formation - Page 7

  • Imprimer

    DU NEUF À L’IFAPME ! NOUVELLES FORMATIONS ET CERTIFICATION ISO 9001

    IFAPME.jpg

    Les Centres IFAPME ont ouvert leurs Portes ce mercredi 25 juin.

    L’opérateur wallon de référence pour la formation en alternance saisi cette occasion pour annoncer de belles nouveautés : agrandissement, nouvelles formations et certification ISO 9001. 

    Voici les raisons supplémentaires pour foncer vers l’emploi, passionnément.

    L’IFAPME s’agrandit

    -Le Centre IFAPME de Mons vient d’emménager à l’Avenue du Tir 79. Des ateliers modernes s’étendent sur une superficie de plus de 8.000 m². Créé sur mesure pour former au mieux les talents de demain, il se veut également un véritable outil à la disposition des entreprises et des secteurs professionnels partenaires de l’IFAPME.

    -A Marche-en-Famenne, une nouvelle antenne prend ses quartiers à l’avenue de France. Dès le mois de septembre, des formations y seront proposées : directeur de maison de repos, conseiller commercial automobile, gestionnaire d’un point de vente, accueillante d’enfants, formation en gestion, télésecrétaire indépendante.

    -Le Centre IFAPME de Perwez est actuellement en chantier. Il ouvrira ses portes en septembre 2015, rue des Dizeaux pour accueillir 400 apprenants qui viendront se spécialiser plus particulièrement aux métiers de la construction et de l’HORECA. Ceci pour répondre plus spécifiquement aux besoins du marché de l’emploi en Brabant Wallon.

    Devenir Manager

    Vous avez l’âme d’un capitaine d’équipe ? Apprendre un métier par la pratique tout en développant des compétences managériales, c’est maintenant possible à l’IFAPME ! Grâce aux nouvelles formations de coordination et d’encadrement qui préparent à l’exercice d’une fonction salariée d’encadrement de personnes, de coordination de projets, d’adjoint à la direction. Celles-ci permettent de se spécialiser dans un métier et d’acquérir des compétences techniques spécifiques au management (planification, motivation, coaching, gestion de la communication, coordination de projets,…). Leur durée ? Un an, généralement. Elles sont proposées dans les secteurs de l’alimentation, de l’automobile, de la construction, du commerce et de la distribution.   

    Nouvelles formations

    Chaque année, l’IFAPME adapte son large catalogue de formations. A l’instar des formations de charpentier, pizzaiolo, bon service de la bière, luthier-guitare, qui ont récemment fait leur apparition, de nouvelles tendances se dessinent pour la rentrée : Arboristerie (grimpeur-élagueur), Chef barman, responsable de rayon, premier Chef de rang, Candidat Chef d’atelier de garage automobile, maçon/couvreur/plafonneur/carreleur technicien en encadrement de chantier.

    Certification ISO 9001 : la qualité

    Le Réseau IFAPME a obtenu la certification ISO 9001 en formations pour adultes (formations de Chef d’Entreprise et formations Accélérées en Gestion). La norme ISO 9001 définit une série d’exigences concernant la mise en place d’un système de management de la qualité. Si obtenir telle certification était un objectif du Contrat de gestion de l’IFAPME et une recommandation européenne visant la transparence des certifications et la mobilité des apprenants tout au long de la vie, c’est aussi une démarche d’amélioration continue du fonctionnement du Réseau et de la qualité des formations. Répondre au mieux aux attentes des apprenants du Réseau et du marché de l’emploi est une préoccupation de l’IFAPME.

    Plus d’informations sur les formations de l’IFAPME ? Contactez les conseillères au numéro gratuit T. 0800.90.133 www.ifapme.be

  • Imprimer

    SANTÉ : PROFILS ET FILIÈRES. « LA SPECIALISATION NUIT A LA FLEXIBILITE »

    sante_0.jpg

    Les infirmiers et aide soignants doivent-ils suivre une formation plus poussée?

    C’est une arme à double tranchant. Les spécialistes seront appréciés pour leurs compétences pointues, mais les polyvalents auront en face d’eux un marché plus large. Cela dépend donc du créneau et de la région. La problématique de l’emploi dans le secteur doit être examinée globalement.

