job - Page 5

  • Imprimer

    NOUVEAU JOB ? > 9 CHOSES A FAIRE PENDANT VOTRE PREMIERE SEMAINE

    job.jpg

    Un nouveau job peut être aussi réjouissant que stressant.

    On pénètre dans un nouvel environnement, on rencontre de nouveaux collègues, on se familiarise avec de nouvelles règles internes et, bien sûr, on doit apprendre des nouvelles tâches.

    Il n’est pas toujours facile de s’adapter et de savoir comment se positionner dans l’entreprise. Or, ce sont précisément ces premiers instants qui seront déterminants pour la suite de votre parcours au sein de votre nouvelle boîte. Comme l’avance Amanda Augustine, coacheuse spécialisée en la matière, « les trois premiers mois de n’importe quel job sont une sorte de prolongation du processus de sélection. Vous devez être dans le coup dès le premier jour. » 

    Après plus d’une décennie d’expérience, Amande Augustine fait le point sur ce que les meilleur(e)s candidat(e)s font lors de leur première semaine dans une nouvelle entreprise :

    1. Ne ratez pas une occasion de vous présenter

    N’attendez pas que l’on vienne vers vous, présentez-vous spontanément aux gens. Saluez vos collègues dans l’ascenseur, dans la cuisine et dans les couloirs. Commencez par le groupe le plus proche de vous, par les gens avec qui vous travaillez directement. Il sera également dans leur intérêt de vous intégrer rapidement. Car une bonne ambiance aura des effets positifs sur votre travail, ce qui aura évidemment un impact sur le leur également.

    2. Nouez des liens avec un ancien

    Essayez de savoir qui est qui et qui travaille dans la boîte depuis longtemps. Trouvez le vieux de la vieille, qui vous indiquera que faire et quoi éviter et qui vous montrera le chemin dans l’entreprise. Les entreprises ont leur langage propre et leurs private jokes. Cherchez la personne qui vous aidera à décoder les acronymes et les politiques de l’entreprise. Par ailleurs, vous aurez besoin d’une personne de référence à laquelle vous pourrez demander des choses un peu plus futiles. Votre boss n’appréciera pas forcément que vous lui fassiez perdre son temps pour savoir où se trouvent les crayons ou les capsules à café.  

    3. Entrez dans les objectifs de votre boss et de vos employé(e)s

    Imposez-vous sur le calendrier de votre boss. Lors de votre première réunion, tâchez de déterminer ce que votre patron attend de vous dans la semaine, le mois, le trimestre. Si vous êtes manager, sachez motiver votre équipe en lui posant des objectifs clairs. Le style de votre première réunion sera déterminant pour la suite.

    4. Décryptez la « politique café » de la boite

    Il est toujours bon de repérer la machine à café. Il est également important de décrypter les règles tacites de la boîte, qui provoqueront l’ire générale en cas de non respect. Qui fait la vaisselle ? Quelles étagères sont communes ? Il peut y avoir plusieurs frigos dans la cuisine. Sachez lequel vous pouvez utiliser, sous peine de vous attirer les foudres des autres utilisateurs. Soyez une éponge et observez la façon dont les autres procèdent. Il n’y a pas de mal à demander comment utiliser la machine à café.

    5. Commencez à prouver que vous n’avez pas menti sur la marchandise

    Mettez-vous un point d’honneur à mettre tout en œuvre pour montrer à votre employeur que vous n’avez pas menti sur la marchandise lors de l’entretien d’embauche. Si vous avez dit que vous étiez un(e) geek des réseaux sociaux ou que vous adoriez jongler avec les chiffres, commencez tout de suite à relooker les comptes sociaux ou à mettre de l’ordre dans les chiffres de la boîte. Et constituez un dossier dans lequel vous reprendrez vos réalisations, vos plus grandes contributions et vos rapports positifs. Vous aurez ainsi à tout moment sous la main de quoi argumenter vos bilans de performance et négocier une éventuelle augmentation de salaire.

    6. Soyez organisé(e) et prenez de bonnes habitudes

    Vous aurez à enregistrer des tas de nouvelles infos. Il sera dès lors crucial de vous organiser et de prendre de bonnes habitudes, qui vous rendront la vie plus facile. C’est aussi le moment de renoncer à vos mauvaises habitudes. C’est une occasion unique de relever tous les défis que vous n’avez pas pu surmonter dans le passé. Si vous aviez du mal à gérer votre temps, par exemple, profitez de cette première semaine au sein de votre nouvelle entreprise pour déterminer comment vous allez vous organiser chaque jour et commencez à mettre vos prescriptions en pratique.

