Imprimer

HANNUT > L’INSTALLATION DU HOCKEY CLUB EN BONNE VOIE

Le CPAS a donné son accord pour le terrain

L’acquisition des deux terrains que convoite le Hannut Hockey Club (HHC) est en bonne voie.

Un accord a été trouvé avec le fermier et avec le CPAS de Hannut. La semaine dernière, les conseillers de l’action sociale ont donné leur accord de principe pour céder leur prairie contre un euro symbolique. Ce qui a fait réagir Ecolo. 

Relancé depuis avril dernier, le club de hockey de Hannut ne dispose pas de ses propres infrastructures. Pour l’instant, les entraînements ont lieu à Rocourt. Mais à l’avenir, le club souhaite revenir en terres hannutoises.

Deux terrains l’intéressent en particulier. Ils se situent derrière les terrains de foot, au cœur du pôle sportif développé par la majorité hannutoise. Qui a accepté de les soutenir dans leur projet. Le dossier est actuellement à l’instruction. Le but : acquérir les deux terrains convoités par le club, de manière à pouvoir monter un dossier auprès d’Infrasport. On parle tout de même d’infrastructures sportives pour un montant d’1 million d’euros. Le HHC espère décrocher les 75 % de subsides et s’engage à financer le solde.

L’un des deux terrains qui intéressent le HHC appartient à un privé, un fermier qui accepterait de vendre. « Il a donné son accord de principe », indique l’échevin des finances Olivier Leclercq en charge du dossier. Le second, d’une quarantaine d’ares, appartient au CPAS de Hannut qui le mettait jusqu’ici en location au fermier. La semaine dernière, les conseillers du CPAS ont été invités à donner leur accord de principe à la cession de ce terrain pour un euro symbolique. La demande a fait réagir l’opposition écolo. Jeudi soir, au conseil communal, Frédéric Piret-Gérard a interpellé la majorité. « Quand on voit les difficultés financières auxquelles sont confrontés les CPAS, est-ce bien raisonnable de céder pour rien un terrain qui pourrait rapporter un peu d’argent » , s’est-il interrogé.

Réponse de l’échevin Leclercq : « si le terrain est là, qu’il appartient au domaine public, et qu’on peut renforcer le pôle sportif existant du centre-ville, alors oui, on instruit le dossier, c’est de la bonne gestion. Le but est de monter un dossier pour Infrasport. Une convention sportive sera établie ensuite avec la Ville. » .

Pour le CPAS, le manque à gagner s’élèverait à … La suite de l’article sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 27/09/2016

Source > MARIE-CLAIRE GILLET> sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mardi 27/09/2016

Les commentaires sont fermés.