astuces - Page 4

  • Imprimer

    ENTRETIEN D’EMBAUCHE > 7 QUESTIONS POUR IMPRESSIONNER LE RECRUTEUR

    shutterstock_79903723b.jpg

    Le recruteur cherche à évaluer votre perspicacité et votre pertinence.

    Les entretiens d’embauche se terminent souvent de la même façon : le recruteur vous demande si vous avez des questions. Cette interrogation n’a rien d’altruiste. Elle ne vise pas à vous fournir plus d’informations sur votre poste, sur l’équipe que vous allez intégrer ou sur la culture de l’entreprise. Elle est plutôt un moyen d’évaluer votre perspicacité et votre pertinence. En posant des questions intelligentes et réfléchies, vous montrez que vous connaissez votre dossier, que vous vous intéressez réellement à l’entreprise et que vous vous demandez déjà comment vous allez effectuer au mieux votre travail.

    Le jobsite américain The Daily Muse a mené l’enquête auprès de recruteurs professionnels, qui nous livrent les meilleures questions qui ne leur aient jamais été posées par des candidats.

    1. Pouvez-vous citer un exemple d’un défi qu’un client vous a posé récemment ?

    Dans votre mail de suivi (dans lequel vous remerciez le recruteur pour le temps qu’il vous a consacré), évoquez ce défi et proposez les solutions que vous auriez envisagées. – Amy Ogden, Directeur du marketing et du développement pour J Public Relations.

    TWEET > Le recruteur cherche à évaluer votre perspicacité et votre pertinence.

    2. Où voyez-vous la compagnie d’ici un an ? Dix ans ?

    « Il m’a complètement scotché. » – Brandon Seymour, Beymour Consulting.

    3. Puis-je travailler dans le call center pendant quelques semaines ? Pour que je puisse me faire une idée des besoins de vos donateurs…

    Le poste était destiné à un cadre dirigeant. « J’étais complètement éberlué. » –  Robert Moskovits, VP Business Development à Kars4Kids Charity.

    4. Quelle question que vous ne m’avez-vous pas posée vous taraude ?

    « Cette question est tombée à pic parce qu’elle a incité le comité à mettre cartes sur table à propos d’une préoccupation que nous avions tous au sujet du candidat et celui-ci a eu l’occasion d’y répondre. » – Aaron Basko, assistant VP Enrollment Management et Career Services, Salisbury University.

    5. Quel impact aurais-je sur l’équipe si j’étais engagé ?

    « Le candidat était déjà en train d’imaginer à quoi ressemblerait le succès dans cette fonction. » – Mazin Abou-Seido, Directeur Information Technology, Halogen Software.

    6. J’ai vérifié votre présence sur les réseaux sociaux et j’ai remarqué que vos marques ont été plus actives ces derniers mois. Avez-vous changé de stratégie ?

    « Il avait clairement bossé le dossier et était déjà en train de penser à la publicité de nos marques. » – Heidi Ferolito, Directrice RH, Talent Acquisition and Retention for World Travel Holdings.

    7. Qu’est-ce qui déterminerait la réussite de quelqu’un à ce poste ?

    « Cette question montre que le candidat est compétitif. Il veut impressionner tout le monde. » – Ashley Verrill, Marketing de contenu, Software Advice. 

    Source : The Daily Muse Via > http://www.references.be

  • Imprimer

    7 ASTUCES POUR (RE) BOOSTER VOTRE CREATIVITE AU TRAVAIL

    shutterstock_175323647b.jpg

    Vous croulez sous le travail, vous courez d’une réunion à l’autre, vous vous dépêchez de terminer le rapport pour la compta et vous devez encore compiler le dossier pour ce gros client qui attend votre feedback.

    Au final, vous vous retrouvez happé(e) dans le tohu-bohu de la vie active et vous n’avez même plus le temps de… penser ! Vous êtes en mode pilote automatique et effectuez vos tâches à la chaîne, à la manière d’un robot. Nous vous livrons 7 astuces qui vous aideront à lever le pied et à dégager du temps pour rebooster votre créativité.

