conseils - Page 6

  • Imprimer

    10 CONSEILS POUR UNE STRATÉGIE DE RECHERCHE D’EMPLOI RÉUSSIE

    shutterstock.jpg

    Aujourd'hui, les sources d'information pour trouver un nouvel emploi sont innombrables et beaucoup de chercheurs d'emploi sont perdus, ne sachant souvent pas quelle stratégie adopter.

    Entre la presse (journaux et magazines), les sites emploi (généralistes et spécialisés), les salons emploi, les réseaux sociaux, LinkedIn, les bureaux de sélection et d'intérim, les organismes publics,... Dur de s'y retrouver.

    Max De Backer, career coach à Easy Way Consulting, donne quelques pistes pour une lancer une véritable stratégie de recherche d'emploi.

    Quelle stratégie faut-il mettre en place pour trouver un emploi?

    "C'est assez long, cela nécessite plusieurs semaines pour mettre en place la stratégie et entre trois et six mois en moyenne pour retrouver un nouvel emploi. Il faut redéfinir les objectifs professionnel de la personne, refaire son CV, sa lettre de motivation, mettre le CV en ligne sur toutes les plates-formes existantes, mettre à jour son profil LinkedIn et son réseau, contacter des bureaux de sélection… "

    Et si la stratégie échoue?

    "Si cela échoue, c’est que le candidat a manqué une étape ou qu'il n'a pas eu assez confiance en lui. Avec la méthodologie que nous avons créée, logiquement tout le monde devrait retrouver un job. Mais bien sûr, si la personne ne connaît qu’une langue, n’a pas de diplôme ou ne croit pas en elle, ce sont des facteurs handicapants. La motivation est également un facteur très important."

    "Il faut être 100% prêt mentalement avant de commencer les démarches. Les gens fragiles psychologiquement doivent faire un travail personnel avant de commencer le processus. Trouver un nouvel emploi, c’est quasiment un job à mi-temps, cela demande beaucoup d’énergie!"

    Vos 10 conseils pour aider les chercheurs d'emploi à décrocher le job de leurs rêves?

    1. Faites le bilan de vos compétences et définissez vos objectifs professionnels. Essayez de décrire ce que serait pour vous votre job idéal.

    2. Informez-vous et utilisez toutes les sources d’information à votre disposition (sites emploi, journaux et magazines avec supplément emploi, bourses à l’emploi, bureaux de recrutement/sélection, sociétés d’intérim, Google, réseaux sociaux, …)

    3. Construisez et développez votre réseau de contact ’physique’ (networking) et ’virtuel’ (via les réseaux sociaux). Identifiez et sollicitez toutes les personnes (proches) de votre réseau susceptibles de vous d’aider dans votre recherche d’emploi.

    4. Inscrivez-vous sur LinkedIn et utilisez régulièrement le premier réseau social professionnel en Belgique (plus d’1.000.000 d’inscrits).

    5. Placez votre CV en ligne sur les plates-formes emploi généralistes et spécialisées (en fonction du job recherché) et suivez toutes vos candidatures au quotidien. Etablissez un plan d’action sur plusieurs mois. Trouver un job est quasiment un emploi à mi-temps !

    6. Faites sortir votre CV du lot (présentation originale, claire et structurée – objectifs professionnels – mots-clés) et rédigez une lettre de motivation en lien direct avec la fonction pour laquelle vous postulez.

    7. Créez des jobs agents et abonnez-vous aux flux RSS des sites emploi de sociétés qui vous intéressent.

    8. Préparez-vous à l’entretien d’embauche. Dites-vous aussi que tout comme il y a des bons et moins bons candidats, il y a aussi des bons et moins bons recruteurs.

    9. Faites attention à tout ce que vous publiez sur le web. Soignez votre identité et votre réputation numériques. Partez du principe que lorsque vous publiez une information – quelle qu’elle soit – sur le web, celle-ci devient publique ou risque de l’être un jour ou l’autre.

