conseils - Page 3

  • Imprimer

    « PARLEZ-MOI DE VOUS » : 4 CONSEILS POUR BIEN REPONDRE EN ENTRETIEN

    Embauche_groupe_2015_04_shutterstock_117648703.jpg

    Presque chaque entretien d’embauche débute avec cette question tant redoutée.

    Comment formuler la meilleure réponse ?  

    1. Par où dois-je commencer ?

    Si vous commencez votre réponse en parlant du présent, il pourrait sembler que vous tentez de camoufler le passé. Si vous commencez par le passé, le recruteur pourrait penser que vous vivez trop dans le passé. Demandez donc par où vous devez commencer. Si aucune information supplémentaire ne vous est donnée, commencez par expliquer vos expériences professionnelles antérieures et pourquoi vous avez optez pour cette carrière.

    2. Que voulez-vous savoir ?

    Ne posez jamais cette question. Contrairement à la question précédente, celle-ci n’est absolument pas recommandée, car elle donne un semblant de manque de professionnalisme. Il semble que vous n’êtes pas bien préparé pour l’entretien, puisque vous retournez complètement la question.

    3. Court mais personnel

    Donnez quelques détails sur votre vie, en restant positif. Expliquez par exemple l’une ou l’autre de vos passions, donnez vos points forts et racontez quelques expériences professionnelles pertinentes.  Ne parlez pas de façon incontrôlée, mais évitez aussi de vous montrer trop concis. 5 minutes est un bon temps de réponse. Commencez votre réponse par la structure que vous allez utiliser: vos expériences antérieures, puis vos intérêts personnels et finalement en quoi vous êtes le candidat idéal pour le job.

    4. Entraînez-vous

    Cela peut sembler ridicule, mais il peut pourtant être utile de vous entraîner avec un ami ou un parent. Faites un petit jeu de rôle au cours duquel vous répondez sérieusement aux questions d’un faux recruteur. Votre confiance sera boostée et vos réponses seront de plus en plus claires.

    Source: Businessinsider.com > Texte: Evelien Maes sur > http://www.references.be

  • Imprimer

    4 CONSEILS POUR ETRE PROFESSIONNELLEMENT CREDIBLE MALGRE SON JEUNE AGE

    Jeune_travailleur_2015_04_shutterstock_270057170.jpg

    Les jeunes travailleurs doivent parfois faire face à des remarques qui soulignent leur jeunesse.

    Même si l’âge n’est pas un facteur qui permet de définir une relation hiérarchique, faire des commentaires en ce sens indique que le jeune travailleur est perçu comme pas assez qualifié, inexpérimenté ou inférieur par ses collègues plus âgés. Or, être traité comme un enfant dans son environnement de travail peut se révéler très agaçant...

    Qu’un employé âgé mais bienveillant vous dise gentiment que vous lui faites penser à son fils ou que vous ressentiez plutôt les remarques sur votre âge comme blessantes et infériorisantes, voici quatre façons de réagir calmement et de façon productive.

    1. Acquiescez et passez à autre chose

    Si certains collègues se servent de ces remarques pour se sentir supérieurs, la plupart d’entre eux ne sont pas malveillants. Même si leurs commentaires sont maladroits, ils pensent simplement bien faire en disant que vous leur rappelez leurs enfants ! Accordez à vos collègues le bénéfice du doute. Au lieu de vous énerver, votre premier réflexe doit être d'accepter la remarque et de passer à autre chose. Répondez simplement « Merci » ou « On me le dit souvent ».

    2. Changez de sujet

    Quand votre âge arrive sur le tapis, essayez de rapidement rediriger la conversation vers un sujet avec lequel vous êtes plus à l’aise. Par exemple, si un de vos collègues parle d’une émission diffusée « avant que tu ne sois né », faites un lien avec une émission actuelle que tout le monde connaît. Si en réunion, quelqu’un fait référence à un projet « bien avant que tu ne sois là », faites un lien avec un projet sur lequel vous avez déjà travaillé et qui n’est pas si différent. Cela enverra un message clair à vos collègues : votre âge n’a aucune importance et vous n'êtes pas différent des autres !

