carrière - Page 2

  • Imprimer

    3 PERSONNES IMPORTANTES QUI DONNENT UN COUP DE POUCE A VOTRE CARRIERE

    belangrijkemensen_113206771.jpg

    Avec quelles personnes devez-vous absolument garder le contact au cours de votre carrière ? Pas forcément avec vos collègues immédiats…

    1. Quelqu’un qui vous a poussé à donner le meilleur de vous-même

    Que ce soit un ancien professeur, un manager dans votre ancienne boîte ou un entraîneur sportif : gardez le contact avec quelqu’un qui vous a forcé à repousser vos limites, dans le sens positif. Cette personne vous a toujours encouragé à donner le meilleur de vous-même.

    Il vous semble sans doute plus agréable de maintenir le contact avec quelqu’un qui vous avait trouvé génial d’emblée. Mais si vous y réfléchissez bien : quelqu’un qui en a toujours exigé davantage de vous a sans doute vu dès le départ tout le potentiel que vous renfermiez. Et cette personne vous soutiendra toujours quand il s’agira de faire avancer votre carrière et d’obtenir une promotion.

    Comment renouer avec une telle personne ? Envoyez-lui un mot ou appelez-la lorsque vous recevez une promotion, un prix ou lorsque l’on vous confie un projet majeur. Remerciez-la pour le soutien qu’elle vous a toujours témoigné et demandez-lui également si elle a des suggestionspour vous aider à vous améliorer encore. Elle aura certainement de précieux conseils à vous prodiguer.

    2. Quelqu’un qui vous a chaudement recommandé

    Quelqu’un qui s’est mouillé pour vous sait que vous en valez la peine. Cette personne continuera sans doute à vous soutenir et à vous recommander, tant que vous répondrez à ce que l’on attend de vous.

    Il y a toutefois une différence entre quelqu’un qui vous recommande après que vous le lui ayez demandé et quelqu’un qui se propose spontanément de vous soutenir. Cette dernière personne peut aussi vous aider à trouver de nouveaux contacts si vous changez de carrière ou si vous déménagez. Elle devrait être la première personne à contacter à chaque fois que vous vous trouvez dans une phase de transition. Faites-lui part de vos aspirations et demandez-lui si elle connaît des personnes qui pourraient vous aider à atteindre vos objectifs.

    3. Le meilleur stagiaire ou assistant que vous n’ayez jamais eu

    Vous ne devez pas seulement garder des contacts avec les personnes déjà bien avancées dans leur carrière. Ceux qui vous ont apporté une aide précieuse alors qu’ils occupaient un poste inférieur ne resteront pas éternellement à leur fonction. Ces stagiaires et ces assistants vous seront certainement utiles à un moment ou un autre de votre carrière.

    Prenez les devants. N’attendez pas que ces personnes vous contactent lorsqu’elles auront besoin d’une recommandation. Envoyez-leur un e-mail ou un petit mot pour prendre des nouvelles et gardez le contact. En somme, ne limitez pas le networking à vos anciens patrons. Voyez plus large et profitez de ces conseils pour vous construire un réseau qui vous sera utile en toutes circonstances.

    Cet article est d’abord paru sur Intermediair.

    Source : The Daily Muse via > http://www.references.be

  • Imprimer

    LE CLIMAT GENERAL FORCE LES TRAVAILLEURS A SE REINVENTER

    _MG_8172b.jpg

    Les entreprises sont en constante évolution, s’adaptant sans cesse aux nouvelles demandes du marché.

    Pourquoi les travailleurs ne feraient-ils pas de même ? Regardez votre plan carrière et votre position sur le marché du travail sous un angle nouveau, vous encourage Nicolas de Vicq, consultant indépendant passionné par l’entreprenariat, qu’il veut individualiser. Avec son épouse, Sandrine Vandenbossche, neuropsychologue, il a lancé Mindstep, destinée à accompagner les travailleurs désireux de changer d’horizon(s). Ils s’inspirent du modèle Business Model You, développé par l’entrepreneur multimillionnaire Tim Clark, qui a révolutionné l’entreprenariat pour le rendre accessible à tout un chacun. Son slogan : « l’entreprenariat pour tous ! ». C’est aussi l’objectif poursuivi par Nicolas de Vicq et Sandrine Vandenbossche, qui veulent encourager les travailleurs à « entreprendre leur carrière ». Nous les avons rencontrés au salon Talentum de Bruxelles, où ils donnaient un séminaire sur le sujet. Explications.

