écoles - Page 4

  • Imprimer

    HANNUT > L’OPÉRATION ARC-EN-CIEL : LA RÉCOLTE 100 % LOCALE ET SOLIDAIRE !

    affiche-arc-en-ciel-2015_A2_FR_WEB_v2.jpg

    Nos écoles communales participent également par la récolte de vivres non périssables dans chaque établissement scolaire les 7 et 8 mars prochains.

    L’Opération Arc-en-Ciel : la récolte 100 % locale et solidaire !

    Bruxelles, le 21 janvier 2015 – Pour la 61ème fois, l’ASBL Arc-en-Ciel fait appel à toutes les générosités pour sa grande action de solidarité les 7 et 8 mars prochains : l’Opération Arc-en-Ciel. Celle-ci facilite l’accès aux loisirs de milliers d’enfants en difficulté de Bruxelles et Wallonie. Comme à l’accoutumée, l’Opération ne draine pas d’argent, seuls des vivres non périssables sont récoltés pendant deux jours par des milliers de jeunes bénévoles via le porte à porte et les grandes surfaces.

    Cette récolte, qui unit depuis bien longtemps Arc-en-Ciel aux Mouvements de Jeunesse, a en effet comme spécificité de ne proposer ni vente d’objets, ni échange d’argent. Les donateurs sont simplement invités à se défaire de quelques denrées non périssables (boissons, biscuits, boîtes de conserve, riz, sucre, pâtes) que les bénévoles collecteront chez eux.

    De plus, l’Opération ou OP pour les intimes, organisée chaque année « par et pour les jeunes », est aussi l’occasion de faire passer un message de solidarité aux enfants récoltants, qu’ils soient membres d’un Mouvement de Jeunesse, issus d’une institution ou d’une école. C’est donc un impressionnant élan de générosité qui unit non seulement des bénévoles de tout âge et tout horizon, des associations d’enfants défavorisés mais aussi des milliers de donateurs. Pendant l’Opération, l’aspect local reste aussi primordial. Ainsi, ce qui est récolté dans une région de Wallonie ou Bruxelles, est redistribué via les dépôts au sein de cette même région.

    En 2014, plus de 12.000 enfants ont bénéficié de vivres non périssables. Grâce à la participation du grand public et de sociétés alimentaires, la 60ème édition a permis plus de 270.000 € d’économie pour 200 associations, soit en moyenne près de 1400 € par association. Coralie Herry, responsable de l’Opération, explique que « les vivres récoltés par les groupes de jeunes permettent aux associations, en diminuant leur budget « alimentation », d’offrir aux enfants dont elles ont la charge des loisirs actifs et éducatifs. En effet, nous estimons qu’une journée de loisirs coûte 25 € par enfant (en comptant transports, matériel, repas et encadrement). Il suffit donc de 10 kg de vivres non périssables pour offrir une journée de loisirs à un enfant. »

    Les associations bénéficiaires, qu’elles soient des Maisons d’Hébergements, d’Accueil, des Associations en Milieu Ouvert, des Ecoles de Devoirs ou des Centres de Jeunes peuvent organiser elles-mêmes des loisirs pour leurs enfants grâce à l’économie réalisée suite à l’Opération. Et Coralie Herry de conclure : « Chaque action au niveau local participe à la réussite globale de l’Opération sur le territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles. En 2014, nous avons frôlé les 100 tonnes de vivres… En 2015, nous espérons répondre à 100% à la demande de chaque association. Nous y parviendrons grâce à votre participation à tous. Merci ! »

    À propos d’Arc-en-Ciel :

    Fondée en 1954, l’ASBL Arc-en-Ciel est une Organisation de Jeunesse reconnue par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Elle a pour but de promouvoir l’aide à l’enfance en difficulté.

    Arc-en-Ciel se donne pour mission de favoriser l’accès aux activités de loisirs actifs et éducatifs des jeunes et des enfants issus d’institutions travaillant principalement en milieu populaire. L’ASBL organise notamment des actions de récoltes de vivres ou de jouets, des séjours, des journées de loisirs, des formations d’animateurs, etc. Elle regroupe plus de 300 associations actives dans le secteur de la Jeunesse et de l’Aide à la Jeunesse ; plus de 14.000 enfants sont bénéficiaires de ses actions.