    3. Faites preuve de répartie

    L’humour est la meilleure des défenses, on ne vous apprend rien. Faire preuve de répartie peut changer l’attitude de vos collègues. Surtout si vous pratiquez l'autodérision pour répondre aux commentaires sur votre âge : « Génial, cette crème anti-âge à l’air de bien marcher », « Oh je ne suis pas si jeune, j’évite juste de m’exposer au soleil » ou « Je suis un vrai papy, j’ai été dormir à 22 h hier ! »  Ainsi, vous montrez que vous ne prenez pas ces remarques au sérieux et qu’elles ne vous atteignent pas. Préférez tout de même vous moquer de vous-même plutôt que d’eux (« Mais si, je t'ai rendu ce rapport ! Déjà sénile, Jean-Claude ? ») surtout s'ils sont susceptibles...

    4. Haussez le ton

    Si les remarques d’un de vos collègues vous agacent réellement, au point d’interférer avec votre travail, il est temps de confronter votre « agresseur ». Essayez de faire cela juste après une remarque concernant votre âge. Analysez objectivement ce qui vient de se passer et expliquez en quoi cela a eu une influence sur votre travail. Exemple : « Quand tu as évoqué mon âge devant les clients, cela les a déviés de l’offre que je venais de faire. Je sais que tu ne voulais pas mal faire mais, est-ce qu’à l’avenir, tu pourrais éviter de souligner mon âge ? » Tout en restant professionnel, vous affirmez votre confiance en vous et vous appelez le respect.

    Si les attaques continuent, prenez note de toutes les fois où vous devez faire face à ce genre de réflexions et présentez la situation à votre patron en insistant sur le point de vue de l'entreprise plutôt qu’en vous plaignant. Expliquer que le comportement de votre collègue fragilise les relations avec vos clients aura plus de poids que d’expliquer que vous vous sentez décrédibilisé.

    Source: The Daily Muse > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • Imprimer

    5 CONSEILS POUR FIXER UNE IMPRESSION POSITIVE DES LE PREMIER CONTACT

    Reception_2015_02_17_shutterstock_245500588.jpg

    Plus d’un recruteur se poste à une fenêtre, un café à la main, attendant l’arrivée des candidats.

    Ils scrutent le parking. Ils savent que c’est maintenant qu’ils vont récolter les informations essentielles sur le candidat. Comment se tailler un costume de vainqueur dès le hall d’entrée ?

    Quand vous pénétrez dans le bureau du recruteur, son cerveau construit instantanément une planche qui vous sera dédiée. Cette page, vierge à ses débuts, va se compléter tout au long de l’entretien. Elle va reprendre l’ensemble de ce que vous communiquez, mais également toutes les impressions du recruteur. À ce stade, il est un élément qui n’est pas modifiable. Il s’agit de la première impression. C’est ce qu’on appelle une empreinte, une trace qui reste imprimée à jamais.

    1 Dès l’entrée

    La majorité des candidats se présentent en entretien avec une tête de chien battu. Ils paraissent tristes, abattus ou résignés. Ils semblent avoir épinglé sur le front un avis : Désolés de vous déranger, d’être là. Comme s’ils affichaient leur défaite en entrant, ils véhiculent physiquement cette idée. Conséquence : le job ne sera pas pour eux.

    2 Le pouvoir de l’imagination

    Pour inverser votre état d’esprit, il existe une technique simple et efficace : l’autovisualisation. Imaginez-vous dans votre future fonction, avec force détails. Grâce à cette projection, vous vous conditionnez : vous êtes la personne idéale pour ce poste. Une fois convaincu, vous pourrez à votre tour convaincre le recruteur.

    3 Sur le parking

    Plus d’un recruteur se pose à une fenêtre, un café à la main, attendant l’arrivée des candidats. Ils scrutent le parking. Le parking offre au recruteur l’occasion de vous surprendre tel que vous êtes. Il peut s’imaginer votre vous réel (et pas celui que vous mettez en scène pour l’audition).

