cv - Page 3

  • Imprimer

    VOTRE CV EST TROP LONG ? LES ÉLÉMENTS À SUPPRIMER

    nalezen_83464114.jpg

    Deux pages: c’est la longueur idéale pour un CV.

    Les spécialistes RH martèlent d'ailleurs qu’un CV trop long vous fait perdre instantanément vos chances d’être convoqué à un entretien.

    Pour ceux qui ont déjà quelques années d’expérience au compteur, cela signifie donc qu'il faut couper dedans. Mais quels éléments supprimer, et quels éléments garder ?

    1. Expérience

    On garde

    Pour chaque expérience pertinente, mentionnez quelles compétences vous avez mis à profit et quels résultats vous avez obtenus. Adaptez systématiquement ces informations en fonction du poste pour lequel vous postulez.

    On supprime

    Si vous avez travaillé pendant de courtes périodes, ne mentionnez pas ces emplois sur votre CV. L’expérience acquise ne sera probablement pas pertinente de toute façon, et vous pourriez donner l’impression que vous êtes un jobhopper. Ne mentionnez un stage ou un job temporaire que s’il correspond tout à fait à l’offre d’emploi.

    2. Informations de contact

    On garde

    Mentionnez absolument votre numéro de téléphone privé et votre adresse e-mail.

    On supprime

    Ne mentionnez pas votre adresse e-mail professionnelle actuelle ou le téléphone de votre bureau.

    3. Réseaux sociaux

    On garde

    Indiquez le lien vers votre profil Linkedin, mais seulement si vous l’avez rempli avec professionnalisme. Examinez votre profil avant de le lier à votre CV. Soyez sûr que tout ce que vous mentionnez sur Linkedin correspond à ce qui se trouve sur votre CV.

    On supprime

    Ne placez pas de lien vers votre profil Facebook personnel ou d’autres réseaux que vous utilisez juste pour échanger avec vos amis. Un lien vers votre profil Twitter peut être utile si vous l’utilisez pour partager des informations de votre secteur, mais pas s’il ne vous sert qu’à live-tweeter des télé-crochets et partager vos photos de burgers.

    4. Les ‘trous’

    On garde

    Ne cherchez pas à dissimuler une année sabbatique ou une autre longue période d’inactivité professionnelle. Mentionnez toujours clairement la raison de celle-ci.

    On supprime

    Il n’est pas obligatoire d’expliciter tous les petits trous dans son CV, car ils ne sont pas anormaux au cours d’une carrière. De plus gros trous demandent eux un mot d’explication, sans quoi le recruteur pourrait penser que vous avez quelque chose à cacher.

    5. Antécédents

    On garde

    Si vous avez eu une expérience à l’étranger, mentionnez-le de façon explicite dans votre CV. Les entreprises qui ont des antennes à l’étranger verront cela comme un atout. Avoir étudié un semestre à l’étranger peut aussi être mis en avant.

    On supprime

    Ne racontez rien au recruteur de ce qu’il ne doit finalement pas savoir. Il est donc inutile de mentionner votre religion ou le pays dont vous êtes originaire. Ne mentionnez votre nationalité que si elle a une importance pour le poste (par exemple pour un emploi au gouvernement).

    6. Bénévolat

    On garde

    Mentionnez votre expérience de volontariat si elle correspond au job auquel pour lequel vous postulez. Le recruteur ne préférera pas nécessairement un candidat avec de l’expérience payée à quelqu’un qui a fait la même chose dans son temps libre.

    On supprime

    Ne mentionnez pas le travail bénévole qui n’a absolument aucun rapport avec le job pour lequel vous postulez. Si vous n’arrivez pas à déterminer clairement s’il y a un lien ou pas, demandez conseil à votre famille, vos amis ou votre mentor. S’ils ne voient pas de lien direct, le recruteur n’en verra probablement pas non plus.

    Source: Brazencareerist.com sur > http://www.references.be

  • Imprimer

    6 ACCROCHES ORIGINALES POUR VOTRE LETTRE DE MOTIVATION

    shutterstock_191155241.jpg

    En recherche d’emploi, le plus compliqué est de rédiger une candidature qui sorte suffisamment du lot pour décrocher un entretien. Car la concurrence est rude et si un recruteur reçoit plus de 200 CV pour une offre d’emploi, il va falloir se montrer particulièrement créatif pour que sa candidature ne vole pas à la poubelle

    Si vous n’êtes pas un adepte duCV créatif (parfois, il vaut mieux), il vous reste la lettre de motivation pour vous faire remarquer, dans le bon sens du terme.

