comment - Page 2

  • Imprimer

    COMMENT JUSTIFIER VOTRE DEMISSION AUPRES DE VOTRE FUTUR EMPLOYEUR ?

    Chaque matin, vous vous rendez au bureau.

    Votre salaire tombe chaque mois. Votre situation est stable. Presque une aubaine, vous dira-t-on, en ces temps de crise.

    Alors, pourquoi vous lancer dans la recherche d’un nouvel emploi ? Un nouveau job peut être stressant et risqué. Quelles sont les circonstances qui vous ont poussé à privilégier l’inconnu ? Votre recruteur se pose indéniablement cette question et vous la posera certainement. Une « mauvaise » réponse peut vous mettre hors-jeu. Inversement, une « bonne » réponse peut vous aider à décrocher le Graal.

    Mais, dans le fond, pourquoi cette question peut-elle être embarrassante ? Il paraît évident que vous aviez vos raisons de quitter votre emploi. Elles étaient probablement multiples. L’ennui, c’est que vous pouvez faire mauvaise impression auprès de votre recruteur si vous lui avouez les (vraies) raisons de votre démission, sans y mettre les formes. Vous pourriez vous emmêler les pinceaux et vous enfoncer dans des explications aussi vagues que confuses. Votre recruteur se rendra compte de votre malaise et de vos tentatives maladroites d’éluder la question. Il se demandera ce que vous cachez et, progressivement, vous perdrez votre crédibilité comme candidat potentiel.  

    Vous devez donc vous improviser équilibriste : il vous faut jongler entre authenticité et diplomatie. Vous devez éviter les écueils potentiels, tout en fournissant une réponse qui paraisse honnête, à vous et à votre recruteur.

     Voici quelques trucs qui pourraient vous aider.

    1. Mettez votre employeur actuel en valeur

    2. Évitez de mentionner des personnes en particulier

    3. Concentrez-vous toujours sur vos perspectives

    4. Parlez de développement personnel

    5. Attention à l’effet girouette

     

    Développer les 5 points > ICI

    Source & Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

    recrutement / Postuler / Travailler & vivre / Santé / Entretien d'embauche / Démission / Conseils carrière

  • Imprimer

    COMMENT REDIGER L'AUTO-EVALUATION IDEALE ?

    Loupe_shutterstock_83152294_0.jpg

    Comme chaque année, un entretien de fonctionnement vous attend certainement.

    Beaucoup d’entreprises demandent en effet à leurs employés de faire le bilan de leurs performances pendant l’année écoulée.

    Souvent, cet entretien commence par une auto-évaluation : l’employé lui-même doit commenter ses performances, ses accomplissements et se fixer de nouveaux objectifs. C’est périlleux : il faut être réaliste sans s’auto-flageller, tout en satisfaisant son patron… Voici quelques conseils pour préparer votre auto-évaluation.

    1. Oubliez la fausse modestie

    Elle n’a pas sa place pendant un entretien d’évaluation. Si vous avez travaillé dur, que vous avez mérité vos bons résultats, soyez fier de vous et n’hésitez pas à mettre en avant votre travail.

    2. Soyez réaliste 

    Essayez de poser un regard le plus objectif possible sur ce que vous avez fait durant cette année. Pour vous aider, basez-vous sur ce qui est mentionné dans votre job description, c’est-à-dire ce que votre fonction vous demande officiellement de faire. Si vous avez fait exactement ce qu’elle contient, vous n’impressionnerez sans doute pas outre mesure votre patron. Si vous vous êtes beaucoup investi au boulot et que vous avez cherché à élargir vos compétences, c'est bien plus positif. Par contre, si vous avez fait moins que ce que votre job description mentionne, votre auto-évaluation démarre mal.

    3. Entrez dans les détails

    Ne dites pas simplement que vous avez réussi ceci et raté cela. Votre patron a besoin d’être convaincu par une auto-évaluation forte et documentée. À chaque accomplissement que vous évoquez, soyez spécifique, préparez des détails sur le sujet et des exemples concrets.

    4. Soyez honnête 

    Il est bien sûr tentant d’exagérer un brin vos réussites ou de vous accorder le crédit qui devrait revenir à d’autres personnes de votre équipe. C’est une très mauvaise idée, qui pourrait vous décrédibiliser complètement. Soyez toujours honnête quand vous évoquez vos forces et faiblesses.

