entretien - Page 3

  • Imprimer

    5 CHOSES A CACHER EN ENTRETIEN D'EMBAUCHE

    Entretien_Cacher_shutterstock_79903759_0.jpg

    Face au recruteur, il faut se présenter sous son meilleur jour.

    Mettre toutes vos compétences en valeur et vendre votre talent.Sans mentir, bien sûr ! Mais parfois, mieux vaut malgré tout commettre quelques mensonges par omission… Voici 5 informations à passer sous silence si vous voulez que votre entretien se passe bien.

    1. Vous détestez votre ancien travail

    Le fait de ne pas s’entendre avec son boss est une des causes principales de démission. Si c’est votre cas et que le recruteur vous demande pourquoi vous avez quitté votre emploi, évitez de critiquer avec virulence votre ancien employeur. Le recruteur pourrait en déduire que vous être arrogant, entêté et que vous ne savez pas vous remettre en cause (après tout, il faut être deux dans un conflit).

    2. Vous avez postulé par dépit

    La plupart de vos candidatures sont restées sans réponse, et vous vous retrouvez à passer un entretien dans une boîte qui ne vous intéresse pas trop ? Ne laissez surtout pas transparaître votre état d’esprit au recruteur. Maintenant que vous êtes là, faites de votre mieux : c’est souvent l’enthousiasme d’un candidat qui le démarque des autres.

    3. Vous n’aimez pas travailler en équipe

    Cela peut arriver à tout le monde de préférer travailler seul plutôt qu’en groupe. Cependant, c’est souvent mal vu en entreprise, milieu social par excellence. Même si la fonction pour laquelle vous postulez est assez autonome, vous serez obligé de collaborer avec vos collègues tôt ou tard. Évitez donc d’aborder ce point en entretien.

    4. Vous êtes systématiquement en retard ou tête en l’air

    Répondre à la question « Citez-moi trois de vos défauts » est extrêmement périlleux. Il s’agit en effet de donner des défauts qui n’en sont pas vraiment. Évitez donc à tout prix d’avouer que vous avez beaucoup de mal avec la ponctualité : c’est souvent un défaut rédhibitoire. La mauvaise orthographe ou le fait d’avoir du mal à rester concentré sont aussi des tares impardonnables pour les recruteurs.

    5. Votre hobby est étrange et nécessite beaucoup de temps

    Tout le monde ne peut pas pratiquer le judo ou le football. Cependant, certains hobbies sont plus appréciées que d’autres sur un CVou dans en entretien d’embauche. Il n’y a rien d’honteux à collectionner les nains de jardins ou construire des monuments en allumettes… Mais mieux vaut le cacher au recruteur lors de l’entretien, au risque de vous décrédibiliser. Pareil si vous vous rendez chaque jour au stand de tir ou si vous pouvez passer des heures à jouer aux Warhammers ou au poker en ligne. Gardez-ça pour vous !

    Source : Terra Femina > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • Imprimer

    QUELLES COULEURS PORTER EN ENTRETIEN D’EMBAUCHE ?

    Entretien_couleur_shutterstock_109835783.jpg

    Votre tenue révèle beaucoup de choses sur qui vous êtes et la façon dont vous vous percevez.

    Sachez dès lors choisir la bonne couleur pour votre entretien d’embauche.

    Le jobsite CareerBuilder vient de publier une enquête, menée auprès de 2 099 recruteurs. Selon eux, les meilleures couleurs à porter lors d’un entretien d’embauche sont le bleu et le noir. La pire couleur serait l’orange.

    Il semblerait que des couleurs traditionnelles comme le noir, le bleu, le gris et le brun soient plus sûres pour les premières rencontres professionnelles avec des inconnus, tandis que des couleurs plus créatives, comme l’orange, pourraient être trop excentriques pour un entretien d’embauche.

    Voici ce que ces couleurs révèlent.

