Relais Sud-Presse-La MEUSE - Page 2

  • Imprimer

    CANICULE > ATTENTION À CES 7 FAUSSES BONNES IDÉES…

    Si certains gestes permettent de mieux supporter la canicule, d’autres qui sont pourtant largement répandus et tenus pour vérité augmentent la chaleur.

    Canicule: attention à ces 7 fausses bonnes idées…

    Que faites-vous pour lutter contre la canicule ? Il est recommandé de rester au frais, de boire beaucoup d’eau à température ambiante… Mais si certaines pratiques sont vraiment efficaces, d’autres sont des fausses bonnes idées, comme le rappellent nos confrères français de L’Union.

    Je n’ai pas faim donc je ne mange pas

    Lors d’une période de canicule ou de forte chaleur, il est conseillé de manger des aliments en forte teneur en eau comme les fraises, les concombres, la pastèque, la salade, les radis, des haricots mungo germés, des courgettes, du fenouil, de la tomate, du chou-fleur, des poivrons, du melon, de la pastèque… Mais aussi les sorbets, les laitages comme les yaourts et le fromage blanc. Il est donc conseillé de manger même en l’absence d’appétit et de ne surtout pas attendre pour s’alimenter. Il ne faut en revanche pas manger trop gras, car la digestion d’un tel repas entraîne un effort à l’organisme qui entraîne une hausse de la température corporelle.

    Mettre la climatisation à fond

    Si l’utilisation d’un climatiseur est recommandé, le mettre à la température la plus fraîche ne l’est en revanche pas. Dans l’idéal, il faut régler le thermostat au maximum 5 degrés en dessous de la température extérieure. Si jamais malgré cela, la température reste excessive, un écart entre le dehors et l’intérieur de 8 à 10 degrés est acceptable. Un écart supplémentaire fragilise l’organisme et augmente le risque de tomber malade. Un soin particulier est aussi à porter à l’entretien, des filtres…

    Je bois des boissons brûlantes

    Une légende dit que dans le désert, les peuples consomment des boissons brûlantes pour lutter efficacement contre la chaleur. Mais ce n’est pas forcément une bonne idée. La température du corps est de 37 degrés. Consommer un liquide supérieur à cette température obligera le corps à transpirer et donc entraînera une déshydratation pour éliminer la chaleur stockée. De surcroît, la caféine contenue dans des boissons comme le thé ou le café a un effet diurétique. Dans l’idéal, il faut consommer des boissons entre 12 et 14ºC.

    Lorsque je dors j’oriente le ventilateur sur mon visage

    Une personne qui dort avec le ventilateur pointé sur le visage va se dessécher les sinus, la gorge et les yeux. Cette personne prend donc le risque de se réveiller avec des maux de tête et le nez bouché. Pour profiter au mieux de la chaleur, il est conseillé de reculer le ventilateur, de l’orienter différemment et de placer un récipient d’eau devant pour humidifier l’air. D’une manière générale, il est recommandé de se mouiller le corps plusieurs fois par jour à l’aide d’un brumisateur, d’un gant de toilette ou en prenant des douches. Ces dernières ne doivent pas être prises glacées.

    Je me force à boire au moins trois litres d’eau par jour

    Lors d’un épisode caniculaire, il est recommandé de boire beaucoup d’eau. Mais il ne faut pas se forcer. En général, consommer entre 1,5 et 2 litres d’eau par jour est suffisant. En cas de surconsommation, le corps sera obligé d’évacuer le surplus soit en transpirant, soit en faisant davantage fonctionner les reins et la vessie, ce qui fatiguera l’organisme. Si en une seule journée, plus de 5 litres sont absorbées sans faire le moindre effort physique, la personne peut être également victime d’hyponatrémie, c’est-à-dire un déficit de sodium. Une réaction en chaîne peut potentiellement conduire à un gonflement des cellules, y compris celles du cerveau et donc, la mort.

    Pour m’hydrater rien de mieux qu’une bière

    Oui, l’alcool déshydrate. C’est aussi ce phénomène qui provoque la « gueule de bois » ressentie au lendemain d’un excès. Ce n’est donc clairement pas une bonne idée de consommer de l’alcool durant la canicule. Il vaut mieux rester à l’eau ! La bière fraîche ou le verre de vin en terrasse sont donc à consommer avec modération.

    De même, la caféine contenue dans des boissons comme le thé ou le café, ainsi que les aliments trop gras ou à base de sucre sont à limiter car ils ont un effet diurétique à l’instar de l’alcool.

