Imprimer

APRÈS CONFINEMENT > «IL FAUT PRIVILÉGIER SES VACANCES EN WALLONIE»

Le gouvernement wallon étudie plusieurs pistes depuis quelques jours pour relancer différents secteurs économiques, celui du tourisme fera l’objet d’une attention particulière.

« On ne s’en rend peut-être pas compte, mais le poids économique du secteur du tourisme est important avec 4,1 % de valeur ajoutée », commente la ministre Valérie De Bue dans L’Echo samedi. « Les pertes de chiffres d’affaires sur les dépenses du tourisme se montent à 82 millions en mars et 89 millions en avril », précise-t-elle.

Le secteur du tourisme, c’est 60.000 équivalents temps plein, un niveau d’emploi « pas très loin du secteur de la construction », rappelle la ministre. « Il y a 300 attractions en Wallonie. C’est un secteur très varié qui réalise 7,9 milliards de chiffre d’affaires par an, 3 milliards de dépenses des touristes et 13 millions de nuitées. » Et le secteur, à l’arrêt complet, peut déjà dire adieu aux habituels 10 % des revenus annuels engendrés pendant les vacances de Pâques.

Pour éviter une catastrophe, la ministre vient de mettre sur pied un groupe de travail qui se réunit deux fois par semaine. On y trouve notamment les représentants du commissariat général au tourisme. « On doit limiter la casse et sauver ce qui peut être sauvé. (…) Les campagnes de promotion du tourisme doivent être revues car on va s’adresser à des touristes de proximité. Compte tenu de l’incertitude et des conditions sanitaires, les Belges vont vouloir rester dans leur pays et consommer local », indique-t-elle, ajoutant qu’une enquête Dedicated Research a été lancée pour analyser les attentes des Belges pour leurs vacances.

 « On doit donc faire évoluer les habitudes et ce plan de relance sera un tremplin pour l’avenir du tourisme wallon. Mais nous sommes aussi face à un secteur très diversifié. Il faut donc l’accompagner, le stimuler et adopter un message clair de relance et construire une identité commune pour l’ensemble du secteur.

Le message est de dire qu’il faut privilégier ses vacances en Wallonie », conclut Mme De Bue.

Source libre > https://www.sudinfo.be/id180387

Commentaires

  • Avant qu'il y ai une Flandre, une Wallonie, nous avions un pays , pas très grand mais un pays et avec les mesures que vous envisagez, cela reviens à cloisonner encore plus notre identité et ensuite, on dira, qu'il ne faut pas faire alliance avec la NVA qui veut séparer le pays ????? on vient d'une Europe unie, a un cloisonnement linguistique, c'est une blague ? je veux la mer, je travaille toute l'année pour choisir dans quel coin perdu de notre pauvre pays, je veux passer les malheureux 15 jours calendrier pour me reposer. Vous nous préparez quoi là ? un confédéralisme genre ancienne Allemagne avec un mur ??

Les commentaires sont fermés.