    Noir : leadership

    Le noir peut être vu comme une couleur froide mais, selon Karen Haller, experte en branding, s’il est porté correctement, il peut aussi renvoyer « du glamour, de la sophistication et de l’exclusivité ». Le noir est une couleur qui est prise au sérieux. Regardez les marques comme Chanel et Yves Saint Laurent : elles utilisent le noir pour montrer qu’elles sont les leaders dans leur domaine.

    Bleu : vous jouez en équipe

    Le bleu est l’une des meilleures couleurs à porter à un entretien d’embauche, car il dégage de la confiance et de l’assurance. Pour Lisa Johnson Mandell d’AOL Jobs, « le bleu marine est la meilleure couleur pour une tenue d’entretien d’embauche, parce qu’il inspire l’assurance. Vous avez plus de chances de décrocher le job si vous portez du bleu marine que n’importe quelle autre couleur. »

    Gris : logique/sens analytique

    Le gris reflète l’indépendance et l’isolement. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose, pourvu que vous montriez que vous avez aussi confiance en vous. Le gris étant associé à la solitude, il envoie un message selon lequel vous êtes autonome, indépendant et capable de penser par vous-même.

    Blanc : organisation

    Vous ne prenez pas de risques en portant du blanc ou du beige. Mais on pourrait penser que vous êtes fade ou que vous manquez de confiance en vous. En revanche, vous donnerez l’impression d’être organisé et méticuleux car, au moindre incident, vous vous retrouveriez avec une tache sur votre tenue blanche. Lisa Mandell vous conseille de porter du blanc ou du beige en entretien, si vous postulez dans une entreprise où les gens portent généralement des couleurs sombres.

    Brun : fiabilité

    Cette couleur terrestre inspire la chaleur, la sécurité, la fiabilité et la crédibilité. Pensez aux célèbres marques qui utilisent le brun pour leur logo : UPS, M&M’s, Louis Vuitton…

    Rouge : puissance

    Le rouge évoque la passion et la puissance. C’est la meilleure couleur à porter pour persuader ou impressionner quelqu’un. Il est aussi associé au courage, à l’excitation et à l’énergie.

    Vert, jaune, orange et violet : créativité

    Ces couleurs plus vives renvoient une image joyeuse de vous et attirent l’attention. Mais elles ne sont pas forcément associées à la confiance ou à l’engagement, valeurs fondamentales à transmettre en entretien d’embauche. Il vaut mieux porter ces couleurs pour les happy hours ou les repas de fêtes. 

  • Imprimer

    7 ERREURS FATALES LORS D'UN ENTRETIEN TELEPHONIQUE

    Girl_phone_shutterstock_218124127_0.jpg

    Les temps changent : de plus en plus d’entreprises utilisent l’entretien par téléphone pour opérer une première sélection parmi les candidats, avant de passer à l’étape des entretiens « physiques ».

    Cette étape intermédiaire permet aux recruteurs d’évaluer rapidement votre personnalité et votre motivation. Vous serez sans doute pris au dépourvu lorsque vous recevrez cet appel inopiné, mais prenez garde... La moindre erreur risque de vous exclure du processus de recrutement.

    Le cabinet de recrutement Robert Half a établi une liste de 7 comportements qui vous feront à coup sûr passer à la trappe.

    1. Avoir un répondeur pas du tout professionnel

    En période de recherche d’emploi, oubliez le coup du répondeur farceur qui fait « Allo ? … Je ne suis pas là ! Hihi », l’imitation de Crazy Frog ou le message humoristique a la François Pignon. Imaginez l’opinion qu'auront de vous les recruteurs qui tombent là-dessus… Adaptez votre message d’accueil pour faire en sorte que votre répondeur soit sobre, court, informatif et sérieux.

    2. Attendre trop longtemps avant de rappeler

    Si l’entreprise a laissé un message, n’attendez pas trois jours avant de rappeler : il ne s’agit pas d’un flirt ! Rappelez dès que vous le pouvez, en étant sûr d’avoir en tête toutes les informations nécessaires : le nom de la personne qui vous a contacté, le poste pour lequel vous avez postulé, etc.