    Facebook : www.facebook.com/Arc.en.Ciel.asbl

    Source > http://www.hannut.be

  • Imprimer

    22 ÉLÈVES HANNUTOIS PRÉSENTS AU 25ÈME ANNIVERSAIRE DES DROITS DE L’ENFANT

    photo 2.JPG

    Ce mercredi 19 novembre, le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a organisé une cérémonie en l’honneur du 25e anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant.

    A cette occasion, le Délégué général aux droits de l’enfant, Bernard De Vos a présenté son rapport d’activités devant plus de cent septante élèves de 6ème primaire de Wallonie et de Bruxelles.

     

    _JOS2012.jpg

     

    Vingt-deux élèves des écoles communales de la Ville de Hannut y étaient présents. Ils ont eu l’occasion de participer activement à cette cérémonie évoquant l’importance du droit à l’éducation qu’ils ont illustré par un selfie.

     

    Selfie Ecole communale de Hannut.jpg

     

    Cette invitation du Parlement a été l’occasion pour ces enfants des implantations d’Avernas-le-Baudouin, Lens-Saint-Remy et Moxhe de découvrir l’hémicycle de la Fédération Wallonie Bruxelles mais aussi de se rendre compte du travail effectué dans le cadre des droits de l’enfant et de l’importance de ceux-ci.

    Un travail préparatoire avait été réalisé préalablement dans les classes et cette expérience citoyenne a été très enrichissante pour nos élèves.

     Avec Monsieur Emmanuel Douette, bourgmestre faisant fonction et en charge de l’enseignement.

     

    _JOS1299.jpg

     

    Droit à l‘éducation

    Pourquoi avons-nous choisi ce droit ?

    Pour deux raisons :

    1. L’année dernière, lors d’une séance de cinéma, un film documentaire « Sur le chemin de l’école » nous avait particulièrement touchés. Des enfants y expliquaient leurs conditions difficiles pour se rendre à l’école (ex : trajet à pieds pendant plusieurs heures, chemins difficilement praticables…).

    2. Le JDE que nous lisons quotidiennement dans notre classe abordait ces dernières semaines la remise des prix Nobel.  En effet, cette année, Malala Yousafzaï, une Pakistanaise de 17 ans qui se bat pour le droit des filles à l’éducation a reçu le prix Nobel de la Paix.

      Exemples concrets dans lesquels ce droit n’est pas respecté.

      En Afghanistan, des enfants fabriquent des briques pour aider leur famille et cette situation les empêche d’aller à l’école.

      En Syrie, la guerre empêche les enfants de fréquenter l’école.

      A Madagascar, les mariages précoces  dont les filles sont les plus souvent victimes  ne leur permettent pas de terminer leur scolarité.

      Conseil pour mieux faire respecter ce droit.

      A notre niveau, nous pouvons soutenir les différentes associations qui luttent pour l’éducation des enfants à travers le monde en faisant des dons ou en envoyant du matériel scolaire.

      Exemples concrets dans lesquels ce droit est respecté.

      Chez nous, une loi impose à chaque enfant la scolarité de 6 à 18 ans dans l’école de son choix. Ceci donnera une chance à chacun d’exercer plus tard un métier qui lui permettra de vivre correctement.

      Pour le bien –être et l’épanouissement de chaque enfant à l’école, le nombre d’élèves par classe est limité.

      Chaque classe dispose d’un certain confort (chauffage, bancs et chaises, tableau parfois même interactif, fournitures scolaires offertes…).

      Source > Adm.Com de Hannut

  • Imprimer

    6 CHOSES APPRISES A L’ECOLE QU’IL VAUDRAIT MIEUX OUBLIER

    04_1515.jpg

    Vous rappelez-vous la douce époque où, assis à votre pupitre, vos pieds ne touchaient pas encore le sol?

    Lorsque vous appreniez par cœur les tables de multiplication et les exceptions au pluriel des mots en 'ou'? Il se peut aussi que vous ayez intégré de mauvaises "leçons" à l'école. Où en tout cas que ces enseignements ne profitent pas à votre carrière...

    Voici 6 choses que votre instituteur vous a peut-être inculquées, mais que vous feriez mieux d'oublier.

    1. "Les responsables ont la science infuse"

    Tous les enfants admirent leur institutrice qui "sait tout". Mais après un certain stade, il faut faire preuve d’un peu plus de jugeote et d'esprit d'analyse. Plus tard, on apprend vite que ce n’est pas parce que votre patron est votre supérieur hiérarchique qu’il a réponse à tout.