    1. Faites de votre petit-déjeuner un moment privilégié

    Profitez pleinement de ce moment de solitude avant de vous lancer dans le rush du boulot. Exit vos appareils mobiles en tout genre, exit la lecture du journal devant votre bol de céréales, exit la vérification compulsive de vos e-mails et la rédaction de votre to-do list de la journée. Faites de votre petit-déjeuner un moment privilégié où vous vous retrouvez avec vous-mêmes et laissez libre cours à vos pensées.

    2. Simplifiez-vous la vie

    Épargnez-vous le stress inutile de la désorganisation (« Mais où ai-je encore rangé ce dossier ?! »). Terminez toutes vos journées par le même rituel : rangez vos affaires à leur place (bien déterminée) et dressez la liste des tâches à effectuer pour le lendemain (préparez déjà les dossiers dans l’ordre).

    3. Votre pause du midi, une vraie… pause !

    À moins que vous ne déjeuniez avec un client, vous avez tendance à zapper la pause du midi et à manger votre sandwich devant votre écran d’ordinateur. Malheur à vous ! La pause du midi est essentielle pour recharger vos batteries. Allez faire un tour, loin de votre bureau. Déconnectez-vous complètement.

    4. Détendez-vous avant de prendre une pause

    Vous ne profiterez pas pleinement de votre pause si vous la prenez alors que vous venez d’achever une tâche stressante, qui continuera à occuper vos pensées. Essayez de terminer par une activité simple avant de prendre votre pause. Vérifiez votre to-do list ou mettez de l’ordre sur votre bureau.

    5. Faites un détour

    Si vous habitez près du travail, ne rentrez pas directement chez vous. Essayez d’abord de véritablement vous déconnecter, de décrocher du boulot en dégotant un endroit qui ferait guise de transition : rendez-vous à la salle de sport, promenez-vous dans un parc, allez boire un café (oui, tout(e) seul(e) c’est agréable aussi !) dans un endroit qui vous évoquera la sérénité.

    6. Bousculez votre routine 

    En bousculant vos habitudes, vous vous extirperez de ce fameux mode « pilote automatique ». Sortir du quotidien vous forcera à penser à ce que vous faites et à faire le point sur ce que vous avez accompli au cours de votre journée. Variez les moments où vous prenez des pauses, changez les endroits et les moments où vous allez déjeuner. Parfois, il suffit de troquer votre sempiternel café contre des boissons éclectiques (thé, jus, soda, eau, chocolat chaud, etc.). 

    7. Coupez votre téléphone 

    Oui, c’est dur, mais vous pouvez le faire ! En rentrant chez vous, pendant vos pauses, bref, à n’importe quel moment de la journée, accordez-vous 30 minutes au cours desquelles vous n’êtes pas joignable. Pas de sms, pas de coups de fil, pas de 3G, rien que vous et vos pensées ! Vous ressortirez ressourcé(e) de cet isolement.

    Source : Forbes via > http://www.references.be

  • Imprimer

    5 ASTUCES SURPRENANTES POUR NEGOCIER VOTRE SALAIRE

    shutterstock_147963641b.jpg

    Négocier son salaire pour un nouveau job ou pour un emploi déjà existant peut s’avérer un véritable calvaire, en particulier chez nous, où le salaire reste un sujet très sensible.

    Et pourtant, le salaire, s’il ne fait pas tout, constitue une part importante du bonheur au travail. Les augmentations salariales sont essentielles à la motivation, puisqu’elles permettent de jauger concrètement l’évolution de notre carrière. Instrument de mesure de notre valeur aux yeux de notre patron, elles sont aussi un moyen de booster notre estime personnelle.

    Nous vous livrons 5 astuces surprenantes qui vous aideront à décrocher une augmentation.

