embauche - Page 6

  • Imprimer

    8 MOTS À NE JAMAIS UTILISER POUR VOUS DÉCRIRE LORS D'UN ETRETIEN D'EMBAUCHE !

    shutterstock_61682320b.jpg

    Si certains mots peuvent paraître flatteurs dans la bouche des autres, ils vous font passer pour un(e) prétentieux(/se) imbuvable lorsqu’ils sont prononcés par vous.

    Voici donc 8 mots à ne jamais utiliser pour vous décrire.

    1. Autorité

    Si vous devez préciser que vous êtes une autorité dans votre domaine, c’est que vous ne l’êtes probablement pas. Montrez plutôt en quoi vous êtes un(e) expert(e). « Présentateur sur La Première » ou « agent de presse de Stromae » sont des indicateurs d’un certain niveau d’autorité. En revanche, à moins que vous ne sachiez le prouver, « autorité dans le marketing des réseaux sociaux » signifie seulement que vous passez trop de temps sur Twitter.

    2. Fournisseur mondial

    La grande majorité des entreprises sont capables de vendre des biens et des services au niveau mondial. Pour celles qui ne peuvent pas le faire, la restriction géographique des activités proposées est évidente. Nous pensons notamment aux restaurants. Dès lors, n’utilisez « fournisseur mondial » que si cette qualité n’est pas évidente. Sinon, on vous prendra pour une petite entreprise qui essaie de se faire passer pour une grosse boîte.

    3. Motivé(e)

    Voilà un mot à ne jamais utiliser pour vous décrire. Vous êtes censé(e) être motivé(e), quoi qu’il arrive. Le préciser ferait passer cet attribut automatique comme une qualité exceptionnelle. C’est comme si vous souligniez le fait que vous faites « bien » votre boulot.

    4. Innovant(e)

    De nombreuses entreprises se présentent comme innovantes. Beaucoup de gens se veulent avant-gardistes. La plupart ne le sont pas.

    Si vous êtes novateur(/trice), ne le dites pas. Prouvez-le. Décrivez les produits que vous avez développés. Décrivez les processus que vous avez modifiés. Parlez de concret, présentez votre innovation comme tacite et évidente…

    5. Créatif(/ve)

    Certains mots sont si souvent utilisés qu’ils en perdent leur sens. « Créatif(/ve) » fait partie de ces termes galvaudés. (Vérifiez les profils de vos contacts sur LinkedIn, ils reprennent presque tous ce qualificatif).
    Créatif(/ve) n’est qu’un exemple. On pourrait aussi citer « efficace », « dynamique », « influent(e) », « aime travailler en équipe »… Certains de ces termes peuvent peut-être véritablement vous décrire. Mais étant employés par tout le monde, ils ont
    perdu leur impact.

    6. Passionné(e)

    La passion ne se marie pas forcément bien avec tous les métiers. Si elle convient parfaitement à une position dans le secteur de l’art, elle vous fait passer pour un(e) dingue dans le milieu de l’administration. Si vous postulez un emploi d’encodeur(/se) de données, vous devriez plutôt opter pour des termes comme « concentration » ou « spécialisation ».

    7. Unique

    Les empreintes sont uniques. Les flocons de neige sont uniques. Vous êtes unique. Mais votre entreprise ne l’est probablement pas. Ne prétendez pas être unique. Les clients n’attachent pas réellement d’importance à l’unicité. Ils veulent le « meilleur ». Montrez comment vous êtes le/la meilleur(e) et vous serez unique dans l’esprit de vos clients.

    8. Incroyablement

    En faisant un petit tour d’horizon des profils sur LinkedIn, vous retrouverez aussi quelques adverbes censés donner une description plus précise de la personne. Certains se présentent ainsi comme « incroyablement passionné(e) », « profondément perspicace », « extrêmement captivant(e) ». N’est-il pas suffisant d’être perspicace ou captivant(e) ? Êtes-vous vraiment obligé(e) d’être incroyablement passionné(e) ?

    Si vous tenez absolument à utiliser des adjectifs excessifs pour vous décrire, épargnez-nous au moins les adverbes superlatifs. Croyez-nous, on a compris.

    Source : Inc.com via > http://www.references.be/

  • Imprimer

    "CE N’EST PAS LA PEINE DE POSTULER SI L’ON NE CORRESPOND PAS AUX CRITÈRES"

    21_1490.jpg

    Trouvez les conseils et trucs d'entreprises qui recrutent régulièrement.