    10. Soyez joignable. Prenez éventuellement un nouveau numéro de téléphone qui ne servira qu’à votre recherche d’emploi. Ceci afin d’éviter toute ’perturbation’ lorsque votre téléphone sonnera.

    "Enfin, ayez confiance en vous. Si vous avez décroché un premier rendez-vous, c’est que votre profil intéresse le recruteur. Si vous n’avez pas décroché le job, dites-vous bien – sans culpabiliser – que vous ne correspondiez peut-être pas totalement au job en question. Restez donc positif en toute occasion!"

    http://www.easy-way-consulting.be/

    Lire aussi

     

    Source > http://www.references.be

  • Imprimer

    TOUT CE QU'IL FAUT SAVOIR POUR RÉUSSIR SON ENTRETIEN D'EMBAUCHE

    entretien.jpg

    Vous avez été convié à un entretien d'embauche? Félicitation, c'est une nouvelle étape importante vers votre nouvel emploi!

    Pour mettre toutes les chances de votre côté, faire une bonne impression et convaincre le recruteur que vous êtes l'employé qu'il lui faut, il est nécessaire de bien vous préparer auparavant.

    Grâce à ce dossier, passez en revue tous les éléments qui vous permettront de réussir votr entretien d'embauche!

    A SAVOIR > L’ensemble des textes en bleu sont des liens vers d’autres développement (Cliquer sur la phrase bleu)

    1. La préparation

    Il faut se préparer à affronter un entretien d'embauche. Si vous ne l'êtes pas, le recruteur aura l'impression que vous portez peu d'intérêt au poste ou que vous êtes paresseux. Une bonne préparation, c'est déjà une bonne partie du travail d'accomplie!

    2. Votre apparence et attitude

    Pour faire bonne impression, une bonne présentation est essentielle... Piochez parmi ces conseils!

    3. L'entretien d'embauche en lui-même

    Quelques conseils généraux pour réussir votre entretien.

    Les questions pendant un entretien d'embauche

    Anticipez les questions que le recruteur pourrait vous poser: ainsi, vous ne serez pas pris de court. Pensez aussi à poser des questions en tant que candidat pour prouver que vous vous intéressez à votre entrevue.

    Drôles de questions

    Langage non-verbal

    4. Après l'entretien d'embauche

    L'épreuve est derrière vous: maintenant, place au bilan. Analysez votre entretien et préparez-vous pour la suite !

    Lire aussi

     

    Source > http://www.references.be

  • Imprimer

    CHERCHEUR D'EMPLOI ? LES PIRES CONSEILS QUE VOUS POUVEZ RECEVOIR

    shutterstock_95706439.jpg

    Jeune diplômé ou travailleur traversant une période de chômage, vous êtes à la recherche d’un nouveau défi professionnel ? Votre famille, vos amis et vos connaissances vous soutiennent et souhaitent bien sûr que vous décrochiez le job de vos rêves.

    Pour vous y aider, chaque personne de votre entourage y va de son petit conseil, déjà entendu maintes fois... Mais qui en fait ne s’avère pas du tout payant. Le cabinet de recrutement Robert Half a dressé la liste de ces mauvais conseils qui peuvent plomber votre recherche d'emploi.

    1. "Ton CV doit absolument tenir sur une seule page"

    Il est vrai que les recruteurs disposent en général de très peu de temps pour lire les CV qui leur sont envoyés. Autant donc leur faciliter la tâche. Mais savez-vous ce qui est plus compliqué à lire qu’un CV un peu long ? Un CV indéchiffrable. Inutile de compresser vos informations au point de les rendre illisibles, juste pour que votre CV tienne en une seule page. Soignez plutôt la présentation et la mise en page pour le rendre lisible et agréable.

    Comment rédiger le CV idéal?

    2. " Ça ne sert à rien d'envoyer une lettre de motivation"

    Ce n’est pas parce que de plus en plus de candidatures sont envoyées par voie électronique qu'il faut pour autant zapper l’étape cruciale de la lettre de motivation. Beaucoup de recruteurs apprécient encore recevoir une lettre de motivation pour mieux cerner le candidat. Si vous choisissez de ne pas en envoyer une en pièce jointe, soignez le mail d'accompagnement pour appuyer votre candidature.