    3. Ne pas se souvenir de l’entreprise

    Si vous avez postulé massivement ces derniers temps et jonglé avec vos candidatures, vous serez peut-être un peu confus quand vous serez contacté à l’improviste par un recruteur. Mais « Vous êtes de quelle entreprise encore ? Quel était le job ? » sont des phrases à bannir, bien évidemment.

    Pour ne jamais être pris de court et garder les idées claires, gardez sous la main un document Excel reprenant toutes les offres d’emploi auxquelles vous avez postulé, l’état d’avancement de votre candidature et quelques informations sur le poste proposé et l’entreprise.

    4. La mauvaise communication téléphonique

    Bruit de fond (vous êtes au café), mauvais réseau (vous êtes dans le train), distraction (vous êtes au volant)… Rien de tel pour ruiner un entretien téléphonique. Lorsque vous recevez un appel de recruteur, essayez de vous placer dans un environnement calme. Si ce n’est pas possible, expliquez votre situation au recruteur et dites que vous le rappellerez plus tard, car la communication risque d’être mauvaise ou de se couper. Mieux vaut un délai qu’un dialogue de sourds au téléphone.

    5. Ne pas être préparé

    Cet entretien est un test pour accéder à l’étape supérieure du processus de recrutement : l’entretien face à face. Pour passer la sélection, vous devez au moins pouvoir répondre à des questions basiques comme « Pourquoi pensez-vous être la bonne personne pour ce poste » ou « Qu’est-ce qui vous plaît dans notre entreprise ». Renseignez-vous auparavant, pour être bien préparé quand votre téléphone sonnera.

    6. Parler froidement

    Au téléphone, le risque est grand de paraître froid ou distant. Vous ne pouvez pas utiliser votre attitude et vos expressions pour vous montrer chaleureux et sympathique : tout doit passer par votre voix. Parlez toujours en souriant (le ton de votre voix en sera réellement modifié) et soignez vos intonations. Évitez de répondre par oui par non pour montrer votre intérêt et écoutez bien la question jusqu’au bout avant de répondre, pour avoir le temps de réfléchir.

    7. Quitter la conversation en catastrophe

    Fin des questions, tout s’est bien passé ? Tant mieux, mais ce n’est pas encore fini. Remerciez votre interlocuteur pour son temps et s’il ne dit rien concernant un futur entretien, renseignez-vous sur les étapes suivantes. À quel moment pouvez-vous espérer avoir un retour sur les prochaines étapes du processus de recrutement ? Ne raccrochez pas sans le savoir.

    Source : Challenges.fr > Texte: Magali Henrard > sur > http://www.references.be

  • Imprimer

    « QUELS SONT VOS POINTS FAIBLES ? » : LA BONNE REPONSE EN ENTRETIEN D'EMBAUCHE

    Entretien_points_faibles_shutterstock_193680194_0.jpg

    « Citez trois qualités et trois défauts » : une question classique en entretien d’embauche.

    Pas de problème pour vanter vos forces, mais comment gagner des points en décrivant vos faiblesses ?

    Vous pourriez répondre « désorganisé », « timide », « agressif », mais finissez par répondre « perfectionniste » ? Pas très original ni crédible ! Attention, « je suis incapable de respecter une deadline » est une réponse aussi mauvaise que « aucun, je suis parfait ». Nuancez votre réponse, mais soyez honnête : ce que le recruteur cherche à faire, c’est juger de votre capacité d’autocritique et de remise en question.

    La bonne réponse doit indiquer que vous êtes capable de relever des challenges et d’évoluer professionnellement. Il va falloir faire en sorte que vos faiblesses subliment vos forces. Voici quelques conseils pour passer haut la main le test de cette question piège.

