conseils - Page 7

  • Imprimer

    CONSEILS VACANCES > FAIRE FACE À UNE SURRÉSERVATION D'UNE COMPAGNIE AÉRIENNE

    hannut,blog,conseils,vacancesUne compagnie aérienne qui refuse l'accès à un avion à un client muni d'un billet valable en raison d'un manque de siège dans l'avion est tenue de verser une indemnisation.

    Cette pratique n'est pas l'apanage des petites compagnies aériennes. Les grandes aussi cherchent à remplir au maximum leurs avions et limiter le nombre de sièges vides.

    Comme elles ne sont pas l'abri d'une annulation, elles effectuent ce qu'on appelle du surbooking : elles vendent plus de places d'avion qu'elles n'en disposent. Si cette mésaventure vous arrive depuis ou à destination d'un aéroport de l'Union européenne, vous obtiendrez une indemnisation.

    Celle-ci est proportionnelle à la déconvenue. Souvent cela prend la forme d'un siège sur un prochain départ dans une classe supérieure. Votre voyage est ainsi décalé que de quelques heures. Mais si les incidences sont plus lourdes : départ reporté dans plusieurs jours, correspondance manquée... Là, vous pouvez obtenir un remboursement de tous vos frais.

    Mais il faut lire les conditions de remboursement et de prises en charge. Surtout si à la réservation la compagnie aérienne vous avez prévenu que sur ce vol il y avait plus de réservation que de sièges disponibles.

    Source > http://www.linternaute.com

  • Imprimer

    INFO > BOULOT >10 CONSEILS CARRIÈRE AUX 'VINGTENAIRES'

    36.jpgVingt ans… Difficile à cet âge-là de compter sur une solide expérience, mais cela n’empêche pas de vouloir se bâtir une carrière et atteindre ses objectifs professionnels. La coach de carrière américaine Melanie Axman a dressé une liste de conseils avisés, presque maternels, pour les jeunes professionnels.

    1. Une carrière toute tracée, cela n’existe pas > Il est impossible de planifier à l’avance toute sa carrière. Vous atterrirez peut-être dans des secteurs pour lesquels vous n’aviez jamais imaginé travailler un jour. Essayez de tirer profit de toutes vos expériences.

    2. Collaborer avec des collègues que vous ne supportez pas est bon pour votre épanouissement > L’environnement de travail parfait n’existe pas. Les egos et ambitions de chacun s’affrontent régulièrement. Qui plus est, vous ne pouvez pas changer aussi facilement des personnalités fortes. Apprenez donc à vivre avec les autres. Votre carrière en sortira grandie.

    3. Cherchez du travail là où vous êtes apprécié(e) > D’accord, tout le monde est remplaçable et il existe sûrement plein d’autres personnes qui pourraient tout aussi bien faire votre travail. Il existe toutefois des environnements dans lesquels vous vous sentez à votre place et où vous ne souhaitez pas que l’on vous remplace. Essayez donc également de ne pas en partir trop vite.

    4. La crise peut contrarier votre plan de carrière > Trouver un job qui nous convienne n’est plus aussi simple qu’il y a dix ans. Crise oblige, nombreux sont ceux à devoir se contenter de ce qu’ils peuvent trouver. Si vous avez fini vos études, il peut être intéressant de suivre une autre formation supplémentaire au lieu de vous lancer immédiatement sur le marché du travail.

    Lire la suite

  • Imprimer

    JURER UN BON COUP, ÇA CALME LA DOULEUR !

    vr-pijn-hoofd-psych-stress-170_560_04.jpgJurer un bon coup permet d’apaiser la sensation de douleur, affirme un spécialiste britannique, qui a réalisé une nouvelle étude sur le sujet.

    Nouvelle étude signifie donc forcément qu’il y en avait eu une autre auparavant. Et la première avait été auréolée du redouté prix Ig Nobel, décerné aux recherches scientifiques les plus… improbables. Pour ceux qui ne connaissent pas cette « distinction », un petit tour sur Wikipédia s’impose.

    Toujours est-il, donc, que le Pr Richard Stephens (Keele University) a remis cela. Lors de son étude initiale, il avait demandé à des volontaires de plonger leurs mains dans de l’eau glacée ; et avait observé que ceux qui proféraient des grossièretés – des hommes, pour l’écrasante majorité - « résistaient » environ quarante secondes de plus que les autres. Le souci, c’est que ce « bénéfice » ne concernait qu’une partie des adeptes du juron. Question : pourquoi eux, et pas les autres ?