    1. Amorcez la discussion en évoquant quelque chose de personnel

    Une expérience menée auprès des étudiants de la Kellogg School of Management et de l’université Stanford a démontré que ceux qui évoquaient des détails personnels sans rapport direct avec leur emploi (fictif) obtenaient des résultats nettement supérieurs à ceux qui s’en tenaient à des négociations purement techniques. Le professeur Adam Grant de la Wharton School of University of Pennsylvania avance que les travailleurs qui s’ouvrent à leurs employeurs gagnent plus facilement la confiance de ceux-ci, qui seraient dès lors plus enclins à faire des concessions.

    2. Maintenez le contact visuel

    La plupart des négociateurs recourent au bluff pour tirer le meilleur parti des tractations. Ils dissimulent l’intérêt qu’ils portent à un candidat et la somme qu’ils sont prêts à concéder. D’après une étude des National Institutes of Health (États-Unis), l’un des meilleurs moyens de forcer les gens à l’honnêteté est de maintenir le contact visuel. Les négociateurs auront plus de difficultés à vous mentir en vous regardant dans le blanc des yeux.

    3. Faites-le parler

    Il est vivement conseillé de faire parler votre interlocuteur et de l’amener à évoquer des détails personnels. Diana Tamir, neuroscientifique à l’université de Harvard, a récemment publié une étude sur les effets neurologiques liés à l’évocation de faits personnels. Elle affirme que les gens qui parlent d’eux-mêmes ressentent les mêmes sensations de plaisir que celles provoquées par la nourriture ou par l’argent.

    4. Prenez un café

    D’après une étude publiée dans le European Journal of Social Psychology, les travailleurs qui viennent de boire une tasse de café sont plus mordants lors d’une négociation. Ils seraient plus résistants à la persuasion et seraient plus fermes et plus assertifs. C’est là une qualité essentielle pour obtenir ce que vous voulez : vous devez montrer à votre interlocuteur que vous ne lâcherez pas le morceau et que vous estimez votre cause légitime.

    5. Faites la première proposition

    Les conventions veulent que l’on attende que l’autre parti fasse le premier pas et avance un chiffre en premier, qui constituerait la base de la négociation. Mais parfois il faut faire fi  des conventions et prendre les devants. C’est le cas pour la négociation salariale. Vous devez proposer vous-mêmes un chiffre précis, qui correspond selon vous à votre valeur marchande pour l’entreprise. Vous mènerez ainsi la discussion et l’orienterez mieux vers votre objectif. Les travailleurs qui présentent une première offre très élevée enregistrent des résultats largement supérieurs aux autres.

    Source : Business Insider via > http://www.references.be 

  • Imprimer

    5 ASTUCES POUR DU TELETRAVAIL EFFICACE

    shutterstock_113205877b.jpg

    Le télétravail attire de nombreux employés qui y voient des avantages indéniables : il permet d’avoir plus de temps pour soi (on peut se lever plus tard et finir plus tôt), de bien se concentrer (pourvu que l’on s’organise) et, surtout, de gagner du temps en termes de trajet travail-domicile. Mais il renferme aussi une série de pièges. Sans encadrement bien défini, il est en effet aisé de se laisser déconcentrer. Par ailleurs, on court le risque de devenir un outsider dans la boîte. Voici donc 5 astuces pour du télétravail efficace.

    Focalisez-vous sur votre to-do list 

    Lorsque vous êtes au bureau, vous êtes habitué(e) à un certain rythme de sociabilité : entre les réunions, les pauses café, les discussions de couloir et les pauses lunch, il peut être difficile de se concentrer véritablement sur une tâche sans s’interrompre. Ne prenez pas les mêmes réflexes quand vous travaillez chez vous : ne vérifiez pas vos e-mails toutes les 5 minutes. Au contraire, profitez-en pour accomplir les tâches qui demandent plus de concentration et fixez-vous des moments précis pour répondre à vos e-mails. Vous pouvez les vérifier une fois par heure. Si la demande est urgente, vos collaborateurs vous téléphoneront.