    2. "On n’apprend qu’en classe"

    Les compétences que vous avez acquises en construisant des cabanes, en attrapant des grenouilles, en vous faisant des amis et en imaginant des jeux sont inestimables. Et elles seront aussi très utiles à votre future carrière professionnelle.

    3. "Les meilleurs éléments respectent strictement les règles"

    Pour être un élève modèle, il faut suivre les consignes à la lettre. Mais en grandissant, on comprend qu’un travail jugé "scolaire" n’est pas spécialement un bon travail... D’autant plus que la subordination aveugle n’est évidemment pas compatible avec le panache et l’ambition!  

    4. "Le chemin vers le succès est tout tracé"

    Pour réaliser une brillante carrière, on répète aux enfants qu'il faut obligatoirement aller à l’université. Cela aide indubitablement, bien sûr, mais beaucoup de personnes s’épanouiront davantage dans des emplois techniques ou manuels. Sans compter tous ces CEO qui sont devenus milliardaires sans avoir obtenu le moindre diplôme…

    5. "Soyez sages"

    Respectez l’autorité, ne la remettez jamais en question. Ne dénoncez aucune situation qui vous semble mauvaise si elle est instaurée par l’école. Gardez vos opinions dissidentes pour vous. En un mot : restez tranquille. Ce type d'enseignement n'encourage pas les idées subversives ou révolutionnaires, pourtant nécessaire à l'innovation et la créativité.

    6. "Les contrôles mesurent votre intelligence"

    Comment des tests standardisés pourraient-ils mesurer le potentiel des enfants ? Recevoir de mauvaises notes ne signifie en rien que celui-ci n’est pas un génie. Einstein en était la preuve!

    Source : Forbes > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • Imprimer

    LE VILLAGE DES ENFANTS & LE CONCOURS DES ECOLES A LA FÊTE DE LA FRAISE DE HANNUT

    2014_AFFICHE FETE DE LA FRAISE_FORMAT A4.jpg

    Le Village des Enfants

    Pour cette nouvelle édition, ce sont des jeux d’Antan en bois qui animeront le fameux village des enfants lors de cette troisième édition de la Fête de la Fraise. Vous retrouverez une vingtaine de jeux en bois qui permettront aux petits de découvrir des activités totalement oubliées, et aux anciens de retrouver les jeux de leur enfance. Les enfants pourront également profiter du château gonflable situé en plein milieu du village des enfants. Des cartes activités seront vendues pour les enfants au prix démocratique de 5 euros, sachant que chaque activité coûtera entre 0,5 € et 1 €.

    Projet humanitaire et associations

    Cette année, nous soutiendrons non seulement un projet humanitaire mais également deux associations.

    Tout d’abord, vous retrouverez les guides de Braives (http://www.etoiledebraives.be/) dans le parking ou aux abords de la fête. Ces derniers vous distribueront des brochures explicatives de l’événement avec programme des animations, plan du site, etc… Ils récolteront de l’argent afin de mener à bien leur projet humanitaire.Projet3.jpg

    En effet, cette année, c’est en Grèce que les guides horizons de Braives s’envoleront, pour un projet en partenariat avec l’asbl Service Volontaire International.

    Du 28 juin au 10 juillet, les Guides seront présents sur la baie de Kyparissia http://fr.wikipedia.org/wiki/Kyparissia) dans le Péloponnèse, pour un projet humanitaire axé sur l’environnement et plus précisément la défense des grandes tortues de mer.

    Le projet a été mis sur pied par l’asbl Archelon (« the Sea Turtle Protection Society of Greece »), (http://www.archelon.gr) active depuis 1983 en Grèce, et auteure d’un travail de titan avec l’unique aide de bénévoles venus des quatre coins du monde.

    Durant leur séjour, les Guides se relayeront en équipes diurnes et nocturnes pour l’observation et le marquage de nids, la défense de ceux-ci contre tout prédateur ou activité humaine néfaste ainsi que des tortues adultes. Ils organiseront également des patrouilles et des sensibilisations auprès des touristes.

    Ensuite, nous soutenons l’association Horizons nouveaux ASBL. Cette dernière est un réel îlot d’espoir dans l’océan de détresse sociale.

