Faits divers - Page 5

  • Imprimer

    HANNUT - JUDICIAIRE > BAGARRE GÉNÉRALE À L’INTERMARCHÉ DE HANNUT !

    Ce mercredi, quatre Hannutois ont comparu devant le tribunal correctionnel de Huy pour coups et blessures.

    Les faits remontent au 1er juin 2016 à l’Intermarché de Hannut. Un employé, mal garé, s’apprête à entrer dans le commerce pour signer sa fiche de paie quand un homme âgé vient frapper à sa fenêtre pour lui demander de se bouger afin que sa petite-fille puisse manœuvrer. L’homme lui répond avec un doigt d’honneur, ce qui énerve la femme restée dans le véhicule. Elle sort en furie et balance un coup de pied dans la portière du véhicule. L’homme sort à son tour et fait de même sur son véhicule avant d’entrer dans le magasin.

    À l’intérieur, la femme le poursuit mais à peine arrivée à sa hauteur, il la frappe au visage, elle répond par un coup de pied. Deux clients, voyant l’altercation, décident de s’en mêler pour protéger la femme et écartent l’homme avant de le bloquer au sol. Ce dernier, blessé à la cheville, réclame 2.500 euros de dommages ainsi qu’une expertise à ses trois assaillants.

    Par chance, … La suite dans votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 14/03/2019

    Source > La.Ma dans votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 14/03/2019

  • Imprimer

    HANNUT (SUITE+) – POMPES FUNÈBRES DELDIME > LA FAMILLE DU DÉFUNT RÉCLAME 12.000€

    Pour la famille Metior et le Parquet, l’erreur est impossible : Alain Deldime a agi volontairement 

    Ce mercredi, les frères Deldime, patrons de la société des pompes funèbres du même nom, basée à Hannut, ont à nouveau comparu devant le tribunal correctionnel de Huy pour la suite des débats concernant une prévention d’escroquerie et de tentative d’escroquerie, dans le cadre de l’affaire des funérailles d’August. Le nonagénaire avait été placé dans le mauvais cercueil.

    Le 4 septembre 2017, les membres de famille de Sidney Metior avaient été profondément traumatisés par la manière dont s’étaient déroulées les funérailles du grand-père, … La suite dans votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 14/03/2019

    … / … « L’erreur est impossible »

    Me Jean-Paul Reynders, qui représente la partie civile, a qualifié les faits de particulièrement abjects. Il a également mis en avant la chronologie portant à mal les déclarations faites par les deux frères. « Le défunt est … La suite dans votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 14/03/2019

    … / … Pour la partie civile, l’erreur défendue par la défense ne tient pas. « L’erreur est impossible. Il y a trop d’… La suite dans votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 14/03/2019

    82 % d’incinérations simples

    Pour Me Reynders, l’entreprise n’en est pas à son coup d’essai étant donné que 82 % des incinérations pratiquées par le biais des pompes funèbres Deldime étaient réalisées en acte technique, à savoir sans la famille et sans réception.

    Au niveau des dommages matériels, … La suite dans votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 14/03/2019

    Le Parquet a appuyé les déclarations émises par la partie civile. Il a toutefois tenu à séparer l’implication des deux frères. « Il est clair qu’Alain Deldime est le cerveau et que Roland n’est qu’un employé qui exécute les ordres ».

    Il a requis pour les deux frères une peine de travail ou une peine d’emprisonnement avec sursis, laissée à l’appréciation du tribunal. « Pour moi, une peine de prison ne changera pas ce qu’il s’est passé ». Jugement le 24 avril prochain.

    Source > La.Ma dans votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 14/03/2019

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale > https://huy-waremme.lameuse.be/359867

    TROIS AUTRES DÉVELOPPEMENTS sur cette même page de votre journal >> Auditions

    Les témoins interrogés ont pu faire avancer l’affaire 

    Le 9 janvier dernier, le tribunal a auditionné trois témoins: un maître de cérémonie du crématorium de Court-Saint-Etienne, un technicien du crématorium et le meilleur ami de Sidney Metior, petit-fils du défunt. Des auditions qui se sont révélées pertinentes pour le dossier…

    Défense > Les frères Deldime plaident l’acquittement

    Les frères Deldime, présents à l’audience, étaient défendus par Me Bruno Simon, qui représente Me Pierre-Bernard Lejeune.

