formations - Page 5

  • Imprimer

    EN ATTENDANT LE PRINTEMPS, PRENEZ LE TEMPS DE VOUS FAIRE PLAISIR !

    Atelier.jpg

    Les derniers ateliers de mars :

    * Yoga du Rire : jeudi 28 mars 19h30 à 21h (dès 15 ans)

    * Laine feutrée (niveau débutant ou plus expérimenté) : vendredi 29 mars 10h à 16h30 (adultes) --> il reste 3 places

    * Mosaïque (plateau rectangulaire) : samedi 30 mars 9h30 à 16h30 (dès 15 ans) --> il reste 4 places

    Les ateliers d'avril :

    * Cours de Yoga : tous les lundis sauf le 1er et le 8avril --> il reste 1 place au cours de 18h45

    * Jeu du Tao (à Venise) : du 2 au 5 avril.  Un partenariat Scinergia, RLM Coaching et l'Arrosoir --> il reste 2 places et il faut faire vite !

    * Semaine Théâtre ados : du 8 au 12 avril 9h30 à 16h (ados 12 à 18 ans) --> il reste 2 places

    * Anniversaire conté et bricolerie : mercredi 17 avril 14h --> à réserver rapidement si vous êtes intéressé

    * Feng-Shui des chambres d'enfants et des ados : jeudi 18 avril  20h à 22h (adultes)

    * Mosaïque (panneau décoratif avec calligraphie chinoise) : samedi 20 avril 9h30 à 16h30 (dès 15 ans)

    * Atelier créatif à 4 mains : dimanche 21 avril 10h30 à 12h (duos 1 adulte + 1 enfant)

    * Yoga du Rire :  jeudi 25 avril 19h30 à 21h (dès 15 ans)

    * Laine feutrée (niveau débutant ou expérimenté) : vendredi 26 avril 10h à 16h30 (adultes)

    * Couture : robe bain de soleil ou sarouel tailles enfants : samedi 27 avril 10h à 17h (couturièr(e)s adultes déjà un peu expérimentées) --> il reste 3 places

    * Peinture décorative (Country painting) : dimanche 28 avril 10h à 19h (adultes) --> il reste 5 placesProjet1.jpg

    * Journée créative "mosaïque" réservée par un groupe privé : lundi 29 avril

    * Mind Mapping : mardi 30 avril 14h à 18h (dès 16 ans)

    * Relaxation : mardi 30 avril 20h à 21h30 (dès 16 ans)

    L’Arrosoir vous propose des ateliers de qualité animés par des professionnels compétents et spécialisés dans la discipline citée.

    A bientôt !

    • Martine Leriche pour l’Arrosoir asbl
    • Rue des Sources, 3 à 4280 Abolens (Hannut)
    • 0484 / 860 421
    • www.arrosoir-atelier.be
  • Imprimer

    INFO BOULOT > IFAPME: 90% DE MISE À L'EMPLOI

    IFAPME.jpg

    Ses formations misent sur le terrain et l’expérience... Une méthode qui paie!

    En Wallonie, l’IFAPME, Institut Wallon de Formation en Alternance et des indépendants et PME, dispose de 14 sites de formation, d’Arlon à Wavre, en passant par Liège, Verviers, Tournai et Charleroi.

    Son réseau de formation propose notamment des apprentissages (dès 15 ans), pour devenir chef d’entreprise (dès 18 ans) ou encore pour choisir un métier (ce sont notamment les essais métiers qui permettent de tester 3 métiers avant de se lancer dans la formation).
    En alternance ou à horaire décalé, l’IFAPME propose 200 formations dans une multitude de secteurs, allant de la construction à l’électricité, du bois à l’automobile ou encore du soin aux personnes au tourisme et loisirs.