    Trois années d’études pour devenir infirmière, est-ce suffisant ? Faut-il mettre en place une filière de formation en cinq ans ? Les interlocuteurs de JobsRégions sont sceptiques. Certes, les infirmières spécialisées en gériatrie ou en psychiatrie trouveront facilement un emploi, mais d’autres risquent de se retrouver devant une porte close. « C’est une question difficile », analyse Pascale Vanrillaer (Express Médical).

     Auparavant, les infirmières recevaient une formation de base commune, puis approfondissaient leurs compétences dans l’un ou l’autre créneau. Aujourd’hui, la tendance est à la spécialisation maximum. En diminuant leur polyvalence, on se heurte à des problèmes épineux. Les sages-femmes, par exemple, qui sont compétentes dans l’art de guérir aux yeux de la législation, ne peuvent pas pratiquer l’art de soigner.

    Conséquence : il y en a trop et elles sont au chômage ! La spécialisation diminue la flexibilité sur le marché du travail. Cela demande donc réflexion. La problématique de l’emploi dans le secteur devrait être examinée d’une façon globale.»

    Autre profil en pénurie : celui de chef infirmier ou de chef manager. Pourquoi ces fonctions ne trouvent-elles pas facilement de candidats ? «Parce qu’elles ne sont pas suffisamment valorisées », répondent en choeur les invités de JobsRégions. « Les chefs infirmiers n’ont pas de prestations de nuit ou de week-end et ne bénéficient donc pas de compensations salariales, mais ils ont davantage de responsabilités », explique Agnès Prégaldien (Hôpital Saint-Martin). «Les attentes pour les fonctions de management sont très larges », confirme Pascale Vanrillaer. « Ces profils constituent un maillon important entre les patients,  la famille, le personnel soignant… Ils doivent prendre des décisions, gérer des commandes. Il leur faut donc de l’expérience ». «On en revient à la question de motivation », observe Elisabeth Moumal (Armonea). L’employeur peut proposer des formations, mais si la motivation n’est pas présente, ce sera peine perdue ». « C’est ce qui arrive souvent quand on part à la recherche du bon profil plutôt que d’attendre qu’il se présente lui même », note Julie Clément, qui estime que l’on devrait mettre en place davantage de stages d’observation : «Cela fait souvent naître des vocations ! »

     Mais comment savoir si ces jeunes seront capables de gérer les ressources humaines et de prendre des responsabilités ? En tant que bureau de recrutement, Express Medical prône des formations incluant des actions « proactives », mettant les candidats dans des situations de conflits relationnels afin de leur apprendre à communiquer et à les gérer. « Mais encore faut-il que ces jeunes aient choisi la filière d’étude adéquate. Si on les oriente vers la filière des brevets, ils ne pourront pas occuper plus tard un poste de management...»

     En désespoir de cause, des employeurs vont parfois chercher, pour occuper une fonction de management, des personnes qui ne viennent pas du secteur de la santé… « Alors, ils perdront les subsides », note Elisabeth Moumal. « C’est la même chose pour le personnel chargé de la logistique. On sort du cadre légal ».

    Source > http://www.jobsregions.be

  • Imprimer

    CEFORA: LA FORMATION, PASSAGE QUASI OBLIGÉ POUR TOUS LES ACTEURS MAJEURS

    Cefora.jpg

    Centre de formation de la Commission Paritaire Nationale Auxiliaire pour Employés, le CEFORA propose aussi entre 70 et 80 formations à l’attention des demandeurs d’emploi dans les métiers en pénurie et en fonction de la demande, en coordination avec les entreprises et les agences d’intérim, lesquelles n’ont d’autres solutions que de former les candidats.

    Dans divers secteurs tels que la construction, l’informatique, le commerce, l’automobile... , le Cefora organise des formations longue durée et des stages, à l’attention des futurs chefs de chantier, deviseurs, agents call center, commerciaux, développeurs… «Nous suivons de très près les demandes des entreprises de la CP 218 et constituons des groupes en fonction du marché », explique Fanny Cools. «Notre taux de réinsertion après six mois est de 68%. Très souvent, les candidats sont engagés sur le lieu même du stage. Nous avons parfois un problème avec les gens peu qualifiés. Car même pour entrer en formation, il faut un minimum de compétences…»

    Parce qu’il devient de plus en plus complexe et englobe un large panel de fonctions spécifiques, liées au recrutement, au coaching, à l’outplacement…, le secteur de l’intérim est enclin à recourir à la formation. « En 2013, nous avons formé 1.278 employés du secteur intérimaire contre 715 en 2012! », analyse Fanny Cools.

