “ Moldus ” - les êtres humains sans pouvoir magique dans le monde d’Harry Potter - peuvent désormais déambuler pour la première fois dans Diagon Alley, la rue secrète où les apprentis sorciers s’approvisionnent en baguettes magiques, chouettes et autres fournitures scolaires. > 33€ l’entrée

    Warner Bros compte accueillir jusqu’à 5.000 visiteurs par jour. Il faut compter 28 livres (33 euros ou 45 dollars) pour un adulte, 21 pour un enfant et 83 pour une famille de quatre personnes pour une visite d’environ trois heures qu’il faut réserver à l’avance.

    La saga Harry Potter est l’un des plus grands succès de l’édition, avec plus de 400 millions d’exemplaires vendus dans le monde. Les adaptations cinématographiques de la série, écrite par la Britannique J.K. Rowling, ont également explosé tous les records au box-office, avec plus de 7 milliards de dollars de recettes.

    Source > Sudpresse > Publié le Dimanche 1 Avril 2012 à 17h25 AFD > Photo  (Belga-AFP)