    Voici 6 idées d’accroches de lettre de motivation pour attirer l’attention du recruteur dès les premières lignes.

    1. Des nombres

    Concis mais significatifs, les chiffres sont une bonne façon d’exposer vos réalisations de façon percutante au recruteur.

    Exemple : 640 heures. 50 volontaires. 8 semaines. C’est ce que nécessite l’organisation de l’exposition communale annuelle de Namur. En tant que professionnel de l’évènementiel, j’ai une grande expérience dans l’organisation d’évènements à succès et un grand respect des deadlines serrées. C’est pourquoi je pense être qualifié pour votre poste de Special Events Manager.

    2. La citation

    Cela peut sembler un peu cliché mais utilisée correctement, la citation peut capter l’attention du recruteur en un clin d’œil. Choisissez-la en rapport avec votre expérience, vos passions, et le poste pour lequel vous postulez.

    Exemple : Stephen R. Covey a dit “Les responsabilités engendrent la capacité de réaction”.  En tant que manager expérimenté, je pense que les responsabilités sont la clé du succès de tout environnement professionnel. Dans tous les postes de management que j’ai occupé, j’ai encouragé mes employés à prendre leurs responsabilités pour leurs succès comme leurs échecs, et c’est pourquoi mon style de leadership conviendrait parfaitement à ce poste.

    3. L’anecdote

    Raconter une histoire personnelle permet au recruteur d’entrevoir une facette plus intime de votre personnalité. car il ne cherche pas uniquement un candidat au profil idéal, mais aussi un futur collègue qui s’intègrera parfaitement dans la culture d’entreprise.

    Exemple : Je suis tombé amoureux du basketball dès mon plus jeune âge. Pas seulement parce que j’aimais le sport en lui-même, mais aussi parce que j’'étais fasciné par les nombres derrières les scores. Au vu de ma passion pour le sport et les chiffres, je pense être le candidat idéal pour le poste de Data Analyst aux Spirou Basket Club de Charleroi.

    4. Parlez de vos passions

    En plus de savoir pourquoi vous êtes qualifié pour le poste, le recruteur veut comprendre pourquoi vous avez choisi cette carrière. Il cherche des candidats passionnés, car ils sont bien plus motivés pour faire leur job.

    Exemple : Le content marketing, les médias sociaux, la recherche sont mes domaines d’expertise mais aussi mes passions. Je pense que ce sont des compétences indispensables à tout professionnel du marketing digital. Ces passions, combinées à mon enthousiasme, font de moi un excellent candidat au poste de Digital Media Manager chez ABC Marketing.

    5. L'engagement

    Lors de l’écriture de votre lettre de motivation, imaginez-vous déjà engagé, comme si vous discutiez à la machine à café avec un collègue qui vous demande pourquoi vous avez choisi cette entreprise.

    Exemple :Quand j’ai appris que Account Solution engageait, je savais que je devais postuler. J’ai toujours voulu faire partie d’une entreprise où je pouvais réellement faire la différence en tant que comptable. Non seulement vos clients sont incroyables, mais en plus la mission générale de l’entreprise colle complètement à mes valeurs.

    6. L’expéditif

    N’oubliez pas que les recruteurs n’ont pas le temps de lire toutes les candidatures. Donc soyez bref. Une introduction courte mais pleine d’impact rendra votre lettre de motivation très puissante. Vous inciterez ainsi le recruteur à lire la suite.

    Exemple : La nature et le design sont mes deux centres d'intérêt. Laissez-moi vous expliquez comment mon expérience du design vous aidera à protéger l’environnement.

    Source: jobs.aol.com > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • Imprimer

    LES ALGORITHMES RECRUTENT-ILS MIEUX QUE LES HUMAINS ?

    algorithme.jpg

     « Googliser » un candidat en demande d'emploi, ce n'est pas nouveau.

    Et si, à l'ère du Big Data, le sort des candidats à l'embauche était suspendu à la décision d'une simple équation ? Demain, adieu le CV. Des logiciels feront le tri pour les entreprises en scrutant et en analysant l'ensemble des traces numériques que nous laissons sur les réseaux sociaux.