    7. Consolidez vos nouvelles relations sur les réseaux sociaux

    Lorsque vous êtes officiellement engagé(e), il est important de mettre à jour votre titre sur vos comptes sociaux et de commencer à suivre votre nouvelle entreprise et vos collègues. Lorsque vous rencontrez de nouveaux collègues, consolidez vos relations en les trouvant sur Twitter ou sur LinkedIn. Identifiez également le réseau le plus pertinent. Par exemple, Facebook est généralement considéré comme un réseau « personnel ». Sachez dès lors l’utiliser avec discrétion.

    8. Renouez des liens avec d’anciens collègues

    Cela peut paraître paradoxal, mais la première semaine d’un nouveau boulot est le moment idéal pour renouer des liens avec des collègues d’anciens jobs. Retrouvez-les sur LinkedIn par exemple, et demandez-leur de vous soutenir. Le meilleur moment pour obtenir des références est précisément lorsque vous ne cherchez pas un nouvel emploi.

    9. Explorez le quartier

    Apprenez à connaître les environs. Savez-vous où se trouve le resto le plus proche ? Savez-vous où vous pouvez chercher un sandwich, emmener les gens pour un café ou pour un bon repas d’affaires ?  Être au courant de ce genre de choses est très important : cela vous évitera de passer pour le/la petit(e) nouveau (/elle) et vous permettra également à participer aux conversations entre collègues.

    Source: Business Insider via > http://www.references.be

  • Imprimer

    5 FAÇONS DE DÉCROCHER UN JOB FIXE APRÈS VOTRE STAGE

    25_1102.jpg

    Un stage réussi est la plus efficace des candidatures, entend-on parfois.

    Et selon une étude récente, ce serait effectivement le cas. Ces 5 conseils vous aideront à obtenir un poste fixe sur votre lieu de stage.  

    Aux Etats-Unis, une récente étude de la  ‘National Association of Colleges and Employers’ révèle que plus de 61% des stagiaires payés dans le secteur privé se voient proposer un poste fixe après l’obtention de leur diplôme.

    Ce pourcentage est remarquablement élevé, surtout quand l’on sait que la crise reprend et que de nombreuses entreprises ont interrompu les recrutements.  

    Effectuer un stage dans une entreprise n’offre aucune garantie d’y décrocher un emploi par la suite, mais confère tout de même un avantage indéniable par rapport à d’autres candidats.  Les 5 conseils suivants augmenteront en tout cas sensiblement vos chances de décrocher un CDI à la fin de votre stage.  

    1. Acceptez le feedback

    Heather Krasna, coach carrière et auteur de livres sur la recherche d’emploi, souligne l’importance de demander du feedback pour pouvoir améliorer son travail: “Demandez si ce que vous faites est bien ce qu’ils attendent ou si vous devez changer quelque chose. Vous devez leur montrer que vous voulez toujours faire de votre mieux.”

    Le but d’un stage est d’apprendre et la meilleure façon d’y arriver est de demander autant de feedback que possible. Ce feedback ne sera peut-être pas toujours positif, mais acceptez-le et prenez leurs conseils au sérieux.  

    2. Restez en contact

    Après la fin de votre stage, trouvez des raisons de continuer à appeler votre maître de stage ou à lui envoyer des e-mails, conseilles Krasna.

    “Vous devez faire en sorte d’être la première personne à laquelle ils pensent lorsqu’un poste se libère”, dit-elle. “Lorsque la fin de votre stage approche, annoncez que vous êtes à la recherche d’un emploi et que vous aimeriez rester en contact pour poser votre candidature quand un poste se libèrera.”

    3. Prenez des initiatives

    Selon Nicole Feldhues, responsable RH à la Duquesne University à Pittsburgh, vous devez faire bonne impression dès votre premier jour de stage, en montrant que vous savez prendre des initiatives.

    “Naturellement, vous devez effectuer les tâches que l’on vous confie le mieux possible, mais il est aussi important de montrer votre intérêt pour d’autres projets autour de vous. Dites aussi les compétences que vous souhaitez développer et essayez d’être impliqué sur des projets qui peuvent vous y aider. Apprenez avec les pros.”