     « Nous avons une grande culture de la formation », confirme Denis Pilette. «Nous n’hésitons pas à la proposer à notre personnel qui désire évoluer et accroître ses compétences. Chez Unique, l’ancienneté de nos consultants est même notre spécificité. » « Nous avons un service de formation interne et nous travaillons aussi avec des centres comme le Cefora »,  enchaîne Marc Riquet. « Les consultants ont besoin de connaître une palette de métiers et doivent également être compétents dans des domaines plus pointus, comme les techniques d’entretien et d’embauche. » « Les formations sont très importantes si l’on veut remédier aux pénuries», appuie Renaud Dechamps. «Nous faisons appel aux organismes comme le Forem, les fonds de formation…

    Pour permettre à notre personnel de se familiariser avec les nouveaux outils. » « Investir dans son personnel, c’est la clé du succès », conclut Vincent Wuilmart.

    Le CEFORA > http://www.cefora.be

    Source > l C.S. sur > http://www.jobsregions.be

  • Imprimer

    AVENIR MÉTIERS LIÉS À LA TECHNOLOGIE. ORES et le FOREM associés

    ores-forem.jpg

    Le gestionnaire de réseaux gaz/électricité veut réconcilier l’offre et la demande de compétences.

    Au lendemain de l’opération Talentum Hainaut menée par le groupe Rossel, Bel RTL et Trace au Lotto Mons Expo avec une cinquantaine d’employeurs, la démarche d’ORES et du FOREM résonne comme un rappel : les entreprises engagent encore, en particulier dans les métiers liés à la technologie.

    C’est désormais une évidence : les compétences souhaitées par les employeurs ne correspondent pas nécessairement à celles présentes sur le marché de l’emploi. Recruter dans des métiers liés à la construction, la biotechnologie ou la logistique relève du parcours du combattant… alors que la région montoise affiche un taux de chômage de 21,4% (contre 11,1% au niveau national et 16,3% en Wallonie). De quoi interpeller …

    Le remède ? Développer des initiatives qui permettent aux demandeurs d’emploi d’acquérir les compétences recherchées, en les concrétisant à travers des actions menées en partenariat.

    ORES, le principal gestionnaire de réseaux de distribution d’électricité et de gaz naturel en Wallonie, et le FOREM l’ont très bien compris. Ensemble, ils sélectionnent des demandeurs d’emploi sur base de leurs motivations, les forment et les accompagnent vers l’emploi.

    Une première expérience a eu lieu en 2012. « Sur 11 personnes formées en électricité, 7 ont retrouvé un emploi durable », précise Nathalie Detremmerie, responsable du centre de formation FOREM de Mons. Expérience renouvelée en 2013, où ce sont à nouveau 9 autres personnes qui ont été remises à l’emploi, chez ORES, ses sous-traitants ou d’autres entreprises de la région.

    « C’est une solution win-win », expliquent en choeur Nathalie Detremmerie du FOREM et Eric Bossart, responsable du service RH-Talent chez ORES. « Cela représente un réel retour sur investissement tant pour l’entreprise que pour l’opérateur de formation, tout en contribuant à l’amélioration du contexte socio-économique de la région, par la (re)mise à l’emploi de personnes jusqu’alors en situation de précarité ».

    Et ce n’est pas tout : ainsi, à l’approche de « Mons 2015 - Capitale européenne de la Culture », les deux partenaires comptent constituer un nouveau groupe de demandeurs d’emploi dans une optique de formation à des métiers qualifiants en tension sur le marché. Parallèlement, ils veilleront à sensibiliser ce groupe aux manifestations culturelles qui seront organisées pour l’occasion, « question de développer l’ouverture d’esprit, une compétence également recherchée par les employeurs », précise Eric Bossart d’ORES.

    Un autre projet est aussi en réflexion entre ORES et le centre FOREM d’Houdeng-Goegnies tout proche, dans le cadre de métiers liés à la logistique.