    En 2012, déjà, une étude de Donald Kluemper, professeur de management à la Northern Illinois University, révélait qu'en passant dix minutes sur la page Facebook d'un candidat, on peut prédire plus efficacement les performances de l'intéressé qu'avec la plupart des tests de personnalité. La même année, Michal Kosinski, chercheur à l'Université de Cambridge et consultant pour Microsoft, a franchi un nouveau cap avec une étude de plus grande ampleur. Son équipe a mis au point un outil statistique capable de dresser un portrait psychologique intime et très détaillé d'un individu en fonction de ce qu'il like sur Facebook. Pour Kosinski, il est possible d'étendre ce modèle à toutes nos empreintes numériques et de révolutionner le recrutement. But ultime : évaluer des millions de candidats en quelques secondes avant d'en recevoir une poignée en entretien.

    Plus récemment, dans une étude reprise par le site de la Harvard Business Review, Nathan Kuncel et Deniz Ones, psychologues à l'Université du Minnesota, estiment qu'aujourd'hui, un algorithme est capable d'identifier, dans les CV, les données les plus en phase avec les critères recherchés par l'entreprise. Fini la discrimination, les erreurs d'évaluation subjective, le népotisme... Débarrassée de toute interprétation, son approche « objective » extrairait mieux les candidats qualifiés pour le poste.

    Pour le prouver, les chercheurs ont identifié des profils de salariés reconnus « meilleurs » que la moyenne sur différents critères : notation par leurs supérieurs, nombre de leurs promotions, capacité d'apprentissage, etc. L'algorithme aurait au moins 25 % de chances de plus de les identifier que l'humain. L'accès à l'emploi étant déjà fragilisé, risque-t-on d'assister à une nouvelle forme de darwinisme numérique ? Candidats et recruteurs risquent d'avoir du mal à avaler la pilule.

    Pourtant, des initiatives voient déjà le jour outre-Atlantique. C'est le cas de Gild, une boîte californienne spécialisée dans le recrutement de développeurs informatiques. Il y a deux ans, la start-up a créé un algorithme capable d'évaluer vos compétences en balayant sur internet 300 critères (sites fréquentés, contributions en ligne, qualité des commentaires sur Twitter ou sur les blogs...) et en les compilant. Gild dispose déjà d'un fichier de 8 millions de programmeurs dans 200 pays. Et selon son CEO, il suffirait d'y ajouter quelques filtres (région, par exemple) pour identifier la perle rare. La méritocratie version XXIe siècle ?

    L'accès à l'emploi étant déjà fragilisé, risque-t-on d'assister à une nouvelle forme de darwinisme numérique ?

    Source > Texte: Rafal Naczyk via > http://www.references.be

  • Imprimer

    10 INFORMATIONS A RETIRER DE VOTRE CV

    Dimanche09.jpg

    Un CV percutant ne doit comporter que les informations les plus essentielles à votre propos.

    Celles-ci doivent ressortir clairement et ne pas être noyées dans une foule de détails connexes, qui n’ont pas un rapport direct avec le poste que vous briguez. Voici 10 informations que vous devriez retirer de votre CV.

    1. Votre parcours scolaire avant l’université

    Bien sûr, si vous n’avez pas fait d’études supérieures, il est utile de mentionner le parcours que vous avez suivi en humanités. En revanche, si vous avez un diplôme d’études supérieures, vous pouvez sauter cette étape. Le recruteur ne se focalisera en effet que sur votre dernier diplôme.

    2. Vos grades

    Si l’entreprise n’en formule pas explicitement la demande, il n’y a aucune raison de mentionner les grades que vous avez obtenus au cours de vos études, a fortiori si vous êtes dans la vie active depuis longtemps. Votre expérience est plus pertinente que vos réussites théoriques à l’école.

    3. Votre photo

    A moins de postuler pour devenir mannequin, actrice ou Miss Belgique, les photos devraient en général être absentes des CV. Beaucoup de recruteurs n'apprécient pas recevoir des CV avec photo: cela peut donner une mauvaise impression, en plus de placer le recruteur dans une position délicate car il est interdit de discriminer le candidat sur son physique. Sauf si l’employeur le demande spécifiquement, votre visage n’a donc rien à faire sur votre CV.