    Vous avez surmonté une faiblesse

    Ne cherchez pas à dissimuler vos lacunes, vous sembleriez malhonnête : tout le monde en a. Décrivez plutôt comment vous gérer les vôtres, vous donnerez l'image d'une personne consciente et concernée par son développement personnel. Réfléchissez à un aspect de votre personnalité qui pose problème, mais que vous tentez d’améliorer, et expliquez votre démarche et vos efforts pour y arriver.

    Vous pouvez par exemple avouer que vous avez du mal à prendre la parole en public, mais que vous avez trouvé des outils pour vous y aider et que vous avez fait des progrès.

    Vous n'avez rien à cacher sur votre CV

    Si votre expérience professionnelle ne convient pas exactement au job pour lequel vous postulez et que vous sentez que le recruteur hésite à retenir votre candidature pour cette raison, saisissez cette occasion pour aborder les points faibles de votre CV. Dites par exemple que votre plus grande faiblesse est certainement votre manque d'expérience dans le secteur, mais que vous possédez d'autres capacités qui seront également précieuses pour la fonction.

    Vos faiblesses peuvent être décrites comme des forces

    Pour nommer votre lacune, choisissez le terme qui semble le plus positif possible. Vous êtes instable, buté ou incapable de déléguer ? Dites plutôt que vous êtes passionné, obstiné ou minutieux. Par exemple : « J’ai du mal à laisser un projet quitter mes mains tant qu’il n’est pas tout à fait  finalisé ». Vous admettez que vous devez faire des progrès dans ce domaine, mais positivement. Expliquez directement ensuite comment vous comptez gérer ce problème.

    La bonne attitude

    Il est important d’avoir l’air spontané lorsque vous donnerez cette réponse, mais il faudra malgré tout la répéter avant pour rester précis et concis. Sinon, vous risquez de vous embourber dans le chapitre « faiblesses ». Tentez toujours de traduire les aspects positifs de votre situation, et revenez ensuite à vos points forts.

    Source & Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • Imprimer

    8 RAISONS POUR LESQUELLES ON NE VOUS RAPPELLE PAS APRES UN ENTRETIEN

    Phone_shutterstock_183657323.jpg

    Ce n’est pas la même chose de rester sans réponse après avoir envoyé un CV ou une lettre de motivation, ou après un entretien d’embauche.

    Les choses deviennent plus personnelles après un entretien. Vous avez passé une première étape de sélection, vous avez vu le recruteur en face, vous vous êtes rendu dans les locaux de l’entreprise. Vous avez nourri certains espoirs. Et maintenant, vous attendez nerveusement à côté du téléphone. Vous vérifiez votre GSM toutes les 5 minutes, vous appelez votre messagerie vocale juste pour voir (peut-être y a-t-il eu un bug et ne vous a-t-elle pas averti que vous aviez un nouveau message vocal)… et rien.

    Voici 8 raisons qui pourraient expliquer pourquoi on ne vous rappelle pas après un entretien d’embauche.

    1. Vous n’avez pas donné suite à l’entretien

    C’est une erreur classique : vous attendez que votre futur employeur potentiel vous rappelle après une interview. Or, c’est à vous de faire le premier pas ! Demandez un feed-back dans les règles de l’art, pour montrer que vous vous intéressez à l’entreprise et au poste vacant et que vous avez suffisamment de recul et de maturité pour affronter les critiques éventuelles. Il est indispensable de vous manifester après un entretien d’embauche. C’est ce qui vous distinguera de vos concurrents.

    2. Vos coordonnées sont erronées ou perdues

    Vous devez mentionner vos coordonnées sur votre lettre de motivation, même si elles figurent déjà sur votre CV. Ces deux documents peuvent parfaitement être séparés à un moment ou un autre, le recruteur peut en égarer un. Il est donc essentiel de couvrir vos arrières. Vérifiez également l’exactitude de vos coordonnées, plutôt deux fois qu’une. Une faute de frappe est vite arrivée…

    3. Le recruteur prend son temps

    Si votre poste est une nouvelle fonction, l’employeur peut ne pas être pressé de l’attribuer. Il aura plutôt tendance à vouloir interviewer un maximum de candidats et de passer en revue des profils très variés.