    Par ailleurs, ORES s’intéresse vivement au système d’ e-learning (formation à distance) développé par un organisme proche du FOREM dans la région. Il s’agit de TechnocITé, le centre de compétences en matière de technologies informatiques. Ce système retient toute l’attention du gestionnaire de réseaux, particulièrement en vue de former des dessinateurs DAO (dessin assisté par ordinateur) qui manquent aussi sur le marché. Bref, les idées ne manquent pas !

    Et Eric Bossart de conclure : « Peut-être s’agit-il de gouttes d’eau dans la mer, mais nous sommes persuadés que grâce à une plus grande proximité entre les entreprises et les opérateurs d’enseignement et de formation, nous pouvons contribuer à une meilleure adéquation entre offre et demande de compétences, de manière à ce que ces gouttes d’eau alimentent les petits ruisseaux qui feront les grandes rivières ».

    UNE CHARTE COMMUNE DEPUIS 2012

    Depuis la signature d’une charte commune en octobre 2012 à Namur, ORES et le Forem proposent différentes activités, particulièrement auprès des jeunes, pour les sensibiliser à l’importance des formations et des métiers techniques qui souffrent toujours aujourd’hui d’un cruel déficit d’image. Un exemple de cette collaboration est la participation commune, aux côtés de Skills-belgium, au championnat d’Europe des métiers manuels, techniques et technologiques qui s’était tenu à Spa-Francorchamps il y a 18 mois. Un jeune technicien employé par ORES et formé en collaboration avec le Forem, y avait  remporté une médaille d’or dans la catégorie « Installations électriques ».

  • Imprimer

    JOBSRÉGIONS, RÉFÉRENCES, SUDPRESSE, LE SOIR ET VLAN SE REMETTENT AU SERVICE DE L’EMPLOI

    Talentum_0.jpg

    Talentum Hainaut : inscrivez-vous sur le site www.talentumregions.be

    JobsRégions, Références, Sudpresse, Le Soir et Vlan se remettent au service de l’emploi et des préoccupations majeures de leurs communautés de lecteurs et d’internautes en région.

    Après Liège il y a 6 mois, Talentum s’invite au coeur du Hainaut. Talentum est un concept qui a été lancé il y a plus de sept ans à Bruxelles, de façon nationale. La réussite du salon est basée sur la qualité et le nombre de ces offres d’emploi. Implanter le salon à Liège, en région, il y a six mois, était une première. Et le coup d’essai s’est transformé en coup de maître, qui en appelle un nouveau, dans deux semaines à Mons. Pour accéder à Talentum Hainaut, chaque candidat doit s'inscrire via talentumregions.be.

    De 7h à 20h30 le TEC Hainaut affrétera des navettes gratuites au départ de la gare de Mons (et retour), à la fréquence d’une toute les 15 minutes. Sur place, au Lotto Mons Expo, le parking sera également gratuit.

    Participer à Talentum Hainaut le jeudi 27 mars, c’est avoir l'assurance de rencontrer directement des recruteurs de grandes sociétés, ainsi que des consultants en recrutement au coeur de la province du Hainaut. Pendant une après-midi, près de cinquante sociétés vous proposeront des emplois au sein de leur structure.

    C’est 100% direct, 100% concret. Parmi les entreprises présentes, citons, entre autres VOO (une marque de Nethys, ex-Tecteo Group), Trace, Group S, Mestdagh, Google, Ores, Colruyt, Technord, Sonaca… Autant de poids lourds qui veulent entrer directement en contact avec des candidats actifs ou latents.

    Du côté des organisateurs, on se souvient avec fierté des files provoquées jusque sur l’autoroute lorsque Talentum fut pour la première fois organisé ailleurs qu’à Bruxelles. C’était à Liège Airport le 13 septembre dernier. « On sent de façon généralisée sur le marché du travail, en Wallonie, comme à Bruxelles, une volonté très marquée de prendre son sort en mains », assure Pierre Leerschool, Directeur Général et des Ressources Humaines de Sudpresse. O.D.