    Aujourd’hui, Mieke Horemans, Recruitment Manager chez ING, vous explique ce que l'on attend de vous en termes de cv, de lettre de motivation et d'entretien.

    Le CV: "Ne faites pas croire ce qui n’est pas vrai"

    "Chez ING, tout le processus de sollicitation se fait en ligne sur notre site, via un formulaire. Mais il est également toujours essentiel d’y ajouter un CV actualisé et, si possible, une lettre de motivation."

    "Ce que beaucoup de candidats font et que, pourtant, je déconseille fortement, c’est de postuler pour tout et n’importe quoi. Il faut lire attentivement la description de fonctionavant de postuler. Il ne faut évidemment pas s’arrêter si l’on ne correspond pas à 100% au profil idéal demandé, mais dans ce cas, il vaut mieux bien motiver sa candidature avec des arguments pertinents. Par contre, certains critères tels que le niveau d’études demandé sont des exigences incontournables." 

    "Le CV idéal contient les réponses à la question du recruteur : ‘Ce candidat a-t-il le profil recherché?’. Il doit également reprendre des éléments objectifs comme les études et les diplômes, ou encore la connaissance des langues. Et finalement, bien sûr, les expériences précédentes. Mais il ne faut élaborer et mettre en évidence que les fonctions antérieures qui sont pertinentes et ont une valeur ajoutée pour le poste convoité. Il conviendra donc d’adapter légèrement le CV selon les fonctions pour lesquelles on postule."

    "La structure compte aussi énormément : le CV doit être facile à lire et on doit pouvoir yretrouver les informations essentielles sans devoir fouiller dans le texte. Un CV bien structuré et ordonné fera toujours bonne impression."

    "L’honnêteté doit primer dans le CV, comme dans tout le processus de sélection. Ne faites donc pas croire ce qui n’est pas vrai : si vous avez poursuivi des études sans en avoir obtenu le diplôme, par exemple, ne cachez pas la vérité."

    "Une longue période de chômage ou une interruption d’activité ne joue pas forcément en la défaveur d’un candidat, tout comme le manque d’expérience d’un jeune diplômé. Mais il faut savoir alors mettre en avant des expériences alternatives, qui prouveront vos compétences et l’intérêt de votre profil, comme des activités de bénévolat, des formationscomplémentaires, un voyage autour du monde, ou encore un rôle dans un cercle d’étudiant."

    La lettre de motivation: "Ecrire le nom d’une autre entreprise : zéro crédibilité"

    "Cela semble évident, mais il est très important d’adapter la lettre de motivation à l’entreprise et au poste que vous convoitez, même si vous utilisez une lettre standard à la base. Il nous est déjà arrivé de recevoir des lettres de motivations où le nom d’une autre entreprise était mentionné. C’est bien évidemment le genre d’erreur qui est à éviter à tout prix : le candidat perd toute crédibilité."

    "Pour rédiger une bonne lettre, il faut partir de ce qui est demandé dans la description de fonction. Puis argumenter pourquoi vous êtes le candidat idéal : les atouts que vous possédez, mais aussi ce que vous pourrez développer dans cette fonction. Ici encore, il ne sert à rien de vous inventer des compétences: on ne se vend pas avec des qualités que l’on ne possède pas."

    L’entretien d'embauche: "Bien se préparer pour montrer son intérêt"

    "Avant tout, il faut bien se préparer pour l’entretien. Pour commencer, vous savez grâce à la description de fonction quelles sont les compétences recherchées. Réfléchissez donc déjà à celles que vous possédez et trouvez des exemples concrets qui le démontrent. Attendez-vous aussi à une question du recruteur sur vos qualités et vos défauts, préparez-vous donc à y répondre, notamment en expliquant en quoi cette fonction vous permettra de combler vos éventuelles ‘défaillances’."

    "Prenez soin aussi de vous renseigner sur l’entreprise en question. Pour vous donner une anecdote, nous avons une fois rencontré un candidat qui, à la question ‘Que savez-vous sur ING’, nous a répondu ‘Pour être honnête, rien.’ Ce candidat était peut-être très compétent, mais une telle réponse témoigne d’un réel manque d’intérêt pour notre organisation, et c’est indéniablement un mauvais point."