     Imposez-vous des pauses

    Le télétravail peut aussi être un piège à vos dépens : vous pouvez en oublier de prendre des pauses. Comme nous le disions, au bureau, les pauses vous sont imposées malgré vous : vous êtes interrompu(e) par vos collègues et vous sortez manger sur l’heure du midi. En revanche, chez vous, vous pourriez être tenté(e) de sauter la pause de midi (ah quoi bon aller manger seul(e) ?) ou de la négliger (en mangeant rapidement un sandwich devant votre écran d’ordinateur). Les pauses sont toutefois cruciales pour la productivité : elles permettent de recharger les batteries et, dès lors, de rebooster votre concentration. Allez faire un tour. Cuisinez-vous un petit plat. Appelez un(e) ami(e). Prenez un peu de temps pour vous.

    Prévenez vos collègues

    Avertissez vos collègues du jour de votre télétravail. Notez-le dans l’agenda commun le cas échéant. Laissez clairement les coordonnées auxquelles vous êtes joignable.

     Restez en contact avec vos collègues

    Veillez à ne pas vous isoler de vos collègues. Il est important de vous manifester et de rester présent(e) et actif(/ve) dans la vie de l’entreprise. Si vous avez un système de chat interne, utilisez-le. Sinon installez skype ou échangez des e-mails. Tenez-vous au courant des dernières nouvelles de la boîte.

    Informez vos collègues

    Lorsque vous avez achevé une tâche, tenez vos collègues au courant. Notifiez-le dans votre planning partagé (s’il y en a un). Envoyez-leur un e-mail. Ils verront que vous continuez de travailler en équipe, même si vous êtes physiquement absent(e).

    Source : Trends-Tendances via > http://www.references.be

  • Imprimer

    8 NOUVELLES ASTUCES POUR VOTRE LETTRE DE MOTIVATION

    shutterstock_108889619_0.jpg

    Autrefois, votre lettre de motivation parlait surtout de... vous !

     

    Les choses ont changé. La lettre de motivation des temps modernes doit être centrée avant tout sur l’entreprise à laquelle elle est adressée. Fini le temps où vous pouviez consacrer quelques paragraphes à détailler vos propres accomplissements. Aujourd’hui, vous devez faire montre d’un intérêt réel pour l’entreprise cible et prouver que vous savez comment l’aider. Vous devez montrer comment vous ferez la différence pour cette compagnie.

    Plus facile à dire qu’à faire. En particulier lorsque vous essayez de vous distinguer parmi des douzaines ou des centaines d’autres candidats.

     

    Voici les nouvelles règles qui vous guideront dans la rédaction de votre lettre de motivation.

     1. Soyez bref : votre lettre doit être lue en 10 secondes

    La longueur idéale d’une lettre de motivation ? Trois paragraphes. Le premier doit consister en une introduction. Le deuxième doit être le cœur de votre message. Vous conclurez dans le troisième paragraphe. Le recruteur qui jettera un œil à votre lettre ne vous consacrera que 10 secondes, ou moins. Il veut lire une lettre succincte.

     2. Accrochez votre lecteur dès la première phrase

    « C’est avec beaucoup d’intérêt que j’ai lu votre offre d’emploi pour ... » Voilà la phrase d’introduction idéale pour perdre l’attention de votre lecteur. C’est d’un banal des plus ennuyeux. Si vous postulez en ligne, le recruteur sait déjà quel poste vous briguez et que vous écrivez pour postuler. Au lieu de cela, tentez une phrase professionnelle mais audacieuse, qui attise l’intérêt de votre lecteur. Vous pouvez essayer un : « Vous cherchez un gourou dynamique du marketing ? Arrêtez de chercher. Me voilà ! 

     3. Choisissez deux ou trois compétences citées dans l’annonce et montrez que vous les avez

     

    Lisez attentivement l’offre d’emploi et identifiez le top deux ou trois des compétences que doit posséder le candidat idéal. Utilisez ensuite votre lettre de motivation pour démontrer que vous possédez ces compétences, en donnant des exemples de la façon dont vous les avez utilisées dans le passé. Montrez que vous avez de quoi faire la différence dès le premier jour.