    Votre initiative se fonde sur le fameux modèle « Business Model You ». Pouvez-vous nous expliquer plus précisément en quoi cela consiste ?

    Dans son ouvrage (collectif), Tim Clark se penche sur les aspects les plus fondamentaux nécessaires au bon fonctionnement d’un business. En une page, il répond à des questions essentielles : quelle est la valeur ajoutée que l’entreprise apporte ? À quel segment du marché s’adresse-t-elle ? Quel bénéfice ce marché lui procure-t-il ? Quelles sont ses activités ? Ses ressources ? Ses coûts ? Cela permet de faire le mapping en une page d’une idée de business. Tim Clark adapte cet outil aux individus. Il part du principe que chacun est en soi une sorte de petite entreprise. Il faut alors se demander quelle est notre valeur ajoutée ? Quels sont nos compétences ? Ce modèle s’applique à toute personne désireuse de réorienter sa carrière, qu’elle aspire à développer sa propre entreprise ou à changer d’employeur.

    Beaucoup de travailleurs se trouvent-ils dans cette situation ?

    Nous constatons un besoin de changement plus pressant, plus impérieux, qu’avant. Les travailleurs aspirent à l’épanouissement, dut-ce passer par la reconversion professionnelle. Ce besoin touche aussi bien les jeunes d’une trentaine d’années qui n’ont que quelques années d’expérience, que les professionnels d’un âge plus avancé, qui ont besoin de redonner un sens à ce qu’ils font, de retrouver de la motivation, qui ne se sentent plus alignés avec les valeurs de leur entreprise. Ils ont de nouvelles exigences au niveau personnel et aspirent à un autre équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée.

    Comment expliquez-vous cette évolution ?

    Les temps ont changé. Il y a dix ans, on parlait encore de la « sécurité de l’emploi ». Aujourd’hui, nous sommes bien conscients de ne plus pouvoir rester à vie dans une entreprise. Nous devons désormais nous protéger en nous réinventant constamment, sous peine de nous retrouver du jour au lendemain sans emploi. Le risque ne concerne pas que les indépendants.

    Certains profils sont-ils plus enclins à la reconversion que d’autres ?

    Nous ne constatons pas de différences en fonction des secteurs, des professions. La volonté de changement tient plutôt à la personnalité des travailleurs. Ne fut-ce que remettre en question son orientation professionnelle demande un certain courage. Cette remise en question constitue une première phase, relativement difficile. C’est aussi pour cela que nous sommes là. Nous accompagnons les travailleurs dans le processus de transition de carrière.

    Cette phase de questionnement débouche souvent sur une seconde : celle de la transition effective. Le travailleur doit alors entreprendre des démarches concrètes pour changer de travail. Cette phase est la plus délicate. Les travailleurs freinent souvent des quatre fers. Ils sont retenus par le risque, par la peur du changement. Ce risque est parfois mal évalué. De nombreux employés craignent par exemple de passer au statut d’indépendant car ils pensent mettre en péril leur pension. Or, de nos jours, chaque travailleur, indépendant ou employé, doit prendre conscience que sa pension n’est pas assurée, quel que soit son statut. Nous devons tous souscrire une assurance complémentaire. Au final, si vous vous entourez des bons experts et si vous faites appel aux nombreuses structures d’aide aux indépendants, vous vous rendrez compte que vous n’aurez pas plus de désavantages que les employés.

    Quelle est la principale difficulté de la reconversion professionnelle ?

    La résistance au changement. On entend beaucoup parler de sortir de « la zone de confort ». Mais parfois, on oublie que « sortir de la zone de confort », ça veut aussi dire qu’il faut un moment accepter de se sentir inconfortable. Démissionner, changer d’employeur, ne pas réellement savoir si nous gagnerons au change, ne pas connaître l’ambiance de travail dans la nouvelle entreprise, constituent de nombreuses inconnues qui peuvent parfois faire peur.

    Avez-vous un conseil à donner à ceux qui rêvent de reconversion ?