    4 La fille de l’entrée

    Vous ne devez jamais sous-estimer le pouvoir de nuisance de la secrétaire qui vous accueille. Elles ont toutes leurs avis et leurs commentaires. Souvent au centre de l’entreprise, elles aiment désigner leurs préférés et ceux qu’elles n’aiment pas. La personne de l’accueil est donc la première personne à séduire. En pratique : n’oubliez jamais de sourire, d’être aimable, patient et poli, ne vous énervez jamais et, pourquoi pas, faites preuve d’humour.

    5 La première minute

    L’essentiel d’un entretien tient en quelques secondes. La première minute est essentielle. Le candidat doit rayonner : dès son entrée, il doit incarner son diplôme, sa fonction et la culture de l’entreprise. En trois mots, être la bonne personne.

    Source  > rnk > Texte: Rafal Naczyk sur > http://www.references.be

  • Imprimer

    6 CONSEILS SUR MESURE POUR UN CV CHOC

    CV_choc_shutterstock_141719248.jpg

    Rencontre avec Dieter Fransoo, expert chez Acerta, société spécialisée dans l’analyse de CV.

    Voici ses conseils pratiques.

    1. Attention au CV surchargé

    Les recruteurs ne consacrent en moyenne qu’une minute trente à chaque CV. Dès lors, les experts conseillent souvent aux candidats de condenser leur CV en une page, voire deux. Dieter Fransoo recommande de ne pas rédiger des phrases entières, mais plutôt de recourir à des mots-clés, attirant plus facilement l’œil du recruteur. Une formule en « bullet points » allège également le document et le rend plus agréable à lire.

    2. Restez concret

    Dieter Fransoo vous conseille de commencer votre CV par un encadré « Objectif professionnel ». Dans cette rubrique, restez très concret. Accompagnez vos phrases d’exemples. Ainsi, si vous affirmez être un « travailleur autonome et motivé, capable de gérer des projets de communication en respectant scrupuleusement les échéances », donnez un exemple de l’une de ces réalisations par le passé.

    3. Ajoutez le logo des entreprises dans lesquelles vous avez travaillé

    Notre expert vous recommande de détailler les entreprises pour lesquelles vous avez travaillé. Mentionnez leur nom, leur adresse et les coordonnées d’une personne qui pourra vous recommander auprès de votre futur employeur. Ajoutez également le logo de ces entreprises, qui facilitera l’identification pour le recruteur.

    4. Ne multipliez pas les rubriques

    Au lieu d'énumérer par exemple trois rubriques distinctes (informatique, compétences, langues), notre expert recommande de regrouper ces rubriques sous la seule appellation « compétences ».

    5. Étudiants : un CV spécifique

    Pour Dieter Fransoo, le CV des étudiants doit répondre à un ordre bien spécifique, distinct de celui des travailleurs. Le CV doit commencer par un en-tête dans lequel l’étudiant se présente en trois ou quatre phrases. Il y décrit son objectif pour les années à venir. Il mentionne ensuite ses études, qui sont le point fort de son CV. Il peut les détailler en mentionnant le sujet de sa thèse, les spécialisations suivies, les stages effectués, etc. Les expériences professionnelles succèdent à cette rubrique (l’inverse valant pour les travailleurs). Les expériences mentionnées doivent être véritablement pertinentes pour le parcours envisagé. Enfin, l’étudiant peut terminer par une rubrique « connaissances » (linguistiques, informatiques) et « loisirs ».

    6. Attention au CV original

    Vous êtes webdesigner et voulez présenter votre CV sous forme de slide show ? Dieter Fransoo estime qu’il s’agit dans ce cas d’un CV classique pour les candidats dans le domaine du graphisme ou du webdesign, qui veulent déjà montrer leur potentiel à travers leur CV. Il n’opterait toutefois pas pour cette formule. Les recruteurs préfèrent les CV classiques, affirme-t-il, clairement structurés et tenant sur une ou deux pages. Or, ce CV en slide show, bien que très aéré et agréable à l’œil, est d'office trop long. Pour Dieter Fransoo, le recruteur ne prendra pas le temps tout lire. Il conseille dès lors de rassembler les informations de curriculum dans un document Word classique et d’y attacher un portfolio reprenant quelques réalisations artistiques.