     4. Illustrez vos atouts par des chiffres et des statistiques

    C’est bien beau de dire que vous avez de l’expérience en matière de médias sociaux. Mais c’est mieux, bien mieux, de dire que vous avez mené une superbe campagne de médias sociaux, qui a généré 3,2 millions de followers et qui a augmenté de 3% les bénéfices de la boîte. Vous devez montrer que vous êtes axé(e) sur les résultats et que vous savez faire profiter une nouvelle boîte de vos succès précédents

     5. Ne vous contentez pas de mettre votre CV sous forme de paragraphes

    La lettre de motivation est sensée montrer votre intérêt pour l’entreprise et mettre en avant vos meilleurs atouts pour le poste. Vous ne devez donc pas dresser la liste des moindre de vos tâches et réalisations. Si vous avez remporté un prix exceptionnel ou dirigé un projet extraordinaire, vous devez le mentionner dans votre lettre. Évoquez également les boulots précédents qui sont spécifiquement liés aux compétences et aux expériences recherchées par le recruteur

    6. Adressez votre lettre directement au recruteur             

    Rien n’envoie de signal plus fort de « Je me fous totalement de votre entreprise » qu’une phrase d’introduction du genre « À qui cela peut intéresser ». C’était peut-être encore passable avant l’avènement des technologies modernes, mais aujourd’hui quelques clics dans Google ou un coup de fil peuvent vous donner le nom du recruteur. Celui-ci vous saura gré de vous adresser directement à lui (pour autant que vous épeliez correctement son nom !). Il saura que vous avez passé du temps à chercher des infos sur l’entreprise et la fonction.  

     7. Adaptez votre ton à la culture de l’entreprise        

    Vous pouvez postuler dans une entreprise multinationale, dans une startup ou dans une PME. Mais toutes les entreprises ont un profil différent, dans leur mission et dans leur culture. Pour marquer des points auprès de votre futur employeur, vous devez adopter le ton adapté à l’esprit de l’entreprise cible. Si l’entreprise que vous briguez est plutôt familiale, votre lettre peut être plus informelle et s’arrêter sur quelques anecdotes comiques, qui montreront que vous êtes facile à vivre. En revanche, si la société est formelle, vous feriez mieux de recourir à des expressions traditionnelles, comme « Cher Monsieur/Chère Madame » et de rester très factuel. 

     8. Relisez attentivement votre lettre et soumettez-là à un relecteur             

    Vous ne voulez surtout pas que l’on se souvienne de vous comme de la personne qui a remis un torchon. Relisez donc, relisez et relisez encore. Demandez également à un(e) ami(e) de revoir votre copie. Des fautes de frappe, de grammaire ou d’orthographe sont typiques de la distraction et vous seront fatales aux yeux du recruteur. Sauvez votre candidature de la poubelle.

    Source: Business Insider via > http://www.references.be

  • Imprimer

    INFO > NUIT BLANCHE > 10 ASTUCES POUR SURVIVRE AU BOULOT

    shutterstock_113280493.jpg

    C’est lundi… et vous avez passé une sacrée mauvaise nuit !

    Vous n’avez pas fermé l’œil. La soirée de samedi a été trop arrosée, vous êtes rentré(e) aux petites heures, résultat : vous avez passé la journée de dimanche à trainailler, entre siestes et petits roupillons (oui, c’est différent), vous avez réussi à atteindre par on ne sait quel miracle le dimanche soir… en pleine forme ! Plus moyen de dormir. Vous avez donc tourné dans tous les sens, compté les moutons, relu votre cours d’histoire des secondaires (celui du prof qui n’arrivait pas à vous garder les yeux ouverts) et potassé la totalité du Larousse en 20 tomes (on exagère peut-être un peu), le tout en vain… Vous avez passé une nuit blanche. Voici quelques astuces pour vous aider à survivre à cette journée de boulot.