    4. Construisez votre réseau professionnel

    On ne choisit généralement pas son maître de stage, mais le meilleur choix serait quelqu’un qui travaille avec vous sur un projet, qui peut superviser votre boulot ou  qui fait le genre de boulot que vous aimeriez faire. Il est également important que cette personne puisse vous présenter à beaucoup de gens intéressants. Heureusement, dans la plupart des entreprises, les employés aident volontiers les stagiaires et partagent leur expérience.

    Feldhues conseille: “Profitez de chaque occasion pour discuter avec des employés de l’entreprise, même si vous ne travaillez pas directement avec eux. De cette façon, vous apprenez à connaître l’organisation et découvrez les opportunités de carrière possibles.”

    Pour les plus timides, elle donne également un conseil : “Forcez-vous à parler aux gens. Parlez de vos intérêts personnels et construisez de nouvelles relations.”

    5. Faites de votre mieux

    Feldhues affirme qu’il faut considérer son stage comme un entretien d’embauche avec tests de sélection sur le long terme: “Pendant votre stage, l’entreprise vous voit ‘en action’ et vous devez donc en permanence vous donner au maximum. Vous n’avez pas droit à l’erreur, ni dans votre boulot, ni dans votre communication, ni dans votre tenue. Vous devez continuellement transmettre une image professionnelle.”

    Le message est donc clair: vous devez faire de votre mieux. Vous devez faire en sorte que le manager dans l’entreprise où vous réalisez votre stage ne vous voit pas comme un stagiaire, mais comme un employé potentiel.  

    Source: schools.com. Via > http://www.references.be

  • Imprimer

    10 CHOSES À FAIRE SI VOUS NE TROUVEZ PAS DE TRAVAIL APRÈS VOS ÉTUDES

    shutterstock_103468721.jpg

    En France (mais la situation belge est très semblable), l’âge moyen d’accès à un CDI est passé de 20 à 27 ans entre 1975 et aujourd’hui.

    Avec l’économie actuelle, trouver un emploi directement une fois son diplôme en poche est de plus en plus rare. Nombreux sont les étudiants qui doivent patienter de longs mois avant d’entrevoir une possibilité d’embauche.

    Résultats : les jeunes diplômés sont stressés, sous pression, déprimés. Ils envoient frénétiquement des CV à gauche et à droite ou au contraire se découragent et perdent toute motivation. Vous venez de finir vos études et cette perspective vous angoisse ? Voici 10 conseils à mettre en pratique si vous ne trouvez pas d’emploi.

    1. Restez optimiste

    Ne vous énervez pas sur la situation : elle est normale. Garder le moral pendant vos recherches est très important. Vous avez réussi à obtenir votre diplôme à force de persévérance : vous finirez bien par décrocher un emploi.

    Il faut bien sûr que vous passiez du temps à postuler, mais réservez-vous au moins une heure par jour où vous faites quelques chose que vous aimez vraiment (sport, lecture, sortie…) et où vous ne pensez plus à cela. Maintenir cette "positive attitude" vous aidera à garder le cap.

    2. Réduisez votre train de vie

    Puisque vous n’aurez aucun revenu pendant un laps de temps encore inconnu, il va falloir réduire vos dépenses. Vous pouvez par exemple revenir habiter chez vos parents. En échange, participez aux tâches de la maison (lessive, cuisine, nettoyage). Etablissez un budget serré et tenez-vous-y.

    3. Passez du temps à entretenir votre réseau

    C’est très souvent grâce à son entourage et au bouche-à-oreille que l'on apprend les opportunités d’emploi. Le networking professionnel n’est donc pas à négliger en période de recherche d’emploi. Partez dans différentes directions. Voici quelques exemples :

    • Le cercle Alumni de votre université ou les organisations professionnelles
    • Les événements de networking, conférences et séminaires
    • Les salons de l’emploi, comme le Salon Références Talentum & inscrivez-vous sur Linkedin

    4. Retournez à l’école

    Si vous pensiez effectuer un autre Master "plus tard", pensez peut-être à le faire maintenant que vous avez fini vos études et que vous ne trouvez pas de boulot. D’ici-là, l’économie ira peut-être mieux.

    Si en revanche vous vous réjouissiez de rentrer dans la vie active, ne prétextez pas de faire de nouvelles études juste pour vous occuper : reprendre des études prend de l’argent, de l’énergie et de la volonté.