    3. "Evite de faire de l'intérim"

    Ne négligez pas les missions en intérim, comme par exemple les remplacements. Elles peuvent vous permettre d’élargir votre réseau et de développer de nouvelles compétences. En outre, de plus en plus d’entreprises considèrent les intérims comme une évaluation du candidat sur le terrain, et envisagent de les engager en CDI ensuite, s’ils les ont convaincus.

    4. " Il faut répondre à toutes les offres d’emploi possibles"

    Bien sûr, ne laissez passer aucune opportunité intéressante. Mais cela ne signifie pas envoyer des CV à droite et à gauche, dans des entreprises qui ne vous intéressent absolument pas, en désespoir de cause. C’est une perte de temps et d’énergie pour vous et pour les recruteurs.

    Mieux vaut savoir ce que vous voulez et concentrer vos efforts sur les offres qui vous intéressent vraiment, afin d'avoir le temps de soigner votre candidature pour la faire sortir du lot.

    5. "Ça ne sert à rien de chercher un emploi pendant les vacances"

    Ce n’est pas parce qu'il y a beaucoup d'absences durant ces périodes que les affaires s’arrêtent : les embauches ont lieu tout au long de l’année. Postuler pendant les vacances permet au contraire de se faire remarquer parmi moins de candidats et d’avoir plus de chances d’être recontacté.

    6. "Ça ne sert à rien de postuler si l'entreprise n’a pas publié d’offre d’emploi"

    Peut-être qu'un poste est vacant mais que l'entreprise n'a pas encore rendu cela public. Dans ce cas, prendre les devants va vous avantager par rapport aux autres candidats. Faites jouer votre réseau professionnel pour obtenir ce genre de renseignements.

    Comment réussir sa candidature spontanée?

    7. "Une fois le CV envoyé, il suffit d'attendre"

    Ne considérez pas qu'une fois que vous avez envoyé votre CV, vous avez fait votre part du boulot et qu'il ne vous reste plus qu'à attendre. Il peut être très utile de se remémorer au bon souvenir du recruteur. N’hésitez donc pas à relancer le recruteur par après, afin de réaffirmer votre intérêt pour le poste et de lui rappeler pourquoi vous êtes le candidat idéal.

    8. "Accepte le premier poste que l’on te propose"

    C’est vrai, c’est la crise… Mais prenez toujours un tant soit peu de recul avant de signer un contrat. Si vous n’êtes pas dans une situation d’urgence financière, la stratégie peut s’avérer payante. Le job proposé vous permettra-t-il au moins d’améliorer vos compétences, d’élargir votre réseau, correspond-il à vos objectifs de carrière à long terme? Si ce n’est pas le cas, vous risquez en l'acceptant de rater une offre d'emploi qui vous satisferait davantage...

    Lire aussi

     

    Source > http://www.references.be

  • Imprimer

    9 CONSEILS POUR ACCEPTER LA CRITIQUE

     

    critique.jpg

    Pas toujours facile de faire face aux remarques de votre patron ou de vos collègues, aussi constructives soient-elles. Pourtant, vous pouvez en tirer beaucoup de choses positives pour votre carrière.

     Alors, comment faire pour accepter la critique?

     1. Détendez-vous

    Souvent, la critique fait mal car on sait qu’elle est juste. Ne vous braquez pas, respirez un grand coup : cela ne veut pas dire que vous êtes fondamentalement mauvais dans tout ce que vous faites. Personne n’est parfait ! Relativisez, et ne vous énervez pas.

    2. Admettez la vérité

    "Cela fait mal à entendre, mais j’accepte ton reproche". L’honnêteté face à la critique est une des plus grandes qualités professionnelles, qui prouve votre grandeur et votre maturité. Prouver à votre patron que vous pouvez sans problème vous remettre en question sera toujours très apprécié.