    4. Des jobs de courte durée

    Si vous avez fait plusieurs petits boulots pendant une période relativement courte, il n’est pas forcément pertinent de les mentionner. Une accumulation de jobs dans ce genre peut donner l’impression que votre CV est décousu et que vous ne parvenez pas à mener votre barque vers un objectif bien précis. Vous pouvez faire une exception pour des jobs dans des entreprises prestigieuses, qui vous apporteraient une véritable plus-value pour le poste brigué. Idem si vous avez été longtemps sans emploi et que vous n’avez pas d’autres informations à mettre sur votre CV.

    5. Des compétences évidentes

    Il est inutile de préciser que vous êtes « efficace », « flexible », « sociable » ou « autonome ». Ce sont des qualités évidentes, que votre futur employeur potentiel exigera toujours de vous. Tâchez de vous focaliser sur des compétences plus originales et plus judicieuses, en rapport direct avec la fonction que vous postulez.

    6. Toute information qui peut être une source de discrimination

    Soyez prudent(e) avec les informations personnelles que vous mentionnez sur votre CV. Par exemple, tout ce qui a trait à la religion ou à votre couleur politique ne devrait pas y figurer, sauf si l’entreprise dans laquelle vous posez votre candidature se positionne clairement sur ces questions (si vous postulez par exemple auprès d’un parti politique, d’une ONG écologique, d’un centre féministe, etc.). De même, réfléchissez bien avant d’évoquer une association ou un groupe auxquels vous appartenez. Ils peuvent en dire long sur vos convictions. Bien sûr, si vous tenez à travailler pour une entreprise qui partage vos idéaux, vous pouvez laisser ces informations.

    7. Vos exigences salariales

    C’est un sujet assez délicat à aborder pour les candidats. Autant éviter d’en parler jusqu’à ce que le recruteur vous le demande spécifiquement. Attention alors à ne pas viser trop haut ou trop bas : donnez une fourchetteraisonnable (inspirez-vous pour cela de notre compas des salaires). Ne mentionnez en tout cas jamais cela sur votre CV : attendez les dernières étapes du processus de recrutement.

    8. Des mensonges

    Sur les CV, la ligne entre "embellir" et "mentir" est très souvent franchie. Prenez garde: la découverte de vos petites impostures peut vous coûter la perte du job de vos rêves! Le mensonge le plus courant est d’exagérer les période de travail prestées pour les anciens employeurs, pour cacher des périodes d'inactivité par exemple. Il y a de meilleures façon d'expliquer un trou dans votre CV...

    9. Des informations confidentielles 

    Si vous avez mis en contact avec des informations confidentielles au cours de vos emplois précédents, c'est bien sûr une preuve de responsabilité. Même si cela peut être tentant, ce n'est pas une raison pour les mentionner sur votre CV: cela montre que vous n'êtes pas digne de confiance. 

    10. Vos licenciements (et la cause et ceux-ci) 

    Restez toujours honnête. Malgré tout, votre CV doit vous mettre en valeur! Mentionner un licenciement aurait l'effet inverse. Ne mentionnez rien du tout: un mensonge par omission n'en est pas vraiment un: si le recruteur vous demande des explications, il faudra en donner. Soyez préparé à cette éventualité.

    Source : Business Insider et Fins.com – Via > http://www.references.be

  • Imprimer

    10 FACTEURS « ABSURDES » QUI INFLUENCENT VOS CHANCES D’ETRE ENGAGE

    job%20interview.jpg

    Bien sûr, vous avez plus de chances d’être recruté pour un poste si vous avez les compétences et les diplômes requis pour celui-ci.

    Sans oublier qui vaut mieux arriver à l’heure, bien habillé et bien préparé.

    Mais saviez-vous qu'il existe aussi beaucoup de paramètres à priori anodins qui influencent malgré tout la décision du recruteur ? Découvrez lesquels.

    1. L’heure de l’entretien

    Si vous pouvez choisir l’heure de votre entretien, prenez rendez-vous le mardi à 10h30. Un moment optimal selon Glassdoor, puisque nous sommes en général plus productifs et moins stressés le mardi. La tranche horaire de 10h30 permet aussi au recruteur d’avoir eu le temps de lire ses mails, de prendre un café et de régler les affaires urgentes avant de vous accueillir.