    1. Commencez votre journée par une bonne douche

    La douche a des vertus thérapeutiques. Enfin… elle permet de vous remettre d’aplomb en quelques minutes seulement, d’effacer la fatigue, d’éclaircir les idées et de vous rafraîchir après une nuit de gigotements dans tous les sens. Évidemment, il faut éviter de rester des heures dessous (le but n’est PAS de vous endormir enfin) et tenter de la prendre froide, si vous en avez le courage.

    2. Écoutez de la musique entraînante

    À chacun sa musique entraînante : certains se chargeront d’énergie à l’écoute de Britney Spears, tandis que d’autres préféreront les Rolling Stones ou Bernard Minet. Quoiqu’il en soit, il est toujours bon de choisir un morceau qui vous évoque des souvenirs positifs et dynamiques : des sons qui vous donneront envient de danser et de bouger ! Si The Eye of the Tiger vous donne l’impression de vous métamorphoser en Rocky Balboa, n’hésitez pas à faire péter les enceintes (en faisant attention aux voisins quand même, ne vous faites pas arrêter pour tapage matinal) !

    3. Faites souvent des petites pauses grignotage (léger)

    Commencez par un bon petit déjeuner équilibré. Un yaourt, un fruit, une tranche de pain et du jus d’orange, et hop, vous serez déjà de meilleure composition. N’hésitez pas à scander votre journée de pauses, pour manger des aliments qui vous boosteront en vitamines : fruits, produits laitiers, jus, soupes (en hiver ça réchauffe en plus), légumes (à midi), le choix est vaste !

    4. Un seul café : le matin, pour démarrer

    Si vous avez envie de consommer du café, vous pouvez ajouter une grande tasse de ce breuvage à votre petit-déjeuner. Mais pas la peine d’en faire des tonnes et d’en reprendre au cours de la journée. La tentation est grande, nous l’admettons, mais fatigue + café à forte dose ne font pas bon ménage. Vous risqueriez de faire des crises de tachycardie ou d’avoir des vertiges.

    5. Surtout pas de sieste !

    Si vous faites du télétravail ou que vous connaissez un petit coin tranquille au bureau où vous pouvez parfois piquer un petit somme pendant votre heure de déjeuner, n’optez surtout pas pour la sieste ! Même si votre lit vous crie de le rejoindre ! Vous ne feriez que reporter le problème et revivre le scénario de la veille : nouvelle nuit blanche en vue et tout sera à refaire. Essayez de tenir le coup toute la journée et de vous coucher tôt, après le dîner, histoire de ne pas déréguler votre rythme et de vous accorder une bonne nuit réparatrice.

    6. Papotez avec vos collègues (ou votre chat)

    Si vous êtes au bureau, profitez de votre pause café (ah non, on avait dit pas de café… de votre pause jus d’orange), pour papoter avec vos collègues. Discutez de vos week-ends respectifs (n’évoquez pas trop votre samedi soir, ni votre dimanche, d’ailleurs), de vos projets en cours, de la semaine à venir ou des derniers potins. Vous serez ainsi forcé(e) d’être interactif(/ve) et vous vous divertirez. Vous serez reboosté(e) jusqu’à la prochaine pause.

    Si vous travaillez depuis la maison, vous pouvez toujours essayer de parler à votre chat… Mais l’interaction sera peut-être réduite. Et si vous n’avez pas de chat, vous pouvez tenter le miroir… Mais vous risqueriez de vous énerver devant le mimétisme de votre interlocuteur… Le mieux serait encore de passer un coup de fil à un ami (joker permis ce jour-là).

    7. Buvez régulièrement de l’eau

    Boire régulièrement de l’eau vous permettra d’éliminer les toxines, de vous vivifier et de vous hydrater. Essayez de boire 1,5l d’eau au cours de votre journée. Vous vous sentirez plus frais(/che).