    En effet, Horizons nouveaux c’est :

    • - Une capacité de 14 logements convenant à des familles de 1 à 6 personnes.
    • - 1750 colis alimentaires distribués en 2013.
    • - Un accompagnement complet pour la réinsertion sociale et la recherche d’un emploi.
    • - Des magasins de seconde main proposant des articles sélectionnés en provenance de dons.

    Cette association présentera sur le site des objets de toutes sortes à des prix plus que démocratiques afin de financer leur projet.

    Enfin, nous soutenons l’association Wolf Eyes asbl. Cette asbl a été créée en France en 2004 et en Belgique au mois de janvier 2011.

    L'association Wolf Eyes (http://www.wolfeyes.in/) a pour but :

    • La protection animale.
    • La défense et le sauvetage d'animaux "sauvages" maltraités en captivité.
    • L'interdiction de ces animaux dans les zoos, parcs et delphinariums.

    L'association Wolf Eyes a également pour mission :

    • De donner des informations compétentes sur le loup et autres canidés.
    • De visiter les parcs, zoos, cirques et toutes autres structures, afin de constater les conditions de vie des animaux.
    • D'organiser des cours et de donner des conférences dans les écoles et aux associations diverses.

    Nous vous remercions tous déjà de votre apport à ces différents projets !

    Le concours des Ecoles

    Pour cette troisième édition, nous avons décidé de refaire appel aux enfants. Chaque année, leurs dessins embellissent le site.

    L’idée du projet consiste à promouvoir la consommation des fruits de saison auprès des enfants. En pleine saison des fraises et dans le cadre de notre fête, nous avons trouvé intéressant de mettre en valeur les fruits à travers les 4 saisons. Le but est que les enfants reconnaissent les fruits de saison et les privilégient.

    Le dépouillement des votes aura lieu le dimanche 1er juin dans l’après-midi et sera annoncé au micro lors de l’évènement. La remise du lot à la classe gagnante se fera le mercredi 3 juin dans l’établissement scolaire à la meilleure convenance de l’instituteur. Comme chaque année, tous les enfants participants seront personnellement récompensés en classe.

    DEMAIN, LES INFOS  SUR LES CONCERTS du samedi 31/05 & du dimanche 01/06

    Notre article précédent > Dossier général >FÊTE DE LE FRAISE A HANNUT ! Sur >https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2014/05/26/le-we-prochain-fete-de-le-fraise-a-hannut-112305.html

    Notre article précédent >TOUT LES STANDS PRÉSENTS  > https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2014/05/26/tout-les-stands-presents-a-la-fete-de-le-fraise-de-hannut-112533.html

  • Imprimer

    155 ÉLÈVES EXCLUS POUR PORT D'ARME DANS L'ENCEINTE DE L'ÉCOLE

    1686287324_B972024949Z_1_20140214225023_000_GL61V0TMB_1-0.jpg

    Enseignement: 155 élèves exclus en 2012-2013 pour port d'arme dans l'enceinte de l'école 

    Les chiffres des exclusions sont disponibles. On apprend notamment que 155 des 3500 exclusions enregistrées lors de l’année scolaire 2012-2013 sont dues au port d’arme dans l’enceinte de l’école. 

    L’année scolaire 2012/2013 a été marquée par l’exclusion de près de 3.500 élèves des écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles (enseignement fondamental et secondaire), soit 329 cas de plus que l’année précédente. Il s’agit de 2.184 cas d’exclusion et 1.283 refus de réinscription.  

    Dans 4,5% des dossiers apparaît cette mention qui signifie que l’élève a apporté une «arme» à l’école: un revolver, plus souvent un objet contondant (couteau…), voire d’autres engins artisanaux qui feraient sourire… à tort.  

    Par ailleurs, les signalements d’exclusion et de refus de réinscription sont plus fréquents à Bruxelles (1.143 cas) que dans le Hainaut (1.017). Viennent ensuite Liège (743), Namur (275), le Brabant wallon (164) et le Luxembourg (124). Mais attention : si l’on met en rapport ces chiffres avec la population scolaire dans chaque province, le palmarès évolue. 

    Découvrez tous les détails sur ces chiffres dans votre journal Sudpresse d’hier samedi 15 février ou téléchargez notre édition en PDF.