    "Pour les jeunes qui n’ont encore eu (presque) aucun contact avec le monde du travail, il peut être plus difficile de répondre à certaines questions, lorsqu’il faut se projeter dans une situation professionnelle par exemple. Mais une absence totale de réponse ne serait tout de même pas excusable car il existe suffisamment de sources d’informations (internet, des connaissances, des événements de recrutements) pour pallier ce manque d’expérience."

    "Il est aussi recommandé de poser des questions. Qu’un candidat ne pose aucune question lors de l’entretien semble étonnant et est aussi interprété comme un manque d’intérêt. Les questions pertinentes à poser varient évidemment selon les fonctions, mais l’on peut par exemple se renseigner sur l’environnement de travail, sur les collègues avec qui l’on devrait collaborer, sur le type de leadership privilégié dans l’entreprise. Des questions techniques, par exemple ‘Utilisez-vous la méthode de calcul X ?’ peuvent aussi démontrer vos propres connaissances du domaine dans lequel vous postulez."

    "La question du salaire, si elle n’est pas abordée par le recruteur lui-même, peut évidemment être mise sur la table. Il est normal et logique que le candidat s’interroge à ce sujet. Mais il vaut tout de même mieux ne pas l’aborder trop rapidement. D’autres sujets sont considérés comme plus importants."

    Source > http://www.references.be

  • Imprimer

    8 RAISONS POUR LESQUELLES ON NE VOUS RAPPELLE PAS APRÈS UN ENTRETIEN

    shutterstock_137194466b.jpg

    Ce n’est pas la même chose de rester sans réponse après avoir envoyé un CV ou une lettre de motivation ou après un entretien d’embauche.

    Les choses deviennent plus personnelles après un entretien. Vous avez passé une première étape de sélection, vous avez vu le recruteur en face, vous vous êtes rendu(e) dans les locaux de l’entreprise. Vous avez nourri certains espoirs. Et maintenant, vous attendez nerveusement à côté du téléphone. Vous vérifiez votre Gsm toutes les 5 minutes, vous appelez votre messagerie vocale juste pour voir (peut-être y a-t-il eu un bug et ne vous a-t-elle pas averti(e) que vous aviez un nouveau message vocal)… et rien.

    Voici 8 raisons qui pourraient expliquer pourquoi on ne vous rappelle pas après un entretien d’embauche.

    1. Vous n’avez pas donné suite à l’entretien

    C’est une erreur classique : vous attendez que votre futur employeur potentiel vous rappelle après une interview. Or, c’est à vous de faire le premier pas ! Demandez un feedback dans les règles de l’art, pour montrer que vous vous intéressez à l’entreprise et au poste vacant et que vous avez suffisamment de recul et de maturité pour affronter les critiques éventuelles. Il est indispensable de vous manifester après un entretien d’embauche. C’est ce qui vous distinguera de vos concurrent(e)s.

    2. Vos coordonnées sont erronées ou perdues

    Vous devez mentionner vos coordonnées sur votre lettre de motivation, même si elles figurent déjà sur votre CV. Ces deux documents peuvent parfaitement être séparés à un moment ou un autre, le recruteur peut en égarer un. Il est donc essentiel de couvrir vos arrières. Vérifiez également l’exactitude de vos coordonnées, plutôt deux fois qu’une. Une faute de frappe est vite arrivée…

    3. Le recruteur prend son temps

    Si votre poste est une nouvelle fonction, l’employeur peut ne pas être pressé de l’attribuer. Il aura plutôt tendance à vouloir interviewer un maximum de candidats et de passer en revue des profils très variés.

    Vérifiez la date à laquelle vous avez passé l’entretien d’embauche : si c’est juste après la publication de l’annonce, vous faites sûrement partie des premiers candidats à avoir été entendu. Vous allez devoir prendre votre mal en patience.

    4. Ils sont en congé

    Eh oui, les recruteurs et les employeurs prennent des congés comme tout le monde. Ils peuvent parfaitement partir en vacances après avoir effectué une série d’entretiens d’embauche et prendre leur décision une fois rentrés. C’est généralement le cas en été ou pendant la période des fêtes.

    5. Le budget n’est pas encore bouclé

    Le budget détermine le salaire du nouvel employé et si nouvel employé il y aura. Les changements de budget sont très fréquents et arrivent n’importe quand. Il est possible qu’on vous ait fait passer une interview et que, malgré tout, les employeurs soient dans l’attente des chiffres finaux du budget pour prendre leur décision.

