Imprimer

HANNUT > LE DROIT DE DÉTENIR DES ARMES RETIRÉ À UN HANNUTOIS VIOLENT

Une décision prise suite à la plainte de sa sœur

Un Hannutois de 49 ans, décrit comme alcoolique et violent, s’est vu retirer son droit à détenir des armes. Depuis deux ans, il tente de récupérer l’autorisation qui lui a été ôtée par le gouverneur de Liège, en septembre 2014. Il vient de remporter une manche devant le Conseil d’État.  

La loi est très stricte : la détention d’armes ne peut pas nuire à l’ordre public. S’il apparaît que c’est le cas, le gouverneur peut aller jusqu’à retirer l’autorisation.

En septembre 2014, c’est la mesure que Michel Foret, qui était encore à cette époque le gouverneur de la province de Liège, a prise à l’encontre de Bruno, un Hannutois de 49 ans.

Pour prendre sa décision, Michel Foret s’est appuyé sur un rapport particulièrement accablant établi par la zone de police Hesbaye-Ouest à la suite d’une plainte émanant de la sœur de Bruno. Celle-ci vit juste à côté. Elle affirmait être inquiète pour la sécurité du quartier sachant que son frère boit plus que de raison et est détenteur d’armes à feu avec lesquelles il lui arrive de tirer les moineaux dans son jardin.

En conflit avec ses voisins

Cette propension à boire est attestée dans le rapport de police, de même que son comportement instable : « L’intéressé est une personne ayant de sérieux problèmes d’alcool. Il est en litige avec l’ensemble de son voisinage, fait imputable exclusivement à son état second régulier. Il fait preuve régulièrement d’agressivité verbale envers les personnes les plus faibles (les personnes âgées) toutefois aucune n’ose ester par crainte de « représailles », est-il écrit. Mais pas seulement :

« À partir de 2008, peut-on encore lire , suite à son engagement en tant qu’ouvrier d’entretien à la Police Fédérale, l’intéressé s’est cru investi d’un pouvoir « divin », n’hésitant pas à se vanter d’être policier, de n’avoir de compte à rendre à personne et se targuant d’être proche de certains magistrats et de ce fait intouchable. »

Sur base de ce rapport, un dossier est immédiatement transmis au gouverneur. Le service des armes avertit le Procureur du Roi de Huy qui mène son enquête pour découvrir qu’un PV pour coups et blessures a aussi été dressé à l’encontre du Hannutois.

Pour le Procureur, il y a lieu de retirer l’autorisation de détenir des armes au Hannutois.

Le gouverneur suit son avis et, en septembre 2014, les trois fusils de chasse, calibre 12 et 20 du Hannutois sont saisis et l’autorisation lui est retirée.

Depuis, le Hannutois a entamé un long combat dans le but de récupérer son autorisation. Quelques jours après la décision du gouverneur, il a introduit un … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 14/01/2017

Source > MARIE-CLAIRE GILLET sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 14/01/2017

Un article succin en ligne sur > http://www.lameuse.be

Les commentaires sont fermés.