    5. Soyez clair

    C’est le moment de mettre de l’ordre dans vos idées ! Une auto-évaluation nécessite aussi que vous abordiez les projets et objectifs qui vous attendent l’année suivante. Si vous voulez plus de responsabilités au sein de votre entreprise, ou si vous souhaitez commencer un nouveau projet innovant, c’est le moment de l’annoncer. Décrivez avec précision de quelle façon vous envisagez votre évolution.

    6. Soyez constructif

    Pour chaque problème soulevé, proposez une alternative. Si vous avez par exemple eu un problème relationnel pendant l’année écoulée, mentionnez-le. Mais faites-le avec diplomatie, en offrant une solution concrète : ne vous arrêtez pas à une simple plainte ou constatation.

    Source & Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

    entretien d'évaluation / entretien de fonctionnement / Evoluer / Evaluation / Promotion / Compétences

  • Imprimer

    "REMBOURSE SI VOUS TROUVEZ MOINS CHER AILLEURS" …

    1397660699_B976219628Z_1_20150804225418_000_G414VKJRJ_3-0.jpg

    44.000 clients sont remboursés chaque année, voici comment également en profiter!

    Certaines enseignes en Belgique se vantent de pratiquer les prix les plus bas du marché.

    Et s’engagent à rembourser la différence si le client trouve moins cher ailleurs. Ce ne sont pas des mots lancés en l’air...

    Colruyt rembourse quelque 25.000 clients par an, nous dit son porte-parole. Chez Vanden Borre, on parle de … Lire la suite ici ...

    Source > F. DE H. sur > http://www.sudinfo.be/1347085

  • Imprimer

    BON A SAVOIR > VOICI COMMENT GOOGLE RECRUTE SES TALENTS

    photonews_10534672-025.jpg

    Google fait rêver. D'abord élu comme "meilleure entreprise où travailler" par le magazine Fortune en 2012, le géant du Web a été désigné "employeur de rêve" par les étudiants belges.

    Il a remporté ce titre deux fois de suite lors du classement réalisé par Universum en 2014 et 2015.

    Mais comment parvenir à y travailler? Dans son ouvrage, Laszlo Bock, DRH de Google, révèle comment ses talents sont recrutés. Open Sourcing a sélection les 6 points principaux. Une première piste pour ceux qui rêveraient d'y mettre les pieds. 

    Première chose à savoir: Google recherche des candidats qui collent parfaitement à la culture d'entreprise. Objectif: sélectionner des personnes qui auront des chances d'y rester le plus longtemps possible. C'est pourquoi les futurs salariés potentiels doivent remplir un questionnaire dans un logiciel spécialisé. 

    Ensuite, le géant ne se fie jamais à sa première impression. Les candidats sont amenés à passer un ensemble de tests. "Le but de nos entretiens est de prévoir comment les candidats vont s'adapter et réussir au sein de l'équipe", explique Laszlo Bock. Les questions à préparer sont donc de ce genre: "Racontez-nous un épisode difficile que vous avez eu avec un collègue, un client ou un camarade de classe."

    Pour être sûr de traiter tout le monde sur un pied d'égalité et de sélectionner le meilleur, Google pose toujours les mêmes questions aux candidats. Ceux-ci passent devant différents interlocuteurs qui mettront ensuite leurs "notes" en commun.

    Quatrième point soulevé par Open Sourcing: chez Google, on passe son entretien avec ses futurs collaborateurs. Mais aussi par des personnes d'une autre équipe afin d'obtenir des avis désintéressés. 

    Autre particularité de Google: l'exigence toujours à la hausse. "Le meilleur moyen, c'est de prendre des gens qui sont meilleurs que vous", confie le DRH.

    Enfin, rassurez-vous: il n'y a pas de liste prédéfinie des caractéristiques d'un bon candidat. Comme le précise Open Sourcing, "chaque candidat est unique et personne n'est parfait".

    Maintenant que vous savez comment Google procède, ne reste plus qu'à vous évaluer!