    Il faut résister à la tentation de rester dans sa zone de confort, sous peine de passer à côté d’une opportunité réelle d’épanouissement. Quand on sort de sa zone de confort, on atterrit dans une zone de panique, semée d’incertitudes. Mais lorsque l’on dépasse cette zone, on accède à une zone magique où l’on peut essayer d’atteindre ses objectifs et ses rêves. Tout devient alors possible. C’est en visualisant son objectif final, son rêve, que l’on peut sortir plus sereinement de cette zone de confort pour atteindre un idéal de carrière et de vie.

    Source > Texte: Céline Préaux via > http://www.references.be

  • Imprimer

    4 MAUVAISES RAISONS POUR REORIENTER SA CARRIERE

    saut.jpg

    Vous êtes arrivé à un point décisif dans votre carrière.

    Votre boulot vous ennuie, vous vous êtes fait virer ou vous traversez une crise : bref, vous rêvez de changer tout à fait de secteur et de vous reconvertir professionnellement. Passer d’analyste financier à éleveur de chèvres, de réceptionniste à fleuriste, de responsable marketing à hôtesse de l’air… Pourquoi pas après tout ? N’oubliez pas cependant qu'il s'agit d'une opération compliquée, qui doit être mûrement réfléchie.

    Entamez-vous ce processus pour les bonnes raisons ? Voici 4 mauvaises raisons de vous lancer dans une reconversion professionnelle.

    1. L'instinct de fuite

    Vous n'êtes pas heureux au travail ? Parfois, de simplesaménagements à l’intérieur de votre job suffisent à vous y redonner goût. Peut-être que ce n’est pas votre fonction en elle-même qui vous pose problème, mais les circonstances de travail de votre métier, ou votre façon de travailler. En cas de conflit avec ses collègues, d’harcèlement, de licenciement ou de burnout par exemple, le réflexe est souvent de rejeter sa fonction en bloc et de lancer une reconversion radicale. Il faut faire une distinction entre votre poste et votre métier : peut-être que votre métier vous convient tout à fait, mais que vous ne pouvez simplement pas l’exercer dans ces conditions.

    2. Le besoin de plaire à sa famille

    « J’ai toujours voulu que tu rentres dans la police, comme ton père » ; « Je te vois tellement bien cuisinier ! » ; « Tu devrais ouvrir ton propre magasin de réparation de vélos… » Nos proches pensent nous connaître parfaitement et ont parfois des attentes très spécifiques à notre sujet. Ne vous laissez pas influencer outre mesure, car seules des raisons profondément personnelles doivent vous motiver à entamer une reconversion épanouissante. Pour prendre une décision qui peut avoir de si lourdes conséquences, mieux vaut se connaître parfaitement, avoir confiance en ses compétences et être persuadé que cette nouvelle carrière nous comblera entièrement. Hors de question de le faire pour plaire à votre entourage !

    3. La reconversion opportuniste

    Certains secteurs sont plus porteurs que d’autres. Mais décider de se rediriger vers un secteur porteur après un licenciement uniquement parce que l’on veut travailler à tout prix est la meilleure façon de rater sa reconversion. Les recruteurs percevront votre manque de motivation, et vous finirez de toute façon par vous lasser de ce nouveau choix de carrière. Comme dit précédemment, les raisons d’une reconversion doivent être strictement personnelles, c’est-à-dire basées sur ce que vous voulez vraiment faire de votre vie, en écoutant vos talents et passions.

    4. Le rêve de l’indépendance

    À la suite d’un souci avec votre hiérarchie, vous avez peut-être déjà rêvé de devenir votre propre patron. Vous pensez fini les ordres arbitraires, les réunions ennuyeuses et les horaires rigides ! Prenez garde à ne pas idéaliser l’idée de devenir indépendant : la réalité est souvent bien moins rose. Si vous souhaitez réellement lancer votre propre affaire, essayez d’aller passer auparavant quelques jours sur le terrain, en compagnie d’un indépendant. Comptabilité, heures de travail, sacrifices… Vous saurez ainsi si vous êtes prêt à opérer la reconversion ou non.

