Imprimer

INFO BOULOT > 7 ERREURS IMPARDONNABLES SUR LINKEDIN

linkedin.jpg

LinkedIn est le plus connu et le plus utilisé des réseaux sociaux professionnels.

Y posséder un profil est très efficace pour développer et entretenir son réseau de contacts professionnels, et pour offrir une extension "en ligne" à votre CV, consultable par tous.

Néanmoins, l'utilisation de LinkedIn se révèle plus subtile que celle de Facebook ou Twitter. Elle comporte certains pièges, qu'il vaut mieux éviter pour ne pas nuire à sa carrière... En voici quelques-uns!

1. Envoyer des demandes d’ajout à des personnes que vous ne connaissez absolument pas

Le but de LinkedIn est de se connecter à vos contacts professionnels, virtuels ou réels. Mais si vous envoyez des demandes d'ajout aux utilisateurs que vous ne connaissez ni d’Eve ni d’Adam, vous risquez de les ennuyer, surtout si vous ne prenez pas la peine d’envoyer un message personnalisé.

De plus, si vous en envoyez un certain nombre et que toutes ces personnes indiquent qu’elles ne vous connaissent pas, LinkedIn pourrait même vous empêcher d’envoyer d’autres demandes d’ajouts à l'avenir...

2. Mettre trop souvent à jour votre statut LinkedIn

Vous n'êtes pas sur Facebook ou Twitter : LinkedIn est un site de réseautage professionnel. Si vous "polluez" le mur de vos contacts avec des dizaines de posts par jour ou des informations sans intérêt, certaines de vos contacts vont à coup sûr vous supprimer de leurs relations.

3. Essayer de contourner le système de candidature d’une entreprise

Si une entreprise a mis sur pied un système de candidature en ligne, c’est sans doute pour que vous l’utilisiez. Il est donc délicat d'utiliser LinkedIn pour essayer de le contourner en y contactant des employés de cette entreprise, que vous n'avez jamais rencontré mais à qui vous demandez de faire parvenir votre CV à la bonne personne.

Puisqu’ils ne vous connaissent de toute façon pas, ils sont peu susceptibles de vous aider ; de plus, vous risquez de les agacer et cela ne jouera pas en votre faveur.

4. Mentir sur votre fonction ou vos responsabilités

Si vos collègues ou votre patron remarque que vous avez exagéré vos responsabilités sur LinkedIn, ils perdront tout respect envers vous. Pire : si un recruteur recroise les infos de votre CV avec celles de votre profil LinkedIn, vous perdrez instantanément votre crédibilité.

5. Négliger votre profil

Si vous envoyez des demandes d’ajout à gauche et à droite mais que votre profil mentionne à peine plus que votre nom et votre fonction, vos contacts se demanderont pourquoi diable vous les avez ajoutés.

Si vous choisissez d’utiliser le site, utilisez-le correctement – et cela commence en vous créant un profil digne de ce nom.

6. Visiter compulsivement certains profils

N’oubliez pas que certains utilisateurs LinkedIn peuvent voir qui a consulté leur profil. Rien de grave à les consulter une fois de temps en temps bien sûr (ils sont là pour être vus), mais les regarder chaque jour peut vous faire passer pour un maniaque.

 

7. Utiliser les groupes pour essayer de vendre vos produits

Les groupes de LinkedIn sont une excellente façon de partager des informations avec des personnes aux intérêts similaires. A moins de faire cela dans un groupe destiné à la vente, vous ennuierez les autres membres si vous utilisez cet espace pour promouvoir vos produits ou vos services.

Source: businessinsider.com Via http://www.references.be

Commentaires

  • Que des utilisations de réseaux sociaux (et de Linkedin pour ce dont on parle) soient désarmants voir irritants est une chose. Vouloir ériger en règles votre idéal en est une autre et qui n’est pas de même nature.
    Constitutivement, ces réseaux ont une tendance naturelle à s’autoréguler et à devenir ce que les utilisateurs en font. Pour ma part il ne m’apparaît pas y avoir de danger à voir Linkedin dériver vers un nouveau FaceBook.

    Des points 1 à 7, vous semblez vouloir réduire ce site à un Rungis de l’emploi.
    Permettez au linkenautes( ?) d’être un peu plus ouverts. Tirez de ce que vous consultez ce qu’il vous plaît et laissez les autres vivre -et en pleine conscience- en dehors de vos fantasmes.
    Les contacts de recrutement sont une confrontation où tout le monde ment et tout le monde manipule tout le monde. Ne croyez pas que les candidats n’y soient que des naïfs.
    Les meilleurs règles sont celles qui ne sont pas encore écrites.
    Les deux questions que je me pose à propos de votre intervention sont :
    · En quelle qualité vous autorisez-vous cette incitation normative ?
    · À qui appartient Linkedin ?

    Ceci dit avec toutes mes cordiales salutations.

  • Un grand MERCI de ce commentaire cher Monsieur, c'est effectivement à cela que cela sert de laisser les commentaires OUVERTS a tous !
    SALUTATIONS.

  • Cher Monsieur,

    A la lecture de votre article, j'ai tout comme le premier internaute eu mes questions sur la façon (êtes-vous un recruteur ou non?) dont vous utilisez Linkedin.

