compétences - Page 2

  • Imprimer

    8 COMPETENCES ESSENTIELLES A UN JEUNE TRAVAILLEUR

    jeune_diplome_0.jpg

    Pour faire une brillante carrière, un jeune diplômé en 2013 n’a pas besoin des mêmes compétences que ses parents au même âge… Progrès technologiques, nouveaux médias et Internet : le marché du travail a bien changé depuis.

    A l’avenir, quelles sont les compétences que tout jeune travailleur doit maîtriser ?

    1. Codage

    Maîtriser html est déjà aujourd’hui un atout. Savoir coder s’impose de plus en plus comme la compétence phare de demain. L' IT est en effet le secteur d’avenir par excellence, le futur plus grand employeur potentiel. Mais même dans d'autres secteurs ou fonction, savoir programmer va vite devenir une compétence très utile.

    2. Internet

    Tout le monde sait taper une recherche dans Google... Mais internet renferme une quantité d'informations inimaginable, qu’il faudra savoir dénicher au bon endroit. Le travailleur du futur devra donc maîtriser la précision de la navigation et de l’orientation sur Internet. Pour être sûr de trouver la meilleure réponse à sa requête, mais aussi pour savoir analyser la crédibilité des résultats obtenus.

    3. Innovation

    Dans un futur plus ou moins lointain, il est très probable que les machines remplacent certains postes du marché de l’emploi. Mais la spécificité de l’humain par rapport à un robot est de pouvoir faire preuve d’innovation et d’une réflexion nouvelle. Adapter sa pensée pour apporter des solutions pertinentes est ce qui nous permettra de nous distinguer des machines.

    4. Adaptation au multiculturalisme

    Avec l’essor de la mondialisation, pouvoir s’adapter à différentes cultures est une compétence primordiale. La diversité est de plus en plus valorisée par les entreprises, qui savent qu’elle est un atout pour l'innovation car elle permet de multiplier les points de vue. Dans le monde de demain, le travailleur devra pouvoir travailler avec des collègues de différents horizons et faire preuve d’une certaine mobilité géographique.

    5. Mode de pensée "informatique"

    Grâce à internet, la quantité d’informations disponibles ne cesse d’augmenter. Il est désormais crucial de pouvoir classer, analyser et partager cette masse de données numériques : c’est le rôle des data scientists. Analyse statistique, data mining et raisonnement quantitatif seront donc des compétences très prisées à l'avenir.

    6. Nouveaux médias

    Pour communiquer, l’employé de demain devra pouvoir parfaitement exploiter la vidéo, le son, la photo sur Facebook, Twitter, Youtube, blogs, nouveaux médias etc. Savoir à quelle cible on s’adresse, via quel canal et par quel moyen est donc également une compétence importante pour fournir une communication précise, adaptée et de qualité.

    7. Transdisciplinarité  et formation continue

    A l’avenir, se spécialiser dans une seule discipline sera insuffisant. Il faudra être expert dans plusieurs branches, et continuer à se former tout au long de sa carrière professionnelle.

    8. Aptitude au travail nomade

    Les nouvelles technologies favorisent le télétravail, et les formes de travail plus flexibles et mobiles : une tendance qui prend de l’ampleur. Le travailleur de demain devra donc pouvoir travailler, interagir et diriger une équipe virtuellement.

    Source : journaldunet.com via > http://www.references.be Photo > © Shutterstock

    Jeune diplômé ? N’oublie pas de participer à notre action Campus !

  • Imprimer

    INFO BOULOT > ANNÉE 2013: PRIORITÉ AUX COMPÉTENCES

    debat-formation.jpg

    Les opérateurs de formations s’allient pour une remise à niveau de celles-ci.

    Renforcer les compétences: un impératif reconnu par les participants au débat, partenaires pour la plupart de “ 2013, année des compétences”.

    “C’est en Belgique que le fossé est le plus grand entre les compétences attendues et le niveau réel de celles-ci ”, annonce, en se basant sur une étude européenne, Éric Bossart (Ores). “Cet écart est d’ailleurs l’une des raisons qui nous poussent à entretenir, pour notre personnel,des partenariats avecl’IFAPME et le Forem ”.“C’est aussi notre philosophie.

    Il nous semble même essentiel de pouvoir gérer ses compétences durant toute la vie ”,préconise Maryse Honorez (IFAPME). Le Cefora, lui, est passé à l’action. Il propose auxentreprises de faire une“photo” des capacités et compétences du personnel de plus de45 ans et, en fonction des besoins du marché, de lancer différentes mesures. “C’est un projet pilote que nous avons commencé en octobre ”, explique Laurence Gonze. “Nous proposons des modules théoriques le matin et pratiques l’après-midi. Cette remise à niveau s’étale sur quatre journées réparties sur quatre mois. ”

    PUBLIC PEU SCOLARISÉ

    “C’est également l’une de nos préoccupations majeures ”, opine Marc Thommès.“Le niveau général baisse, mais les réformes de l’enseignement ne porteront pas leurs fruits avant 5 ans. Ce bilan des compétences est surtout essentiel pour le public fragilisé. ” Le directeur adjoint du Bruxelles Formation sait de quoi il parle, puisqu’en partenariat avec les organismes d’insertion socioprofessionnelle, l’opérateur organise annuellement 1,7 millions d’heures de formation à l’attention de personnes sans emploi faiblement scolarisées ou qui ont vécu différents types d’exclusion. Certains demandeurs ont bien compris l’enjeu puisqu’ils cherchent à augmenter leur portefeuille de compétences via des formations successives, par exemple entre deux intérims. Mais cette forme de reconversion n’est pas facile à faire admettre aux patrons d’entreprises. ”

    “Je me réjouis de voir que les opérateurs de la formation en Wallonie et à Bruxelles sont convaincus que l’un des éléments clés du redressement économique est d’augmenter le niveau de compétences de la population active ”, signale Éric Bossart en brandissant la brochure intitulée “2013, année des compétences”. “Ils ont décidé de s’unir dans une série d’actions afin d’aborder les compétences et les moyens de les acquérir et les développer. ” En lançant cette année spéciale, les différents partenaires (le Forem, Bruxelles Formation, l’IFAPME, l’enseignement, la Région wallonne, la Région de Bruxelles- Capitale...) partent du constat que “la population wallonne continue de se désintéresser des filières techniques et scientifiques alors qu’elles constituent une des meilleures garanties d’accès à l’emploi ”.

    Ils ont ainsi déterminé douze thématiques illustratives de l’apprentissage tout au long de la vie: l’esprit d’entreprendre, les connaissances de base, les nouvelles technologies...Sans oublier, la première, ce 28février:“La formation des... formateurs”.

    Source > http://www.jobsregions.be