    Source: keljob.com via > http://www.references.be

  • Imprimer

    TALENTUM > SALON DE L’EMPLOI ET DES CARRIÈRES 100% LIÉGEOIS

    talentum.jpg

    Ce salon de l’emploi et des carrières s’exporte pour la première fois en région Liègeoise

    Mis en place il y a 6 ans, le salon Talentum pose ses valises en Wallonie, porté par JobsRégions et Références. Première étape: Liège Airport, le 17 septembre prochain. Au programme: des employeurs liégeois pour des talents liégeois en recherche d’un job ou d’une évolution de carrière.

    Derrière cette initiative, on retrouve le Groupe Rossel via Références, JobsRégions et Sudpresse: « À l’origine, la spécificité de Talentum est qu’il se veut être, en plus d’un salon où l’on retrouve des offres d’emploi, un salon de carrières », explique Pierre Leerschool (la photo), directeur général et DRH de Sudpresse.

    « Conférences de spécialistes, révision des CV et entretien avec des consultants permettent de s’armer pour faire évoluer sa carrière. »

    Un nouvel élément intervient dans la réalisation d’une carrière: la proximité de leur travail. « D’où l’idée d’exporter le Talentum en région, pour que les chercheurs d’emploi comme les travailleurs puissent trouver un job près de chez eux! Nous voulions par ailleurs reproduire l’opération à Liège pour monter qu’il y a dans cette ville une véritable dynamique d’emploi », poursuit Pierre Leerschool. «  Les médias ont aussi à remplir un rôle sociétal en aidant les lecteurs et internautes sur des dossiers qui les touchent: l’emploi en est un. C’est aussi une occasion unique pour réunir les entreprises liégeoises et les acteurs de l’emploi dans la région. »

    5000 visiteurs

    Ce passage de Bruxelles à Liège, c’est aussi, pour l’organisateur, le signe d’une Wallonie volontariste: « Il y a une volonté de prendre son sort en main, à moins d’un an des élections et beaucoup d’entreprises de poids ont déjà manifesté leur intérêt ce qui prouve que oui, nous recrutons encore », affirme le directeur. Le choix du lieu pour ce premier salon, Liège Airport, n’est d’ailleurs pas anodin : « C’est l’exemple d’une belle réussite économique! »

    Le salon table sur 5000 visiteurs et pas moins de 50 exposants parmi lesquels on pourra retrouver des organismes de formation. Talentum Liège peut déjà compter sur le soutien d’employeurs de choix en région: Tecteo, la FN Herstal, le réseau hospitalier CHC et la société Eloy à Sprimont.

    Aux côtés des employeurs de taille, le salon fera aussi la part belle aux PME et TPE qui bénéficieront d’un espace particulier: « Les entreprises de plus petite taille ont une façon différente de recruter », explique Vinciane Schenckel, responsable communication pour le groupe S, sponsor de l’espace PME. « Elles pourront établir un véritable contact avec les gens à la recherche d’emploi ou d’une nouvelle orientation, s’asseoir autour d’une table et discuter. Par ailleurs, c’est aussi un espace dédié au B2B: les PME pourront échanger leurs informations et leurs services ». Les starters pourront également y trouver infos et conseils.

    Vitrine du dynamisme wallon, Talentum Liège apporte sa pierre au retour de la confiance auprès des collaborateurs et des entreprises.

    En pratique

    >Où? À l’aéroport de Bierset, à Liège- Rue de l’Aéroport > B-4460 Grâce-Hollogne www.liegeairport.com

    • >Quand? De 12 à 20h, pour permettre à ceux qui travaillent de profiter du salon après journée.
    • >Comment? En voiture : Liège Airport, rue de l’Aéroport à 4460 Grâce-Hollogne autoroute E 42, sortie N°3.
    • En train : arrivé à la gare des Guillemins, prendre le bus Ligne TEC 57 (Trajet de 12 minutes).
    • >Infos: Le site internet de Talentum Liège sera en ligne dès le 6 juillet. Suivez l’actualité du salon sur: www.talentumregions.be

    >Votre entreprise est intéressée par le salon? Pour votre recrutement, le salon met à votre disposition différente formules adaptées à vos besoins. Contact: Cindy Schroder au 0479 67 10 92 ou par mail cindy.schroder@jobsregions.be

    Source > http://www.jobsregions.be

  • Imprimer

    UN NOUVEAU SITE "CARRIERE" DESTINE UNIQUEMENT AUX GENS BEAUX

    beautiful.jpg

    Avec une jolie gueule, c’est parait-il plus facile de trouver un job ou d’obtenir une promotion.