    5. Occupez-vous

    On dit souvent que chercher du travail est un emploi à plein temps. Mais votre vie peut malgré tout continuer : inscrivez-vous dans une agence d’intérim pour faire des petits jobs, conservez vos loisirs, faites des formations…

    6. Elargissez vos critères de recherche

    En sortant des études, vous avez sans doute une idée très précise du travail que vous vouliez obtenir. C’est tout à votre honneur de rester concentré sur vos critères de recherche au début (secteur, entreprises, salaire, temps de trajet) mais si après plusieurs mois votre recherche n’a pas aboutie, élargissez-les et soyez plus ouverts aux possibilités de carrière. L’important est de mettre un pied dans le marché du travail, fut-ce pour un job alimentaire.

    7. Continuez à améliorer vos compétences

    A chaque entretien d’embauche ou à chaque refus de candidature, n’hésitez pas à demander au recruteur un feedback sur votre profil. Quelles sont les points faibles de votre candidature ? Quelles compétences (soft ou non) devriez-vous améliorer ?

    8. Faites du volontariat ou des stages

    Effectuer un stage non-rémunéré dans une entreprise est une bonne façon de s’y faire connaître dans l’espoir d’obtenir ensuite un job payé. Au pire, cela vous fera gagner de l’expérience, un réseau et une ligne sur votre CV.

    Si vous êtes intéressé par le volontariat, vous pouvez également vous engager aux côtés d’une ONG. Ne perdez cependant pas de vue que cela nécessite du temps et de l’engagement.

    9. Démarrez votre entreprise

    Aucune entreprise ne peut vous engager mais vous débordez d’idées et d’énergie? Si vous avez la fibre de l’indépendant, sautez le pas et démarrez votre propre start-up. Vous pouvez également devenir consultant dans un domaine ou vous avez beaucoup d’expertise. Il existe en Belgique beaucoup de structures qui aident les jeunes à lancer leur business, n’hésitez pas à y faire appel !

    10. Créez votre blog ou votre site internet

    Vous êtes passionné par un sujet précis et vous souhaitez partager cela ? Créez un blog pour écrire sur la cuisine japonaise, les finances personnelles, le badminton, les bon-plans modes ou encore les gadgets technologiques. Pour fidéliser votre lectorat, vous devrez notamment apprendre à utiliser les médias sociaux. Au final, cela sera une bonne expérience et une source de notoriété voire de revenus.

    Bonus : n’oubliez pas d’en profiter malgré tout

    Une fois que vous aurez enfin décroché le job de vos rêves, vous repenserez avec nostalgie à ces moments où vous aviez tout votre temps libre à employer à votre guise. Il faudra attendre la retraite pour en retrouver autant ! Pendant cette période, gardez en tête que cela ne sert à rien de vous laisser étouffer par le stress : vous allez finir par trouver un job, car vous faites ce qu'il faut pour en obtenir un.

    Source: moneycrashers.com Via > http://www.references.be

    Lire aussi

  • Imprimer

    41 % DES BELGES ONT PEUR DE PERDRE LEUR TRAVAIL

    inquietude.jpg

    Le taux de chômage dans l’Union européenne est aujourd’hui de 10,9%.

    Le climat économique inquiète le salarié Belge, qui craint plus que jamais de perdre son emploi. Pas facile d'évoluer professionnellement avec une telle épée de Damoclès au-dessus de la tête...

    Ce sont les résultats du baromètre Edenred-Ipsos 2013 sur le bien-être et la motivation des salariés européens. Menée dans 6 pays européens (Belgique, France, Allemagne, Italie, Royaume-Uni et Espagne) sur 7 200 travailleurs, cette enquête pointe principalement l’inquiétude généralisée des européens de perdre leur emploi.

    Préoccupation première: la sécurité d'emploi

    Pas moins de 41% des Belges sont inquiets de perdre leur emploi, ce qui représente une augmentation de 10% par rapport à 2008. Les Belges sont plus inquiets que les Français (33%), mais moins que les Allemands (44%), les Italiens (50%) et surtout les Espagnols (59%).

    Mais globalement, le Belge reste plus optimiste que la moyenne des salariés européens. En cas de perte d'emploi, près de 48% des salariés belges pensent qu'il sera difficile aujourd’hui de retrouver rapidement un emploi comparable. Un pourcentage optimiste comparé aux autres : 53% des salariés allemands pensent que retrouver un autre emploi sera difficile, tout comme 58% des français, 56% des britanniques, 69% des espagnols et 70% des italiens. 