    6. Ils n’ont pas le temps

    N’oubliez pas que votre engagement n’est pas la seule obsession du recruteur qui s’est occupé de vous. Par ailleurs, il n’est pas le seul impliqué dans votre processus d’embauche. S’il s’agit d’une période particulièrement chargée pour l’entreprise, il se peut que votre recrutement soit moins prioritaire.

    7. Le poste a été donné à quelqu’un d’autre

    Le poste peut avoir été donné à quelqu’un d’autre et le recruteur attend la réponse du candidat sélectionné. Celui-ci n’appellera pas les autres candidats tant que le contrat n’est pas signé. Ça peut prendre plus de temps que vous ne le pensez. Il se peut que le candidat choisi soit en vacances ou essaie de négocier son contrat.

    8. Le poste n’existe plus

    Des bouleversements peuvent venir chambouler toute l’organisation d’une entreprise et provoquer la suppression de postes, vacants ou non. Ce genre d’événements peut faire en sorte que des responsables oublient de vous contacter car ils ont d’autres choses sur le feu.

    Source : Savvysugar.com Via > http://www.references.be

  • Imprimer

    LANGAGE CORPOREL: 5 CONSEILS POUR SÉDUIRE LE RECRUTEUR

    27_1470.jpg

    C’est le grand moment : un entretien d’embauche pour un job dont vous rêvez. Gardez en tête ces 5 conseils pour améliorer votre communication non verbale et tout ira bien.

    1. La poignée de main

    La façon dont vous serrez la main de quelqu’un en dit énormément sur vous. Trois éléments constituent une bonne poignée de main:

    - Vos mains doivent être  propres et soignées.

    - Des mains chaudes donnent une sensation plus agréable que des mains froides.

    - Votre poignée de main doit être professionnelle: ferme et accompagnée d’un sourire aimable.  

    Lire aussi : Langage corporel: que révèle votre poignée de main

    2. Les yeux dans les yeux

    - Lorsque vous rencontrez votre éventuel futur patron, regardez-le dans les yeux et pensez ‘Waw, c’est fantastique de vous rencontrer!’ Un sourire apparaîtra automatiquement sur votre visage et sera communicatif.  

    - Pendant l’entretien, concentrez votre regard sur une petite surface du visage de votre interlocuteur. Faites glisser votre regard du sourcil gauche au nez puis revenez au sourcil droit.

    Attention: fixer les lèvres de quelqu’un peut avoir une connotation sexuelle, tandis que fixer le front peut être perçu comme condescendant.

    Lire aussi : Sourire: le début du succès

    3. Le dos droit

    Votre confiance en vous s’exprime dans la façon dont vous vous tenez. Si vous êtes ‘ratatiné’, vous ne transmettez de toute évidence pas énormément de confiance en vous. Tenez donc votre dos droit et votre menton légèrement vers le haut pendant votre entretien.

    4. Le langage des bras

    La façon dont vous utilisez vos bras révèle au recruteur à quel point vous êtes ouvert(e). Tenez vos bras le long du corps. Vous montrez ainsi que vous n’avez pas peur de saisir ce qui se présente.

    Lorsque vous faites des gestes, maintenez-les dans la sphère de votre corps, sinon vos mimiques sembleront incontrôlées.

    Evitez de croisez les bras, mais tenez plutôt les paumes légèrement vers le haut, un geste qui vous montrera ouvert et sympathique.

    Lire aussi : Les secrets du langage corporel en 7 images

    5. Les jambes au repos

    Lorsque l’on est nerveux ou tendu, on a tendance à gigoter les jambes. Ne vous trahissez pas et gardez donc les jambes le plus immobiles possible. Les jambes croisées peuvent aussi former une barrière entre vous et votre interlocuteur.  

    Lire aussi : Langage corporel: vos pieds et vos jambes vous trahissent

    Source: Careerbuilder via > http://www.references.be

  • Imprimer

    "OÙ VOUS VOYEZ-VOUS DANS 5 ANS ?" : LA BONNE RÉPONSE EN ENTRETIEN

    question_piege_entretien.jpg

    « Où vous voyez-vous dans 5 ans, 10 ans, 20 ans ? » Voici une question-piège typique en entretien d’embauche, qui prend bien souvent les candidats au dépourvu.

