Imprimer

HANNUT > LE CHANTIER DE LA CRÈCHE DÉMARRE

Initié en 2011, le projet de crèche du CPAS entre enfin dans sa phase décisive

Un nouveau chantier en perspective pour le CPAS de Hannut : le chantier de la nouvelle crèche démarre ce 7 novembre pour une ouverture prévue en septembre 2017. La pose de la première pierre aura lieu ce samedi 5 novembre.

La capacité d’accueil de la future crèche est de 57 places.

La nouvelle crèche sera construite rue d’Avernas, dans le prolongement de la Résidence-Loriers. Le chantier a été confié à l’entreprise Wust de Malmedy, soit la même société qui avait déjà remporté le marché de la résidence Loriers.

Le coût total des travaux s’élève à 1.686.000 euros (1,3 million rien que pour le gros œuvre), soit 300.000 euros en moins que les estimations de départ.

Ils seront subsidiés à concurrence de 1.060.000 euros. Le solde sera pris en charge par le CPAS qui financera sa part sur fonds propre, soit en vendant des terres qui lui appartiennent. Il n’y aura donc pas d’emprunt. Le chantier devrait durer dix mois. « Selon le planning, le bâtiment doit effectivement être terminé pour le 31 août 2017. Tout dépend évidemment de la météo. Mais si ce calendrier est respecté, l’entrée des enfants dans la nouvelle crèche pourrait avoir lieu en septembre/octobre » , table Pascal Baranger, responsable des marchés publics et des bâtiments au CPAS de Hannut.

La capacité d’accueil de la future crèche sera de 57 places, soit 9 de plus qu’aujourd’hui. L’actuelle crèche de la rue de l’Aîte totalise 36 places. Auxquelles s’ajoutent les 12 places de la Maison Communale d’accueil de l’enfance d’Avernas. À l’avenir, ces deux entités séparées se retrouveront donc sous un même toit.

Crèche5.jpg

Les enfants seront hébergés au rez-de chaussée dont l’espace a été découpé en quatre zones. Elles correspondent à chaque section (ou tranche d’âge). L’étage sera réservé au personnel : local vestiaire, salle de réunion et coin repas y seront aménagés. Les repas aux enfants seront préparés et livrés par la cuisine de la Résidence Loriers.

Une des principales caractéristiques du bâtiment : son importante surface vitrée qui garantira un maximum de luminosité aux petits. Comme il ne s’agit pas d’une construction passive, un débordement du toit (sur 2 mètres) protégera les fenêtres du rayonnement direct du soleil. « Nous avons écarté le passif car il ne convient pas à une crèche. Pourquoi ? Parce qu’avec le passif on n’aurait pas … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 26/10/2016

Crèche 4.jpg

Source > MARIE-CLAIRE GILLET sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 26/10/2016 > Photos > Atelier d’architecture D.D.V.

Les commentaires sont fermés.