Imprimer

AGENDA > NICOLE SPIRAERS EXPOSE

HUY, 3-4 mars 2012, de 14 à 18h > Nicole Spiraers à l’école de l’art

Nicole Spiraers portrait.JPGEn découvrant les œuvres de Nicole Spiraers, je suis resté baba ! Pas encore un an de pratique et, déjà, la Hannutoise se révèle une artiste-peintre aux œuvres originales pénétrées d’un vrai talent en devenir. En devenir, chez une retraitée de l’enseignement depuis douze ans ? Oui, même s’il est tardif ! Mais n’est-il pas des plantes, des fleurs automnales dont les couleurs chatoyantes illuminent l’arrière-saison ?

3ème âge > Au terme de sa carrière d’enseignante, Nicole et son mari consacrent dix années de leur nouvelle vie en faisant du gardiennage de maisons dans le Sud de la France : s’occuper des animaux, tondre les pelouses, cueillir les fruits, en résumé, entretenir la vie au sein d’habitats quittés par leurs propriétaires le temps de vacances. Là, Nicole découvre environnement, paysages, musées et personnages typiques du Midi, les imprimant dans ses souvenirs mais aussi sur les milliers de photos qu’elle en prend. En effet, passion de la photographie et goût du dessin l’ont toujours accompagnée depuis son enfance.

Avant que la découverte de la peinture lors des ateliers de l’UCP [i] ne vienne donner une nouvelle orientation à sa vie … et à celle de son Léon ; celui-ci se rend vite compte de l’engouement et des capacités créatrices de son épouse pour cet art qui lui procure tant de plaisir. Depuis, « contaminé », il ne cesse d’encourager Nicole dans l’exploration de techniques et d’horizons jusqu’alors inconnus.

L’écorce > A l’UCP, l’artiste-peintre thisnoise Anne-Marie Dupuis dispense, avec Nicole Spiraers tableau.JPGpatience, passion et pédagogie, les rudiments de l’art pictural et ses premiers conseils à un groupe de débutant(e)s ; conseils où reviennent souvent les mots « plaisir, travail, excellence, finition ».

Puis, très vite, la « professeur » lance ses « élèves » dans la création personnelle, les invitant, à l’image du photographe Cédric Pollet, à redonner vie à une écorce d’arbre. Pour Nicole Spiraers, choisir son écorce, la modeler par collage de matières diverses pour mettre en valeur son relief, poser l’ombre et la lumière aux couleurs acryliques, puis sublimer l’ensemble par un couche de couleurs à l’huile identiques, est un vrai bonheur, où imagination et technique s’harmonisent en des œuvres déjà bien abouties.

La deuxième étape de son apprentissage conduit Nicole à redonner vie, à la peinture à l’huile, aux paysages provençaux emmagasinés dans sa mémoire, comme « Les salines du Sud » et d’autres tableaux où une nature colorée et foisonnante habite ses tableaux.

Le lavis à l’acrylique est aussi une découverte : la pose de la peinture acrylique très diluée est un premier pas vers une autre technique importante de la peinture, l’aquarelle.

Enfin, la composition de visages sur le thème du carnaval offre l’occasion à Nicole Spiraers d’effectuer un retour à ses sources, sa région wallonne, terre natale du Blanc Moussi, de la Macrâle d’Hélécine et de tous les personnages du Cwarmê de Malmédy.

Apprendre >  En constante recherche de nouveaux moyens d’expression, notre artiste saisit toutes les occasions pour élargir ses horizons et compléter son bagage pictural. C’est ainsi qu’elle fréquente des stages d’été à l’Atelier Garance à Hannut où, notamment, elle approfondit le travail des matières et découvre l’abstraction. A l’Arrosoir à Abolens, sous la houlette de Marie-Laure Dubois[1], elle s’initie au pastel. La rencontre d’André Coppens en la galerie Punz’ Art[2] d’Orp, lui permet de perfectionner ses ombres, lumières et contrastes. Sa lecture attentive de revues spécialisées comme « Pratique des Arts »  l’amène à « côtoyer » des artistes internationaux qui contribuent à nourrir et affiner sa nouvelle passion.

A venir > La prochaine exposition de Nicole Spiraers aura lieu à Huy les 3 et 4 mars prochain, de 14 à 18h. Dans le cadre de La Journée Internationale de la Femme, le Centre culturel local a programmé « Vous êtes ici », un projet aux facettes multiples dont un parcours de femmes-artistes faisant étape dans différents lieux de la cité mosane. Selon une programmation encore officieuse, Nicole présenterait ses œuvres au local de l’Université du Temps Disponible, rue Sous-le-Château, 37. Nous informerons le public en cas d’un éventuel changement.

                Deux autres échéances se pointent à l’horizon de Nicole Spiraers : le Festival Artistique International de Racour, « André Coppens », où les organisateurs lui ont déjà réservé une place. Saga Africa à Hannut, sera également une étape du parcours de l’artiste locale et l’occasion de se faire connaître d’un public élargi.

Enfin, à plus long terme, Nicole rêve de pouvoir un jour composer des œuvres ou fleurs et (éléments de) corps humain(s) se  mélangeraient en une parfaite harmonie de courbes et couleurs…

                Comme on le voit, notre artiste se projette à court, moyen et long termes. A n’en pas douter, les « leçons » d’Anne-Marie Dupuis, celles cueillies au fil de ses nombreuses rencontres et expériences, un travail de tous les jours, un plaisir sans cesse ravivé et la recherche d’excellence permettront certainement à Nicole Spiraers d’atteindre les objectifs ambitieux que son talent, déjà perceptible aujourd’hui, lui permet d’envisager.

Source > Bruno Heureux.



[1] La Hannutoise Marie-Laure Dubois est artiste aquarelliste et pastelliste.

[2][2] Née du désir profond de son animatrice, Cathy Punzi, de partager son goût éclectique de l’Art, cette galerie indépendante, conviviale, sans grand moyen mais généreuse, permet aux artistes et amateurs d’art(s) de se rencontrer, de s’apprécier et de s’enrichir des expériences des uns et des autres. Chapeau bas à cette pionnière bien méritante.

Les commentaires sont fermés.