    Source > S.B. sur > http://www.jobsregions.be > Crédit Photo: Photo News

    Cet article vous a intéressé ? Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :

    Google / Internet / Recrutement / profil

  • Imprimer

    VOUS SOUHAITEZ INSTALLER LE NOUVEAU WINDOWS 10, QUI EST SORTI CE MERCREDI? VOICI COMMENT FAIRE

    1768521643_B976174318Z_1_20150729140343_000_G8P4ULK5A_2-0.jpg

    Le déploiement de la nouvelle version du système d’exploitation de Microsoft Windows 10 « se passe bien », a déclaré mercredi l’entreprise, qui espère faire oublier les erreurs de la version précédente et son échec à négocier le virage des smartphones.

    « C’est la première fois que l’on essaie de faire un tel déploiement mais pour le moment tout se passe bien, il y a beaucoup d’intérêt », a assuré à l’AFP un porte-parole de Microsoft, tout en prévenant que

    > Comment installer Windows 10 sur son ordinateur & voir la vidéo ? Le savoir, ici ...

    Source > Agence Afp sur > http://www.sudinfo.be/1342713 Illustration > AFP/Jung Yeon-Je

  • Imprimer

    COMMENT VOTRE ENTREPRISE VOUS EVALUE

    Entreprise_2015_shutterstock_259212779.jpg

    Selon l'esprit du temps, tout, en ce monde, serait évaluable.

    Ce qui se dérobe à l'évaluation serait donc suspect de collusion avec la médiocrité.

    Le travail n'échappe pas à cette logique et son évaluation objective est à la base des nouvelles méthodes de gestion et d'organisation du travail.

    Problème : les cadres ne seraient pas satisfaits de la façon dont sont évaluées leurs compétences. À leurs yeux, le processus devrait prendre davantage en compte leur participation à la vie de l’entreprise et leur capacité à animer une communauté autour de leur expertise, et pas seulement la réalisation des objectifs fixés par les managers. Si les directions des ressources humaines plébiscitent de plus en plus l’évaluation individualisée comme instrument de gestion des rémunérations et des carrières, les méthodes employées suscitent scepticisme, stress, sentiment d’insécurité, voire incompréhension et même colère.

    La pratique des entretiens d’évaluation, installée depuis une dizaine d’années dans de grandes entreprises, est de plus en plus sophistiquée, avec le recours à des outils informatiques qui conduisent à une sorte de standardisation. Elle devient un outil de gestion, car elle est de moins en moins aux mains des managers au profit des ressources humaines. De plus en plus de syndicats attaquent en justice les pratiques de ces entretiens. Avec deux principaux griefs : l’absence de concertation avec les représentants du personnel et l’intégration de critères comportementaux dans l’évaluation. Lesquels peuvent renvoyer à des critères de personnalité.

    Lectures standardisées ?

    La législation sociale, les accords de branches et d'entreprises imposent un certain nombre d'outils destinés à  … Lire la suite ici ...

    Redessiner les pratiques

    Quelques méthodes d’évaluation

    Source > Texte: Rafal Naczyk sur > http://www.references.be

    compétences / managers / travail / recrutement / entretien /d'évaluation / gestion / salariés / Compétences / Gestion d'équipe / Evaluation

  • Imprimer

    COMMENT BIEN CHOISIR SON JOB ETUDIANT ?

    Etudiants_2015_shutterstock_75384757.jpg

    Usine, bureaux, administration, animation, horeca, vente…

    Des jobs étudiants, il y en a vraiment de toutes les sortes.

    Mais ce n’est pas parce que ce n’est qu’un travail temporaire qu’il faut accepter le premier qui se présente. Déterminez vos intérêts afin de choisir le job étudiant qui boostera au mieux votre (jeune) carrière.

    1. Un job adapté

    Dans quoi êtes-vous doué ? Quels sont vos centres d’intérêt ? Quelles sont vos compétences ? Soyez conscient de vos atouts, mais aussi de vos faiblesses : si vous résistez mal au stress, évitez de travailler dans un fast-food. Si vous détestez le travail en intérieur, alors évitez l’archivage et préférez l’animation. Vous êtes mal à l’aise en public ? Il vaut peut-être mieux ne pas devenir promo girl/boy… À moins de justement saisir cette opportunité pour faire des progrès ?