    Vérifiez la date à laquelle vous avez passé l’entretien d’embauche : si c’est juste après la publication de l’annonce, vous faites sûrement partie des premiers candidats à avoir été entendus. Vous allez devoir prendre votre mal en patience.

    4. Ils sont en congé

    Eh oui, les recruteurs et les employeurs prennent des congés comme tout le monde. Ils peuvent parfaitement partir en vacances après avoir effectué une série d’entretiens d’embauche et prendre leur décision une fois rentrés. C’est généralement le cas en été ou pendant la période des fêtes.

    5. Le budget n’est pas encore bouclé

    Le budget détermine le salaire du nouvel employé et si nouvel employé il y aura. Les changements de budget sont très fréquents et arrivent n’importe quand. Il est possible qu’on vous ait fait passer une interview et que, malgré tout, les employeurs soient dans l’attente des chiffres finaux du budget pour prendre leur décision.

    6. Ils n’ont pas le temps

    N’oubliez pas que votre engagement n’est pas la seule obsession du recruteur qui s’est occupé de vous. Par ailleurs, il n’est pas le seul impliqué dans votre processus d’embauche. S’il s’agit d’une période particulièrement chargée pour l’entreprise, il se peut que votre recrutement soit moins prioritaire.

    7. Le poste a été donné à quelqu’un d’autre

    Le poste peut avoir été donné à quelqu’un d’autre et le recruteur attend la réponse du candidat sélectionné. Celui-ci n’appellera pas les autres candidats tant que le contrat n’est pas signé. Ça peut prendre plus de temps que vous ne le pensez. Il se peut que le candidat choisi soit en vacances ou essaie de négocier son contrat.

    8. Le poste n’existe plus

    Des bouleversements peuvent venir chambouler toute l’organisation d’une entreprise et provoquer la suppression de postes, vacants ou non. Ce genre d’événements peut faire en sorte que des responsables oublient de vous contacter car ils ont d’autres choses sur le feu.

    Source : Savvysugar.com > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

  • Imprimer

    COMMENT REDIGER L'AUTO-EVALUATION IDEALE ? APRES UN ENTRETIEN

    Loupe_shutterstock_83152294_0.jpg

    La fin de l’année approche et avec elle, un entretien de fonctionnement vous attend certainement.

    Beaucoup d’entreprise saisissent en effet ce moment pour demander à leurs employés de faire le bilan de leurs performances pendant l’année écoulée.

    Souvent, cet entretien commence par une auto-évaluation : l’employé lui-même doit commenter ses performances, ses accomplissements et se fixer de nouveaux objectifs. C’est périlleux : il faut être réaliste sans s’auto-flageller, tout en satisfaisant son patron… Voici quelques conseils pour préparer votre auto-évaluation.

    1. Oubliez la fausse modestie

    Elle n’a pas sa place pendant un entretien d’évaluation. Si vous avez travaillé dur, que vous avez mérité vos bons résultats, soyez fier de vous et n’hésitez pas à mettre en avant votre travail.

    2. Soyez réaliste 

    Essayez de poser un regard le plus objectif possible sur ce que vous avez fait durant cette année. Pour vous aider, basez-vous sur ce qui est mentionné dans votre job description, c’est-à-dire ce que votre fonction vous demande officiellement de faire. Si vous avez fait exactement ce qu’elle contient, vous n’impressionnerez sans doute pas outre mesure votre patron. Si vous vous êtes beaucoup investi au boulot et que vous avez cherché à élargir vos compétences, c'est bien plus positif. Par contre, si vous avez fait moins que ce que votre job description mentionne, votre auto-évaluation démarre mal.

    3. Entrez dans les détails

    Ne dites pas simplement que vous avez réussi ceci et raté cela. Votre patron a besoin d’être convaincu par une auto-évaluation forte et documentée. À chaque accomplissement que vous évoquez, soyez spécifique, préparez des détails sur le sujet et des exemples concrets.