    Dans un premier temps, la défense a ... / …

    Fédération  > Atteinte à la notoriété et   la crédibilité 

    Lors de l’audience, la fédération wallonne des entrepreneurs de pompes funèbres s’est … / …

    Sur ce blog > Dernier article sur le sujet > «J’ADMETS AVOIR COMMIS UNE ERREUR!» TÉMOIGNE L’ENTREPRENEUR DES POMPES FUNÈBRES https://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2019/01/10/hannut-suite-j-admets-avoir-commis-une-erreur-temoigne

  • Imprimer

    HANNUT – SPORT > EXCÈS AVANT LE RALLYE ? « APPELER LE 101 » ...

    Ecolo a dénoncé au conseil la conduite dangereuse d’un automobiliste entre Thisnes et Ambresin

    Le rallye de Hannut (ces 9 et 10 mars) s’est invité dans les débats du conseil communal de ce mardi soir. Dans l’opposition, la conseillère écolo, Pascale Lerat a dénoncé les excès d’un automobiliste roulant entre Thisnes et Ambresin dans une voiture « décorée comme un véhicule de rallye ». 

    La conseillère Ecolo a profité d’un point relatif au rallye de Hannut (qui aura lieu les 9 et 10 mars prochains) pour interpeller la majorité. Ce point concernait l’octroi d’un subside de 400 euros à l’ASBL organisatrice de l’événement, le « Hesbaye Motor Club ».

    Il y a quinze jours, affirme Pascale Lerat, un samedi après-midi, une voiture a sillonné les rues, entre Thisnes et Ambresin, sans sécurisation, un tronçon qui ne fait pas partie du circuit du rallye et pourtant…

    … / … « L’automobiliste qui roulait dans cette voiture, décorée comme un véhicule de rallye, utilisait les voies lentes et comme il faisait beau, il mettait les piétons en danger ». Rien ne prouve que cet automobiliste était un … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi28/02/2019

    Jusqu’au retrait de licence

    Le bourgmestre a également rappelé également les règles qui gouvernement la reconnaissance du circuit. « Cette reconnaissance n’est possible qu’un seul jour, le samedi avant le jour du rallye », soit le 9 mars prochain. « En dehors de cela, même … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi28/02/2019

    Source > Marie –Claire Gillet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 28/02/2019

    Illustration > St.G

  • Imprimer

    LENS SAINT REMY (HANNUT) – (SUITE x) MEURTRE DE LA PÉDICURE > STÉPHANE MÉDOT ET SABRINA JOANNES VONT EN CASSATION

    Il pourrait y avoir un nouveau procès pour le meurtre de Chantal Humblet

    Aura-t-on un nouveau procès dans le dossier de la pédicure de Lens Saint Remy ?

    Un recours en cassation a été introduit tant par les avocats de Stéphane Médot, qui ont fait cela, il y a quelques jours, que par les conseils de Sabrina Joannes, qui ont confirmé l’avoir introduit ce vendredi.  

    Le 8 février, la cour d’assises de Liège a condamné le Hutois Stéphane Médot (40) et la Hannutoise Sabrina Joannes (43) pour un vol avec violence commis sur la personne de Chantal Humblet, avec la circonstance qu’un … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 23/02/2019

    Récidiviste, le Hutois a écopé de la perpétuité ; sa compagne, mère de trois enfants et sans casier judiciaire, a été condamnée à 25 ans de prison.

    Vu la peine prononcée contre lui, en cas de nouveau procès Stéphane Médot ne risque pas grand-chose de plus, si ce n’est une mise à disposition du tribunal d’application des peines : « Il y a des problèmes de La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 23/02/2019

    Il faut quelques mois à la cour de cassation pour statuer, non sur le fond du dossier, mais bien sur la forme. Si elle casse l’arrêt, l’affaire doit être rejugée dans une autre juridiction.

    Source > LWS sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 23/02/2019

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale >https://huy-waremme.lameuse.be/351069

  • Imprimer

    GRAND-HALLET (HANNUT) > SPORT/LOISIRS > DEUX SŒURS OUVRENT UN MANÈGE.

    Particularité : elles proposent des séances d’équimotricité© 

    Les Hannutoises Sarah et Alison Cornet ont grandi au milieu des chevaux.

    Âgées aujourd’hui de 24 et 32 ans, elles ont choisi de transmettre leur passion. En mars, les deux sœurs ouvrent une petite écurie familiale. Particularité : elles y proposeront des cours d’équimotricité©, soit une psychomotricité avec poneys. 