    2. Votre sentiment de puissance

    Vous avez les compétences, la confiance en vous, mais vous sentez-vous puissant ? Amy Cuddy, professeur à Harvard, recommande d'adopter des postures de puissance pendant 2 minutes avant l'entretien (seul, bien sûr). Bras ouverts, coudes à l'extérieur, menton levé: selon Cuddy, vous résisterez ainsi mieux à la douleur, aux critiques et aux risques et vous tiendrez un discours plus captivant.

    3. Votre façon de traiter le réceptionniste

    Pour savoir à qui ils ont affaire, certains recruteurs se renseignent sur ce que le réceptionniste a pensé de vous. Tony Hsieh, CEO de Zappos, déclare d’ailleurs qu’il interroge systématiquement le chauffeur de la navette qui a été récupérer le candidat à l’aéroport. Même si l’entretien s’est merveilleusement bien passé, il ne recrute pas une personne si elle a maltraité le chauffeur.

    4. Ce que vous buvez

    Si le recruteur vous propose quelque chose à boire, ne demandez pas du café (sauf s'il s’en prépare un de toute façon). Cela risque de l’agacer de devoir passer 10 minutes à vous préparer un café, surtout si une journée chargée l’attend. C’est en tout cas ce que pensent les auteurs du livre « Crazy Good Interviewing : How acting a little crazy can get you the job »…

    5. La couleur de vos vêtements

    D’après une enquête de CareerBuilder, mieux vaut porter du bleu, du noir, du gris ou du brun lors d’un premier entretien. Les couleurs plus criardes, en particulier l’orange, sont à éviter. Mais tout ceci dépend bien sûr de la fonction pour laquelle vous postulez. 

    6. Votre assise 

    Vous devez bien entendu faire preuve de politesse. Pour cela, montrez que vous respectez votre recruteur et son environnement en attendant d’être invité à vous asseoir pour le faire, ou en attendant qu’il le fasse en premier. Sur votre siège, tenez-vous droit et occupez le plus d’espace possible. 

    7. L’âge du recruteur 

    Trois générations se côtoient aujourd’hui sur le marché du travail. En termes de réunions, de rapport à la hiérarchie, de technologie et de rémunération, chaque génération possède ses propres valeurs et centres d’intérêt :pour mettre plus de chances de votre côté, adaptez vos réponses à l’âge du recruteur. 

    8. Les questions que vous posez 

    C’est une chose de pouvoir répondre correctement aux questions que vous posera le recruteur. Mais n’oubliez pas non plus de poser vous-même des questions à la fin de l’entretien, pour prouver que vous êtes intéressé et renseigné sur l’entreprise. Voici quelques exemples de questions intelligentes à poser. 

    9. La météo 

    D’après l’université de Toronto, on a moins de chance de réussir un entretien s'il pleut : en moyenne, 1% de chances en moins que les jours ensoleillés. Ce n’est pas grand-chose, mais si possible, évitez les jours de météo maussade pour votre entretien.

    10. Les concurrents

    Vous n’avez aucune prise sur ce paramètre, pourtant il peut se révéler déterminant. En effet, l’appréciation de votre entretien dépend aussi des autres candidats qui passent l’entretien ce jour-là. D’après une étude publiée dans Psychological Science, les recruteurs peinent à évaluer favorablement ou défavorablement plusieurs candidats dans la même journée. Par un souci d’équilibre inconscient, ils biaisent leur appréciation. Pas de chance si vous passez le même jour qu’un génie, donc…

    Source: journaldunet.com – Via > http://www.references.be

  • Imprimer

    FAUT-IL MENTIR SUR SON CV?

    Dimanche 15 21_1035.jpg

    Lorsque vous décidez de répondre à une offre d’emploi, vous pouvez être tenté d’inventer un petit mensonge pour donner l’impression que vous répondez aux nombreuses conditions demandées. Est-ce une bonne idée?

    Amélioration ou mensonge?

    La frontière entre rendre son CV plus attrayant et mentir est souvent difficile à établir. Mettre vos compétences en avant est un art que vous devez de toute évidence appliquer à votre CV. Mais mentir sur un diplôme ou des références peut être dangereux. Votre futur employeur peut en effet facilement vérifier les informations et votre ‘tricherie’ se retournerait contre vous.

