Imprimer

AGENDA > THISNES > COMMISSION LOCALE DE DÉVELOPPEMENT RURAL

Thisnes, 13 mars 2012, 20h00 « Commission locale de développement rural  > Texte >> Bruno HEUREUX  

Thisnes - DSC00365.JPGVu son slogan « Hannut, une ville à la campagne », très attirant voire permissif selon certains, la petite cité hesbignonne est depuis une dizaine d’années la cible de promoteurs immobiliers à l’appétit parfois féroce, vorace. Double conséquence : la transformation progressive de Hannut en cité-dortoir et la menace réelle d’une gangrène fatale des 17 villages de l’entité due à une urbanisation intensive : lotissements disproportionnés par rapport à la population actuelle, constructions à plusieurs étages, immeubles à appartements. Résultat : dégradation puis perte du caractère rural des villages.

Règlement hannutois  

                A l’époque, l’échevin hannutois de l’Urbanisme ressent cette dérive et, ardent défenseur de la ruralité, se bat contre le fléau menaçant la qualité de vie de cette région de Hesbaye. Pol Oter, c’est de lui qu’il s’agit, réagit, avec les « armes » disponibles, face à la perspective d’une déferlante immobilière sur nos villages et campagnes. Finalement, la prise de conscience par l’ensemble des responsables hannutois du danger menaçant le patrimoine culturel et le « bien vivre » au sein de leur entité débouche sur l’adoption, à l’unanimité du collège et du conseil communal, du cheval de bataille de l’échevin thisnois, à savoir un « Règlement sur la densité des logements et des lotissements et sur l’aménagement de l’habitat ». Cet outil remarquable d’équilibre est rapidement pris comme modèle pour des dispositions similaires par plusieurs autres communes wallonnes. Et même si la Région Wallonne ne le reconnaît pas officiellement, elle en accepte, de facto, l’application sur le terrain. A Hannut, comme ailleurs, la résistance au n’importe quoi immobilier dans les villages est couronnée de succès (partiels ? momentanés ?) sous la forme de reports successifs et/ou modifications de projets inappropriés. ...............

                Poursuivant dans cet esprit et cette logique, les autorités communales hannutoises mettent alors en chantier la révision globale du Schéma de Structure communal (l’affectation urbanistique du territoire et la densité de l’habitat au sein de celui-ci) ainsi que des règlements communaux d’urbanisme, obsolètes pour la plupart et inadaptés à la pression immobilière que subit Hannut. Ainsi, la volonté de garder « une ville à taille humaine » est coulée dans un texte légal… Un vaste et excellent travail.

Région Wallonne

                Mais aujourd’hui, la réaffirmation récente par le Gouvernement Wallon de sa volonté de « densifier les noyaux d’habitat urbains et ruraux existants » et « de soutenir les projets immobiliers dans ces noyaux » vient compliquer les choses, principalement pour Poucet, Blehen, Moxhe, Avin et Thisnes. En effet, contrairement au centre des 12 autres villages de l’entité hannutoise, celui des 5 précités comporte de nombreux hectares non construits alors qu’ils sont répertoriés en zone d’habitat et donc légalement accessibles aux promoteurs. Pourquoi ? Parce qu’à l’élaboration de l’actuel plan de secteur, certains propriétaires terriens, visionnaires et /ou sentant la bonne affaire, ont œuvré pour que leurs terres agricoles passent en zone constructible les rendant ainsi nettement plus rentables en cas de vente.

                Cette volonté politique régionale laisse donc craindre que, tôt ou tard, les 5 villages concernés seront obligés d’accepter, de gré ou de force, de voir les actuels prairies et champs en leur coeur remplacés par des lotissements.

Un moindre mal             

                Alors, au lieu de refuser systématiquement tout projet immobilier, quitte à se le voir imposé au terme du rejet de tous les recours possibles, ne serait-il pas plus raisonnable de « marchander » avec les promoteurs et de leur soumettre des projets « allégés » tenant compte du règlement hannutois sur la densité de l’habitat ? Par exemple, prévoir dans ces projets la réalisation d’espaces verts attenant aux nouvelles constructions, des espaces de jeux pour petits enfants, le placement de bancs, l’insertion d’une crèche et/ou d’une salle de lecture ou de jeux de tables pour pensionnés 

                Il nous revient que lassés d’attendre la fin des recours durant de longues années encore, nombre de promoteurs accepteraient maintenant des transactions satisfaisantes à leurs yeux, sinon totalement du moins partiellement. Quant aux populations villageoises, elles n’échapperaient pas aux lotissements mais avec une charge en béton et briques nettement moins lourde que celle qu’elles devraient finalement accepter… Même s’il n’est pas la solution rêvée, ce type de compromis n’est-il pas, finalement, un moindre mal et une solution pragmatique ?

Commission de développement rural

                C’est là que la nouvelle devise de la commune « Hannut est à vous ! » doit prendre tout son sens et s’interpréter en « Votre village est à vous ! ». En effet, l’Opération de Développement Rural, source de subsides importants de la région Wallonne, permet aux citoyens des villages de s’exprimer et de présenter des projets originaux aux autorités communales lors de rencontres avec celles-ci. Le  13 mars prochain, à 20h00, à la salle Patria, les Thisnois auront l’occasion d’exposer leurs souhaits concernant ce qui ressort des buts et attributions de la dite Opération.

                Il ne s’agira donc pas de parler des nuisances liées aux éoliennes, de la pose nécessaire d’égouts et/ou de ralentisseurs, des décharges clandestines dans les campagnes, du sablage des routes en cas de neige et de verglas, de la réfection de portions de routes détériorées… problèmes réels, certes, mais qui ressortent d’autres sphères de décisions et ne peuvent être résolus avec les subsides accordés par la Région Wallonne dans le cadre des Commissions locales de développement rural. Détourner la réunion de son réel objectif et profiter de l’opportunité pour déverser sur les représentants communaux critiques, griefs, hargne, fiel, - fussent-ils justifiés - (il y a d’autres endroits et les prochaines élections pour le faire), serait rater une possibilité trop rare de participer démocratiquement à l’amélioration de la vie dans le village.

                Par contre, il sera vraiment utile et civique de présenter, par exemple, un projet de place de village, arborée, permettant aux promeneurs de s’y assoir, aux petits enfants d’y jouer en toute sécurité… Et si cet espace s’intégrait au projet de la société Thomas et Piron pour le terrain qu’elle convoite dans le Chiroux, contribuant ainsi à en réduire l’impact sur l’environnement rural ?

                Rendez-vous donc au Patria, avec plein de propositions constructives pour une meilleure qualité de vie à Thisnes et, peut-être, par « effet domino ou papillon », dans tous les autres villages de l’entité.

Bruno Heureux.

Les commentaires sont fermés.