    Sarah et Alison Cornet ont été formées par Catherine Saublens, la psychomotricienne qui a mis au point l’équimotricité©, une discipline originale qui allie l’équitation à la psychomotricité.

    Le principe ? « Deux enfants, l’un est assis sur le poney, l’autre marchant à côté en tenant les rênes de l’animal, évoluent ensemble mais de manière autonome sur un parcours qui change chaque semaine. Les rôles sont interchangeables » , nous explique Sarah.

    Les enfants apprennent ainsi à jouer avec le poney. Et surtout à … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 16/02/2019

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale > https://huy-waremme.lameuse.be/347655

    Source > Marie-Claire Gillet sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 16/02/2019

    Illustration F.B.

  • Imprimer

    LES ÉOLIENNES VONT ARRIVER À BRAIVES ET À HANNUT

    En janvier 2017, Gestamp Wallonie (Namur) a entrepris la construction d’un parc éolien, à Hannut, le long de la chaussée romaine.

    Neuf éoliennes doivent y être érigées. La commune de Braives est opposée à ce projet.

    Depuis la naissance du projet en 2010, le permis de construire a déjà été refusé à deux reprises à la société Gestamp Wallonie. Une première fois en 2012 par la Région wallonne et une seconde fois en 2015 suite à une demande en annulation des communes de Braives et Hannut devant le Conseil d’État. Mais Gestamp Wallonie s’est vu accepter une nouvelle demande de permis pour 9 éoliennes en mars 2016. Demande que, cette fois, seuls les Braivois ont contestée. D’abord avec un recours en annulation puis avec un recours en suspension auprès du Conseil d’État qui n’a pas abouti.

    « On regrette que les communes, qui sont les principales interlocutrices de ces dossiers, ne soient pas consultées par la Région wallonne. Au final, … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 15/02/2019

    Source > MARC GÉRARDY sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 15/02/2019

    Illustration > La chaussée romaine.photodoc@lesoir.be

    L’article au grand complet en ligne pour les abonnés à la version digitale > https://huy-waremme.lameuse.be/347014

  • Imprimer

    LENS SAINT REMY (HANNUT) – ASSISES DE LIÈGE > LA PERPÉTUITÉ POUR LUI, 25 ANS DE PRISON POUR ELLE

    Médot et Joannes ont été condamnés à des peines sévères pour l’homicide de Chantal Humblet 

    Le réquisitoire de l’avocate générale Pascale Schils, ce vendredi avant que les jurés partent délibérer, a été implacable

    « Nos accusés connaissent bien le système carcéral, ils l’ont vécu tous les deux de l’intérieur et c’est pourtant en pleine connaissance qu’ils ont agressé chez elle une femme seule pour le dessein le plus sombre qui soit, la cupidité », a-t-elle scandé. Stéphane Médot a été condamné à la perpétuité et Sabrina Joannes à 25 ans de prison. 

    L’avocate générale Pascale Schils a rappelé la scène terrible du 31 mai 2016, décrivant Chantal Humblet terrorisée, suppliant son bourreau de … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi  09/02/2019

    Source > LWS sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi  09/02/2019

    Autres articles sur votre journal >

    La défense de Médot « L’audience la plus triste » 

    Elle peut espérer une libération conditionnelle dans 6 ans

    Le dossier complet en ligne pour les abonnés à la version digitale > https://www.sudinfo.be/id101039

  • Imprimer

    MEURTRE DE LENS SAINT REMY (HANNUT) > MÉDOT ET JOANNES RISQUENT LA PERPÉTUITÉ

    Les jurés ont mis sept heures, ce jeudi, pour trancher sur la culpabilité de Stéphane Médot et Sabrina Joannes.

    Ils sont tous les deux déclarés coupables de vol avec circonstance aggravante de meurtre sur Chantal Humblet.

    Les jurés ont souhaité rentrer chez eux à l’issue de cette longue délibération, et ce afin de statuer sur la peine ce vendredi.

    A 9 heures, l’avocat général Pascale Schils débutera avec le réquisitoire sur les peines, puis on entendra Me Töller et Me Molders-Pierre pour Joannes, et Me Simonis et Me Berbuto pour Médot. Tous deux risquent la perpétuité.

    Le compte rendu complet en ligne pour les abonnés à la version digitale > https://huy-waremme.lameuse.be/343847

    La suite demain vendredi !

    Source en ligne de LWS à 21h52 > https://huy-waremme.lameuse.be/343847