    Trous dans le CV

    Ne camouflez pas les trous dans votre CV. Soyez honnêtes à leur sujet. Soyez toutefois prudent avec la raison de vos absences sur le marché du travail. Si vous avez fait une pause pour voyager ou pour vous occuper de votre famille, vous pouvez le mentionner sans problème. Dans d’autres cas, par exemple un conflit professionnel, il vaut mieux ne pas en parler. Préparez-vous donc bien aux questions que le recruteur ne manquera pas de vous poser à l’entretien.

    Ethique

    S’ils sont découverts par le recruteur, vos mensonges feront très mauvaise impression. Ils en disent en effet long sur vous et votre éthique professionnelle, et le recruteur n’hésitera pas à en tirer des conclusions.

    Source > http://www.references.be

  • Imprimer

    4 MENSONGES A EVITER EN ENTRETIEN

    shutterstock_103227926b.jpg

    Les candidats qui mentent pendant leur entretien d’embauche ou sur leur CV risquent d’être confrontés à des complications au cours du processus de recrutement.

    Beaucoup d’entre eux s’inquiètent de ce que le recruteur ne découvre la vérité. Il est toujours bon d’être honnête, même si vous devriez parfois attendre que l’on vous pose la question avant de dévoiler certaines informations. Voici quatre mensonges dont vous devriez vous garder :

    1. Oui, je vis ici, en quelques sortes

    Si vous avez utilisé une autre adresse sur votre CV pour vous rapprocher sur papier de l’endroit où est implantée l’entreprise, ne mentez pas à ce sujet en entretien. Si le recruteur vous demande où vous vivez, mentionnez votre adresse actuelle, tout en précisant que vous êtes prêt(e) à déménager pour le job. Malheureusement, vous allez devoir faire la navette à chaque étape du processus de recrutement.

    2. J’avais un salaire très confortable

    Si le recruteur vous demande combien vous gagniez pour votre précédant travail, vous pourriez vous dire qu’il n’y a pas de mal à gonfler un peu les chiffres. N’oubliez jamais que le recruteur peut se renseigner auprès de votre ancien employeur. S’il découvre que vous avez menti au sujet de votre salaire, vous passerez pour opportuniste. Si vous ne voulez pas dévoiler votre ancien salaire, dites simplement que vous ne pensez pas que la chose soit pertinente pour le sujet qui vous occupe. En revanche, vous pouvez négocier votre salaire en mentionnant un montant précis sans toutefois le relier à votre salaire précédent, mais bien en avançant une série d’éléments déterminant votre valeur actuelle.

    3. Grande distinction, chaque année

    Ne mentez jamais sur les grades que vous avez obtenus à l’université (ou à l’école) pour vous mettre en valeur. Certaines entreprises demandent une copie de votre diplôme (avec les annexes sur lesquelles les grades sont mentionnés) ou se renseignent auprès de votre ancienne institution scolaire.

    4. Non, je n’ai pas été licencié(e)

    Étant donné la conjoncture économique, de nombreux candidats à la recherche d’un emploi ont été initialement licenciés. Ne cachez pas ce fait à votre recruteur. Il n’y a aucune honte à avoir. Évitez toutefois de vous attarder sur les détails, en particulier si vous éprouvez du ressentiment. Concentrez-vous plutôt sur ce que cette expérience vous a enseigné.
    La règle la plus importante en entretien d’embauche est l’honnêteté. Si l’on vous pose des questions qui vous mettent mal à l’aise, il y a toujours une façon polie et distinguée de les éluder.

    Source : Savvysugar.com

  • Imprimer

    8 NOUVELLES ASTUCES POUR VOTRE LETTRE DE MOTIVATION

    shutterstock_108889619_0.jpg

    Autrefois, votre lettre de motivation parlait surtout de... vous !

     

    Les choses ont changé. La lettre de motivation des temps modernes doit être centrée avant tout sur l’entreprise à laquelle elle est adressée. Fini le temps où vous pouviez consacrer quelques paragraphes à détailler vos propres accomplissements. Aujourd’hui, vous devez faire montre d’un intérêt réel pour l’entreprise cible et prouver que vous savez comment l’aider. Vous devez montrer comment vous ferez la différence pour cette compagnie.

    Plus facile à dire qu’à faire. En particulier lorsque vous essayez de vous distinguer parmi des douzaines ou des centaines d’autres candidats.

     

    Voici les nouvelles règles qui vous guideront dans la rédaction de votre lettre de motivation.