    3. Ne réagissez pas tout de suite

    Rien ne vous empêche de répondre tout de suite. Et parfois, mieux vaut ne pas réagir à chaud. Cela évite de s’emporter et permet de prendre le temps de savoir ce que l’en ressent face à cette critique, et si elle est vraiment justifiée ou non. Signifiez à votre interlocuteur que vous l’avez bien écouté et compris, mais que vous allez y réfléchir et lui répondrez à tête reposée.

    4. Mettez les choses au clair

    "J’ai encore réfléchi à ce que tu m’as dit l’autre jour, et il y a un point que je voudrais éclaircir…"Même si le sujet était plus ou moins clos, n’hésitez pas à le remettre sur la table s’il continue de vous perturber. Mieux vaut dissiper les éventuels doutes qui pourraient vous déranger, voire gangrener votre vie professionnelle.

     5. Soyez compréhensif

    Cela peut vraiment améliorer vos rapports avec la personne qui vous critique. Pensez que cela n’a pas dû être facile pour elle de vous faire cette critique honnête, et qu’elle le fait dans votre intérêt. Don’t shoot the messenger !

     6. Evaluez votre interlocuteur

    A l'inverse, vous trouvez que la critique est injuste ? Faites preuve d'esprit critique pour analyser votre interlocuteur et tentez de deviner ses motivations. Vous vous méfiez de la personne en face de vous? Sans paraître sur la défensive, exprimez votre désaccord avec son reproche. Prenez le temps de réfléchir (point 3) et argumentez ensuite calmement pour démontrer pourquoi vous n'acceptez pas cette critique.

     7. Ne vous laissez pas faire

    Votre patron vous critique systématiquement et très sévèrement tout ce que vous accomplissez ? Ne vous remettez peut-être pas complètement en question. Sollicitez l’avis d’un autre supérieur hiérarchique, demandez-lui du feedback sur votre travail, ou renseignez-vous auprès de vos collègues pour savoir s’ils subissent les mêmes remarques que vous. Si c'est le cas et que votre travail est jugé bon par d'autres, plaignez-vous de votre chef à son supérieur: il existe aussi de mauvais patrons, malheureusement.

     8. Connaissez vos droits

    Gardez à l’esprit que vous avez toujours le droit d’être traité avec respect, peu importe à quel point vous avez gaffé. Les critiques doivent toujours être formulées de manière constructive et polie.

    Il est également bon de savoir si vous pouvez être viré pour avoir commis une erreur.

    9. Demandez des précisions

    Si l'on vous dit que votre travail laisse à désirer, demandez plus d’informations sur les points précis que vous devez améliorer, et les objectifs que vous devrez atteindre. Cela ne sert à rien d'essayer de vous corriger dans le vide.

     A votre interlocuteur tout d’abord, pour cette opportunité de vous améliorer. A vous ensuite, car vous pouvez être fier si vous avez géré la situation avec professionnalisme.

     Lire aussi

    Source: Daniellelaporte.com Via > http://www.references.be

    critique.jpg

  • Imprimer

    19 CONSEILS POUR RÉUSSIR VOTRE ENTRETIEN D'EMBAUCHE

    conseils_entretien.jpg

    Vous y êtes enfin! Vous avez envoyé des dizaines de lettres de candidature auxquelles vous n'avez reçu que peu ou pas de réponses mais voilà que vous recevez une première invitation à un entretien. Un bon conseil: veillez à être parfaitement préparé pour y faire face!

    La préparation

    1. Notez soigneusement le lieu, la date et l'heure de l'entretien, ainsi que le titre et le nom complet (et sa prononciation correcte) de la personne que vous allez rencontrer.

    2.  Cherchez à en savoir plus sur l'entreprise: quelles sont ses activités principales, son chiffre d'affaires, les sociétés du groupe (maison mère, comptable extérieur, etc.) et ses sièges.

     3.  Pourquoi cette société est-elle intéressée à vos qualifications? Dressez une liste de vos capacités et de vos caractéristiques les plus appropriées.

    4. Préparez-vous à répondre à un certain nombre de questions déterminées. Voici une check-list de questions qui sont posées lors de la plupart des entretiens d'embauche.