    Pour boire j’attends d’avoir soif

    Si un individu ressent la sensation de soif c’est qu’il est déjà trop tard. En effet cela veut dire que votre corps vous avertit qu’il souffre de déshydratation. De plus, les experts conseillent de boire régulièrement en petite quantité plutôt que beaucoup d’un seul coup. «  Un taux d’hydratation régulier est préférable à une alternance de phases de déshydratation et de réhydratation  ». D’autres symptômes sont aussi signe de déshydratation comme les céphalées, les vertiges ou la sensation de fatigue.

    Source libre de Sudinfo sur > https://www.sudinfo.be/id234038

  • Imprimer

    PETIT-HALLET (HANNUT) > LES POMPIERS DE LA ZONE HESBAYE SUR LE QUI-VIVE SAMEDI SOIR

    Les pompiers de la zone de secours Hesbaye ont été appelés samedi soir pour un feu dans un champ à Petit-Hallet et un incendie de bâtiment à Waremme.

    Les incendies dans l’arrondissement Huy-Waremme se multiplient ce week-end. Samedi soir, la zone de secours Hesbaye est intervenue pour un feu dans un champ rue de Wansin à Petit-Hallet (Hannut).

    Appelés peu après 20h00, les pompiers sont restés sur place environ 1h30 pour éteindre cet incendie. Une superficie équivalente à un demi-terrain de football est partie en fumée.

    Un peu plus tard dans la nuit, les ... La suite pour les abonnés à la version digitale sur > https://huy-waremme.lameuse.be/617683

    Source non libre d’accès de «Faits Divers » sur >  https://huy-waremme.lameuse.be

  • Imprimer

    LA TRAQUE AUX TOURISTES D’UN JOUR CONTINUE À LA MER DU NORD: «FAITES PASSER LE MESSAGE, NE VENEZ PAS À LA CÔTE!»

    Ce dimanche, les touristes d’un jour ont été refoulés dans plusieurs villes côtières. Une situation qui se poursuivra à Knokke et pourrait être répétée ailleurs.

    Une réunion est prévue ce lundi 10/08 au niveau de la province.

    Ce week-end, les bourgmestres de Knokke et Blankenberge ont refusé l’accès aux touristes d’un jour. L’affluence du samedi mais aussi, et surtout, la bagarre générale qui a éclaté à Blankenberge ont poussé les maïeurs à prendre, par arrêtés communaux, des mesures strictes.

    « La commune est complète. Les touristes d’un jour qui n’avaient rien à faire à Knokke ont été amenés à faire demi-tour. On avait, ce dimanche, une commune qui ressemblait à nouveau à une commune », résume le bourgmestre Léopold Lippens. En début d’après-midi, les communes de Bredene et du Coq ont également décidé de fermer leurs voies d’accès aux touristes d’un jour.

    Cette restriction ne s’éteindra cependant pas forcément avec la fin du week-end. « Ce lundi, dès 10 heures, les contrôles reprendront », annonce le bourgmestre knokkois. « Et pour les prochains jours, nous aviserons au fur et à mesure. S’il y a beaucoup de voitures, on continuera. Si pas, on changera peut-être notre fusil d’épaule. On ne peut pas mobiliser des policiers pendant 8 heures pour rien. »

    Léopold Lippens demande à nouveau aux touristes de ne pas se rendre à la côte. « Tout est saturé, ça ne sert à rien de venir ajouter 20 ou 30.000 visiteurs ! Faites passer le message : ne venez pas à la côte ! »

    D’autres bourgmestres pourraient emboîter le pas à Léopold Lippens si l’afflux de touristes devenait trop conséquent.

    La décision ne poserait aucun problème sur le plan juridique : voici pourquoi.

    Source libre d’accès de Sabrina Berhin/Sudinfo sur > https://www.sudinfo.be/id233649

    Nous vous rappelons que les liens en bleu développe les mots & le phrases > Ceux-ci sont réservés aux abonnés de la version digitale !

  • Imprimer

    CORONAVIRUS À HANNUT CE 10/08 > TOUJOURS EN STATU QUO DEPUIS LE 27 JUILLET

    Le coronavirus rebondit en Belgique: voici les 230 communes dans lesquelles le seuil d’alarme est dépassé ce lundi

    Le nombre de nouveaux cas de coronavirus continue de grimper en Belgique, et de nombreuses communes ont désormais dépassé le fameux « seuil d’alarme ».

    Avec 580,1 tests positifs au Covid-19 par jour entre le 31 juillet et le 6 août, le nombre de nouveaux cas continue d’augmenter en Belgique, en hausse de 16 % en une semaine, selon les données publiées par Sciensano lundi matin.

    Si l’indicateur s’affiche toujours en augmentation, la progression du virus semble ralentir quelque peu alors que des hausses de 104 % étaient encore constatées fin juillet. La Belgique a détecté, depuis le début de l’épidémie, 74.152 contaminations, soit 751 de plus que dimanche.