    “Toutes les formations sont dispensées par des professionnels en activité dans leur secteur. C’est le premier gage de leur efficacité. D’ailleurs,82 % des diplômés ont trouvé un emploi dans les 6 mois qui ont suivi la réussite de leur formation ”, explique-t-on du côté de l’IFAPME. Par ailleurs, selon une enquête réalisée entre mai et août 2011 (source: IFAPME), le taux moyen d’insertion dans les 6 mois grimpe à87 % pour les diplômés qui ont opté pour l’alternance dans le cadre de leur formation de chef d’entreprise. Voilà qui est encourageant!
    À Bruxelles, l’Espace Formation PME propose, lui, des formations diplômantes orientées vers les professions indépendantes, les PME et TPE. Les résultats sont également stimulants: plus de 90 % de mise à l’emploi à l’issue des formations! En amont, neuf secteurs d’activité et plus de 70 métiers proposés.

    2000 ENTREPRISES

    Via la formation “chef d’entreprise”, l’IFAPME veut préparer à l’exercice d’une profession indépendante ou à une fonction dirigeante au sein d’une PME. Le plus? “Apprendre un métier en le pratiquant ”. Autrement dit: les formations (toutes diplômantes, c’est capital) misent sur l’expérience et le terrain, en proposant chaque semaine trois jours de stage rémunéré en entreprise, et un ou deux jours de formation théorique au centre. Pour cela, l’Espace Formation travaille en étroite collaboration avec plus de 2.000 entreprises qui accueillent les candidats (avec souvent un emploi à la clé). Résultat? Le centre de formation ajoute régulièrement des cordes à son arc. Trois nouveautés ont fait leur apparition: une formation de réparateur de moto, d’étalagiste et de... DJ! «
    + L.B.

    EN PRATIQUE

    Pour en savoir plus sur les formations de l’IFAPME, vous pouvez appeler gratuitement le 0800/90.133 (du lundi au vendredi de 8h à 17h).

     > Du 2/04 au 12/04: 9 jours pour plonger dans le quotidien d’un chef d’entreprise !
    Ce stage rémunéré “ Juniors Indépendants ” (15-20 ans) permet de voir de tout près comment travaille un indépendant ou comment fonctionne une petite entreprise (max 10 travailleurs).
    Journées d’inscription dans les services IFAPME (présence obligatoire, pas d’inscriptions par courrier, téléphone ou mail):

    • - Mercredi 27 mars 2013 (sur rendez-vous entre 13 h 30 et 16 h 30);
      - Jeudi 28 mars 2013 (sur rendez-vous entre 13 h 30 et 16 h 30);
      -Vendredi 29 mars 2013 (sur rendez-vous entre 9h et 12h).

    Le stage peut se dérouler n’importe où en Wallonie mais les inscriptions se prennent uniquement dans les Services de l’IFAPME: à Arlon, Braine-le-Comte, Charleroi, Dinant, La Louvière, Liège, Libramont, Limal (Wavre), Mons, Namur, Tournai, Verviers, Villers-le-Bouillet (Huy).

    Infos: www.ifapme.be/juniors-independants

    > Les chiffres: L’IFAPME compte 41.300 apprenants par an dont 5.150 en apprentissage, 9.400 en chef d’entreprise, 7.850 en création d’entreprise et 18.900 en formation continue.

    Source > http://www.jobsregions.be

  • Imprimer

    INFO BOULOT > FORMATION À LA CARTE: DES APTITUDES POINTUES AU MÉTIER

    abords02-big.jpg

    Notre projet de collaboration avec le Forem est simple ”, explique Éric Bossart. “Nous sélectionnons ensemble une douzaine de demandeurs d’emploi qui, durant trois mois, sont formés par le Forem à des connaissances de base, par exemple en électricité.

    À l’issue de celle-ci, dix d’entre eux trouvent du travail. Chez nous ou ailleurs. ” “Technofutur Industrie travaille également à la carte ”, enchaîne Maxime Di Martino. “Nous allons dans les entreprises afin d’écouter leurs besoins et nous adaptons nos formations de façon à les faire correspondre. Ceux qui réussissent sont directement engagés ”.