    •  - Pouvez-vous nous parler un peu de vous-même?
    • - Que savez-vous de notre entreprise?
    •  -  Pourquoi cette fonction vous intéresse-t-elle?
    • - Pourquoi quittez-vous votre employeur actuel?
    • - Quel est votre salaire actuel?
    • - Que faites-vous pour tenir à jour vos connaissances professionnelles?
    •  - Où souhaiteriez-vous en être dans 5 ans, sous l'angle professionnel?
    • - Quelles sont, d'après vous, vos faiblesses, et quelles mesures avez-vous prises pour y remédier?

    5.  Quelles sont les questions que vous voudriez poser au cours de l'entretien? N'oubliez pas qu'un entretien d'embauche doit être un dialogue et qu'il est indispensable que vous posiez des questions.

     L'entretien

    1. Veillez à avoir toujours votre CV avec vous. Ayez-en quelques copies dans votre porte-documents, en cas de besoin.

    2. Arrivez bien à temps à votre rendez-vous. Aucune excuse n'est valable pour se présenter en retard à un entretien d'embauche.

    3. Coupez votre téléphone mobile.

    4. Donnez un sentiment d'énergie. Souriez et ayez une poignée de mains ferme.

    5.  écoutez attentivement, restez vigilant et intéressé.

    6.  Provoquez le plus possible de contacts oculaires.

     7.  Ne vous contentez pas de répondre par oui ou par non. Lorsque c'est possible, donnez des exemples concrets.

    8.  Parlez de votre expérience et de vos capacités professionnelles plutôt que de vos antécédents personnels.

    9.  Lorsque vous parlerez de vos capacités, mettez l'accent sur vos performances et sur les résultats acquis.

    10.  Ne dites rien de négatif à propos de vos employeurs passés ou actuel.

    La conclusion

    1. Si cette fonction vous intéresse, faites-en clairement état. Demandez comment se présente la suite de la procédure et demandez à avoir un entretien ultérieur si la situation s'y prête.

     2.  Ne soyez pas préoccupé si on ne vous fait pas une offre définitive ou s'il n'est pas encore question de niveau salarial. Le responsable souhaite peut-être avoir l'occasion d'en parler avec d'autres personnes au sein de l'entreprise, ou voir d'autres candidats avant de prendre décision.

    3.  Restez enthousiaste, même si vous avez le sentiment que l'entretien ne se déroule pas selon vos espérances. Ce que vous jugez comme une réaction négative ou un manque d'intérêt n'a peut-être aucun rapport avec vous, mais bien avec d'autres priorités de l'entreprise.

    4.  Remerciez votre interlocuteur pour le temps qu'il vous a consacré. Si vous souhaitez toujours entrer en ligne de compte pour cette fonction, précisez-le dans un e-mail et expliquez une fois encore pourquoi vous pensez être en mesure d'être un collaborateur de choix pour l'entreprise.

     

    Source: Robert Half International via http://www.references.be

  • Imprimer

    CANICULE: PAS DE HAUSSE DU NOMBRE D'ADMISSIONS AUX URGENCES DURANT CE WEEK-END

    1780453054_ID8019238_eau_154622_H414PD_0.jpgLes fortes chaleurs de ce week-end n’ont pas fait exploser les chiffres d’admissions dans les services d’urgence des grands hôpitaux de Wallonie et de Bruxelles.

    Dans la capitale, tant aux urgences de l’hôpital Erasme qu’aux Cliniques Saint-Luc, on n’a pas noté de hausse significative.

    La situation est légèrement différente en Wallonie puisque l’on a enregistré une augmentation de 15 pc des admissions au Grand Hôpital de Charleroi.

    A Charleroi, on a soigné des problèmes de déshydratation, d’insuffisance rénale et des coups de chaleur classiques. Essentiellement chez des personnes âgées. Par ailleurs, les activités en plein air ont aussi eu quelques conséquences, telles des entorses.