    8. Prenez l’air

    Si vous n’habitez pas loin de votre lieu de travail, essayez de vous y rendre à pied ou à vélo. Cette petite promenade matinale vous requinquera. Sur le temps de midi, faites également un petit tour, pour vous dégourdir les jambes et vous aérer l’esprit.

    9. Pensez à autre chose

    Évitez de vous dire toute la journée que vous n’avez pas dormi et que vous aimeriez rejoindre votre lit. Le temps ne fera que passer plus lentement. Tentez plutôt de vous concentrer sur vos tâches du jour. Faites un planning et respectez-le. Vérifiez-le de temps à autres, pour vous projeter dans le reste de la journée et savoir ce qui vous attend. Les perspectives vous donneront plus d’énergie.

    10. Faites comme si de rien n'était

    Ne faites pas part de votre état à vos collègues. Faites comme si de rien n’était. Cela vous onligera à agir en conséquence et à vous forcer à vous montrer en forme. Au final, vous le serez peut-être vraiment. La méthode coué, ça marche !

    Source : Topito.com via > http://www.references.be

  • Imprimer

    INFO BOULOT > 5 ASTUCES POUR RÉUSSIR VOTRE ENTRETIEN D'EMBAUCHE EN 5 MINUTES

    shutterstock_87196162.jpg

    Nous l’écrivons souvent : lors de votre entretien d’embauche, le recruteur se fait une idée de vous dans les 5 premières minutes.

    En juin 2013, OfficeTeam a mené une enquête, qui a confirmé cette réalité : 46% des DRH et Responsables RH se forgent leur opinion sur le candidat lors des 5 premières minutes de l’entretien. Il est dès lors fondamental de faire une bonne première impression.

    Voici 5 conseils pour réussir votre entretien d’embauche en 5 minutes.

    1. Soyez ponctuel(le)

    Pour 12% des recruteurs, le retard est une faute impardonnable. La ponctualité est l’une des premières caractéristiques du candidat à laquelle le recruteur est confronté. Elle en dit long sur la précision, sur le sérieux et sur le sens de l’organisation du candidat.

    Arriver un peu à l’avance vous permettra de relire votre CV, de revoir l’annonce d’emploi et de réajuster votre tenue. Vous arriverez ainsi frais, dispo et pile à l’heure pour votre entretien.

    Attention toutefois de ne pas arriver trop à l’avance. Vous risqueriez de faire les cent pas dans le hall d’entrée et de faire monter la pression… Vous pourriez aussi passer pour un(e) maniaque angoissé(e) ou un(e) control freak. Si vous arrivez malgré tout très à l’avance, faites un petit tour. Un bol d’air frais ne peut que vous faire du bien.

    2. Soyez efficace

    En préparant votre entretien, vous avez fait le tour des questions que l’on vous posera à coup sûr, des questions que vous ne devrez certainement pas poser, des faux pas à éviter, et vous avez dressé une check-list des choses à faire. N’oubliez pas une chose essentielle : dans les cinq premières minutes de l’entretien d’embauche, le recruteur essaiera de déceler vos points forts en rapport avec le poste visé.

    Sachez dès lors les repérer d’emblée dans votre CV et les valoriser dès le départ. Allez à l’essentiel, soyez efficace et ne tournez pas autour du pot.

    3. Soyez prévoyant(e)

    C’est une chose assez rare et pourtant très appréciée des recruteurs : prévoyez des exemples concrets de vos réalisations au cours de votre parcours professionnel. Apportez-en un exemple physique si possible (un rapport, une maquette, un prospectus, etc.). Prévoyez aussi quelques exemplaires de votre CV et les cartes de visite (si vous les avez encore, ou, à défaut, les coordonnées) des personnes de références travaillant dans votre domaine et susceptibles de vous recommander.