    Source & Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

    Voir aussi notre rubrique > https://hannut.blogs.sudinfo.be/info-boulot/

  • Imprimer

    FEUX D'ARTIFICES : QUELQUES CONSEILS POUR UNE FIN D'ANNÉE EN TOUTE SÉCURITÉ

    Schermafbeelding_2013-12-27_om_15_04_25.png

    À l’approche des fêtes de fin d’année, les feux d’artifice font leur retour dans les magasins.

    Ne perdez cependant pas de vue qu’un artifice n’est pas un jouet.

    Informez-vous correctement sur les produits que vous achetez et respectez les consignes d’utilisation et de sécurité.

    Voici des précautions de bons sens :

    Vérifiez si vous disposez bien d’un un espace assez grand pour que le tir du feu d’artifice ou le déroulement de votre spectacle avec les pétards. Il faut au moins 50 mètres de recul tout autour d’un feu « prêt à tirer ».

    Le tir d’un feu étant aérien, vérifiez qu’aucun obstacle tel que des branches d’arbres ou une ligne électrique se trouve sur la trajectoire des projectiles.

    Il est interdit de fumer durant la mise en œuvre d’un bloc d’artifice.

    Beaucoup d’animaux ont peur des feux d'artifice

    Pour petits et grands, les feux d'artifices sont un moment de magie et d'émotions partagés, mais ces détonations soudaines et violentes provoquent la panique chez les animaux. Ces réactions peuvent parfois être minimisées moyennant quelques précautions.

    Saviez-vous par exemple que...

    Certaines déflagrations de feux d'artifice atteignent 160 décibels, soit 20 décibels au-dessus du seuil de douleur. Pour comparaison, un avion à réaction qui décolle produit 125 décibels à une distance de 100 mètres. Les feux d'artifices présentent donc un danger de lésions auditives pour l'humain. Mais de nombreux animaux ont une ouïe beaucoup plus fine et sensible que l'oreille humaine.

    Mieux vaut renoncer à allumer des feux d'artifice. Si un feu d'artifice a lieu près de chez vous, tenez compte des conseils  http://www.gaia.be

    La vidéo de RTL sur le sujet > http://www.rtl.be

    Source > articles divers > Photo > http://www.gaia.be

  • Imprimer

    AVEC CES ASTUCES POUR EVITER LE GEL, VOUS PASSEREZ UN HIVER TRANQUILLE

    538985957_B974211248Z_1_20141203213122_000_GC63INS0P_2-0.jpg

    Envie de passer un hiver sans tracas malgré le gel et la neige qui risquent d’encombrer la Belgique cet hiver ?

    Avec ces quelques astuces, vous n’aurez plus à vous inquiéter. L’hiver passera bien plus tranquillement

    Lire les conseils > ICI

    Source > Sudinfo.be sur > http://www.sudinfo.be/1162426 > Photo News/Christophe Vandercam

  • Imprimer

    LE CONSEIL DU PRO T-INTERIM …

    Marc%20Riquet1.jpg

    Un bon CV est à la fois concis et honnête

    Il n’est pas toujours aisé de rédiger un curriculum vitae : que faut-il y écrire, faut-il tout dire de ses expériences professionnelles, que faire en cas de « trous » dans le CV (quand on a chômé plusieurs années, par exemple) ? Autant de questions qu’on est en droit de se poser quand on doit le rédiger. « Personnellement, je conseille de le faire tenir sur une seule page, deux au grand maximum sinon le recruteur risque de le lire en diagonale », explique Marc Riquet, District Manager Wallonie chez t-interim, une agence d’intérim.

     « Il doit être concis, clair et cohérent. Faites attention à l’uniformité, pas trop de couleurs car cela risque de perturber la bonne lecture du CV », ajoute-t-il. Il convient également de respecter la chronologie, de mettre en avant ses compétences et  expériences (en commençant par la dernière).