    Le CHU de Liège a connu une légère hausse des admissions aux urgences pour des problèmes de santé liés à la chaleur. Là aussi, ce sont essentiellement des personnes âgées en état de déshydratation qui se sont présentées. Certains patients souffraient également de problèmes cardio-vasculaires ou pulmonaires. “ On ne le répète visiblement pas encore assez souvent mais beaucoup de personnes boivent beaucoup trop peu ”, explique le Dr Bodson.

    “ Le meilleur moyen de s’assurer de boire suffisamment est de poser 2 bouteilles d’eau d’1 litre devant soi et de les boire petit à petit tout au long de la journée jusqu’à ce qu’elles soient vides ”.

    Et comme en période estivale classique, le week-end dernier a aussi apporté son lot de cas en traumatologie -des accidents de motos aux cas plus légers d’enfants se blessant lors d’activités en extérieur-, ainsi que de brûlures encourues à l’occasion de barbecues.

    Source > Sudpresse > Publié le Lundi 20 Août 2012 à 15h50 Belga>  Photo News

  • Imprimer

    CONSEILS VACANCES > VOYAGE ORGANISÉ : CONTRÔLER QUI EST LE VOYAGISTE ET LES INFORMATIONS IMPRIMÉES AU CONTRAT

    Projet1.jpg


    Un voyage organisé doit être proposé par une entreprise ou une association ayant une licence ou un agrément.

    Tout le monde ne peut pas proposer un voyage organisé. Soyez extrêmement méfiant, et encore plus quand celui-ci est facturé à un prix cassé. Vous devez absolument vérifier l'organisme qui le propose. Si son nom vous est inconnu, cela passe bien sûr par une recherche sur qui il est et savoir si d'autres personnes sont parties à l'occasion d'un autre voyage. Mais le plus simple est de vérifier qu'il est titulaire d'une licence pour les agents de voyages, d'un agrément pour les associations ou d'une autorisation pour les organismes locaux de tourisme. Si c'est le cas, assurez-vous que le voyagiste remplisse les treize points d'informations fixés par Bercy. Cela commence par le transport. Il faut que les moyens de transports compris dans le prix soient précisés sur le contrat de vente avec la catégorie (1ère ou 2e classe) et les horaires (jours, heures...). Il en va de même pour l'hébergement, les repas, l'itinéraire du ou des circuits proposés, les formalités administratives à remplir, les visites et excursions incluses et exclues, le nombre de participants minimum, l'échéancier du règlement du séjour, les cas de révision du prix proposé, les conditions d'annulation spécifique au voyage proposé, les conditions d'annulation réglementaire, les assurances et l'identité de la ou des compagnies aériennes qui assurent tout ou partie du transport.

    Source > http://www.linternaute.com

  • Imprimer

    CONSEILS VACANCES > CAMPING : FAITES RESPECTER VOTRE SURFACE MINIMALE

    camping_1.jpgUn emplacement dans un camping doit être d'au moins 70m².

    La crise et les nouvelles offres de logements ont remis au goût du jour le camping.

    Mais le prix varie beaucoup d'un établissement à un autre et le niveau de confort aussi. Vous pouvez tomber sur un camping bien entretenu pour une nuit à 5 euros (un emplacement sans électricité pour une personne) et devoir payer 12, voire 16 euros pour un camping ne disposant pas de douche chaude. Il faut aussi faire attention à la typologie des campings. Comme pour les hôtels, ils sont classés de 1 à 5 étoiles. Les 4 et 5 étoiles ressemblent à des centres de vacances : piscine, terrains de jeux, restaurants, épiceries... Une étoile correspond assez souvent à une aire naturelle de camping où les sanitaires seront spartiates.

    Normal, il n'est pas possible d'accueillir plus de six tentes ou vingt personnes. A l'inverse d'un terrain de camping appelé "aire naturelle" qui peut accueillir vingt-cinq emplacements sur moins d'un hectare. De manière générale, quel que soit le camping, vous disposez d'une surface minimale de 70m² pour un camping à une ou deux étoiles et de 80m² pour les autres. Ce qui veut dire qu'en dessous, le gérant du camping ne peut ne pas imposer à deux campeurs de partager le même espace

     

    Source > http://www.linternaute.com