    Pas illogique donc que les créateurs du site de rencontre Beautifulpeople.com aient lancé leur propre site carrière… Et pour avoir accès à ces offres d’emploi, il ne faut pas être un laideron.

    Cela fait déjà 10 ans que le site de rencontre BeautifulPeople.com rassemble des gens qui répondent à un certain idéal de beauté occidental. Seuls les profils dont les photos sont jugées assez belles par les autres membres sont acceptés sur le site. Pas de chance donc pour ceux qui arborent une calvitie naissante, des dents de travers ou des verrues sur le nez. En 2011, le site a fait parler de lui car il avait refusé 30.000 profils de gens jugés trop laids.

    Meilleure impression pour les clients

    Selon le porte-parole Miki Haines, plusieurs entreprises ont montré un grand intérêt pour les 750.000 membres présents sur BeautifulPeople.com. C’est pourquoi le site a décidé de créer un portail job avec des offres d’emploi uniquement accessibles par ses membres. "Un patron honnête vous dira que pour son entreprise, employer des gens beaux est un grand atout", explique Greg Hodge, managing director du site.

    En ce moment, le site héberge 48 offres d’emploi. Un certain nombre de celles-ci sont pour des fonctions comme présentateur télé ou top-modèle, mais il existe aussi beaucoup de fonctions dans les sales. "Les vendeurs qui présentent bien font une meilleure première impression sur les clients et obtiennent donc de meilleurs résultats" ajoute Hodge.

    L’annonce de ce nouveau site-carrière a suscité beaucoup de controverse. Plusieurs faiseurs d’opinion parlent de discrimination et pensent que ce genre de pratique peut finir au tribunal.

    Lire aussi

     

    Source > http://www.references.be

  • Imprimer

    6 RAISONS POUR LESQUELLES LE SOLEIL EST BON POUR VOTRE CARRIERE

    shutterstock_101457976.jpg

    On les a longtemps attendu, les voici enfin : les premiers vrais rayons de soleil de l’année. Ils sont accueillis avec grand enthousiasme bien sûr, et on le remarque directement: le soleil a une influence sur nous à divers niveaux.

    Les effets bienfaisants de la lumière du soleil sont connus. Grâce à la vitamine D, l'absorption du calcium dans notre métabolisme est facilitée, notre système immunitaire se renforce et le risque d’attraper certains cancers diminue. La lumière du soleil est aussi bonne pour le cœur et la pression artérielle, et elle a aussi un effet très bénéfique sur le moral, qui permet de lutter contre les dépressions.

    Mais saviez-vous que le soleil était également bon pour votre carrière ? Dépêchez-vous donc d’en profiter !

    1. De meilleure humeur au travail

    Au cœur de l’hiver, quand il fait froid et sombre, il n’est pas rare que vous arriviez bougon au travail et que vous deviez faire de grands efforts pour ne pas engueuler vos collègues, s’ils osaient ouvrir la bouche. Mais maintenant que le soleil est là, vous vous sentez un autre homme. Vous allez au bureau en chantonnant, discutez gaiement avec chacun de vos collègues et remarquez que tout se déroule de façon plus agréable.

    2. Productivité

    Bien sûr, votre nouvelle joie de vivre ne va pas travailler à votre place. Cependant, grâce au soleil, vous vous sentirez plus concentré sur vos tâches et vous travaillerez plus vite que pendant les jours de pluie. Peut-être même que votre productivité sera tellement haute que vous serez prêt plus tôt, histoire d’aller boire un verre en terrasse avec vos collègues ?

    3. De meilleures affaires

    Si vous vous sentez bien et que vos associés aussi, vous pourrez conclure les marchés plus vite et plus facilement. Vous ne discutaillez plus des détails insignifiants, vous allez droit au but et passez un marché où tout le monde se retrouve.

    4. Plus de succès grâce à votre apparence

    Grâce au soleil, vous avez maintenant un merveilleux teint hâlé. Et c’est apprécié ! Un teint bronzé fait plus sain qu’un visage pâle, et ce nouveau look peut vraiment faire la différence. Il est en effet de notoriété publique que les gens qui ont une belle apparence ont plus de succès dans leur vie en général et dans leur carrière en particulier.