     1. Soyez bref : votre lettre doit être lue en 10 secondes

    La longueur idéale d’une lettre de motivation ? Trois paragraphes. Le premier doit consister en une introduction. Le deuxième doit être le cœur de votre message. Vous conclurez dans le troisième paragraphe. Le recruteur qui jettera un œil à votre lettre ne vous consacrera que 10 secondes, ou moins. Il veut lire une lettre succincte.

     2. Accrochez votre lecteur dès la première phrase

    « C’est avec beaucoup d’intérêt que j’ai lu votre offre d’emploi pour ... » Voilà la phrase d’introduction idéale pour perdre l’attention de votre lecteur. C’est d’un banal des plus ennuyeux. Si vous postulez en ligne, le recruteur sait déjà quel poste vous briguez et que vous écrivez pour postuler. Au lieu de cela, tentez une phrase professionnelle mais audacieuse, qui attise l’intérêt de votre lecteur. Vous pouvez essayer un : « Vous cherchez un gourou dynamique du marketing ? Arrêtez de chercher. Me voilà ! 

     3. Choisissez deux ou trois compétences citées dans l’annonce et montrez que vous les avez

     

    Lisez attentivement l’offre d’emploi et identifiez le top deux ou trois des compétences que doit posséder le candidat idéal. Utilisez ensuite votre lettre de motivation pour démontrer que vous possédez ces compétences, en donnant des exemples de la façon dont vous les avez utilisées dans le passé. Montrez que vous avez de quoi faire la différence dès le premier jour.

     4. Illustrez vos atouts par des chiffres et des statistiques

    C’est bien beau de dire que vous avez de l’expérience en matière de médias sociaux. Mais c’est mieux, bien mieux, de dire que vous avez mené une superbe campagne de médias sociaux, qui a généré 3,2 millions de followers et qui a augmenté de 3% les bénéfices de la boîte. Vous devez montrer que vous êtes axé(e) sur les résultats et que vous savez faire profiter une nouvelle boîte de vos succès précédents

     5. Ne vous contentez pas de mettre votre CV sous forme de paragraphes

    La lettre de motivation est sensée montrer votre intérêt pour l’entreprise et mettre en avant vos meilleurs atouts pour le poste. Vous ne devez donc pas dresser la liste des moindre de vos tâches et réalisations. Si vous avez remporté un prix exceptionnel ou dirigé un projet extraordinaire, vous devez le mentionner dans votre lettre. Évoquez également les boulots précédents qui sont spécifiquement liés aux compétences et aux expériences recherchées par le recruteur

    6. Adressez votre lettre directement au recruteur             

    Rien n’envoie de signal plus fort de « Je me fous totalement de votre entreprise » qu’une phrase d’introduction du genre « À qui cela peut intéresser ». C’était peut-être encore passable avant l’avènement des technologies modernes, mais aujourd’hui quelques clics dans Google ou un coup de fil peuvent vous donner le nom du recruteur. Celui-ci vous saura gré de vous adresser directement à lui (pour autant que vous épeliez correctement son nom !). Il saura que vous avez passé du temps à chercher des infos sur l’entreprise et la fonction.  

     7. Adaptez votre ton à la culture de l’entreprise        

    Vous pouvez postuler dans une entreprise multinationale, dans une startup ou dans une PME. Mais toutes les entreprises ont un profil différent, dans leur mission et dans leur culture. Pour marquer des points auprès de votre futur employeur, vous devez adopter le ton adapté à l’esprit de l’entreprise cible. Si l’entreprise que vous briguez est plutôt familiale, votre lettre peut être plus informelle et s’arrêter sur quelques anecdotes comiques, qui montreront que vous êtes facile à vivre. En revanche, si la société est formelle, vous feriez mieux de recourir à des expressions traditionnelles, comme « Cher Monsieur/Chère Madame » et de rester très factuel. 

     8. Relisez attentivement votre lettre et soumettez-là à un relecteur             

    Vous ne voulez surtout pas que l’on se souvienne de vous comme de la personne qui a remis un torchon. Relisez donc, relisez et relisez encore. Demandez également à un(e) ami(e) de revoir votre copie. Des fautes de frappe, de grammaire ou d’orthographe sont typiques de la distraction et vous seront fatales aux yeux du recruteur. Sauvez votre candidature de la poubelle.

    Source: Business Insider via > http://www.references.be