    Fidélité par défaut

    En réaction à ses inquiétudes, le Belge nourrit une "fidélité par défaut" à son entreprise puisqu'il associe la mobilité à une prise de risque. 66% des salariés belges déclarent en effet ne pas vouloir quitter leur entreprise. Le Belge a également tendance à s’attacher de façon plus "affective" à son travail. 75% des Belges se déclarent en effet satisfaits de leur situation professionnelle.

    Quant à la motivation au travail, elle reste très stable chez les Belges, surtout comparée au reste de l’Europe. Mais 29% des Belges considèrent malgré tout consacrer trop de temps à leur travail.

    Source: Edenred Via > http://www.references.be

  • Imprimer

    INFO BOULOT < 5 JOBS A POSTULER POUR LES FOOD ADDICTS

    shutterstock.jpg

    Vous adorez manger, vous êtes passionné de nourriture et de cuisine, et vous voulez concilier votre passion avec votre activité professionnelle? Jetez un oeil à ces 5 offres d'emploi!

    1. Conseiller en communication chez Unilever

    Actif dans le secteur de la grande distribution, Unilever possède plus de 400 marques de produits différentes. L’entreprise est à la recherche d’un conseiller en communication pour Unilever Belgique.

    Principalement actif dans la communication interne de l’entreprise, celui-ci devra avoir au moins 2 ans d’expérience.

    2. "Healthy Fast Food" manager

    Vous appréciez manger sain et vous avez l’esprit managérial ? Adecco recherche pour une enseigne qui concilie fast food et healthy food un manager bilingue.

    Le candidat devra habiter la région bruxelloise et avoir au moins 2 ans d’expérience d’encadrement d’équipe, de préférence dans l’HORECA.

    3. Responsable financier et administratif chez les tartes de Françoise

    Fondant au chocolat incroyablement délicieux, Cheesecake à tomber... Les Tartes de Françoise s'imposent petit à petit comme les meilleures de Bruxelles. Si vous aimez la pâtisserie mais aussi les chiffres, ce job est fait pour vous. L’entreprise, basée à Seneffe, engage un responsable financier et administratif. Au sein de la PME, vous êtes responsable de la comptabilité et de la gestion financière et fiscale.

    4. On line Product manager pour Pizza Hut

    Les pizzas américaines de la chaîne Pizza Hut vous font tourner la tête ? Pourquoi ne pas y travailler… Pizza Belgium S.A. possède 50 points de vente et 25 franchises en Belgique. Actuellement, l’entreprise engage un product manager qui sera responsable de la stratégie marketing on-line de la marque, d’optimiser les ventes en ligne et de fidéliser une large communauté de fans. Un croustillant défi à relever!

    5. Barman/Barmaid pour le Club Med

    Votre truc, c’est plutôt les boissons ? La prestigieuse chaîne hôtelière Club Méditerranée recherche des barmen. Votre job ? Elaborer des cocktails originaux et variés, et assurer le spectacle ! Il faut pour postuler savoir parler l’anglais et être mobile géographiquement pour une période de 3 à 8 mois.

    Source > http://www.references.be

  • Imprimer

    INFO BOULOT > AVEC CEFORA: UN JOB DANS LES 6 MOIS !!! ???

    CEFORA.jpg

     7 participants sur 10 décrochent un travail après une formation dans ce centre

    Plus de 1.000 thèmes de formations, courtes et gratuites, un créneau investi par le Cefora, qui met également à disposition une aide à la recherche active d’emploi

    Le Cefora est le centre de formation de la CPNAE, à savoir la Commission Paritaire Nationale Auxiliaire pour Employés, qui est la plus grande commission paritaire du pays (un quart des employés du secteur privé font partie de la CPNAE).

    En199O, les partenaires sociaux de la CPNAE ont créé le Cefora dans le but de promouvoir la formation et l’emploi. Ce centre de formation est financé par une cotisation prélevée auprès de chaque entreprise du secteur, ce qui lui permet de proposer ses services gratuitement aux sociétés et employés du secteur, ainsi qu’aux demandeurs d’emploi.

    Sur le terrain, les formations du Cefora sont mises sur pied par une équipe d’experts et organisées en étroite collaboration avec les organisations (fédérations professionnelles et syndicats) et les entreprises du secteur.