    Le nombre de nouveaux cas pour 100.000 habitants augmente aussi, avec 65,9 nouvelles contaminations détectées pour 100.000 habitants, contre 63,3 dimanche.

    Dans de nombreuses communes, le nombre de cas de Covid-19 continue de grimper. Et dans certaines d’entre elles, le fameux « seuil d’alarme » (20 nouvelles contaminations pour 100.000 habitants en une semaine) a même été atteint ou dépassé. Attention donc que ce « seuil d’alarme » est à relativiser dans certaines communes, les plus petites d’entre elles peuvent en effet rapidement le dépasser avec un seul cas.

    Ce lundi 10 août, 230 communes ont dépassé le « seuil d’alarme » selon les dernières données consolidées de Sciensano. Vérifiez dans la carte ci-dessous si votre commune en fait partie (la « Cumulative Incidence » sera donc supérieure ou égale à 20).

    Voici la carte et le tableau reprenant le nombre de cas signalés dans votre commune hier, depuis le début de la phase 3 du déconfinement (le 8 juin) et depuis le début de l’épidémie. Sur site libre d’accès > https://www.sudinfo.be/id233970

    Source libre de Sudinfo /Chiffres Siensano > https://www.sudinfo.be

    coro.jpg

  • Imprimer

    HANNUT – HORECA > UN PREMIER BRUNCH POUR L’INSTANT PRÉSENT CE DIMANCHE 9 AOUT !

    Pour faire face à la pandémie de Covid-19 qui nous touche, le bar hannutois L’Instant Présent, installé sur la Grand-Place de Hannut nº17, organise son premier brunch, le dimanche 9 août, de 11 à 15h.

    Également propriétaires d’une société d’événementiel proposant plusieurs services pour des événements privés ou publics, les gérants de L’Instant Présent, Kevin Delathuy et Florian Carpi, ont l’habitude de participer à ce type d’animations.

    hannut,blog,jcd,premier brunch,l'instant présentAvec le Covid-19, la majorité des activités de leur société ont été annulées. Pour y remédier, Kevin Delathuy et Florian Carpi ont eu l’idée d’organiser un brunch dans leur bar à cocktail L’Instant Présent. « C’est un concept encore assez nouveau à Hannut », souligne Kevin Delathuy.

    Pour l’occasion, deux menus seront proposés.

    Le premier, le Manhattan, est un mélange de produits sucrés-salés. On y retrouve, entre autres, des pancakes, de la charcuterie, du fromage, du pain et des fruits.

    « Le second menu, le Brooklyn, est plus healthy, moins calorique et dans l’air du temps », souligne le gérant. Il contient notamment du yaourt, du muesli, du fromage frais, un pot de chocolat et un jus d’orange pressé.

    Un bar à cocktail sera également installé sur la terrasse de l’établissement. « Nous y vendrons en avant-première les nouveaux cocktails de notre prochaine carte », annonce Kevin Delathuy. « Tous nos cocktails, qu’ils soient alcoolisés ou non, sont nos créations. Nous essayons d’innover en proposant des saveurs que l’on ne retrouve pas partout. »

    Afin de respecter les mesures de sécurité, le service s’organisera à table, en portions individuelles.

    DES PRODUITS HANNUTOIS

    L’Instant Présent souhaite privilégier les … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 08/08/2020

    Le prix du brunch est fixé à 25 euros par personne (cocktails non compris).

    La réservation est obligatoire, soit via la page Facebook  https://www.facebook.com/instant.present.hannut/ de l’Instant Présent, soit par téléphone au 0483/40.58.08 ou au 0472/67.23.25.

    Article également en ligne pour les abonnés à la version digitale sur > https://huy-waremme.lameuse.be/616838

  • Imprimer

    CRAS AVERNAS (HANNUT) > DES JOURNÉES «D-STRESSE» AVEC > L'ASBL HANNUTOISE LIFE & JOB

    Les 13, 20 et 27 août, l'ASBL hannutoise Life & Job organisera des journées « D-Stresse ».

    L’objectif : aider à combattre le stress de manière ludique et intelligente à travers des ateliers et des exercices de lâcher-prise.

    Depuis 2019, le Centre de santé interdisciplinaire hannutois Life & Job informe, conseille, accompagne et forme les citoyens afin qu’ils puissent trouver l’équilibre entre vie privée et professionnelle.

    En se tournant vers des problématiques liées à la santé mentale, le projet de l’ASBL est, notamment, d’accompagner la population à gérer le stress et l’épuisement professionnel collectivement.