    Les points 1, 3, 6 et 7 me semblent pouvoir être améliorés, pour la connaissance qu'il m'a été donné d'acquérir sur cet outil.

    1. Si Linkedin était une manière de se connecter avec des individus déjà connus, où serait sa plus-value par rapport à un simple carnet d'adresses ? La vocation de ce site me semble être par défaut la rencontre de nous profils, personnalités, talents... En ce qui me concerne, l'individu qui ne souhaite pas s'inscrire dans cette dynamique devrait renoncer à s'inscrire sur un réseau social ou devrait restreindre, comme le font certains, l'accès à leur profil.

    3. Essayer de contourner le système de candidature est, pour plus d'un, une manière de se démarquer. Quid des candidatures spontanées ? qui mènent pourtant bien souvent à un engagement. Aucune procédure n'est prévue, à moins d'envisager d'envoyer sa lettre de motivation à info@.... peu efficace ! Linkedin permet d'identifier qui sont les décideurs et les line-managers à contacter, énorme plus-value que voilà !

    6. Visiter compulsivement certains profils ? La majorité des utilisateurs peuvent voir votre passage, non pas certains. Secundo, des options plus fines permettent de gérer cela, en ne laissant voir que la compagnie pour laquelle travaille le visiteur du profil voire en garantissant l'anonymat du visiteur...

    7. L'utilisation des groupes permet la visibilité des profils et des produits. Pourquoi un produit ou un service serait-il d'emblée dérangeant pour les membres du groupe ? Il s'avérera certainement intéressant pour au moins l'un d'entre eux. Quant au "digest" comme il se dit dans le jargon de Linkedin, là aussi la fréquence est modulable en fonction des desiderata de chacun : journalier, hebdomadaire, aucun...

    Linkedin est un excellent outil, et je doute que sa crystallisation ait déjà été définie par un groupe d'idéalistes quelconque, ni-même que cela ne soit légitime.

    Cordialement,

    Jason

  • Tout comme le commentaire précédent le vôtre, ceci est VOTRE opinion & je le respecte !
    Un grand MERCI de ce commentaire cher Monsieur, c'est effectivement à cela que cela sert de laisser les commentaires OUVERTS a tous !
    SALUTATIONS.

  • Chère Mademoiselle (j'ai entre-temps pu consulter le profil de l'auteur),

    Il s'agit plus que d'une opinion mais d'une constatation faite directement "sur le terrain".

    Une dernière chose, vous mentionniez la possibilité que Linkedin empêche à ses utilisateurs "abusifs" d'ajouter de nouvelles connections. Vrai, mais un simple mail au helpdesk du site vous réalloue l'accès...

    Bonne continuation,

    Jason

  • Je reviens sur mes propos de la semaine dernière pour tenter d’éliminer toute ambiguïté :
    Je ne suis ni recruteur, ni candidat. J’ai ouvert un compte pour pouvoir me connecter et retrouver la trace d’anciennes connaissances que les vicissitudes de l’existence ont dispersées sur la surface de la planète. Grand merci à Linkedin, j’ai pu renouer avec certaines.
    Cet élargissement des possibles, parmi d’autres, n’est envisageable que grâce à une utilisation évolutive et libre de toute coercition normative des outils qui sont à notre disposition…
    Pour ma part ça me va bien et que je sache, cela ne compromet nullement le bon fonctionnement des autres usages parmi lesquels celui qui semble tenir particulièrement à cœur à certains utilisateurs : le recrutement.
    Mais ceci à révélé une opposition de points de vue qui paraissent inconciliables à d’aucuns :
    · la déclaration de ce qu’on ne devrait pas y faire d’une part
    · l’appréciation de ce qu’on pourrait y faire avec ce qui existe d’autre part.
    Pour ma part, tant que la première proposition n’est que déclarative, la cohabitation de ces antagonismes n’est rédhibitoire en rien, et n’en déplaise à quiconque, je compte bien poursuivre mes pérégrinations sur Linkedin.

    Ce qui m’a gêné le plus dans l’article d’origine, c’est dans son titre l’évocation du pardon ou plus précisément de l’impardonnable.
    Sans renvoyer aux références bibliques, la charge sémantique de ce mot place d’emblée celui qui peut l’octroyer (le pardon) dans une position de dominance à ceux à qui il s’adresse. Tout ce que je demandais à J-C.D. c’est « à quel titre ? »

  • Cher Monsieur, à quel titre, c'est simple comme bonjour. Je suis blogueur bénévole pour SudPresse, j'ai autorisation de publier des rubriques qui me paraissent intéressantes pour mes lecteurs (Moyenne journalière = 600) articles "puisés" > (Copier/Coller) des différentes éditions faisant partie du groupe SP.
    Sous l'article, il y a une source avec un lien > Le voici au complet > http://www.references.be/carriere/7-erreurs-impardonnables-sur-linkedin?utm_source=sudpresse&utm_medium=partnersite&utm_campaign=sudpressecontent&utm_content=sudpresse2

    D'où...... vous pourriez simplement vous adresser à eux ... NON ?

    Salutations

    NB : Question simple > Faut-il que je ferme le possibilité de faire des commentaires sur cet article ? Pour moi, il suffit d'un "Clic".

Les commentaires sont fermés.