    Pour la formation de leurs employés, les entreprises peuvent faire leur choix dans l’offre variée du Cefora, composée de centaines de formations courtes et efficaces (bureautique, langues, compétences commerciales, communication, aptitudes organisationnelles, soutien RH, soutien comptabilité...). Toutes ces formations sont gratuites et sont données par des formateurs professionnels. Rappelons qu’en Belgique, les employés ont droit à 4 jours de formation minimum légaux.

    60 MÉTIERS À DÉCOUVRIR

    Le Cefora propose aussi de l’e-learning (enseignement à distance) pour des remises à niveau, de l’ancrage de connaissances mais aussi pour développer de nouvelles compétences.

    Par ailleurs, si vous êtes à la recherche d’un emploi et que vous avez envie de suivre une formation afin d’augmenter vos qualifications et de multiplier vos chances de trouver un job, le Cefora vous propose des formations gratuites à plus de 60 métiers différents. Parmi elles, épinglons la formation pour devenir magasinier, administrateur réseaux, agent de contact center, développeur internet ou encore délégué commercial ou assistant import/export. Il s’agit de formations accélérées de 4 à 6 mois orientées vers la pratique professionnelle, avec un stage en entreprise de 4 à 6 semaines inclus dans la formation et une aide à la recherche d’emploi. Au final, en moyenne, 7 participants sur 10 décrochent un emploi dans les 6 mois.

     

    + LAURENCE BRIQUET

    AGENDA

    Les prochaines formations prévues par le Cefora dans vos différentes régions.

    > Agent contact center:

    à Liège, du 2/5/13 au 2/11/13 (pour info : 0800/21.158); à Liège, du 15/11/13 au 30/4/14 (pour info : 0800/99.270); à Mouscron, du 15/11/13 au 15/5/14 (pour info : 0800/99.270); à Bruxelles, du 21/5 au 21/11, du 24/6 au 24/12, du 16/9/13 au 16/3/14, du 21/10/13 au 21/5/14, du 9/12/13 au 9/6/14 ( pour info : 0800/21.158).

    Les autres régions > ICI

    Source >http://www.jobsregions.be

     

  • Imprimer

    INFO BOULOT > COMMENT TIRER LE MAXIMUM DE VOTRE JOB "ALIMENTAIRE"

    ennui.jpg

    Votre diplôme en poche, débordant d'enthousiasme, vous espériez décrocher d'emblée votre job de rêve une fois sorti de l'école. Seulement voilà: c’est la crise, les opportunités de carrière se font plus rares et il faut bien payer ses factures. On peut donc parfois s'estimer heureux d'avoir pu trouver un travail alimentaire...

     Bien sûr, vous n’avez pas fait cinq ans d'études pour devenir serveur, vendeur, employé de fast-food ou assistant administratif. Mais en attendant, positivez : votre job alimentaire peut vous apprendre beaucoup de choses qui se révéleront utiles pour la suite de votre carrière.

    Car aussi insignifiante soit-elle à vos yeux, chaque expérience professionnelle vous permettra d'acquérir de nouvelles compétences qui pourraient bien vous aider à décrocher votre job de rêve, le moment venu...

    • Découvrir un secteur ou un business

    Au lieu de considérer votre job comme strictement alimentaire, observez ce qu'il se passe autour de vous et voyez ce que vous pouvez apprendre sur les affaires et le monde de l'entreprise. Toute expérience est bonne à prendre, surtout si vous travaillez dans le secteur qui vous intéresse: vous pouvez ainsi être témoin de la manière dont un produit est créé et distribué, des principaux concurrents dans ce secteur, des prochaines tendances...

    Tous ces éléments peuvent vous aider à évoluer dans votre carrière, voire même à lancer votre propre affaire un jour. Vous rêvez de lancer votre entreprise, mais en attendant vous êtes assistant administratif dans une PME? Ne vous limitez pas à remplir vos tâches habituelles, saisissez en même temps l'opportunité d'apprendre comment gérer une entreprise.

    • Trouver un mentor

    Quel que soit l’endroit où vous travaillez, votre job alimentaire est une excellente occasion de trouver un mentor.

    Le mentorat est une excellente façon d’acquérir de l’expérience, des conseils et une direction. Que ce soit votre boss qui a lancé sa propre affaire il y a 10 ans, connaît par cœur son secteur et dirige son équipe à la perfection, où votre collègue proche de la pension qui a plein de choses à vous apprendre et se fera un plaisir de les partager avec vous.