    Les 13, 20 et 27 août, Life & Job proposera trois journées « D-Stresse ».

    « Le stress engendré au cours de l’année suite au Covid-19 a mis beaucoup de personnes à mal », souligne Anne-Marie Virzi, psychologue clinicienne spécialisée dans … La suite pour les abonnés à la version digitale sur > https://huy-waremme.lameuse.be/616840

    TROIS THÉMATIQUES

    Les journées « D-Stresse » se dérouleront en deux temps.

    Les matins seront consacrés à l’échange de connaissances liées au stress, telles que les effets physiologiques du stess sur le corps humain. L’après-midi, … La suite pour les abonnés à la version digitale sur > https://huy-waremme.lameuse.be/616840

    Les journées « D-Stresse » se dérouleront à Cras-Avernas (Hannut), Rue Raymond Pasleau 7a.

    Le prix est fixé à 70€ la journée, avec un supplément de 5€ pour le dîner. Les trois jours réunis coûtent 180€.

    Informations et inscriptions au 0472 630 417 ou sur le site internet « www.lifeandjob.be ».

    Source non libre d’accès de FIONA SORCE sur > https://huy-waremme.lameuse.be

    L'ASBL HANNUTOISE LIFE & JOB sur Facebook > La page Facebook > https://www.facebook.com/lifeandjob/

    L’article également au grand complet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 08/08/2020

  • Imprimer

    CORONAVIRUS > LE DROIT PASSERELLE CONCERNE AUSSI L’ÉVÉNEMENTIEL, LES FORAINS, ARTISTES OU ENCORE NIGHTSHOPS

    Le ministre des PME et des Indépendants Denis Ducarme (MR) annonce samedi avoir envoyé une circulaire à son administration et aux caisses d’assurances sociales afin de confirmer que plusieurs secteurs continuent à être éligibles au droit passerelle de crise, jusqu’à nouvel ordre, sous le volet « obligatoirement fermés, en tout ou en partie ».

    Les secteurs de l’événementiel, des forains, les artistes, les nightshops et les bars à chicha sont donc aussi concernés par la mesure.

    Le ministre avait rencontré mercredi dernier plusieurs représentants des forains, du secteur de l’événementiel ainsi que du secteur du mariage. Une circulaire a depuis lors été envoyée afin de confirmer que ceux-ci avaient bien accès au droit passerelle.

    Cet accès est ainsi possible sans devoir démontrer au préalable ni l’interruption totale de l’activité durant une certaine durée, ni de lien avec la crise Covid-19, comme le prévoit la loi du 23 mars 2020. « Un forain qui poursuit une petite activité en dehors d’une foire est aussi éligible », a illustré le ministre.

    Le revenu de remplacement « droit passerelle » a été prolongé jusqu’au 31 décembre 2020 pour les indépendants toujours empêchés de reprendre leur activité. Cette prolongation s’adresse, pour la période de septembre à décembre, aux indépendants actifs à titre principal dont l’activité est interrompue ou limitée en raison des mesures prises par le Conseil national de Sécurité (via les arrêtés ministériels portant des mesures d’urgence pour limiter la propagation du coronavirus), quelle que soit la durée de l’interruption.

    Pour l’ensemble des aides temporaires en matière de droit passerelle, le contact de première ligne des indépendants est leur caisse d’assurances sociales.

    En outre, l’Institut national d’assurances sociales pour travailleurs indépendants (Inasti) met un call center à disposition au numéro 0800/12.018.

    Source de Belga via Sudinfo sur site libre > https://www.sudinfo.be/id233158

    Illustration > Belga

     

  • Imprimer

    LES INTERNAUTES INVITÉS À SE MONTRER PRUDENTS > LE PHISHING A TOUJOURS PLUS LA PÊCHE EN BELGIQUE

    Le nombre de signalements de tentatives de phishing -fraude en ligne au moyen de faux courriels, sites ou messages- est en forte progression en Belgique.

    Durant le mois de mai dernier, 282.392 cas ont été signalés via la plate-forme safeonweb.be  . Celle-ci n’en avait reçu que 149.000 en mai de l’an dernier, selon des chiffres du Centre pour la cybersécurité (CCB) fournis par la Première ministre Sophie Wilmès en réponse à une question du député Steven Matheï (CD&V).

    Durant toute l’année 2018, 648.000 signalements ont été reçus par la plate-forme, contre 1,7 million l’année suivante.

    Cette tendance à la hausse d’année en année se confirme. Durant les 5 premiers mois de 2020, près de 1,3 million de signalements ont déjà été reçus.

    Source libre de Sudinfo sur > https://www.sudinfo.be/id232226

    Illustration > Belgaimage