Imprimer

COMMERCE : HANNUT SE PORTE BIEN (SELON L’ÉTUDE)

700 personnes ont été sondées sur l’offre commerciale de la ville 

 Ce jeudi, lors du conseil communal, les élus hannutois ont pu découvrir les résultats de l’étude commerciale, étape préalable à l’adoption du schéma de développement commercial de Hannut pour les cinq prochaines années. Conclusion : Hannut se porte bien. Ambition : attirer des enseignes locomotives.

Cette étude commerciale a été confiée à l’AMCV (Association du Management du Centre-Ville). Six à 700 personnes ont été sondées. Que faut-il en retenir ? L’échevin Olivier Leclercq a présenté les résultats.

Dynamique commerciale.

Hannut figure parmi les bons élèves avec un taux d’occupation commerciale entre 70 et 75 %. La dynamique des rues a également été évaluée : sans surprise, la rue Albert Ier, la Grand-Place et le centre-commercial de la Cense arrivent en tête avec une densité commerciale respective de 75 %, 85 % et 95 %.

La rue Zénobe Gramme est reprise dans les rues en crise (-de 60 % d’occupation) et la rue de Tirlemont dans celles affaiblies structurellement (-de 70 %)

Destination shopping.

C’est l’idéal à atteindre pour une ville. Hannut n’y est pas encore, « elle reste une ville de proximité où on se rend pour des achats quotidiens. Pour l’instant, elle est dans une position intermédiaire. Notre ambition est de la faire remonter vers la destination shopping » , a indiqué l’échevin.

Fréquence de visite

Des trois pôles commerciaux. Route de Landen, 38 % des sondés déclarent s’y rendre plusieurs fois par semaine contre 19 % pour le pôle de la route de Huy et 59 % pour le centre-ville.

Motifs de fréquentation.

Plus de 60 % des sondés se rendent route de Landen pour l’offre commerciale ; Route de Huy, pour les facilités de stationnement (entre 50 et 60 %) et au centre-ville, en raison de la proximité avec leur domicile (près de 70 %). Au centre-ville, la convivialité est également un argument.

Zone de chalandise.

La zone potentielle est bien plus grande que la zone réelle. « Il faut donc attirer plus de chalands », a déclaré l’échevin Leclercq. Et notamment ceux de Flandre. Si l’on en croit les chiffres de l’Intermarché et de Colruyt, les clients flamands ne représentent que 10 %.

Évasion commerciale.

Pour ses loisirs, une personne sur deux fait ses achats en dehors de Hannut.

Les résultats sont encore plus catastrophiques pour les vêtements et chaussures (58,2 %) et pour la décoration et ameublement (61,5 %).

Source > Marie-Claire GILLET sur http://journal.sudinfo.be

L’article complet avec complément d’info > Objectif: Développer des nouveaux commerces sur 10.800 m2 > Ce diagnostic est une étape du schéma de développement commercial de la ville qui doit encore être adopté par le gouvernement wallon avant d’entrer en vigueur.

Mais déjà, une stratégie commerciale a été … > Pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/84157

Les commentaires sont fermés.