    Source > Sudinfo.be sur > http://www.sudinfo.be/936079

  • Imprimer

    LES ÉCOLES COMMUNALES DE HANNUT ONT PARTICIPES À LA JOURNÉE « BUZZ ENERGIE »

    mM.jpg

    Les écoles communales de Hannut I et de Hannut II ont participés à la journée « Buzz Energie » Ce 14 février 2014 

                    La troisième action de la campagne « GoodPlanet Actions », coordonnée par Good Planet Belgium , a eu lieu ce 14 février. 

                    De nombreuses écoles en action ! 

                    Plus de 430 écoles belges veilleront à réaliser des économies d’énergie dans leurs bâtiments. Cette action permet de prendre conscience de notre consommation d’énergie fossile et de diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Les « GoodPlanet Actions » montrent comment agir facilement de manière éco citoyenne. Au choix, certaines vont diminuer leur chauffage de 1 ou 2 °C (action Gros Pull), d’autres vont réaliser des économies avec de petits gestes : installation d’ampoules économiques, de rideaux, coupure des veilles, meilleure gestion des températures…

    Pourquoi économiser le chauffage et l’électricité ?

    Les chaudières fonctionnent en grande majorité grâce aux énergies fossiles, mazout ou gaz. Dans les écoles, plus de 75 % des dépenses énergétiques sont consacrées au chauffage. L’électricité, quant à elle, est produite à 40% à partir de combustibles fossiles et à 50% d’uranium.

    Le chauffage et l’électricité sont donc deux sources importantes de gaz à effet de serre. Par ailleurs, l’énergie nucléaire pose également diverses questions ; notamment la gestion des déchets nucléaires pendant des milliers d’années. Les économies d’énergie luttent donc activement contre les changements climatiques et la création de déchets dangereux.

    Concrètement, diminuer le chauffage d’1°C permet d'économiser 7 % d'énergie, ce qui revient à environ 200 g. de CO2 en moins par élève et par jour ! Par ailleurs, de nombreux gaspillages ont lieu dans les bâtiments. Avec de petits gestes de réelles économies d’énergie peuvent être réalisées !

                    GoodPlanet a fourni les affiches et un support à l’organisation de cette journée. Plus d'informations sur www.goodplanetactions.be (02/893.08.08 – actions@goodplanet.be).

                    Buzz Energie au sein des écoles de Hannut I et Hannut II !

    Les écoles communales de Hannut I et II souhaitent, par cette action, œuvrer concrètement  pour une meilleure gestion énergétique des bâtiments. Toutes les classes du réseau communal participent à l’action « Gros Pull ». Egalement, l’éco-passeur de la ville de Hannut viendra faire une « animation énergie » de sensibilisation au sein de certaines classes-relais. Cette action permettra d’identifier les différentes sources d’énergie, d’obtenir les clés concernant l’isolation des bâtiments et de mettre en exergue les petits gestes écoresponsables. Une bande-dessinée « Energ’Hic » sera remise aux élèves ayant reçu l’animation énergie. Un thermomètre sera également délivré à chaque classe-relais. Le personnel administratif se joint à l’évènement et portera un gros pull à l’occasion de cette journée du 14 février.

    Les économies d’énergie, une approche globale !

                    Afin de réaliser de véritables économies et diminuer les rejets en CO2, il importe de coupler les actions ponctuelles et les opérations de fond. La ville de Hannut travaille concrètement sur ces deux axes. D’une part, les actions ponctuelles telles que la journée « Gros Pull » permettent de prendre le temps de parler d’énergie et de sensibiliser aux gaspillages énergétiques. D’autre part, la ville de Hannut s’inscrit volontairement dans la rénovation énergétique de ses écoles. En effet, les écoles de Moxhe et d’Avernas ont fait l’objet d’importants travaux d’isolation de la toiture. De plus, l’école de Grand-Hallet s’avère, selon les premières données du cadastre énergétique, l’implantation scolaire la plus énergivore. Le projet de nouvelle école à Grand-Hallet, une construction très basse énergie (K=17), constitue un pas essentiel afin de relever les défis énergétiques à venir. Il est également à signaler que des « quick-scan » vont être réalisés sur plusieurs bâtiments communaux en 2014 afin d’identifier quels sont les points à améliorer du point de vue énergétique.

                    La journée « Gros Pull » menée dans les écoles et à l’administration communale s’inscrit donc en complémentarité des actions de fond menées par la ville de Hannut.