    L'effet d'accoutumance nuit à l'efficacité

    Comme l’explique le Dr Christian Geny (« Journal international de médecine »), « il a décidé de reproduire l’expérience, en soumettant cette fois un questionnaire aux participants, destiné à évaluer la fréquence quotidienne des jurons ». Une centaine de.. cobayes s’y sont collés, et ont à leur tour baigné leurs mains dans une eau à 5°C. Résultat (détaillé dans le très sérieux « Journal of Pain ») : le juron augmente la résistance à la douleur, mais nettement moins chez ceux qui ont l'habitude de jurer à longueur de journée ! Autrement dit, l’effet est contrecarré par l’accoutumance.

    Quant à l’explication de cet impact bénéfique, elle serait de nature émotionnelle, encore que cet aspect fera l’objet… d’une autre étude.

    Source > http://www.passionsante.be

  • Imprimer

    INFO BOULOT > SETP CONSEILS POUR NE PLUS ÊTRE EN RETARD

    Vous êtes systématiquement en retard ? En plus d’agacer votre entourage, votre
    22.jpgmanque de ponctualité peut également vous causer des ennuis au travail. Voici quelques trucs pour changer vos habitudes…

    Un classique : avancez l’heure de 5 minutes sur votre montre, votre horloge, votre portable, votre téléphone… Ensuite, tâchez d’oublier le stratagème !

    Utilisez au maximum la fonction ‘alarme’ ou ‘rappel’ de votre GSM. Prévoyez à chaque fois une alarme pour vous rappeler qu’il est temps de partir à votre rendez-vous.

    Mettez-vous au vélo ! Plus d’embouteillages, plus besoin de chercher une place de parking pendant des heures. Et en prime, vous faites du sport.

    Répétez-vous tous les avantages que vous gagnez en arrivant à l’heure : avoir la meilleure place, ne pas arriver à votre rendez-vous hors d’haleine, ne pas stresser, pouvoir observer le terrain…

    Si malgré tout vous êtes en retard, forcez-vous à prévenir la personne qui vous attend. Envoyez un sms ou passez-lui un coup de fil, cela vous permettra d’être face à vos responsabilités.

    Connaissez-vous le tableau de Dali appelé ‘Les Montres Molles’ ? Imaginez que c’est vous qui dégoulinez. De grossièreté et d’irrespect.

    Rien n’y fait, vous êtes encore et toujours en retard ? Il faut dans ce cas penser à consulter un spécialiste : accumuler les retards peut en effet être symptomatique d’une angoisse profonde de la pression sociale et familiale de la réussite.

    Source  > http://www.references.be > : l’entreprise

  • Imprimer

    PARTIR ET TRAVAILLER A L’ETRANGER ! Comment l’envisager ?

    A partir de ce jour, une nouvelle rubrique intitulée > INFO BOULOT dans laquelle, je m'efforcerai de temps a autre de vous donner quelques conseils utiles & des informations pertinentes !

    travailler-étranger.jpgPartir et travailler… hors de son pré carré

    La mondialisation donne des ailes. Pour venir tenter sa chance en Belgique, terre d’accueil de nombreux expatriés, ou pour battre les sentiers du monde, à la recherche d’un défi professionnel qui dopera un CV. Bonne nouvelle : les entreprises offrent de plus en plus d’opportunités.

    Près d’un employeur sur quatre dans le monde recrute désormais au-delà de ses frontières nationales. En Belgique, selon la dernière enquête de Manpower sur la migration des talents, 21 % des employeurs sont contraints de chercher des profils à l’étranger. Certains d’entre eux se retrouveront à l’International Day 2012, le salon dédié à l’implantation professionnelle à l’international qui se tiendra ce 13 février au Stade Roi Baudouin à Bruxelles *.

     « La mobilité des personnes est de nos jours de plus en plus internationale. Le Belge n’hésite plus à partir travailler quelques années aux États-Unis ou en Chine et inversement, de plus en plus de ressortissants de pays étrangers cherchent du travail en Belgique », commentent les organisateurs de cet événement. « En tant que capitale de l’Europe et siège de différentes organisations et entreprises internationales, Bruxelles pourrait devenir le carrefour de contacts internationaux entre acteurs du monde de l’emploi. »

    Le propos est confirmé par Damien Van Thielen, en charge de l’unité Borderless Talent Solutions chez Manpower, qui aide précisément les entreprises à dénicher ces perles rares à l’étranger. « D’un côté, notre travail est facilité par le fait que le nombre de candidats ouverts à une carrière à l’international augmente. Mais il est tout aussi clair que, pour certains profils, la pénurie est telle que notre travail de mise en concordance de l’offre et la demande s’est complexifié. Il n’est pas exceptionnel aujourd’hui d’aller chercher un technicien pour une PME en Roumanie, en Slovaquie ou en Pologne, même si ces pays commencent eux aussi à être plus attentifs à la rétention de leurs propres talents… »

    Lire la suite