    4. Une bonne poignée de main

    Une étude réalisée par OfficeTeam aux États-Unis révèle que 25% des recruteurs estiment que la poignée de main d’un candidat est un indice de confiance en soi et qu’une poignée de main molle réduit les chances d’embauche de celui-ci. Veillez donc à serrer fermement (sans la broyer) la main du recruteur, tout en souriant et en le regardant droit dans les yeux (sans le fixer d’un air de psychopathe).

    5. Observez

    Ouvrez les yeux, dès que vous entrez dans le bureau du recruteur (et pas seulement pour ne pas vous prendre le fil qui traîne là, par terre). Soyez attentif (/ve) aux détails, aux éléments de décor qui peuvent vous en apprendre plus sur le recruteur et vous permettre de nouer des liens informels qui vous rendront sympathique. Si vous repérez une photo de cheval, par exemple, et que vous avez fait/faites de l’équitation, sachez le glisser subtilement en début de conversation, pour briser la glace. Attention toutefois à ne pas trop vous pencher sur le bureau du recruteur pour tenter de voir toutes ses photos et de faire un lien entre la coiffure de sa femme et celle de votre bichon frisé…

    Source : Cadremploi.fr via > http://www.references.be

  • Imprimer

    INFO BOULOT > 5 ASTUCES POUR PLUS DE BONHEUR AU TRAVAIL

    gelukkig.jpg

    Beaucoup de Belges sont actuellement en incapacité de travail pour cause de dépression.

    L'hiver tire en longueur, c’est le moment pour vous dispenser quelques conseils. Objectif: se sentir mieux au travail!

    Depuis juillet 2012, le 20 mars a été déclaré journée internationale du bonheur par l'ONU. L'occasion de promouvoir le bonheur au travail!

    Vous passez une grande partie de votre temps au travail, mieux vaut donc apprécier ces huit heures par jour. Selon plusieurs études, quelqu’un qui n’aime pas son travail court plus de risques de développer du diabète ou des maladies cardio-vasculaires. Une raison de plus pour être de bonne humeur au boulot.

    L’auteur danois Alexander Kjerulf veut renforcer le bonheur de travailler partout dans le monde. Il donne pour cela cinq astuces à suivre. Pourquoi ne pas vous en inspirer ?

    1. Complimentez vos collègues

    Offrir un compliment à quelqu’un à propos de son travail est la manière la plus facile et la plus efficace de le rendre heureux. Faites-en une habitude.

    2. Dites "bonjour"

    Il y a trop de lieux de travail où les employés ne prennent pas la peine de se saluer le matin avant de s’installer à leur bureau. Un simple ‘bonjour’ peut changer beaucoup de choses. Conseil : établissez un contact visuel et utilisez le prénom de la personne que vous saluez.

    3. Soyez amical

    C’est agréable de faire plaisir à vos collègues, surtout quand c'est inattendu. Apportez une tarte, remerciez-les pour les services qu’ils vous rendent avec un post-it sur leur écran d’ordinateur, échangez des films ou des CD avec eux, proposez de leur rapporter un lunch s'ils sont débordés... Il y a beaucoup de façons de montrer de la camaraderie.

    4. Prenez du temps pour vous

    Peu importe tout le boulot qui vous attend, prenez chaque jour quelques minutes pour vous demander "Comment vais-je aujourd’hui" ? Sortez faire un tour si vous apercevez un rayon de soleil par la fenêtre, faites un détour par la boulangerie les matins où vous n’êtes pas en forme : faites-vous plaisir.

    5. Apprenez à mieux connaître vos collègues

    Discutez un peu avec vos collègues, de tout et de rien : leur film préféré, leurs dernières vacances, leur famille, leur jeunesse… Cela renforce les liens au bureau et offre une ambiance plus détendue,  moins boulot-boulot.

    Tous ces conseils peuvent sembler dérisoires, mais c’est d’après Kjerulf la raison de leur efficacité. Allez-vous les mettre en pratique ?

    Pour en savoir plus : www.happinessday.be

    Participez sur Twitter via le hashtag #behappyday

    La très chouette vidéo de la campagne pour le bonheur au travail :ICI

    Source > http://www.references.be