    NOTRE ÉCOLE EN ACTION !

    • Ecole communale de Hannut I

    • Implantations d’Avernas, de Lens-Saint-Remy et de Thisnes

    • Journée « Gros Pull » dans toutes les classes

       

    • Ecole communale de Hannut II

    • Implantations de Grand-Hallet, de Merdorp et de Moxhe

    • Journée « Gros Pull » dans toutes les classes

    • Animation énergie à Moxhe : 10h10 à 11h00

    • Animations énergie à Grand-Hallet : 13h15 à 14h05 et de 14h25 à 15h15

    Source > Communiquer de presse de > Manu DOUETTE > Echevin de l’Enseignement

    Hervé JAMAR > Député-Bourgmestre

  • Imprimer

    « ARTHUR » AU CENTRE CULTUREL DE HANNUT POUR 140 ÉLÈVES DE LINCENT-RACOUR

    photo CCH1.JPG

    Le Centre Culturel de Hannut a coordonné le spectacle « Arthur » de la Cie Ebadidon pour les établissements scolaires communaux de Lincent-Racour.

    C’était le 12 décembre dernier, en collaboration avec la directrice, Madame Delphine Closse. « Toute sa vie, Anatole a réparé des centaines jouets mais un matin il se retrouve sans travail.

    Il est prêt à vendre son pantin de bois en échange d'une somme d'argent qui lui permettra d'avoir un vrai magasin de jouets jetables, mais au bout de son voyage à travers une aventure palpitante, Anatole pourra-t-il se séparer d'Arthur ? Voilà la question. Un spectacle sur le monde du jouet où l'on apprend à jouer en laissant place à sa créativité. à l'heure du jouet jetable n'est-il pas intéressant de réinventer le rêve et l'imaginaire ».

    Grand moment de détente pour ces petits élèves qui ont largement profité de l’humour et l’énergie de ces spectacles. Pour information, cette mission de « Culture à l’école » est une des nombreuses tâches effectuées par le Centre Culturel de Hannut au quotidien.

    Toutes les écoles du Grand Hannut mais aussi les communes du canton de Hannut sont invitées à prendre contact avec les bureaux du Centre Culturel car le catalogue offert concerne toutes les disciplines (spectacles, musiques diverses, arts plastiques, expos, …) à tous les prix. « Certaines écoles nous disent qu’elles ne font pas le pas parce qu’elles n’ont pas un nombre d’élèves suffisants dans telle ou telle tranche d’âge. Ce n’est pas un problème.

    CCH.jpgEn ce moment, nous tentons de procéder à des regroupements  et cela marche souvent » précise le Centre Culturel de Hannut. Sur notre photo CCH : les 1ère et 2ème de Lincent. Contact du CCH : 019/51.90.63, info@cchannut.be ou www.CCHANNUT.be

  • Imprimer

    ENTREPRISES ET ÉCOLES COOPÈRENT … !

    Enseignement.jpg

    Établir un pont entre le monde des écoles et celui des entreprises: un objectif ambitieux que se fixent les cinq réseaux d’enseignement obligatoire en Fédération Wallonie-Bruxelles ainsi que les deux organisations patronales de Bruxelles et de Wallonie.

    Le projet s’incarne dans “la Fondation pour l’Enseignement”, créée le 20 juin dernier. Sa motivation? Les résultats d’une analyse, réalisée en 2010 par le consultant Mc-Kinsey, rendant compte des lacunes de l’enseignement en Wallonie et à Bruxelles, jugé de qualité insatisfaisante mais aussi très inégalitaire.

    Dans le souci d’assurer un futur prospère sur le territoire, les cinq fondateurs (l’Union wallonne des entreprises UWE, son pendant bruxellois BECI et les 5 réseaux d’enseignement obligatoire) s’accordent déjà sur des mesures concrètes: participation à l’amélioration de la qualité de l’enseignement (analyses et de propositions), valorisation de l’enseignement qualifiant (stages, contrats en alternance), soutien dans l’apprentissage des langues, aide à l’orientation des élèves par des présentations sur les carrières en entreprise...  Les entreprises financeront au cas par cas les projets concrets et études que la Fondation proposera.

    Celle-ci ne bénéficiera en effet d’aucun soutien public. “Il faudra motiver les entreprises”, reconnaît Jean-Claude Daoust (BECI). «

    Source > http://www.jobsregions.be