    “Il y a un risque ”, note Laurence Gonze. “Nous avons récemment mis en route une formation spécifique pour une société du domaine de la haute technologie, puis il y a eu la crise... ” “Un compromis entre la formation de base et la formation spécifique doit être trouvé ”, analyse Marc Thommès. “Il faut mettre le curseur entre le structurel et le produit adapté, entre ce qui incombe à l’organisme de formation et à l’entreprise. J’estime en outre qu’une collection de compétences pointues ne fait pas une qualification et encore moins un métier. En passant d’un petit boulot à l’autre, comme monter les pneus d’une seule marque, le travailleur n’en voit plus la signification sociale, il perd de sa fierté! ”

    http://www.technofuturtic.be/ & http://www.technifutur.be/

    Source > http://www.jobsregions.be

  • Imprimer

    FORMATEUR: ENSEIGNER ET APPRENDRE EN RETOUR

    formation_0.jpg

    Ce job s’applique à de nombreux domaines et permet un recyclage continu

    Curieux et inventif: deux qualités qui vous correspondent? Elles sont propres au formateur! Un métier pluridisciplinaire et pétri par les contacts humains.

    Le formateur développe des activités pédagogiques destinées à former différents publics (adultes, enfants, personnes handicapées, travailleurs, etc.). Dans le domaine socioculturel, il peut par exemple s’agir de formations traitant du sport, des arts, des langues, de l’alphabétisation, de l’informatique...

    Tous les domaines sont à sa portée, libre à lui de se spécialiser selon la demande. À l’aide d’une trame de contenus structurée, de techniques d’animation et de supports pédagogiques variés (jeux, exercices, mises en situation, documents de synthèse...), le formateur s’adapte aux apprenants. La progression du groupe est assurée par la vérification des acquis et leur utilisation dans un maximum de situations.

    Le formateur peut également intervenir auprès des travailleurs au sein d’une entreprise en renforçant leurs acquis en vue d’une évolution de leurs fonctions. Au terme d’une formation, il suivra de près les résultats et établira des bilans afin de réajuster les contenus, d’adapter les méthodes si cela s’avère nécessaire (Source: SIEP).

    Dans le public ou le privé, parfois au sein de la direction des ressources humaines d’une entreprise, le formateur est chargé d’assurer des prestations de conseil, de formation ou de perfectionnement auprès d’adultes salariés ou demandeurs d’emploi. Concrètement, le formateur leur transmet des connaissances théoriques, pratiques et professionnelles très spécialisées, ainsi qu’un savoir-faire correspondant à une demande spécifique d’une entreprise, ou encore d’un service de ressources humaines.

    AUTONOMIE ET DYNAMISME

    Le formateur définit le contenu pédagogique et le déroulement de la formation dans un souci d’adaptation au public stagiaire et à l’objectif de la formation. Comme pour un enseignant, le formateur doit être capable de réguler les dynamiques de groupe. Ce métier exige autonomie et dynamisme tout en étant patient, curieux et inventif. Il faut maîtriser les matières à enseigner, faire preuve d’expérience et de volonté.

    La prise de parole en public est quotidienne et la confiance en soi est donc un atout majeur.

    Si le métier demande du temps en préparation et de nombreux déplacements, il compte l’avantage d’un apprentissage régulier et d’un recyclage en continu... Sans oublier la possibilité de nouer de nombreuses relations! «

    + LAURENCE BRIQUET

    LES FORMATIONS en province de liège

    > Remarque: Selon le domaine et/ou l’organisme dans lequel on veut devenir formateur (ex.: formateur à l’IFAPME en carrosserie, formateur au Forem/Bruxelles Formation en secrétariat...), outre un titre pédagogique qui pourrait être demandé (CAP-Certificat d’Aptitudes Pédagogiques, régendat, agrégation...), une connaissance approfondie de la matière enseignée sera requise (formation de base).
    Sont listées ci-dessous les formations complémentaires:
    > Enseignement supérieur dans les Universités: bachelier de transition et master en sciences de l’éducation à (finalité spécialisée en formation des adultes). Contact: 04/366 20 23
    > FormaForm: partenariat entre Le Forem, Bruxelles Formation et l’IFAPME. Formations pour les nouveaux formateurs et formations continues. Contact: formaform@forem.be
    > Organismes divers: formateur chez CALIF (Liège- Contact: 04 343 48 98); formateur d’animateur à l’Université Populaire de Liège (Contact: 0476/228.946); CJLg à Ans (Contact: 04 247 14 36); responsables de formation, formateurs et tuteurs chez CEFORA (Contact: 078/15 36 03).
    > Forem: http://www.leforem.be >