    JOBSRÉGIONS PROCHE DE VOUS

    Vincent Jacques : « La grande fête de l’emploi »

    Vincent Jacques, Executive Manager de JobsRégions, est l’un des artisans du succès de Talentum : « Je suis un homme heureux. Lancer un salon de l'emploi de cette envergure à la sortie d'une crise économique et de l'emploi, c'était un défi ! Et il est réussi ! J'en suis d'autant plus fier que nous réalisons cette action dans la région du Hainaut, particulièrement touchée ces derniers temps en termes d'emploi ». C'est donc fait. Près de 50 entreprises attendront les candidats de la région jeudi prochain de 12h30 à 20h00 avec près de 500 postes à pourvoir. Une grande palette de profils est recherchée : employés, ingénieurs, techniciens, ouvriers, comptables, etc...  Sur place, des employeurs de renom tels que Google, Colruyt, Ores, Mestdagh, mais aussi de nombreuses PME prometteuses. Ce salon s'adresse autant aux jeunes diplômés qu'aux plus expérimentés, pour un premier travail ou un changement de carrière. Alors, pourquoi pas Talentum Hainaut?

    « Comme à Liège en septembre 2013, nous espérons accueillir près de 5.000 personnes », ponctue Vincent Jacques. « Ce sera un grande fête à l'emploi, relayée notamment par Bel RTL qui animera le même jour l’opération SOS Emploi en direct du Lotto Mons Expo. Si ce n'est donc déjà fait, inscrivez-vous vite via le site www.talentumregions.be ».

     

    Source > http://www.jobsregions.be

  • Imprimer

    DES VACANCES DE CARNAVAL CHARGÉES À LA MAISON DES JEUNES DE HANNUT

    mardi_gras copy.jpg

    1. Ateliers ouverts à tous 

    MARDI 04 mars : JOURNEE CARNAVAL 

    MDJ carnav.jpg

    Journée Carnaval : jeux divers et variés – chorégraphies amusantes et entraînantes – défilé et élection du plus beau costume pour les enfants de 6 à 18 ans.

    L’équipe d’animation de la Maison des Jeunes de Hannut vous propose la cinquième édition de son traditionnel Carnaval à Avernas-le-Bauduin et invite le public à venir partager ensemble des moments inoubliables, conviviaux et chaleureux. Alors prépare ton costume, tes accessoires, ton maquillage et n’oublie surtout pas ta bonne humeur! 

    • Le Mardi 4 mars de 14h à 17h à la Maison des Jeunes de Hannut
    • (1 Rue Withofs – 4280 Avernas-le-Bauduin)
    • Prix : Gratuit – goûter offert
    • Infos et contact : Najah Cheick (0477/50 .75.15) – mdjhannut@hli.be 

    JEUDI 06 et VENDREDI 07 mars : STAGE DE DANSE 

    Mini-stages intergénérationnels de Danse Orientale 

    Echauffement et prise de contact avec son corps et avec le groupe à travers divers exercices. Apprentissage des pas de base pour les débutantes et perfectionnement pour les plus avancées. Apprentissage de l’utilisation du bâton pour la danse Saïdi avec une petite chorégraphie.

    • Jeudi 06 mars de 14h à 17h30 à la Maison des Jeunes de Hannut
    • (1 Rue Withofs – 4280 Avernas-le-Bauduin)
    • Vendredi 07 mars de 14h à 17h30 à la Maison des Jeunes de Braives
    • (20 Chemin du via - 4260 Braives)

    Apporter : Une tenue décontractée, une collation et une bouteille d’eau, un foulard médaillé

    Prix : 5€ par jour. Inscription souhaitée. 

    Infos et contact :Pour Hannut - Najah Cheick (0477/50 .75.15) – mdjhannut@hli.be  

    Pour Braives - Charlotte Colsoul (0495/79.58.46) - mdjbraives@gmail.com 

    VENDREDI 07 mars : Aide Permis de conduire 

    Aide et préparation à la réussite du permis de conduire théorique (âge minimum : 17 ans) 

    Viens étudier ton permis de conduire en groupe. Nous testerons tes connaissances et répondrons à tes questions.  

    • Vendredi 07 mars de 13h à 15h30 à la Maison des Jeunes de Hannut
    • (1 Rue Withofs – 4280 Avernas-le-Bauduin)
    • Prix : Gratuit
    • Infos et contact : Charlotte Colsoul (0495/79.58.46) - colsoulcharlotte@yahoo.fr 

    MERCREDI 05 mars et SAMEDI 08 mars : Ateliers MAO 

    Les différents points abordés seront: explication de ce qu'est le signal MIDI, comment enregistrer, arranger et mixer ses propres morceaux, etc...  