    5. Moins malade

    Sous l'influence de la vitamine D due au soleil, votre système immunitaire se renforce, et vous êtes donc moins souvent malade. Vous devenez un travailleur fidèle au poste tous les jours, qui peut tranquillement travailler sur ses projets, et qui fait bonne impression à son patron.

    6. Nouveau printemps, nouveau départ ?

    Les rayons de soleils annoncent l’arrivée du printemps (cette année, plutôt de l’été). Tout comme la nouvelle année, c’est une période propice pour faire le bilan et prendre un nouveau départ. Vous sentez-vous prêt pour autre chose ? Il est peut-être temps de chercher un autre job ou de lancer enfin votre propre affaire!

    Source > http://www.references.be

  • Imprimer

    10 CONSEILS CARRIÈRE AUX 'VINGTENAIRES'

    36_1471.jpg

    Vingt ans… Difficile à cet âge-là de compter sur une solide expérience, mais cela n’empêche pas de vouloir se bâtir une carrière et atteindre ses objectifs professionnels. La coach de carrière américaine Melanie Axman a dressé une liste de conseils avisés, presque maternels, pour les jeunes professionnels.

    1. Une carrière toute tracée, cela n’existe pas

    Il est impossible de planifier à l’avance toute sa carrière. Vous atterrirez peut-être dans des secteurs pour lesquels vous n’aviez jamais imaginé travailler un jour. Essayez de tirer profit de toutes vos expériences.

    2. Collaborer avec des collègues que vous ne supportez pas est bon pour votre épanouissement

    L’environnement de travail parfait n’existe pas. Les egos et ambitions de chacun s’affrontent régulièrement. Qui plus est, vous ne pouvez pas changer aussi facilement des personnalités fortes. Apprenez donc à vivre avec les autres. Votre carrière en sortira grandie.

    3. Cherchez du travail là où vous êtes apprécié(e)

    D’accord, tout le monde est remplaçable et il existe sûrement plein d’autres personnes qui pourraient tout aussi bien faire votre travail. Il existe toutefois des environnements dans lesquels vous vous sentez à votre place et où vous ne souhaitez pas que l’on vous remplace. Essayez donc également de ne pas en partir trop vite.

    4. La crise peut contrarier votre plan de carrière

    Trouver un job qui nous convienne n’est plus aussi simple qu’il y a dix ans. Crise oblige, nombreux sont ceux à devoir se contenter de ce qu’ils peuvent trouver. Si vous avez fini vos études, il peut être intéressant de suivre une autre formation supplémentaire au lieu de vous lancer immédiatement sur le marché du travail.

    5. Les règles d’antan sont toujours valables

    La manière dont nous travaillons à profondément évolué, mais certaines choses n’ont toutefois pas changé. L’éthique professionnelle défendue par vos parents n’a pas perdu de sa valeur : soyez reconnaissants pour votre travail et donnez toujours le meilleur de vous-même.

    6. Conservez une ouverture d’esprit et restez reconnaissants

    Continuez à apprendre et ne perdez jamais votre intérêt. Chaque boulot a un côté intéressant dont vous pouvez un jour tirer profit.

    7. Apprenez à gérer votre argent

    Au début de votre carrière, il est normal que vous ayez quelques difficultés à joindre les deux bouts. Soyez économes et ne dépensez pas tout votre argent dans des produits de luxe, mais bien à des expériences intéressantes.

    8. Sachez quitter à temps un navire qui coule

    De nombreuses personnes regrettent parfois d’être restées trop longtemps à leur poste. Restez donc vigilants et explorez d’autres horizons lorsque le vent tourne. Si vous êtes sous-payés ou si vous constatez que la start-up pour laquelle vous travaillez ne va jamais décoller, n’attendez pas la dernière minute pour chercher autre chose.

    9. Votre résistance est plus importante que vous ne le pensez

    Vous serez parfois confrontés à des situations difficiles au travail, des clients qui crient ou un patron en colère. Restez calmes, vous n’allez pas en mourir. Mieux encore : vous en sortirez grandis. Quand on a vingt ans, on regorge de ressources – insoupçonnées – pour rebondir.

