Imprimer

L'ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE: PLUS D'UN ATOUT DANS SON SAC

promotion_sociale1.jpg

Si on a souvent l’image de la Promotion sociale liée à des cours du soir occupationnels, elle ne représente heureusement pas que cela.

En effet, elle propose également des cours en journée et le samedi matin.

L’Enseignement de Promotion sociale, c’est 163 établissements scolaires (234 implantations et 10.000 membres de personnel) et plus de 150 000 élèves et étudiants, dont 30.000 relevant de l’enseignement supérieur. A titre de comparaison, l’enseignement secondaire ordinaire de plein exercice comptait 345 000 élèves lors de l’année scolaire (chiffres 2010).

 « La promotion sociale a toute une série d’avantages », explique Martine Claes, directrice de l’Institut de Promotion Sociale de Fléron-Chênée organisé par la Communauté française et qui accueille quelque 2.300 étudiants. «Contrairement aux hautes écoles, l’enseignement de promotion sociale permet d’entrer en baccalauréat sans avoir de diplôme CESS (certificat d’études secondaires supérieures), moyennant la réussite de tests ou la valorisation d’expériences professionnelles antérieures. Autre atout, les étudiants gardent leur statut, c’est-à-dire qu’un demandeur d’emploi ou un minimexé conservent le bénéfice de leurs revenus et les parents continuent à percevoir les allocations familiales. Notre enseignement, de par sa modularité, offre un rythme d’apprentissage très souple », ajoute la directrice.

CERTIFICATION ÉQUIVALENTE

En termes de certification et de programmes, pas de crainte à avoir : la Promotion sociale débouche sur une certification équivalente à celle des hautes écoles. Par ailleurs, les contenus et dossiers pédagogiques sont réalisés en concertation avec les différents secteurs professionnels, avec l’appui d’un millier de conventions annuelles nouées avec de nombreux partenaires, dont le FOREM, les CPAS et les Missions locales.

 « Il n’y a aucun cours inutile dans la mesure où tout est conçu à partir d’un profil professionnel. Les étudiants sont encadrés par des professeurs détenteurs d’un titre pédagogique ou par des experts issus

de divers milieux professionnels (notaires, avocats, fiscalistes, infirmières, vétérinaires,…) qui garantissent des mises en situation et des actualisations permanentes. Ce qui représente un « plus » pour les étudiants », ajoute la directrice.

Notons que toutes les sections prévoient des stages, fenêtres sur l’emploi.

70 À 80% DE MISE À L’EMPLOI

L’Institut de Promotion Sociale de Fléron-Chênée offre de multiples formations qui débouchent, dans 70 à 80% des cas, sur une mise à l’emploi. 

Parmi les formations, épinglons un bac en comptabilité (cogestion ou fiscalité) et un autre en assistant(e) de direction. L’école propose aussi un brevet d’enseignement supérieur en webdeveloper ou en webdesigner.

D’autres sections du niveau secondaire supérieur en secrétariat médical, aide-soignant(e), assistant( e) vétérinaire ou restaurateur ouvrent à d’autres métiers. Sans oublier toute une série de formations de découverte ou de perfectionnement en langues, bien-être (découverte des huiles essentielles, sophrologie, gestion du stress…), infographie, informatique,…

La promotion sociale a développé des partenariats avec des entreprises pour leur proposer de former leur personnel selon leurs besoins. « Nous garantissons aux entreprises la garantie de notre contenu et du cadre ainsi que notre souplesse d’organisation », ajoute la directrice.

Informations : promotion-sociale.be ou 04/366.66.77

Les commentaires sont fermés.