    Vous n’y avez peut-être simplement jamais réfléchi, ou cela ne vous semble de toute façon pas très important. Pourtant, pour faire bonne impression, mieux vaut préparer un minimum cette réponse, sous peine de suggérer au recruteur que votre avenir professionnel vous importe peu !

    Pourquoi poser cette question en entretien d’embauche ?

    Le recruteur veut simplement s’assurer qu’il pourra compter sur vous à plus ou moins long terme. Votre réponse lui permettra de juger votre ambition, votre motivation et votre fiabilité. Pas question par exemple, d’accorder un poste à responsabilités à quelqu’un qui dans 5 ans, se voit bien travailler à mi-temps à l'autre bout du pays.

    Il veut aussi se rassurer sur le fait que vous conviendrez au poste. Autant que votre réponse corresponde donc plus ou moins à un objectif atteignable en restant chez cet employeur. Vous devez donner l'impression de vouloir apprendre, et de vouloir le faire chez eux.

    Enfin, le recruteur cherche aussi à estimer si l’entreprise pourra vous aider à atteindre vos objectifs, ou si vous risquez d'être frustré à moyen terme.

    Comment répondre à «  Où vous voyez-vous dans 5 ans ? »

    Gardez en tête que vous devez prouver que vous êtes ambitieux mais réaliste, tout en restant conscient de votre valeur et de vos compétences.

    Globalement, vous pouvez presque toujours annoncer que vous aspirez à vous épanouir professionnellement au sein d'une société forte, et acquérir plus de responsabilités. Intégrez à ces éléments les enjeux et compétences propres à votre secteur ainsi que les missions de la fonction pour laquelle vous postulez : manager une équipe, suivi de projet, spécialisation...

    En manque d'inspiration ? Essayez de vous renseigner à l’avance auprès d’employés de la société (si vous n’en connaissez pas, allez glaner ces infos sur Linkedin), et observez les tendances. Dans telle entreprise, beaucoup d’employés ont commencé comme commerciaux, pour passer ensuite au marketing et finalement en chef de produit ? Voilà votre réponse !

    Alternatives

    Si vous n'avez vraiment aucune idée de votre situation dans cinq ans, vous pouvez tenter une pirouette en avouant que cinq ans, c'est long, mais que vous pouvez déjà dire vous espérez décrocher tel poste ou mener à bien tel projet d'ici un an.

    Vous pouvez également vous focaliser sur vos compétences au lieu de votre progression hiérarchique. "D'ici cinq ans, j'espère avoir bien développé mon analyse stratégique et mes qualités de manager", par exemple.

    A ne surtout pas répondre...

    Ces trois réponses pourraient vous passer par la tête, mais ne les formulez sous aucun prétexte !

    « Je me vois CEO de ma propre entreprise » : C’est le rêve de beaucoup de travailleurs, mais mieux vaut le garder pour vous. Le recruteur comprendra que vous n’envisagez pas de vous investir pour son entreprise sur le long terme.

    « A votre place ! » : Vous voulez jouez les provocateurs aux dents longues ? Cela risque fort peu de faire rire le recruteur. C’est en plus un objectif très peu réaliste.

    « Je me vois dans un hamac aux caraïbes, un cocktail à la main » : Je suppose qu’il ne faut pas vous faire un dessin... Ce genre de réponse indique que vous manquez d’ambition et que vous n’aimez pas beaucoup travailler.

    Source: TerraFemina.com, jobmachine.fr, keljob.com via > http://www.references.be

  • Imprimer

    "IL FAUT DEUX JOURS POUR PREPARER UN ENTRETIEN"

    preparation-entretien-13.jpg

    Francis Van den haute, formateur et consultant, père de la notion du "marketing de l'emploi", dépoussière le processus de recrutement et de candidature.

    Un entretien qui décape à certains moments... Le "spécialiste de la recherche d'un job" a passé plus de 20 ans en agence de pub à mettre sur pied d'innombrables campagnes et stratégies de communication.

    "Il y a une quinzaine d'années, je me suis régulièrement occupé de chantiers d' "outplacement collectif. J'étais effaré d'entendre les conseils de certains de mes collègues qui étaient d'anciens recruteurs. Dans cette matière, je suis désolé, mais les RH sont des ignares.... Est-ce que Procter & Gamble demande à sa cible de penser une campagne de pub à sa place?"