    4. Soyez honnête 

    Il est bien sûr tentant d’exagérer un brin vos réussites ou de vous accorder le crédit qui devrait revenir à d’autres personnes de votre équipe. C’est une très mauvaise idée, qui pourrait vous décrédibiliser complètement. Soyez toujours honnête quand vous évoquez vos forces et faiblesses.

    5. Soyez clair

    C’est le moment de mettre de l’ordre dans vos idées ! Une auto-évaluation nécessite aussi que vous abordiez les projets et objectifs qui vous attendent l’année suivante. Si vous voulez plus de responsabilités au sein de votre entreprise, ou si vous souhaitez commencer un nouveau projet innovant, c’est le moment de l’annoncer. Décrivez avec précision de quelle façon vous envisagez votre évolution.

    6. Soyez constructif

    Pour chaque problème soulevé, proposez une alternative. Si vous avez par exemple eu un problème relationnel pendant l’année écoulée, mentionnez-le. Mais faites-le avec diplomatie, en offrant une solution concrète : ne vous arrêtez pas à une simple plainte ou constatation.

    Source &Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • Imprimer

    COMMENT DEMANDER UN FEED-BACK APRES AVOIR RATE UN ENTRETIEN ?

    Entretien_shutterstock_78690667.jpg

    Il n’est jamais facile d’échouer à un entretien d’embauche.

    Difficile, en effet, de garder le moral après un rejet, en particulier si ce n’est pas la première fois. Pourtant, l’expérience peut s’avérer utile, si vous demandez un feed-back.

    Quand demander un feed-back

    Le feed-back vous servira surtout si l’entreprise vous connaît un peu, si vous avez passé plusieurs épreuves de sélection.

    Si vous avez réussi une première sélection, cela veut dire que vos compétences et votre expérience professionnelle correspondent aux exigences de la fonction. Les raisons pour lesquelles vous n’avez pas décroché le job peuvent dès lors vous aider à vous améliorer (vous avez peut-être trop parlé, vous donniez peut-être l’impression de ne pas vous intéresser à l’entreprise, vous ne maîtrisiez peut-être pas Photoshop aussi bien que le candidat qui a été retenu à votre place).  

    À qui demander un feed-back

    En général, la personne la mieux placée pour vous donner un feed-back est le recruteur. Celui-ci pourra non seulement vous éclairer sur l’entretien que vous avez passé avec lui, mais il se sera aussi probablement renseigné sur l’impression que vous avez laissée à d’autres employés de la compagnie avec qui vous avez éventuellement été en contact.

    À quel moment demander un feed-back

    Le meilleur moment pour demander un feed-back est juste après avoir reçu un message d’échec à un entretien. Il vaut mieux demander un feed-back par e-mail que par téléphone ou de visu. Les recruteurs sont toujours mal à l’aise pour expliquer les raisons de leur rejet et préfèrent les coucher par écrit.

    Quoi qu’il arrive, il est toujours préférable de répondre à un rejet de candidature, afin de maintenir de bonnes relations avec tous les employeurs potentiels.

    Comment demander un feed-back

    Non seulement les recruteurs sont-ils mal à l’aise de vous donner un feed-back, mais ils pourraient aussi le voir comme une perte de temps si tous les candidats en demandaient effectivement un.

    Commencez par remercier le recruteur de vous avoir accordé son temps et son attention. Demandez-lui ensuite subtilement, sans en avoir l’air, de vous donner un feed-back de vos performances. Vous pourriez essayer un : « Si vous avez un feed-back à me donner au sujet de mes manquements, j’aimerais m’en servir pour m’améliorer en vue de prochaines candidatures. » 

    Quoi qu’il en soit, essayez de rester positif, de ne pas vous insurger face à votre rejet, de ne pas vous laisser abattre, de rester lucide sur vos défauts et vos manquements, et de mettre à profit cette expérience désagréable, pour faire mieux la prochaine fois !