    10. La quête du bonheur fera de vous un(e) meilleur(e) employé(e)

    Vous allez apprendre que dans la vie, tout n’est pas qu’une question d’argent et de célébrité. Cherchez votre bonheur, prenez du plaisir à faire ce que vous faites et faites en sorte que l’on vous considère comme un(e) professionnel(le).

    Source > http://www.references.be

  • Imprimer

    5 PÉNIBLES LEÇONS DE CARRIÈRE....BON A SAVOIR !

    shutterstock.jpg

    Une carrière, c'est rarement un long fleuve tranquille. Elle est plutôt faite de succès mais aussi d'échecs retentissants, de grands projets, parfois de réorientation complète... Et de leçons à apprendre.

    On fait tous des erreurs, le tout est d'ensuite en tirer des enseignements. En voici 5 particulièrement pénibles à accepter.

    1. Personne ne va faire votre pub à votre place

    Trop d'employés espèrent en silence que leur patron va remarquer spontanément leurs compétences et leur labeur, pour ensuite les récompenser à grands coups de compliments, augmentations et promotions… Cela arrive parfois, mais ne vous reposez certainement pas sur cet espoir pour évoluer ou votre carrière: elle risque de ne jamais passer la deuxième.

    La vérité, c'est que vous devrez sans doute faire votre autopromotion pour atteindre vos objectifs. Personne ne le fera à votre place, et rester discret n'apportera jamais rien à votre carrière.

    Comment se vendre sans se vanter?

    2. Votre réputation est très importante

    Vous vous moquez bien de ce que les autres pensent de vous? Tant mieux. Mais quand il est question de votre carrière professionnelle, vous feriez mieux de vous y intéresser un minimum. Une bonne réputation est primordiale pour évoluer et s'assurer de chouettes opportunités d'emploi à moyen terme. Cela nécessite de travailler dur, mais le jeu en vaut la chandelle.

    Cultivez donc votre réputation et faites-vous connaître via le networking interne et externe à votre entreprise.

    Comment contrer une mauvaise réputation?

    3. Un mauvais patron peut ruiner le meilleur des jobs

    Même si vous adorez votre travail, votre fonction et que l’ambiance avec vos collègues est au top, le fait d’avoir un mauvais patron anéantira tout le reste. Un patron manipulateur, tyrannique, incompétent, ou simplement trop mou peut transformer vos journées en calvaire.

    Ne sous-estimez jamais l'importance d'un bon management. Lorsque l'on vous propose un poste qui semble à première vue alléchant, vérifiez avant de l'accepter que votre futur patron n'est pas un incapable.

    4. Le job de rêve n’existe pas

    Où en tout cas, il ne sera jamais clairement identifiable. Vous avez sans doute une idée très précise de ce que serait votre job de rêve. Pourtant, une fois que vous aurez accédé à la fonction de vos rêves dans l’entreprise de vos rêves, vous allez peut-être vous rendre compte que ce n’est pas du tout ce que vous vouliez. Mauvais patron, ambiance toxique, horaires intenables peuvent ruiner votre job idéal.

    Votre job de rêve se cache peut-être dans une autre direction que celle sur laquelle vous êtes focalisé depuis très longtemps. Pour éviter les déceptions, mieux vaut parfois établir à l'avance une liste des aspects que devra contenir votre "job de rêve". cela vous évitera d’accepter n’importe quoi en entretien.

    Je ne me plais pas dans mon nouveau job. Que faire ?

    5. Votre diplôme ne vous aidera pas autant que ce que vous pensiez

    Après avoir passé 5 ans à hanter les amphis, bûcher sur vos examens et suer sur vos travaux pratiques, vous pensiez que vous aviez bien mérité de décrocher le job idéal. Mais trouver le job de vos rêves (ou même n’importe quel job) est devenu compliqué avec la crise...

    Avoir de l’expérience est crucial, au grand dam des jeunes diplômés. Elle est même souvent privilégiée par rapport aux études. Désormais, les employeurs recrutent plutôt un potentiel et des compétences et pas un diplôme.

    Comment décrocher un job sans expérience?

     

    Source > businessinsider.com > Via > http://www.references.be