    Pour M. Van den Haute, un chercheur d'emploi doit jouer de la métaphore. Il est un produit, dont il devient le propre "chef de produit", qui doit se vendre à une cible définie: les entreprises ! "Il s'agit d'une opération marketing totale qui doit se mettre en branle. Ces techniques ont fait la preuve de leur capacité à convaincre... Le candidat doit pouvoir se poser la question suivante: comment puis-je insérer mon profil, mon service dans la vie du recruteur ou de l'entreprise?"

    La raison prinicpale de son combat? "Trop souvent, les candidats sont totalement à côté de la situation. Ils ne parviennent pas non plus à parler d'eux-mêmes de façon claire et convaincante..."'

    Les 3 clés du "marketing de l'emploi"

    1. Avant de coucher sur papier un CV, il faut partir d'une stratégie: Cette première étape exige une certaine introspection. Le candidat doit partir à la recherche de lui-même. Le candidat devra revisiter sa vie et son parcours professionnel. Quels en furent les succès et les échecs? En quoi peut-il apporter un vrai plus à une société? Il doit renverser l'équation. Je demande un emploi à un recruteur? Non, en réalité je lui offre mes services."

    2. Sur cette base, la rédaction du CV peut débuter.  Mais attention: "l'unique fonction du CV est de décrocher l'interview. Point à la ligne... C'est de l'ordre de la séduction. Donner envie au recruteur de décrocher son téléphone pour fixer un rendez-vous avec le candidat. Il faut agir comme un journal construit sa Une pour charmer le lecteur. Il faut attirer le regard et l'attention. Alors, non, ne vous limitez pas à deux pages de CV comme on vous le répète ! Et, de grâce, ne parler pas d'un CV mais de CV(s)!"

    3. Préparez votre interview de manière efficace. "Vous devez montrer de l'empathie à celui qui se trouve en face de vous, être attentif à ses problèmes. Vous devez incarner la solution, lui expliquer qu'avec vous les soucis vont disparaître, vous devez apaiser son angoisse. Une bonne préparation à un entretien d'embauche? Deux jours de travail selon le spécialiste...

    Francis Van den Haute poursuit son constat sans concession sur le recrutement. "Les recruteurs sont souvent aux abois lorsqu'enfin ils découvrent un candidat qui en vaut un peu la peine... Car sur dix personnes qui se présentent devant eux, neuf sont tout simplement lamentables. Pourquoi? Parce qu'ils ne s'y sont absolument pas préparés."

    En effet, l'interview n'est rien d'autre que la démonstration concrète de votre sérieux, votre préparation, votre détermination, votre professionnalisme. Mais pour cela conclut M. Van den Haute: "Il faut un minimum être fier de soi, s'apprécier et avoir un bon mental. C'est l'unique manière de convaincre...".

    Source > Laurent Depré via > http://www.references.be

  • Imprimer

    "UN ENTRETIEN D'EMBAUCHE N'EST PAS L'ENDROIT POUR EXPRIMER UNE RÉVOLTE..."

    Entretien embauche.jpg

    Ce moment est souvent vécu comme une expérience stressante par les candidats.

    Si le recruteur a l'avantage d'avoir vue sur votre CV, il ne vous connaît pas. Il est aussi une énigme pour vous. Comment faire bonne impression ?

    "Beaucoup de personnes se présentent en entretien avec des appréhensions. C'est normal d'être stressé mais sachez maîtrisez vos signaux. Le recruteur ne vous convoque pas pour vous bombarder de questions piège. Il va surtout tenter de vous comprendre, de cerner qui vous êtes", explique Christiane Van Bedts, administratrice de CVB & Associés.

    Comment préparer son entretien ?

    " Pour situer l'entreprise, il est important, entre autres, de lire son rapport d'activités. On peut aussi chercher des informations auprès de son réseau. Par ailleurs, il faut s'enquérir avant l'entretien du rôle de votre interlocuteur : a-t-il des responsabilités managériales, opérationnelles… ? ", suggère l'experte.

    Le but d'un entretien est d'annoncer de manière concrète et pragmatique ce qu'on peut apporter à l'employeur. Et de vérifier si les attentes de l'entreprise correspondent aux valeurs du candidat. Et vice-versa.

    Quels atouts mettre en valeur si l'on a peu d'expérience ?