     « On peut aussi parler des postes occupés, des missions et tâches réalisées mais également des success stories que l’entreprise dans laquelle on a travaillé a connues ».

    Ne pas oublier non plus de citer ses activités extra-professionnelles. « Cela aide à déterminer la personnalité qu’on a en face de soi », ajoute Marc Riquet.

    Enfin, il est important d’être honnête et de parler des périodes d’inactivité.

    Dernière chose : n’oubliez pas de mentionner vos coordonnées « car il arrive parfois dans l’urgence qu’on oublie de les mettre », conclut le District Manager Wallonie de t-interim.

    Source > L.B. sur > http://www.jobsregions.be

    Retrouver nos astuces emplois sur > https://hannut.blogs.sudinfo.be/info-boulot/

  • Imprimer

    RECHERCHE D'EMPLOI SANS RESULTATS ? FAITES LE BILAN !

    Phone_shutterstock_57704635_0.jpg

    Cela fait quelques mois que vous cherchez activement un emploi, mais vous êtes toujours au point mort. Votre motivation commence à baisser, et votre compte en banque aussi...

    Vous hésitez entre déchirer votre CV et votre lettre de motivation pour tout reprendre à zéro, ou vous obstiner encore et encore à envoyer les mêmes candidatures

    Pour cesser de faire du surplace, le cabinet de recrutement Robert Half vous encourage plutôt à faire un audit de recherche d’emploi. Il s’agit de verbaliser votre situation et vos démarches auprès d’un tiers (une relation personnelle ou professionnelle) et de lui demander son avis sur votre façon de faire.

    Voici les questions les plus importantes à vous poser pour faire le bilan de votre recherche d’emploi et en rectifier le tir.

    • Dois-je m’inquiéter des non-réponses ?

    Les périodes de recrutement s’allongent de plus en plus. D’après les experts de Robert Half, vous pouvez commencer à vous poser des questions après un mois sans réponse, en cas de candidature ciblée ou de réponse à une offre.

    • Ai-je suffisamment ciblé ma demande ?

    Postulez-vous aux bonnes offres ? Les postes proposés correspondent-ils à vos compétences et à votre expérience ? Visez-vous au-dessus ou en dessous de vos capacités ? Si c'est le cas et que vous postulez "à côté", envoyer un excellent dossier ne changera rien à votre absence de résultats. Posez donc la question à quelqu’un qui connaît votre secteur professionnel et qui sait quel poste serait adapté à votre profil.

    • Mon dossier de candidature est-il bon ?

    Aucune invitation à un entretien ? Votre CV et votre lettre de motivation sont peut-être à remettre en cause. Adaptez-vous votre CV pour chaque nouvelle offre d’emploi ? Votre lettre de motivation vous met-elle suffisamment en valeur ? Faites lire votre dossier de candidature à plusieurs personnes de confiance et demandez-leur de pointer les erreurs, les informations manquantes ou superflues. Faites ensuite une synthèse de leurs remarques pour remanier votre candidature.

    • Suis-je doué en entretien ?

    Vous avez passé beaucoup d’entretiens, mais aucun ne s’est soldé par une offre ? Vous êtes peut-être mauvais lors de l’étape cruciale du premier contact physique avec le recruteur. Pour le savoir, demandez à un ami ou à un contact professionnel de simuler avec vous un entretien d’embauche. Rappelez-vous la façon dont vous avez répondu aux questions que l’on vous a posées. Demandez ensuite à votre ami quelle impression vous faites et ce que vous devriez changer.

    • Comment changer tout cela ?

    Identifier les problèmes est une chose, travailler à les résoudre en est une autre. Mais prendre le temps d'améliorer le point faible de vos candidatures peut se révéler salvateur pour votre recherche d'emploi, surtout si celle-ci a tendance à s'éterniser. Établissez un plan d’action pour rectifier le tir. Soyez très précis dans les actions que vous aurez à effectuer. Vous pouvez là encore solliciter de l’aide pour vérifier vos progrès et avancements.

    Source : Challenges.fr > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be