    Les autres régions > ICI

    Sources > http://www.jobsregions.be > infos: http://www.siep.be

  • Imprimer

    SECTEUR PUBLIC: FORMATION ET CULTURE DE L'ÉVOLUTION

    formation.jpgLe secteur public mise sur ses talents et investit dans leur apprentissage

    La formation: un argument précieux, outre celui de la stabilité de l’emploi, qui peut décider un jeune à postuler. Le champion toutes catégories dans ce domaine est incontestablement La Défense, qui recrute à tous les niveaux d’études afin de former illico et à ses frais le futur militaire.

    “C’est l’une de nos particularités, en effet ”, confirme Marc Levenbergh. “Les futurs soldats ont le choix entre de nombreuses formations spécifiques : la logistique, les blindés, les fantassins, les marins… Les candidats sous-officiers sont envoyés à l’Ecole royale des Sous-Officiers, située au campus du Saffraanberg, à Saint-Trond. Quant aux officiers, ils sont formés à l’Ecole royale militaire, qui compte un petit millier d’élèves et d’où ils sortent à l’issue d’un programme d’études de cinq années. Évidemment, avant d’entamer l’une de ces formations, les candidats sont soumis à une batterie de tests (médicaux, sportifs, psychotechniques…) qui ont lieu durant deux jours à Neder-Over-Heembeek. Probablement, en partie en raison de la crise, les postulants sont de plus en nombreux : environ 8.000 l’an dernier. ”

    “Une des toutes premières questions posée par les candidats à un job au sein du Groupe SNCB a trait aux possibilités de formation ”, souligne de son côté Mireille Protin. “Peu de jeunes sortant des études se sentent suffisamment armés pour affronter “seuls ” le monde du travail. Nous leur répondons que nous offrons de nombreuses formations et qu’il existe en outre diverses possibilités d’évolution grâce à celles-ci. Exemple : un jeune de niveau A2 (titulaire d’un CESS), qui entre chez nous comme technicien électromécanicien peut, après un parcours professionnel interne et une formation, passer un examen pour devenir technicien principal (niveau bachelier) puis, s’il souhaite poursuivre sa progression dans sa carrière, il peut devenir sous-chef d’un secteur technique, chef d’un secteur technique, voire même responsable d’un atelier.”

    RESPONSABILITÉS À LA CLÉ

    Idem à la STIB, où les possibilités de formation sont similaires. “Les nouvelles recrues sont tout de suite prises en main pour être formées à des métiers spécifiques. Elles reçoivent ensuite assez vite des responsabilités, car il existe une culture de l’évolution ”, explique Johan Claes. “En outre, la STIB a un rôle social qui consiste à offrir une chance à des personnes qui n’ont pas les moyens de faire des études. D’où notre partenariat mis en place avec Actiris, l’office bruxellois régional de l’emploi, qui est chargé de sélectionner les demandeurs. Baptisé “Objectif  CAP50”, ce plan d’insertion prévoit l’engagement de cinquante personnes peu scolarisées que nous formons en collaboration avec Bruxelles-Formation ”.

    Et où en est ce partenariat lancé en juin 2012 et mis en exergue dans nos pages? “À ce jour, douze électriciens et douze mécaniciens ont terminé leur semaine de stage d’observation, ainsi que leur formation. Ils ont donc commencé leur stage, qui s’étend sur quatre mois. Douze autres électriciens commençaient ce même programme ce lundi 4 février, tandis que douze mécaniciens feront de même en mars.” «

