Imprimer

THEATRE > ENCORE CE WE > LA DAME DE CHEZ MAXIM PAR L’ASBL «LES PLANCHES A NU»

421503.jpg

Les Planches à Nu présentent et revisitent La Dame de chez Maxim

La troupe de théâtre amateur des Planches à Nu, originaire de la région hannutoise, arpente la scène de la Salle des Amis Réunis à Petit-Hallet depuis plus de 15 ans. Cette année, et sous la houlette de Sophie Schneider, les 13 comédiens des Planches à Nu présentent une adaptation loufoque de La Dame de chez Maxim de Feydeau, durant les 3 premiers weekends du mois de mars.

Flyers recto RVB.jpgL’ASBL «Les Planches à Nu» voit le jour en 1996 sous l’impulsion du Centre Culturel de Hannut. En juin 1997, un premier spectacle mis en scène par Serge Morciaux est présenté et l’aventure commence. Depuis 15 ans, une cinquantaine de comédiens amateurs se sont donc succédé sous la direction de plus de dix metteurs en scène pour proposer au public hannutois des spectacles hétéroclites allant de la comédie de boulevard au cabaret loufoque. «Notre but, année après année, est de continuer à nous réinventer», explique Caroline Dardenne, la présidente actuelle des Planches à Nu.  «Nous nous efforçons toujours de varier les styles des pièces, de choisir des spectacles divertissants, originaux ou possédant un fond de réflexion. Mais avant tout, nous tenons à présenter des spectacles accessibles à tous. Pour cette nouvelle saison, nous avions pour idée d'offrir à notre public un moment de légèreté et de rires partagés.»

C'est donc avec cet objectif en tête que le conseil d'administration contacte Sophie Schneider en 2012, afin de lui proposer de mettre la troupe en scène dans le cadre de son nouveau spectacle. Sophie, qui décrocha son premier prix d’art dramatique en 1992, possède une carrière professionnelle théâtrale atypique et riche en rebondissements créatifs. De la mise en scène à son parcours impressionnant de prestations de comédienne, en passant par des tours de chant, des créations collectives, des cabarets et quelques pas de danse, elle entretient un amour communicatif de la scène, avec un penchant multidisciplinaire pour le moins intéressant. On comprend donc l'enthousiasme des comédiens de la troupe des Planches à Nu qui voient également en Sophie la possibilité d'améliorer leur technique dans plusieurs disciplines ainsi que leur compréhension de l'espace scénique. La troupe, dirigée de main de maître, travaille en effet depuis plusieurs mois sur une adaptation originale de la pièce de Feydeau La Dame de chez Maxim.

Photo de groupe fond flou.jpg

La Dame de chez Maxim est l'un des plus grands succès de Georges Feydeau, représenté pour la première fois le 17 janvier 1899 au Théâtre des Nouveautés à Paris. Sophie Schneider revisite cette superbe comédie de boulevard pour les Planches à Nu, en y incorporant des références décalées, quelques airs de musique, des accessoires étonnants et même quelques pas de danse. Mais l'intrigue, elle, reste inchangée et les quiproquos inventés par Feydeau sont exploités à l'extrême. Le public des Planches à Nu est donc invité à partager un grand moment de frénésie au sein de la famille Petypon, des petits bourgeois parisiens qui voient leur quotidien bien rangé bousculé par l'arrivée inopinée de la Môme Crevette, une danseuse du Moulin Rouge.

 

Les autres articles de cette manifestation >

LES PLANCHES A NU > CE QUE LA POSTÉRITÉ RETIENDRA DE JEAN-YVES > ICI

LES PLANCHES A NU > CE QUE LA POSTÉRITÉ RETIENDRA DE CARO. > ICI

LES PLANCHES A NU PRESENTENT ET REVISITENT LA DAME DE CHEZ MAXIM > ICI

LES PLANCHES À NU > CE QUE LA POSTÉRITÉ RETIENDRA DE LUCY !.... Mais encore ... > ICI

THÉATRE > LA DAME DE CHEZ MAXIM PAR «LES PLANCHES À NU » > ICI

Les commentaires sont fermés.