    Tout ceci via des programmes d'édition et d'échantillonnage. 

    • Mercredi 05 mars de 10h à 12h à la Maison des Jeunes de Hannut
    • (1 Rue Withofs – 4280 Avernas-le-Bauduin)
    • Samedi 08 mars de 10h à 12h à la Maison des Jeunes de Hannut
    • (1 Rue Withofs – 4280 Avernas-le-Bauduin)
    • Prix : 8€ - Inscription souhaitée.
    • Infos et contact : Pierre Mottet (0496/29.89.36) – info@teenagerockteam.be 

    2) Ateliers réservés aux membres   Teenage Rock Team 

    MERCREDI 05 mars : Ateliers Pédales/son 

    Apprenez à trouver votre son ! Comment régler votre ampli, explicatif et démonstration des différents types d’effets, pédales, etc

    • Mercredi 05 mars de 12h30 à 14h30 à la Maison des Jeunes de Hannut
    • (1 Rue Withofs – 4280 Avernas-le-Bauduin)
    • Prix : 8€ - Inscription souhaitée.
    • Infos et contact : Pierre Mottet (0496/29.89.36) – info@teenagerockteam.be

    MERCREDI 05 mars : Ateliers sonorisation 

    Initiation à la sonorisation pour les musiciens

    Découvrez de quoi est composé un système de sonorisation. Quel chemin va parcourir le signal de votre instrument aux haut-parleurs ainsi que le câblage utilisé et le traitement du son.  

    • Mercredi 05 mars de 14h30 à 16h30 à la Maison des Jeunes de Hannut
    • (1 Rue Withofs – 4280 Avernas-le-Bauduin)
    • Prix : 8€ - Inscription souhaitée.
    • Infos et contact : Pierre Mottet (0496/29.89.36) – info@teenagerockteam.be 

    VENDREDI 07 mars et SAMEDI 08 mars : Atelier renfort coaching

    Cours supplémentaires destinés aux groupes de coaching de la TRT

    • Vendredi 07 mars et samedi 08 mars de 12h30 à 14h30, de 14h30 à 16h30 et de 16h30 à 18h30 à la Maison des Jeunes de Hannut (1 Rue Withofs – 4280 Avernas-le-Bauduin)
    • Prix : 8€ - Inscription souhaitée.
    • Infos et contact : Pierre Mottet (0496/29.89.36) – info@teenagerockteam.be

    Pour toutes les activités, la Carte de Membre est obligatoire. > Celle-ci est disponible auprès des animateurs (3€/an).

    Présentation de le MDJ à télécharger > Présentation Maison des Jeunes Hannut 2014-1.pdf

  • Imprimer

    METIER D’AVENIR AVEC LE FOREM: DEVENEZ... RESPONSABLE PEB !

    PEB.jpg

    La performance énergétique des bâtiments (PEB) fait évoluer les exigences et les métiers 

    Une réglementation wallonne impose la présence de responsables PEB sur les chantiers. Cette exigence a eu pour conséquence que le métier se développe et fait figure de profession d’avenir.

    Depuis 2010, en Wallonie, la performance énergétique des bâtiments (PEB) est devenue un élément incontournable lors de la construction ou de la rénovation d’une maison ou d’un bâtiment, ce qui n’est pas sans conséquence sur l’évolution des métiers et des compétences du secteur de la construction. Par ailleurs, de nouveaux produits sont apparus sur le marché afin de répondre aux exigences d’isolation, d’étanchéité et de ventilation du bâti. Sans compter que la future évolution de la réglementation PEB aura aussi un impact sur les travaux au sol. Des couches d’isolant, de plus en plus épaisses, s’imposeront avant la pose du carrelage, parquet….