    + CHRISTIAN SONON

    JOBDAYS > Le défi d’engager en une seule journée

    • Comment s’effectue le recrutement? Le site internet est le premier outil utilisé, mais s’il y a une forte pénurie, les employeurs organisent des campagnes, des opérations dans les écoles et des Jobdays.
    • Ainsi, à la SNCB, les responsables se targuent de parvenir à engager des conducteurs en un seul jour lors d’un Jobday.
    • À la STIB, ces journées auront lieu les 1er et 2 mars, sur le site de Haren, et s’adresseront aux profils techniques niveau A2.
    • À La Défense, elles sont doublées de visites sur le terrain puisque le Jobday Marine, ce 12 février, aura pour cadre la base navale de Zeebrugge et permettra aux candidats d’embarquer à bord d’un chasseur de mines.
    • Le 14 février, c’est la base aérienne de Beauvechain que les jeunes de 16 à 26 ans pourront découvrir.
    • Avant de s’envoler vers leur rêve si l’on en croit le nom donné au jobday de la Défense (“ Fly to your dream”)? «

    + C.S.

    Source > http://www.jobsregions.be

  • Imprimer

    INFO BOULOT > COFFREUR: UN MÉTIER DE TRÈS HAUTE PRÉCISION

    coffreur-bancheur-gd-1.jpgIl est temps d’assurer la relève!

    Dans le génie civil, le métier de coffreur est nécessaire sur chantier, du début à la fin de celui-ci.

    Concrètement, le coffreur crée la forme à l’intérieur de laquelle le béton coulé prendra la forme désirée: mur, pilier, dalle, escalier… C’est donc lui qui donne leur forme, par exemple, aux fondations en béton, aux murs de soutien ou aux plafonds. Il moule une caisse puis des fers sont posés pour solidifier avant que le béton ne soit coulé.

    Les techniques ont aussi évolué: alors qu’auparavant, le coffreur devait créer sur plan un coffrage en bois, on va de plus en plus vers des coffrages préfabriqués qu’il faut assembler. Ce qui rend le travail un peu plus facile et plus rapide. C’est un travail qui requiert une grande précision puisqu’il faut découper et assembler les éléments selon le plan de coffrage. Ensuite, il convient de renforcer le coffre pour éviter des problèmes dus à la pression du béton.

    C’est un métier qui requiert plusieurs qualité: une grande précision, un sens de l’équilibre (le coffreur peut travailler en hauteur ou se déplacer sur un échafaudage), une grande vigilance (il faut veiller à la sécurité sur chantier), de la rapidité (les délais des chantiers se raccourcissent pour gagner du temps et de l’argent) mais aussi être capable de pouvoir lire un plan.

    Du côté des avantages, étant donné qu’il s’agit d’un travail de précision il requiert beaucoup de savoir-faire et donne, d’après ceux qui l’exerce, beaucoup de satisfaction. D’autant que c’est quasi du sur-mesure: il n’y a jamais deux coffrages identiques.

    Le salaire est également intéressant pour le secteur de la construction : le salaire mensuel brut est d’environ 2.572 euros (Source: HDP, guichet d’entreprises), ce qui équivaut, pour un coffreur marié avec 2 enfants à charge, à un salaire net de 1.661 euros.

    Au rang des inconvénients, épinglons le travail en hauteur et en extérieur (avec des conditions climatiques qui ne sont pas toujours au top). C’est aussi un métier très physique qui demande une certaine robustesse.

    L’an passé, quelque 1.070 demandeurs d’emploi inoccupés étaient inscrits comme coffreur.

    Mais il semble que la durée de chômage ne soit pas trop importante: 4 demandeurs d’emploi coffreurs sur dix sont inoccupés depuis moins d’un an.

    Notons que la majorité des coffreurs est peu scolarisée: 81% d’entre eux n’ont pas un diplôme au-delà du secondaire. Par ailleurs, peu d’offres d’emplois sont diffusées par le Forem: en un an, à peine 138 opportunités.

    Le bouche-à-oreille étant le premier canal de recrutement dans ce secteur.

    Enfin, précisons que la réserve de main d’œuvre est vieillissante: à peine 25% des coffreurs ont moins de 30 ans.

    Laurence BRIQUET

    Voici les formations pour devenir coffreur >

     

    LIRE LA SUITE >>>>>

     

     

    Lire la suite