    Source : Business Insider > Texte: Céline Préaux via > http://www.references.be

  • Imprimer

    « OU VOUS VOYEZ-VOUS DANS 5 ANS ? » LA BONNE REPONSE EN ENTRETIEN

    sans-titre.jpg

    « Où vous voyez-vous dans 5 ans, 10 ans, 20 ans ? » Voici une question piège typique en entretien d’embauche, qui prend bien souvent les candidats au dépourvu.

    Vous n’y avez peut-être simplement jamais réfléchi, ou cela ne vous semble de toute façon pas très important. Pourtant, pour faire bonne impression, mieux vaut préparer un minimum cette réponse, sous peine de suggérer au recruteur que votre avenir professionnel vous importe peu !

    • Pourquoi poser cette question en entretien d’embauche ?

    Le recruteur veut simplement s’assurer qu’il pourra compter sur vous à plus ou moins long terme. Votre réponse lui permettra de juger votre ambition, votre motivation et votre fiabilité. Pas question, par exemple, d’accorder un poste à responsabilités à quelqu’un qui, dans 5 ans, se voit bien travailler à mi-temps à l'autre bout du pays.

    Il veut aussi se rassurer sur le fait que vous conviendrez au poste. Autant que votre réponse corresponde donc plus ou moins à un objectif atteignable en restant chez cet employeur. Vous devez donner l'impression de vouloir apprendre, et de vouloir le faire chez eux.

    Enfin, le recruteur cherche aussi à estimer si l’entreprise pourra vous aider à atteindre vos objectifs, ou si vous risquez d'être frustré à moyen terme.

    • Comment y répondre ?

    Gardez à l'esprit que vous devez prouver que vous êtes ambitieux mais réaliste, tout en restant conscient de votre valeur et de vos compétences.

    Globalement, vous pouvez presque toujours annoncer que vous aspirez à vous épanouir professionnellement au sein d'une société forte, et acquérir plus de responsabilités. Intégrez à ces éléments les enjeux et compétences propres à votre secteur ainsi que les missions de la fonction pour laquelle vous postulez : manager une équipe, suivi de projet, spécialisation...

    En manque d'inspiration ? Essayez de vous renseigner à l’avance auprès d’employés de la société (si vous n’en connaissez pas, allez glaner ces infos sur LinkedIn), et observez les tendances. Dans telle entreprise, beaucoup d’employés ont commencé comme commerciaux, pour passer ensuite au marketing et finalement en chef de produit ? Voilà votre réponse !

    • Alternatives

    Si vous n'avez vraiment aucune idée de votre situation dans cinq ans, vous pouvez tenter une pirouette en avouant que cinq ans, c'est long, mais que vous pouvez déjà dire vous espérez décrocher tel poste ou mener à bien tel projet d'ici un an.

    Vous pouvez également vous focaliser sur vos compétences au lieu de votre progression hiérarchique. « D'ici cinq ans, j'espère avoir bien développé mon analyse stratégique et mes qualités de manager », par exemple.

    • À ne surtout pas répondre...

    Ces trois réponses pourraient vous passer par la tête, mais ne les formulez sous aucun prétexte !

    « Je me vois CEO de ma propre entreprise. » C’est le rêve de beaucoup de travailleurs, mais mieux vaut le garder pour vous. Le recruteur comprendra que vous n’envisagez pas de vous investir pour son entreprise sur le long terme.

    « À votre place ! » Vous voulez jouez les provocateurs aux dents longues ? Cela risque fort peu de faire rire le recruteur. C’est en plus un objectif très peu réaliste.

    « Je me vois dans un hamac aux caraïbes, un cocktail à la main. » Inutile de vous faire un dessin... Ce genre de réponse indique que vous manquez d’ambition et que vous n’aimez pas beaucoup travailler.

    Source : TerraFemina.com, jobmachine.fr, keljob.com > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be