    2. Une ligne sur son CV

    Si vous suivez des études supérieures, choisir un job étudiant en rapport avec votre cursus est une excellente idée. Cela vous permettra de déjà acquérir de l’expérience dans votre domaine et ce sera un atout de plus à ajouter à votre CV. Vous pouvez aussi viser les entreprises dans lesquelles vous comptez postuler une fois votre diplôme obtenu : les RH connaîtront déjà votre tête et votre sens du travail bien fait, même si vous êtes affecté à la distribution du courrier !

    3. Des horaires aménagés

    N’oubliez pas que le travail principal d’un étudiant est… d’étudier. Le petit boulot est très utile pour gagner un peu d’argent, mais il ne doit pas empiéter sur les heures d’études ou de cours. Veillez donc à choisir un job avec des horaires pratiques ou flexibles, qui s’adaptent à votre style de vie.

    4. Et un bon salaire ?

    En tant qu’étudiant, le salaire est évidemment une question primordiale. Le point positif étant que vous serez très peu taxé sur vos revenus. Si votre priorité est de gagner beaucoup d’argent rapidement, en vue d’un voyage par exemple, vous serez évidemment moins regardant sur les conditions de travail ou sur l’expérience professionnelle qu’il peut vous apporter.

    Source & Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

    job d'étudiant / Job étudiant / Choisir / Fonctions

     Sur ce blog > COMBIEN PEUT GAGNER UN ETUDIANT ? (BON A SAVOIR !)

    Sur ce blog > VOICI COMBIEN GAGNE, EN MOYENNE, UN ÉTUDIANT JOBISTE CET ÉTÉ EN BELGIQUE

  • Imprimer

    4 PRINCIPES POUR NEGOCIER VOTRE SALAIRE

    Negociation_2015_shutterstock_211235011.jpg

    Tout au long de votre discussion, il faut que vous gardiez 4 principes à l'esprit et que vous agissiez en fonction.

    Ils forgent votre ligne de conduite pour la négociation.

    Premier principe : écoutez attentivement

    Mieux vaut écouter attentivement que de parler. Tout le monde a besoin d'attention, même votre adversaire dans la négociation, et personne n'échappe au besoin d'être reconnu et apprécié.

    Si vous voulez savoir ce que l'adversaire a sur le cœur ou pourquoi il fait certaines remarques, écoutez-le attentivement et posez-lui des questions, tout en provoquant des contacts oculaires réguliers.

    N'interrompez pas tout le temps votre interlocuteur et réagissez une fois qu'il a fini sa phrase, vous aurez d'autant plus d'informations.

    Deuxième principe : soyez concret et osez-vous affirmer

    Pensez aux chiffres concrets pendant la discussion : le salaire brut, les jours de congé…

    Évitez les discussions vagues et ramenez systématiquement votre interlocuteur vers des sujets concrets. Par exemple : " Vous avez tout d'abord proposé de réduire le salaire brut de 10 %. J'ai accepté à condition de recevoir une voiture de fonction et le remboursement de mes frais de téléphonie. À quelle voiture pensez-vous exactement ? Quel sera le remboursement mensuel pour le téléphone ? "

    En menant une conversation bien ficelée, vous démontrerez que vous étiez bien préparé à cette négociation. Mieux vaut paraître sûr de soi et s'affirmer pendant les négociations. Votre cause est fondée et vos attentes sont réelles.

    Troisième principe : soyez persévérant

    Vous vous engagez dans une négociation de salaire avec un but précis et une stratégie. N'en démordez pas. Lorsque que vous vous voyez obligé de céder sur un certain point, précisez que vous souhaiteriez y revenir plus tard et de préférence au cours de cette même discussion. Et faites-le ! Prenez note de votre remarque afin de ne pas l'oublier dans le feu de l'action.

    Quatrième principe : gardez à l'esprit les intérêts de l'employeur

    Posez-vous systématiquement la question de savoir ce que vous feriez à la place de votre interlocuteur. Comment réagiriez-vous à telle ou telle question si vous étiez l'employeur.

    N'oubliez pas que l'entreprise craint l'effet tache d'huile : si elle vous fait une promesse, il se peut que le personnel actuel réclame la même chose dans les 24 heures. Si vous faites passer votre intérêt après celui de l'entreprise, vous mettrez votre interlocuteur dans une situation de calme et d'assurance.

    5 étapes à suivre > A lire ici ...

    Source > http://www.references.be