    " Le diplôme ne fait pas tout ! Un recruteur sera, par exemple, attentif aux résultats réalisés en stages et les moyens mis en œuvre pour y parvenir. Le candidat doit donc être capable de les expliquer. Il est nécessaire aussi d'être bien à l'écoute du recruteur en entretien et ne pas hésiter à ajuster son projet professionnel à l'entreprise, si vous souhaitez réellement occuper ce poste ".

    Comment séduire le recruteur?

    " Essayez au maximum de rester vous-mêmes. Ne vous déguisez pas et essayez de trouver la tenue qui correspond à la profession. Un entretien n'est pas l'endroit pour exprimer une appartenance, une révolte ou une modernité excessive. Le recruteur vous analyse à travers ses propres grilles, explique l'experte en outplacement.

    Il faut rester sympathique car personne n'est attiré par quelqu'un de mesquin, tatillon ou triste. Vous devez rayonner; susciter l'envie. Cependant n'en faites pas trop, il est inutile de lister vos qualités. Quelques phrases courtes et mots biens choisis peuvent jouer en votre faveur ".

    Comment défendre ses différences en entretien ?

    " Pas mal de recruteurs ont des idées arrêtées et préconçues, ils ont peur de présenter à leur client quelqu'un de différent confie Christiane Van Bedts, administratrice de CVB & Associés. Ce sera au candidat qui affiche cette différence d'exprimer tout ce que cela pourra apporter à l'entreprise. Il faut toujours rassurer les recruteurs ou certains recruteurs. Sachant cela, préparez bien les questions qui vous mettent mal à l'aise ! ".

    Source > http://www.references.be

  • Imprimer

    INFO BOULOT > 5 CHOSES À CACHER EN ENTRETIEN D'EMBAUCHE

    shutterstock_79903759_0.jpg

    Face au recruteur, il faut se présenter sous son meilleur jour. Mettre toutes vos compétences en valeur et vendre votre talent. Sans mentir, bien sûr ! Mais parfois, mieux vaut malgré tout commettre quelques mensonges par omission… Voici 5 informations à passer sous silence si vous voulez que votre entretien se passe bien.

    1. Vous détestez votre ancien travail

    Le fait de ne pas s’entendre avec son boss est une des causes principales de démission. Si c’est votre cas et que le recruteur vous demande pourquoi vous avez quitté votre emploi, évitez de critiquer avec virulence votre ancien employeur. Le recruteur pourrait en déduire que vous être arrogant, entêté et que vous ne savez pas vous remettre en cause (après tout, il faut être deux dans un conflit).

    2. Vous avez postulé par dépit

    La plupart de vos candidatures sont restées sans réponse, et vous vous retrouvez à passer un entretien dans une boîte qui ne vous intéresse pas trop ? Ne laissez surtout pas transparaître votre état d’esprit au recruteur. Maintenant que vous êtes là, faites de votre mieux : c’est souvent l’enthousiasme d’un candidat qui le démarque des autres.

    3. Vous n’aimez pas travailler en équipe

    Cela peut arriver à tout le monde de préférer travailler seul plutôt qu’en groupe. Cependant, c’est souvent mal vu en entreprise, milieu social par excellence. Même si la fonction pour laquelle vous postulez est assez autonome, vous serez obligé de collaborer avec vos collègues tôt ou tard. Evitez donc d’aborder ce point en entretien.

    4. Vous êtes systématiquement en retard/ tête en l’air

    Répondre à la question « Citez-moi trois de vos défauts » est extrêmement périlleux. Il s’agit en effet de donner des défauts qui n’en sont pas vraiment. Evitez donc à tout prix d’avouer que vous avez beaucoup de mal avec la ponctualité : c’est souvent un défaut rédhibitoire. La mauvaise orthographe ou le fait d’avoir du mal à rester concentré sont aussi des tares impardonnables pour les recruteurs.

    5. Votre hobby est étrange et nécessite beaucoup de temps

    Tout le monde ne peut pas pratiquer le judo ou le football. Cependant, certains hobbies sont plus appréciées que d’autres sur un CV. Il n’y a rien d’honteux à collectionner les nains de jardins ou construire des monuments en allumettes… Mais mieux vaut le cacher au recruteur lors de l’entretien, au risque de vous décrédibiliser. Pareil si vous vous rendez chaque jour au stand de tir ou si vous pouvez passer des heures à jouer aux Warhammers ou au poker en ligne. Gardez-ça pour vous !

    Source : Terra Femina via > http://www.references.be