    • Se faire des contacts

    Le réseau est un élément-clé pour un jeune qui se lance dans le monde professionnel. Ce réseau pourra d'ailleurs faire la différence lorsque vous décrocherez votre job de rêve.

    Un job alimentaire permet dans tous les cas de vous faire des contacts utiles, qui pourront servir plus tard de références ou même vous faire gravir les échelons si vous vous montrez méritant et motivé.

    Quittez donc toujours votre job alimentaire en bons termes : on pourrait ainsi penser à vous si un poste est vacant dans l’entreprise. Quel que soit votre job alimentaire, gardez à l’esprit qu'il peut toujours vous ouvrir des portes.

     

    Source: levoleague.com > via > http://www.references.be

  • Imprimer

    COMMENT DÉCROCHER UN JOB EN AYANT PEU D'EXPÉRIENCE?

    twijfel_82095283_0.jpg

    Le marché du travail peut être impitoyable: les candidatures des jeunes diplômés inexpérimentés atterrissent souvent sans pitié dans la corbeille. A moins que vous n'arriviez à convaincre le recruteur de votre valeur.

    Pas d’expérience… Trop peu d’expérience… Pas d’expérience pertinente… Ce sont surtout les jeunes diplômes et les personnes qui veulent réorienter leur carrière qui doivent faire face à ce genre d’obstacle pour décrocher un job. Parfois ils hésitent même à envoyer leur candidature, car ils craignent de n’avoir aucune chance. Pourtant, rien ne vous empêche de mettre en avant d’autres qualités que l'expérience pour prouver que vous êtes la recrue parfaite.

    Voici quelques stratégies que vous pouvez utiliser pour cela.

    1. Soyez conscient de vos forces

    Dans chaque offre d'emploi, étudiez avec attention la description de fonction et le profil demandé. Souvent, elles contiennent une liste des compétences et des qualifications dont vous devez disposer. Soyez conscient (surtout si la liste est longue) qu’elle dresse seulement une image du candidat idéal. En réalité, les recruteurs ne pensent pas trouver quelqu’un qui remplit absolument tous les critères.

    Choisissez donc les compétences desquelles vous pensez effectivement disposer et mettez-les bien en valeur dans votre CV et votre lettre de motivation. Complétez avec d’autres compétences que vous possédez et qui vous semblent pertinentes pour l'offre pour laquelle vous postulez, et expliquez pourquoi.

    2. Mentionnez aussi vos "soft skills"

    La plupart des annonces mentionnent aussi les soft skills qui sont utiles ou nécessaires pour le job en question. Il ne s’agit donc pas d’expériences spécifiques ou de connaissances que vous devez posséder, mais bien de certaines prédispositions ou capacités sociales. Si vous êtes communicatif, que vous savez motiver les gens, que vous êtes un as de l’organisation ou particulièrement empathique, n’oubliez pas de le mentionner dans votre candidature. Pareil si vous n’avez une mentalité '9 to 5' ou que vous êtes extrêmement rigoureux.

    Pour certaines fonctions, ces soft skills sont encore plus importantes si pas plus importantes que la connaissance de certaines techniques!

    3. Essayez de charmer le recruteur

    Dans votre lettre de motivation, vous énoncez clairement pourquoi vous êtes la personne la plus adaptée pour ce job. Mais rien ne vous oblige à en faire une énumération sèche. Rédigez un texte agréable à la lecture, soyez créatif et essayez de cette manière de vous rendre sympathique aux yeux du recruteur.

    Dans certains secteurs, cela peut faire bonne impression si vous innovez dans la forme de votre candidature : vous prouvez ainsi que vous pouvez penser ‘out of the box’.

    4. Prenez l’avantage grâce à internet et aux médias sociaux

    Une manière moderne et efficace de prouver vos compétences est de rendre votre exertise visible sur les médias sociaux. Faites un site-portofolio avec vos plus importantes réalisations, écrivez des articles spécalisés sur un blog et interagissez sur Twitter avec des experts de votre secteur.

    Veillez aussi à ce qu’en 'googlant' votre nom, le recruteur tombe directement sur des infos qui vous mettent en valeur. Et n’oubliez pas non plus de mentionner vos profils de médias sociaux dans vos candidatures.

    Source > http://www.references.be