    Dans ce contexte, un nouveau métier est apparu, celui de responsable PEB. « C’est un professionnel qui doit être agréé par le gouvernement et qui est chargé de concevoir et de décrire les mesures à mettre en oeuvre pour atteindre les exigences PEB. Il contrôle aussi l’exécution des travaux relatifs à la PEB », explique Christine Dalla Valle, analyste au Forem. Le responsable PEB devra agir en étroite concertation avec l’architecte et ce, dès dans la phase conceptuelle. Il s’agit clairement d’une nouvelle fonction créée depuis la mise en oeuvre de la réglementation sur les performances énergétiques. Ce métier est lié au secteur de la construction, dans la catégorie « encadrement».
    Son profil ? Pour exercer cette fonction, il faut être détenteur de l’un des diplômes suivants : architecte, ingénieur civil-architecte, ingénieur civil, ingénieur industriel, ingénieur technique ou bio-ingénieur. Le responsable PEB ne peut être agréé que s’il établit que sa responsabilité professionnelle, en ce compris sa responsabilité décennale, est couverte par une assurance. Notons qu’un chantier ne peut plus commencer sans qu’un responsable PEB n’ait été désigné. La réglementation PEB permet à tout architecte d’être le responsable PEB des projets dont il est auteur. Pour les autres projets, il doit introduire une demande d’agrément en tant que responsable PEB.
    Comme il doit contrôler l’exécution des travaux, notamment en matière de techniques spéciales (chauffage, sanitaire, ventilation), le responsable PEB se rendra sur chantier aussi souvent qu’il est nécessaire et devra y avoir accès à chaque moment. Il a également le pouvoir de donner des directives aux entrepreneurs afin que la PEB soit respectée.

    L.B.
    À NOTER A lire : « Métiers d’avenir. Etats des lieux sectoriels et propositions de futurs. Recueil prospectif », publié par le Service d’Analyse du Marché de l’Emploi et de la Formation du Forem, en septembre 2013.

    COMMENT SE FORMER ?

    Aucune formation spécifique n’est imposée pour devenir responsable PEB. Il faut remplir le formulaire de demande d’agrément (voir sur le site energie.wallonie.be), celui-ci est octroyé pour 5 ans et peut être renouvelé.
    Des formations relatives à l'utilisation du logiciel PEB sont organisées par l'IFAPME dans les différents centres de la Région wallonne. Ces formations sont généralement accessibles via le mécanisme des chèques formation.
    Toutefois, certains organismes organisent des formations PEB et plus particulièrement à l'utilisation du logiciel PEB, indépendamment de ce partenariat. Ces formations sont payantes et les contenus ne sont pas validés par l'administration, qui décline toute responsabilité quant à leur impact sur l'octroi des agréments.

    A titre d’exemple, il existe une formation à destination des professionnels de la construction. Sur 28 heures, elle propose d’évoquer le cadre réglementaire, le logiciel, l’encodage, la déclaration PEB finale… Son coût ? 420 euros ou 28 chèques formation.

    Source > http://www.jobsregions.be

     

  • Imprimer

    UN ATELIER SPÉCIFIQUEMENT DESTINÉ AUX COMMERÇANTS A HANNUT AVEC L’UCM !

    Affiche conférence 11 février.jpg

    "Mon commerce sur le web : les clés du succès !"

     L'UCM et l'Agence de Stimulation Economique ont le plaisir de vous inviter à un atelier spécifiquement destiné aux commerçants

    En collaboration avec la Gestion Centre-Ville de Hannut

    Quand ? Le mardi 11 février 2014 de 8h30 à 11h00

    (Accueil petit déjeuner dès 8h30 et début de l'atelier à 9h00)

    Où ? Salle Jean Renard - Esplanade de l'Hôtel de Ville | Rue de Landen 23 à 4280 Hannut

    Cet atelier dynamique et illustré par de nombreux exemples sera animé par Monsieur André BLAVIER de l'Agence Wallonne des Télécommunications.

    L'objectif de l'atelier est de présenter, de manière concise et concrète, les différents outils disponibles sur internet pour se lancer rapidement et simplement, améliorer sa compétitivité, booster ses ventes et fidéliser sa clientèle sur le web.

    Modalités d'inscription :

    La participation à l'atelier est gratuite et l'inscription obligatoire. 

    Le nombre de places étant limité, nous vous demandons de vous inscrire préalablement par email à l'adresse suivante : commerce@ucm.be

    Plus d'informations? Contactez Carol Dannevoye au 081/486.278 ou Sophie Legrand au 04/221.65.31

    UCM Province de Liège, Boulevard d'Avroy 42 à 4000 Liège - Tél: 04 221 65 50 - Fax: 04 221 65 55