Imprimer

INFO BOULOT > "COMMENT FAIRE COMPRENDRE À MA COLLÈGUE QU’ELLE M’ÉNERVE ?"

21.jpg"Ma collègue discute tous les jours un quart d’heure à voix haute au téléphone avec son mari et m’empêche de me concentrer. Cela m’énerve de plus en plus et je ne suis pas la seule au bureau. Comment lui en parler ?"

1. Ne remettez pas la discussion à plus tard > On peut aller très loin pour ne pas devoir annoncer une mauvaise nouvelle. Peut-être parce que l’on se sent coupable de devoir annoncer quelque chose qui va faire de la peine. Or, reporter la discussion à la semaine des quatre jeudis n’a pas de sens, car cela ne va pas résoudre le problème, au contraire.

Voici les 3 manœuvres de sursis très courantes : > On 'oublie' l’annonce de la source du problème. ‘Hang yourself’ : En posant des questions suggestives, on amène son interlocuteur à arriver lui-même à la  ‘terrible’ conclusion.- '

La méthode du goutte-à-goutte' : Le message est diffusé par petites doses en plusieurs fois, dans l’espoir que le récepteur le capte et le décrypte.

Si la mauvaise nouvelle revient sur la table par la suite, le récepteur sera préparé.

2. N’édulcorez pas le message > Souvent, on essaie d’atténuer la peine de son collègue. On tente de mieux faire passer la pilule en utilisant des termes qui minimisent la gravité du propos, en espérant que le récepteur ne percevra pas directement l’aspect négatif du message.

Parfois aussi, on décortique le message pour se légitimer. Mais cette méthode n’est pas un bon remède : le message passera mal, parce que cela va le ‘saouler’. Vous n’obtiendrez qu’une seule chose : l’absence de réaction de votre interlocuteur. Une variante de cette tactique consiste à opter pour des alternatives encore plus vaines, dans l’espoir de rendre la mauvaise nouvelle la plus digeste possible.

3. Essayez de ne pas avoir le beau rôle > Les messagers qui transmettent une mauvaise nouvelle essaient généralement de se donner le beau rôle. Ce qui est injuste quand on y pense. C’est en effet le récepteur qui va recevoir une gifle. Vous devez donc tenir compte le plus possible de votre collègue : distribuez les claques et essayez de le soutenir autant que possible. Plus facile à dire qu’à faire.

4. Ne tournez pas autour du pot > Annoncez la mauvaise nouvelle le plus rapidement et le plus clairement possible, juste après une brève introduction : 'J’ai une mauvaise nouvelle à t’annoncer’. La manière dont vous le dites laissera transparaître votre volonté d’empathie.

5. Laissez votre collègue lâcher la pression > Respectez la réaction de l’autre : silence, déni, tristesse, colère, sentiment de culpabilité ou agressivité à votre égard. S’il vous agresse personnellement, ne vous laissez pas tenter par la riposte. L’annonce d’une mauvaise nouvelle est suivie par une période de deuil. Surtout, ne vous mettez pas à prodiguer des conseils à ce moment-là.

6. Cherchez des solutions > C’est la seule manière de passer à la résolution du problème, une fois que le récepteur a capté le message. Parfois, il est nécessaire de reporter la résolution du problème à une discussion ultérieure, votre interlocuteur étant tellement affecté qu’il vaut mieux ne plus en parler dans l’immédiat.

D’autres points d’intérêts sur > http://www.references.be/carriere/

Source > http://www.references.be

Les commentaires sont fermés.